Accueil
Convention du
Conseil de l'Europe
Ratifications et signatures
 
Mécanisme de monitoring
A propos du mécanisme de suivi
GRETA
Comité des Parties
 
Évaluations
Au sujet des évaluations
Monitoring par pays
Profils de pays
 
Publications  
Rapports par pays
Rapports généraux
Dépliants
Bande dessinée
 
Autres activités
Secrétariat
Web Resources
GRETA Accès restreint
Réinitialisation du mot de passe
Comité des Parties
 Accès restreint

Publication du premier rapport du GRETA sur la Belgique

Lien vers le rapport


Strasbourg 25.09.2013 - Les autorités belges ont pris plusieurs dispositions importantes pour prévenir et combattre la traite des êtres humains, y compris la mise en place d’un cadre juridique et politique complet et la mise en place de plusieurs structures anti-traite. Toutefois, plusieurs défis restent à relever selon un rapport publié ce jour par le
GRETA, le Groupe d’expert du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains.

Dans son rapport, le GRETA salue l’approche multidisciplinaire appliquée par la Belgique à l’identification et l’orientation des victimes de la traite. Cependant, le GRETA considère que les autorités belges devraient accorder davantage d’attention à la traite des enfants, notamment ceux exploités aux fins de mendicité forcée ou de commission de délits. Pour améliorer l’identification des victimes de la traite, les autorités belges devraient également renforcer la formation de l’ensemble des acteurs du terrain.


Des ONG spécialisées travaillant en étroite coopération avec les autorités sont chargées d’assister les victimes de la traite. Le GRETA demande aux autorités de faire en sorte que l’assistance soit adaptée aux besoins des victimes, particulièrement en ce qui concerne les enfants victimes ainsi que les victimes belges ou qui sont des citoyens de l’UE. Par ailleurs, le GRETA considère qu’il faudrait faire davantage pour s’assurer que les enfants victimes de la traite bénéficient d’un titre de séjour sur la base de leur intérêt supérieur et non sur la base de leur volonté ou capacité à coopérer avec les autorités. Le GRETA exhorte également les autorités belges à mettre en place des procédures d’aide au rapatriement pour les victimes de la traite qui sont des citoyens de l’UE.


Dans son rapport, le GRETA se félicite de la volonté affichée par les autorités belges de mener des enquêtes proactives et de poursuivre les faits de traite tant aux fins d’exploitation sexuelle que d’exploitation par le travail. Toutefois, des aménagements restent à prévoir pour faciliter et garantir un accès des victimes de la traite à une indemnisation.


Sur la base du rapport du GRETA, le
Comité des Parties à la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains envisagera l’adoption de recommandations adressées au Gouvernement belge.

Couverture médiatique

Xinhua / France : 26/09/2013

DH.be / Belgique
: 26/09/2013