Accueil
Convention du
Conseil de l'Europe
Ratifications & Signatures
 
Mécanisme de monitoring
A propos du mécanisme de suivi
GRETA
Comité des Parties
 
Évaluations
Au sujet des évaluations
Monitoring par pays
 
Publications  
Rapports par pays
Rapports généraux
Dépliants
Bande dessinée
 
Autres activités
Secrétariat
Web Resources
GRETA Accès restreint
Réinitialisation du mot de passe
Comité des Parties
 Accès restreint

Second rapport général

Strasbourg, le 4.10.2012 – Dans son 2e rapport général, publié aujourd’hui, le Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) met en lumière certaines problématiques révélées par les 10 premiers rapports d’évaluation publiés depuis septembre 2011.

« Dans nos sociétés fondées sur l’économie de marché, l’être humain est la cible privilégiée des trafiquants et des exploiteurs qui considèrent qu’une femme, un homme ou un enfant sont des biens négociables et que leur exploitation est justifiée par les nécessités économiques et leur prétendu ʺ consentement ʺ », a déclaré Nicolas Le Coz, Président du GRETA. « Fort heureusement, l’ordre public européen des droits de l’homme, défendu par la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et la Convention sur la lutte contre la traite des êtres humains, constitue un cadre protecteur essentiel contre la traite », a-t-il ajouté.


Pendant la période couverte par ce 2e rapport général (août 2011 à juillet 2012), le GRETA a publié les rapports évaluant la mise en œuvre de la Convention anti-traite du Conseil de l’Europe par les 10 premiers pays l’ayant ratifiée. Le GRETA a aussi effectué des visites dans les 10 pays suivants afin de collecter les informations nécessaires à la préparation de ses rapports d’évaluation.

Dans le rapport général se trouvent également des informations sur la coopération du GRETA avec d’autres organisations internationales et la société civile. Le rapport souligne que les partenariats sont indispensables au succès de l’action internationale contre la traite des êtres humains.

Le GRETA forme l’espoir que le champ d’application de la Convention se verra élargi par de nouvelles ratifications d’États membres du Conseil de l’Europe mais aussi d’États non membres et de l’Union européenne.


* * *

Le Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) est l’organe de suivi du Conseil de l’Europe en matière de lutte contre la traite. Le GRETA a été mis en place en vertu de la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains, qui est entrée en vigueur en 2008 et couvre actuellement 37 pays en Europe. Le GRETA se compose de 15 experts indépendants et impartiaux qui sont élus par le Comité des Parties à la Convention. Selon les dernières estimations publiées par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) en juin 2012, 20,9 millions de personnes sont victimes de travail forcé dans le monde. Ces estimations couvrent quasiment tous les types de traite, à l’exception de la traite aux fins de prélèvement d’organe, de mariage forcé ou d’adoption (sauf si ces deux dernière pratiques se traduisent par du travail forcé).