Tilbage

Visite en Ukraine : La Commissaire Mijatović appelle à un soutien continu et à la justice pour les victimes de la guerre

Visite pays
Strasbourg/Kiev 07/05/2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
La commissaire Mijatović rencontre le maire d'Irpin, Oleksandr Markushin, devant le centre culturel détruit de la ville. 06 mai 2022, Ukraine (à gauche). Un homme marche près d'un centre commercial détruit par les hostilités dans la ville d'Irpin, près de Kiev, en Ukraine. 06 mai 2022, Ukraine (en haut à droite). Bâtiments résidentiels détruits par les bombardements dans la ville de Borodyanka. 06 mai 2022, Ukraine (en bas à droite)

La commissaire Mijatović rencontre le maire d'Irpin, Oleksandr Markushin, devant le centre culturel détruit de la ville. 06 mai 2022, Ukraine (à gauche). Un homme marche près d'un centre commercial détruit par les hostilités dans la ville d'Irpin, près de Kiev, en Ukraine. 06 mai 2022, Ukraine (en haut à droite). Bâtiments résidentiels détruits par les bombardements dans la ville de Borodyanka. 06 mai 2022, Ukraine (en bas à droite)

"L'étendue et la gravité des violations des droits humains et du droit international humanitaire qui ont eu lieu à la suite de l'agression de l'Ukraine par la Fédération de Russie sont vertigineuses. Offrir réparation et soutien aux victimes et à leurs familles et rendre justice sera une tâche incroyablement ardue mais elle est impérative", a déclaré la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatović, à l'issue d'une visite de quatre jours à Kiev et dans sa région.

La guerre a gravement affecté l’exercice par les habitants d'Ukraine de pratiquement tous les droits humains. Le bombardement et la destruction d'un théâtre et d'un hôpital dans la ville assiégée de Marioupol, le calvaire de nombreuses personnes évacuées et la lutte dramatique pour leur survie des personnes piégées dans les vestiges de la ville - malgré l'évacuation récente de centaines de personnes - ainsi que la poursuite des bombardements et la destruction continue des villes et villages à travers l'Ukraine, sont autant d'exemples poignants de la façon dont la guerre est menée avec peu de considération pour la vie ou la dignité humaine.

La visite sur le terrain de la Commissaire dans plusieurs localités situées en dehors de la capitale Kiev, qui ont toutes subi des bombardements d'artillerie, des combats violents et la brutalité des forces russes, a illustré de manière douloureuse l'ampleur de ces violations flagrantes des droits humains et du droit humanitaire, avec des preuves de plus en plus nombreuses d'exécutions arbitraires, de tortures et de disparitions forcées généralisées. "Les noms de Boucha, Borodyanka, Irpin ou Andriivka en sont venus à symboliser les actes horribles qui ont été commis ici. Mais malheureusement, leurs résidents ne sont pas les seuls à souffrir. Il y a beaucoup plus de personnes à travers l'Ukraine qui ont subi des atrocités innommables. Chacune d'entre elles mérite la justice et ne doit pas être oubliée", a ajouté la Commissaire.

Le fait que les forces russes prennent délibérément pour cible des civils et des journalistes, les cas rapportés de plus en plus fréquents de violences sexuelles commises par des soldats russes, ainsi que les rapports faisant état de nombreuses disparitions, de détentions arbitraires généralisées, de disparitions forcées, de tortures et de mauvais traitements infligés à des fonctionnaires locaux, des journalistes, des défenseurs des droits de l'homme et des militants ukrainiens dans les zones nouvellement occupées par la Russie, sont autant d'exemples de la privation dramatique des droits humains et de la souffrance extrême. "Il est aujourd'hui encore plus important de se rappeler que les droits humains ne prennent pas fin pendant la guerre. Ils ne doivent pas être relégués au second plan. Même en temps de guerre, la vie humaine et les droits humains doivent être protégés. Et de manière cruciale, le droit international humanitaire doit être respecté par tous et en toutes circonstances. Les civils et les infrastructures civiles ne doivent pas être pris pour cible. Les soldats capturés et ceux qui se rendent, les blessés et les malades, doivent tous être traités équitablement et humainement", a souligné la Commissaire.

L’établissement de la responsabilité pour les violations des droits humains et du droit international humanitaire est essentielle et nécessite une documentation adéquate ainsi que la préservation minutieuse des preuves afin de former des recours permettant de traduire les responsables en justice. "Rendre la justice se heurtera à de nombreux obstacles et nécessitera des efforts soutenus. Les autorités ukrainiennes ont déjà pris des mesures importantes à cette fin, notamment en publiant les premiers actes d'accusation et en adoptant une loi établissant le cadre juridique de la coopération avec la Cour pénale internationale. Je salue tout particulièrement l'engagement des autorités à garantir l'établissement de la responsabilité dans le plein respect des normes applicables en matière de droits humains et dans le respect de la dignité des victimes et de leurs familles", aajouté la Commissaire. "Je m'engage à les aider sur cette voie, notamment en facilitant l'accès à l'expertise et aux meilleures pratiques existantes dans le domaine de l'assistance psychologique aux victimes de violences sexuelles commises dans le contexte du conflit."

