Groupe d'Etats contre la corruption (GRECO)

Le Groupe anti-corruption du Conseil de l’Europe demande à la Croatie d’élever la confiance du public dans le système judiciaire et de renforcer les mesures anti‑corruption au parlement  

Communiqué de presse

Strasbourg, 25 juin 2014 Dans son rapport publié aujourd'hui, le Groupe anti-corruption du Conseil de l'Europe (GRECO) salue les efforts déployés par la Croatie pour lutter contre la corruption dans la vie publique. Cependant, malgré les nombreuses mesures encourageantes qui ont été prises, la confiance des citoyens croates dans leurs institutions clés reste faible. Cette perception négative est particulièrement problématique en ce qui concerne le système judiciaire et les hommes politiques.  

Le manque de crédibilité dans le système judiciaire doit être traité de façon prioritaire, notamment en sensibilisant le public sur les réformes tangibles introduites pour renforcer son indépendance et son efficacité. Il reste encore beaucoup à faire pour améliorer les mécanismes pertinents de conseil et de responsabilisation des juges et des procureurs, de manière à prévenir les risques de corruption et dissiper les ombres de doute sur l'intégrité et la transparence du système judiciaire.  

Le GRECO évalue positivement les mesures prises pour améliorer l’accès aux travaux parlementaires et pour inciter le public à participer à l’élaboration des lois et des politiques. Il encourage le Parlement à renforcer sa propre capacité à résoudre les conflits d'intérêts réels et potentiels et à sanctionner ceux qui ne respectent pas les normes acceptables de comportement éthique.  

La mise en œuvre des 11 recommandations adressées à la Croatie sera évaluée par le GRECO au cours du premier semestre 2016 à travers sa procédure de conformité.

Lien vers le rapport