Back

Il faut mettre fin immédiatement au massacre et aux souffrances de la population ukrainienne

Déclaration
Strasbourg 01/03/2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Vue d'une école détruite à la suite des combats dans la ville ukrainienne de Kharkiv, située à quelque 50 km de la frontière ukraino-russe, le 28 février 2022. © Sergey BOBOK / AFP

Vue d'une école détruite à la suite des combats dans la ville ukrainienne de Kharkiv, située à quelque 50 km de la frontière ukraino-russe, le 28 février 2022. © Sergey BOBOK / AFP

« C’est le sixième jour que l’attaque militaire menée par la Russie contre l’Ukraine sème la mort et la destruction au cœur de l’Europe. En seulement quelques jours, la guerre a fait des centaines de morts et de blessés, parmi lesquels figurent de nombreux enfants. Le récent bombardement de la ville de Kharkiv met en évidence le mépris flagrant des forces russes pour la vie des civils : des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées et de nombreux bâtiments civils, dont des immeubles d’habitation et des jardins d’enfants, ont été pris pour cible et touchés par des missiles non guidés et, semble-t-il, des munitions à fragmentation.

Cette guerre bafoue les principes du droit international et les droits de l'homme et fait abstraction du droit humanitaire. Des millions de personnes craignent pour leur vie sous les bombardements aveugles qui frappent des hôpitaux, des écoles et des habitations. Des milliers de civils sont privés des services de base, n’ont plus accès à l’eau, manquent de médicaments et de nourriture, n’ont plus d’électricité ni d’installations sanitaires et se retrouvent sans abri. Le personnel des hôpitaux s’efforce de dispenser des soins mais, à cause des bombardements, doit souvent déplacer les patients dans des abris antiaériens ou dans des caves. Des flots de réfugiés et de personnes déplacées tentent désespérément de gagner un lieu sûr.

Ce carnage doit cesser avant de faire d’autres victimes innocentes et de causer des dégâts supplémentaires. Les autorités russes peuvent le décider. Elles doivent mettre fin à ce cauchemar immédiatement.