Back

Malte est vivement encouragée à éradiquer la violence contre les femmes et à garantir l’accès à des services d’avortement

Lettre
Strasbourg 16/01/2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Malte est vivement encouragée à éradiquer la violence contre les femmes et à garantir l’accès à des services d’avortement

Dans une lettre adressée à Joseph Muscat, Premier ministre de Malte, rendue publique aujourd'hui, le Commissaire demande instamment au gouvernement de veiller à ce que le projet de loi concernant la violence fondée sur le genre et la violence domestique, ainsi que les mesures visant à donner effet à ce texte permettent de lutter efficacement contre l’inégalité entre les femmes et les hommes et contre la violence à l'égard des femmes. « Le projet de loi devrait prévoir des réparations adéquates pour les victimes et des sanctions effectives contre les auteurs de violences », indique le Commissaire dans sa lettre. Les autorités devraient aussi veiller à ce que la stratégie et le plan d’action contre la violence domestique, lancés récemment, lèvent les obstacles qui entravent l’application du cadre législatif. Parmi ces obstacles figurent les défauts de signalement des cas de violence domestique, le manque de soutien social des victimes et la nécessité d’une formation systématique des membres des forces de l’ordre, des procureurs et des juges qui traitent les affaires de violence domestique. En outre, le Commissaire encourage vivement le gouvernement à allouer davantage de ressources financières aux services sociaux destinés aux victimes de violence domestique et à remédier au manque de places dans les foyers pour femmes.

Enfin, le Commissaire appelle une nouvelle fois à organiser un débat public, ouvert et informé, sur l’accès des femmes à l’avortement. « Le caractère très restrictif de la législation actuelle, qui érige l’avortement en infraction pénale, compromet les droits des femmes. Les autorités devraient dépénaliser l’avortement et veiller à ce que les femmes qui demandent à avorter puissent le faire légalement et en toute sécurité », écrit le Commissaire Muižnieks.