This interview is copyright-free for publication by your media
French version only

Renforcer le rôle du Conseil de l’Europe dans le dialogue inter- religieux

Au second Sommet européen de la jeunesse, qui se déroule en marge du Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement, des jeunes chrétiens, musulmans et juifs se sont présentés ensemble pour plaider pour un renforcement de l’action du Conseil de l’Europe dans le domaine de la tolérance et du dialogue inter- religieux. Interview de Lionel Schreiber, Président de l’Union européenne des étudiants juifs.

15.05.2005

Question : Pour ce Sommet, vous organisez avec un représentant des jeunes musulmans d’Europe et une représentante des organisations de jeunesse catholique une réunion intitulée « Jumah, Shabbat, dimanche », le nom des jours de prière des trois religions. Pouvez-vous nous dire comment vous vous êtes rencontrés ?

Lionel Schreiber : Nous sommes tous responsables d’associations de jeunesse liées à des mouvements religieux membres du Forum de la jeunesse européenne. En 2003 nous avons décidé, au sein du Forum, de créer une plateforme de dialogue qui rassemble aujourd’hui l’Union européenne des étudiants juifs, le Conseil oecuménique de la jeunesse, la Femyso, le Forum européen des organisations musulmanes de jeunes et d’étudiants, la Fédération internationale des mouvements catholiques d’action paroissiale, la Jeunesse étudiante catholique internationale, Pax Christi et le WSCF, la Fédération mondiale de la jeunesse chrétienne. Nous nous réunissons chaque mois sous les auspices du Forum européen de la jeunesse pour dialoguer. Par exemple quand j’organise un rassemblement ou une activité, j’invite les représentants des musulmans et des chrétiens à faire de même. On essaie de faire des choses ensemble pour promouvoir l’intégration des minorités, la tolérance et la paix mais aussi pour réagir collectivement quand l’une de nos religions est agressée en Europe.

Question : Au Sommet de la jeunesse quel message souhaitez-vous faire passer ?

Lionel Schreiber : Tout d’abord notre premier message est de souligner l’importance de la spiritualité dans nos identités, de montrer la religion comme capable de créer des liens culturels très forts pour un dialogue de paix et de compréhension mutuelle. Nous sommes particulièrement heureux d’avoir pu venir à Varsovie ensemble, juifs, musulmans et chrétiens, montrer que l’identité européenne est compatible avec une identité religieuse. L’Europe permet aux minorités religieuses, juives ou musulmanes de combiner leur identité minoritaire et leur identité religieuse.

Question : Qu’attendez vous du Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement dans ce domaine ?

Lionel Schreiber : Le Conseil de l’Europe a toujours été aux avant- postes dans la promotion du dialogue, des droits de l’homme et du travail avec les organisations de jeunesse pour promouvoir une citoyenneté européenne. J’attends tout d’abord que les Etats reconnaissent l’importance de l’action du Conseil de l’Europe et renforcent ses capacités dans les domaines de la jeunesse mais aussi du dialogue inter- religieux pour la paix et une citoyenneté européenne.