Back

Se souvenir de l'Holocauste en rejetant le négationnisme et la déformation des faits

Déclaration
Strasbourg 26/01/2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Se souvenir de l'Holocauste en rejetant le négationnisme et la déformation des faits

Année après année, des rapports mettent en garde contre la montée de l'antisémitisme en Europe. Une manifestation inquiétante de ce phénomène est la diffusion de messages niant ou déformant l'Holocauste dans l'espace numérique. Ces déclarations tentent de jeter le doute sur l'existence de l'Holocauste, ses mécanismes de destruction ou l'intentionnalité du génocide du peuple juif. Elles tentent également de minimiser son impact ou de minimiser la responsabilité des personnes coupables du génocide.

"Ces actions sont une insulte à la mémoire des millions de Juifs et d'autres personnes persécutés et assassinés pendant l'Holocauste, elles sapent les fondements de nos démocraties et sèment les graines de forces destructrices", a déclaré la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe à la veille de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste.

Se souvenir est l'une des actions les plus importantes que nous devons entreprendre pour sensibiliser et contrer la haine, le racisme et les préjugés. Nous nous devons de protéger la vérité sur l'Holocauste, d'honorer la mémoire de ses victimes et de prévenir de futurs actes de génocide.

Comme l'a souligné la Cour européenne des droits de l'homme, la protection de la liberté d'expression ne s'étend pas au déni de l'Holocauste, qui est un acte qui va à l'encontre des valeurs de la Convention européenne des droits de l'homme elle-même.

Il est donc important que les États membres revoient et, si nécessaire, améliorent leur législation, leurs politiques et leurs pratiques pour s'assurer que ceux qui nient ou déforment l'Holocauste, y compris en ligne, soient tenus pour responsables. Les États membres ont un impératif juridique et moral d'empêcher l'impunité pour de telles actions, et de renforcer les outils juridiques, politiques et éducatifs pour faire face aux discours de haine, au déni et à la déformation de l'Holocauste.

Dans le cadre de cet effort, un enseignement fidèle et exact de l'histoire est crucial. Les États membres devraient continuer à développer des programmes éducatifs qui traitent l'histoire non pas comme un simple événement du passé, mais comme une leçon active pour éduquer les jeunes générations aux valeurs de la démocratie et des droits de l'homme. Ils devraient utiliser le potentiel positif d'Internet et des plateformes de médias sociaux pour préserver la mémoire de l'Holocauste et lutter contre l'antisémitisme et toutes les formes de racisme et d'intolérance.

Alors que l'Holocauste s'éloigne dans le temps, nous devons rester fermes dans notre engagement à nous souvenir de cette immense tragédie et rejeter toute forme de déni et de déformation de l'Holocauste. Notre devoir est de contrer ces actions en maintenant activement la vérité en vie.