Back

La Commissaire appelle les Etats membres à coopérer avec les ONG portant assistance aux migrants

Journée mondiale des réfugiés
Strasbourg 19/06/2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, la Commissaire Mijatović a publié la déclaration suivante aujourd’hui :

« Je voudrais rendre hommage aux individus et aux organisations non gouvernementales qui défendent les droits de l'homme des demandeurs d'asile et des réfugiés.

Partout en Europe, des individus et des organisations engagées fournissent aux personnes en quête de protection de la nourriture et un abri, leur apportent une aide juridique ou mènent des opérations de recherche et de sauvetage en mer. Ce faisant, ils concrétisent l'obligation fondamentale de protéger ceux qui fuient la guerre ou la persécution et défendent leur dignité humaine.

Ces défenseurs des droits de l'homme ont joué un rôle clé pour répondre aux récents défis de protection, d'accueil et d'intégration des réfugiés en Europe. Surtout, ils continuent à rappeler aux gouvernements les obligations en matière de droits de l'homme qu’ils risquent d’oublier.

C'est pourquoi je suis très préoccupée par la pression croissante et les restrictions imposées au travail des individus et des ONG venant en aide aux migrants, aux demandeurs d'asile et aux réfugiés en Europe. De plus en plus, ils sont confrontés à des charges administratives visant à rendre leur travail impossible, à la stigmatisation par le biais d’une rhétorique politique hostile et trompeuse et même à des poursuites pénales.

Cela témoigne d’un mépris pour les principes des droits de l'homme qu'ils défendent et pour l'immense contribution qu'ils ont apportée à nos sociétés.

J'appelle les Etats membres du Conseil de l'Europe à ne pas interférer avec le travail légitime des individus et des ONG portant assistance aux migrants. Les États devraient plutôt chercher à coopérer avec eux et leur apporter un soutien. Cela garantirait non seulement les droits de ceux qui ont besoin de protection, mais serait également bénéfique pour nos sociétés dans leur ensemble. »