Accueil
Convention du
Conseil de l'Europe
Ratifications et signatures
 
Mécanisme de monitoring
A propos du mécanisme de suivi
GRETA
Comité des Parties
 
Évaluations
Au sujet des évaluations
Monitoring par pays
Profils de pays
 
Publications  
Rapports par pays
Rapports généraux
Dépliants
Bande dessinée
 
Autres activités
Secrétariat
Web Resources
GRETA Accès restreint
Réinitialisation du mot de passe
Comité des Parties
 Accès restreint

Premier Rapport général du GRETA
 

 Strasbourg, 1.09.2011 - Dans son premier Rapport général, publié aujourd’hui, le Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) rend compte des premières deux années et demi de son existence et fait le point sur les défis à venir.
 
 Le GRETA est chargé de veiller à la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains, en vigueur dans 34 pays en Europe. Entre septembre 2010 et juin 2011, le GRETA a évalué les dix premiers pays qui sont devenus Parties à la Convention (l’Albanie, l’Autriche, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, la Géorgie, Moldova, la Roumanie et la République slovaque). Les trois premiers rapports d’évaluation du GRETA, concernant Chypre, l’Autriche et la République slovaque, seront publiés au cours du mois de septembre 2011.
 
 Le Rapport général fournit des informations sur le cadre procédural et organisationnel des activités du GRETA et ses méthodes de travail. L’attention est également attirée sur l’établissement de relations de travail avec d’autres acteurs concernés. Le rapport souligne que pour améliorer l'efficacité de la lutte internationale contre la traite des êtres humains, il est nécessaire de renforcer la coordination des activités de différents types menées par les organisations internationales et de renforcer les partenariats en vue d'améliorer la complémentarité et la synergie.
 
 Le GRETA forme l’espoir que l’application de la Convention sera étendue de façon à inclure tous les États membres du Conseil de l’Europe ainsi que des États non membres et l’Union européenne, comme la Convention le permet.