Cette interview est libre de droit pour publication par votre rédaction

Monika Lamperth : « Convaincre les citoyens de l’importance des collectivités locales et régionales »

Monika Lamperth, Ministre de l’Intérieur de la République de Hongrie qui accueille les 24 et 25 février la Conférence des Ministres responsables des collectivités locales et régionales, insiste sur le renforcement de la participation démocratique des citoyens à la vie locale et régionale.

24.02.2005

Question : Madame Lamperth vous êtes ministre de l’intérieur de la République de Hongrie et à ce titre vous accueillez la Conférence des ministres responsables des autorités locales et régionales du Conseil de l’Europe. Pouvez-vous nous dire ce que vous attendez de cette conférence ?

Monika Lamperth : Je souhaite que la conférence puisse contribuer à aider le Conseil de l’Europe à redéfinir ses priorités. Parmi elles je mets au premier rang le renforcement de la démocratie au sein de tous les Etats membres. Dans le domaine des collectivités locales et régionales ce renforcement passe par cinq priorités. Tout d’abord nous devons tout faire pour assurer une participation active des citoyens dans la vie des collectivités locales. Nous ne pouvons pas accepter de voir le taux de participation aux scrutins locaux baisser. Pour y parvenir nous devons faire plus d’efforts pour convaincre nos concitoyens de l’importance de leur vote aux élections locales ou régionales. Cela passe ensuite par un renforcement des compétences des collectivités locales afin qu’elles puissent pleinement faire respecter le principe de subsidiarité. Pour cela il faut leur garantir des conditions financières suffisantes. En quatrième lieu nous devons améliorer la capacité de gestion des collectivités pour qu’elles puissent assurer des services publics de bonne qualité. C’est aussi faire respecter des règles d’éthique. Je pense en particulier à la lutte contre la corruption et le mauvais usage de l’argent public qui sapent la confiance des citoyen et les poussent à se détourner des collectivités locales ou régionales. Enfin nous devons renforcer la coopération transfrontalières entre collectivités locales.

Question : Quel message la Hongrie entend elle exprimer à l’occasion de cette conférence ?

Monika Lamperth : Pour nous il est très important que le Conseil de l’Europe se renouvelle pour s’adapter au monde en mutation. L’Organisation doit s’adapter à ce changement comme le font toutes les grandes organisations internationales comme les Nations Unie ou l’Union européenne avec son projet de Traité constitutionnel. Cela nous paraît très important pour que le Conseil de l’Europe garde son rôle prééminent dans des domaines aussi vitaux que la Démocratie et le renforcement des droits de l’homme qui lui ont permis jusqu’ici de connaître de très grandes réussites comme, par exemple, le succès de la Charte européenne de la démocratie locale.

Question : Quelle est votre position personnelle sur la question de l’autonomie régionale ?

Monika Lamperth : J’y suis très favorable. La Charte de l’autonomie locale nous a déjà beaucoup aidé dans notre processus de démocratisation. Je suis convaincue qu’un renforcement de l’autonomie régionale contribuerait à donner un signal fort pour que le principe de subsidiarité soit respecté et renforcé en ramenant la prise de décision au plus près des gens. La question est en débat en Hongrie et figure dans le programme du gouvernement auquel j’appartiens. Nous voulons créer en Hongrie sept régions et organiser des élections régionales. Je ne peux malheureusement pas vous dire quand nous y parviendrons car une telle réforme exige une majorité des deux tiers au Parlement. Notre coalition gouvernementale ne dispose pas de cette majorité et l’opposition n’est pas favorable à cette réforme mais cela ne m’empêche pas d’y travailler.