Accueil
Convention du
Conseil de l'Europe
Ratifications et signatures
 
Mécanisme de monitoring
A propos du mécanisme de suivi
GRETA
Comité des Parties
 
Évaluations
Au sujet des évaluations
Monitoring par pays
Profils de pays
 
Publications  
Rapports par pays
Rapports généraux
Dépliants
Bande dessinée
 
Autres activités
Secrétariat
Web Resources
GRETA Accès restreint
Réinitialisation du mot de passe
Comité des Parties
 Accès restreint

Le GRETA participe à deux évènements parallèles pendant la session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies

Strasbourg, 16 juin 2014 – Le Président du GRETA, Nicolas Le Coz, a participé à deux évènements parallèles sur la lutte contre la traite, organisés pendant la 26e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève.

Le premier évènement, qui s’est tenu le 12 juin 2014, était organisé par l’Autriche, la République de Moldova et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. Il était intitulé « Combattre la traite des êtres humains : encourager les partenariats et la coordination – bonnes pratiques » et visait à promouvoir la mise en œuvre d’instruments internationaux juridiquement contraignants, comme la Convention sur la lutte contre la traite des êtres humains du Conseil de l’Europe. Les autres orateurs comptaient Joy Ngozi Ezeilo, Rapporteuse spéciale sur les droits fondamentaux des victimes de la traite des êtres humains, en particulier les femmes et les enfants, Elisabeth Tichy-Fisslberger, Coordonnatrice nationale pour la lutte contre la traite de l’Autriche, Ana Revenco, Directrice du Centre moldove de lutte contre la traite des êtres humains, et Irena Fercik Konečná de La Strada International.

Le second évènement s’est déroulé le 13 juin 2014. Il était organisé par la Délégation interministérielle des droits de l’homme du Maroc et le Royaume du Maroc et s’intitulait « Lutter contre la traite : expériences comparées et bonnes pratiques ». L’objectif de cet évènement était notamment de procéder à un échange de vues sur la façon de mieux combattre la traite en se fondant sur les normes internationales, comme la Convention anti-traite du Conseil de l’Europe, et en s’inspirant des bonnes pratiques au niveau national.