www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Autres décisions CM

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 

Quatrième rapport sur « l’ex-République yougoslave de Macédoine » [fr] - [en] - [mk]


Communiqué de presse – 15.06.2010

La Commission anti-racisme du Conseil de l’Europe publie un nouveau rapport sur « l’ex-République yougoslave de Macédoine »

Strasbourg, 15.06.2010 - La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) rend public aujourd’hui un nouveau rapport sur « l’ex-République yougoslave de Macédoine ». Le président de l’ECRI, Nils Muiznieks, reconnaît qu’il y a eu des améliorations mais s’inquiète des clivages ethniques qui divisent profondément la société et de la situation difficile des Roms.

S’agissant des évolutions positives, la modification du Code pénal a nettement contribué à consolider le cadre juridique de la lutte contre le racisme. Les juges et les procureurs reçoivent désormais une formation initiale obligatoire dans ce domaine. Un projet de loi civile relative à la protection contre la discrimination a été élaboré.

Les autorités nationales ont adopté une stratégie nationale d’amélioration de la situation des Roms en ce qui concerne le logement, l’éducation, l’emploi et la santé. Des mesures relatives à l’emploi dans le secteur public et aux pratiques linguistiques ont été prises en faveur d’autres minorités historiques. De nombreuses personnes qui résidaient depuis longtemps dans le pays ont été naturalisées.

Dans le même temps, les divisions ethniques perdurent. Certaines déclarations de responsables politiques et de leaders d’opinion ne contribuent pas à la réconciliation des habitants. La ségrégation est monnaie courante dans le système d’enseignement. Les programmes scolaires manquent cruellement d’homogénéité. L’enseignement dans des langues autres que le macédonien se révèle insuffisant ou de qualité médiocre. Les médias se définissent quant à eux par leur appartenance ethnolinguistique qui influence encore souvent la façon dont ils rendent compte des événements.

Malgré la stratégie nationale, les conditions de vie de nombreux Roms demeurent préoccupantes. Le financement de la mise en œuvre des plans d’action récents a été insuffisant. Les Roms sont en butte à des difficultés dans le domaine de l’éducation, de l’emploi et de l’accès aux soins de santé. Les femmes roms font l’objet de discriminations multiples et de nombreux enfants roms sont à la rue et ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin.

Le profilage racial et les mauvais traitements infligés par la police, notamment envers les Roms, demeurent une réalité. Par ailleurs, il n’existe toujours pas de structure véritablement indépendante pour mener des enquêtes.

Dans son rapport, l’ECRI a fait plusieurs recommandations dont trois sur des points qui doivent être traités en priorité et seront réexaminés dans deux ans :

L’ECRI est un organe indépendant du Conseil de l’Europe spécialisé dans les droits de l’homme qui suit les problèmes de racisme et d’intolérance, élabore des rapports et formule des recommandations à l’intention des Etats membres.

Le rapport et les observations du gouvernement sont disponibles à l’adresse suivante : www.coe.int/ecri

Contact:
Stephanie Schmölzer, Secrétariat de l’ECRI, tel: +33 388 41 3240; Stephanie.schmoelzer@coe.int
Henriette Girard, attachée de presse du Conseil de l’Europe, tel: +33 388 41 2141 ; henriette.girard@coe.int