Cette interview est libre de droit pour publication par votre rédaction

Sommet de la jeunesse : une nouvelle campagne europeenne en faveur de la diversite culturelle

 
Il faut maintenant concrétiser les conclusions du Sommet Jeunesse, qui s’est tenu les 15 et 16 mai à Varsovie. Il a arrêté le principe d’une campagne européenne de la jeunesse qui doit débuter en 2006 autour des thèmes de la participation, des droits de l’homme et de la diversité culturelle, explique Peter Lauritzen, chef du service de la jeunesse du Conseil de l’Europe.

23.05.2005

Question :Peter Lauritzen, quel bilan tirez-vous du second Sommet de la Jeunesse qui s’est tenu à Varsovie en marge du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement du Conseil de l’Europe ?
 
Peter Lauritzen : Je ne veux pas me limiter au seul Sommet. J’y ajoute toutes les activités que nous avons eu à coté avec la société civile comme la parade Schuman, cette manifestation pour l’Europe dans les rues de Varsovie, le dimanche 15 mai, les activités organisées par notre bureau d’ information de Budapest ou encore les activités qui ont eu lieu le samedi au Parlement polonais. De ce point de vue le bilan est très positif. Tout ce que nous avions prévu s’est finalement bien déroulé grâce à nos partenaires polonais et en particulier la fondation Schuman qui organisait la parade.

En ce qui concerne le contenu du Sommet en lui-même, je suis également satisfait. Des contacts ont été établis avec le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, et le Comité des Ministres. Et surtout le président du Forum Jeunesse a pu s’exprimer devant les Chefs d’Etat et de Gouvernement. Le résultat est là. A nous maintenant de nous organiser pour mettre sur pied l’année prochaine  la campagne sur la participation, les droits de l’homme et la diversité décidée par les jeunes. Il faut désormais la structurer, lui trouver un budget  et une organisation. Nous avons beaucoup de travail devant nous.
 
Question :Quel accueil ont réservé les Chefs d’Etat et de Gouvernement à cette proposition de campagne et comment, concrètement, allez-vous vous y prendre ?
 
Peter Lauritzen : L’accueil a été plutôt positif. Cette campagne ne figurait pas dans le programme de la nouvelle présidence portugaise du Comité des Ministres mais à Varsovie, le Portugal s’est engagé à l’inscrire parmi ses priorités. Concrètement il s’agit pour nous de se mettre autour d’une table avec le Forum jeunesse pour travailler : d’abord créer les comités nationaux de la campagne et trouver une stratégie de financement. Nous sommes réalistes. Nous savons que le budget du Conseil de l’Europe ne suffira pas. Il faut aussi affiner les idées de cette campagne. Tout le monde est pour la participation, les droits de l’homme, la et diversité culturelle. A nous de montrer en quoi ces idées peuvent être menacées. Et surtout il faudra faire en sorte que cette campagne ne reste pas interne aux ONG mais s’ouvre au grand public. C’est un très gros défi.
 
Question :Ce Sommet a été marqué par l’importance de la question du dialogue inter religieux. Comment l’expliquez-vous ?
 
Peter Lauritzen : Depuis des années nous travaillons sur cette question. Le Forum jeunesse accueille les mouvements de jeunesse de toutes les grandes religions. Ce n’est donc pas tout à fait nouveau mais le Forum jeunesse a sû trouver une méthode de travail sérieuse marquée par la dimension politique donnée à cette question après le 11 septembre 2001. La question de la tolérance a aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, pris une importance politique . Le Forum l’a bien compris en mettant en place à Bruxelles un groupe de travail composé de jeunes et qui obtient de bons résultats. C’était donc une très bonne idée de leur donner une place importante au Sommet Jeunesse qui se retrouvera dans la prochaine campagne en 2006.