Étant donné que de nombreux processus nationaux et internationaux visant à établir la responsabilité pour les violations graves des droits humains et du droit humanitaire se déroulent en parallèle, une coordination et une prise en charge adéquates sont essentielles, notamment lorsqu'il s'agit de sécuriser et de préserver les preuves, de procéder à des analyses médico-légales et d'éviter les traumatismes répétés des victimes. "J'appelle les États à continuer à soutenir de toutes les manières possibles les efforts d'enquête et de poursuite et à les coordonner étroitement avec les autorités ukrainiennes, la société civile et la Cour pénale internationale", a déclaré la Commissaire Mijatović.

La guerre et les destructions et l'insécurité qui en découlent ont entraîné le déplacement interne et externe de millions de personnes, exposant nombre d'entre elles, en particulier les femmes et les enfants, au risque de traite des êtres humains, d'exploitation ou d'abus sexuels. Elle a également entraîné des perturbations dans la fourniture des services de base et en ce qui concerne les moyens de subsistance, laissant des centaines de milliers de personnes privées d'un accès adéquat à la nourriture, à l'eau, à l'électricité, aux soins de santé et à la scolarité, ce qui affecte de manière disproportionnée les droits fondamentaux des personnes les plus exposées, telles que les femmes, les enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées et les personnes vivant en institution. De nombreuses victimes, en particulier celles qui ont subi des traumatismes profonds, ont besoin de toute urgence - et continueront à avoir besoin dans les mois et les années à venir - d'une assistance médicale et psychosociale adéquate. Il est crucial de soulager la souffrance humaine en poursuivant et en intensifiant la réponse humanitaire et en veillant à ce qu'elle atteigne tous ceux qui en ont besoin.

La Commissaire salue le courage et la persévérance des Ukrainiens, qui ont déjà beaucoup souffert de la guerre, face à une situation sécuritaire toujours imprévisible. "Dans une démonstration inspirante de résilience, des villes meurtries comme Boucha ont commencé à reconstituer lentement la vie de la communauté, brisée par les hostilités. Mais elles auront besoin d'un soutien important et à long terme pour réparer et reconstruire leurs infrastructures endommagées et panser leurs profondes blessures", a déclaré la Commissaire. "J'appelle la communauté internationale à les soutenir généreusement et durablement dans cette tâche titanesque".

La Commissaire rend également hommage au courage et à l'engagement des défenseurs des droits humains qui poursuivent leur travail dévoué à l'intérieur et à l'extérieur de l'Ukraine tout au long de la guerre. La Commissaire maintient des contacts réguliers avec eux depuis le début de la guerre et cette visite a été l'occasion de les rencontrer et de s'informer directement sur leur travail et les problèmes auxquels ils sont confrontés. Elle reste déterminée à travailler avec les défenseurs des droits de l'homme et la société civile et à soutenir leur travail indispensable.

"En l'espace de quelques semaines, la guerre a radicalement changé la vie en Ukraine, laissant des blessures profondes et occasionnant d'énormes dégâts. J'ai écouté les histoires terrifiantes des familles qui ont perdu leurs proches. Des milliers de vies innocentes ont été impitoyablement fauchées et des millions de personnes ont vu leur monde complètement bouleversé. Face à leurs souffrances, nous ne devons pas rester des spectateurs", a conclu la Commissaire.

Au cours de sa visite, la Commissaire a rencontré la Première Vice-Ministre des Affaires étrangères, Emine Dzhaparova, le Ministre de la Justice, Denys Maliuska, le Chef adjoint du Cabinet du Président de l'Ukraine, Ihor Zhovkva, la Procureure générale de l'Ukraine, Iryna Venediktova, la Commissaire du Parlement pour les droits humains (ombudsman), Lyudmyla Denisova, et la Commissaire du Gouvernement pour la politique d'égalité de genre, Kateryna Levchenko. Elle a également rencontré le Maire de Kiev, Vitali Klitschko, ainsi que les maires et responsables des conseils municipaux d'Irpin, Boucha et Borodyanka. La Commissaire a en outre rencontré des victimes de violations des droits humains, des défenseurs des droits humains et des représentants de la société civile, des organisations internationales et des organisations non gouvernementales, ainsi que le Chef du Mouvement national des Tatars de Crimée, Refat Chubarov. La visite de la Commissaire en Ukraine est sa plus récente initiative dans le cadre de son travail continu de réponse aux conséquences de la guerre en Ukraine sur les droits humains depuis le début du conflit.

La Commissaire publiera prochainement un mémorandum sur sa visite en Ukraine


Galerie d'image