www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 


Communiqué de presse – 23.07.2002

Conseil de l'Europe : Quatre nouveaux rapports sur le racisme

Strasbourg, 23.07.2002 – La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI), organe du Conseil de l'Europe spécialisé dans la lutte contre le racisme, a publié aujourd’hui quatre nouveaux rapports sur le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance concernant la Finlande, la Lettonie, Malte et l’Ukraine. L’ECRI constate une évolution positive dans l’ensemble des quatre pays membres du Conseil de l’Europe. Dans le même temps, les rapports font aussi état d’éléments qui demeurent préoccupants pour la Commission, dont les suivants :

En Finlande, il existe un certain nombre de préjugés et une certaine intolérance au sein de la population vis-à-vis de ceux qui n’appartiennent pas à la majorité (qu’il s’agisse de minorités « traditionnelles » tels que les Roms/Tsiganes ou de minorités issues de l’immigration). Ces préjugés se traduisent par une discrimination dans plusieurs domaines, dont l’emploi, le logement ou l’accès aux lieux ouverts au public, mais aussi par des cas de harcèlement et parfois de violence raciale. L’ECRI note que les initiatives prises au niveau national pour combattre le racisme et la discrimination ne filtrent pas toujours avec succès jusqu’au niveau local.

En Lettonie, des problèmes persistent en ce qui concerne la population de langue russe, dont beaucoup de membres sont toujours des non-ressortissants. Ces personnes sont soumises à un risque de marginalisation et d’exclusion des structures sociales et des processus de prise de décision. L’ECRI relève également l’absence d’une législation anti-discriminatoire complète et la nécessité d’améliorer l’efficacité des dispositions pénales destinées à lutter contre les expressions racistes ou intolérantes.

A Malte, certains incidents de discrimination - notamment dans l’accès aux lieux ouverts au public tels que les discothèques ou les bars - ainsi que les préjugés et stéréotypes persistant dans la société portent à conclure à la nécessité de nouvelles actions, tant pour combattre des manifestations discriminatoires concrètes que pour sensibiliser le grand public et combattre les préjugés. L’ECRI souligne qu’il est important de combattre les stéréotypes et les préjugés étant donné que de tels phénomènes latents peuvent conduire à des formes plus ouvertes de racisme et de discrimination.

En Ukraine, les problèmes de racisme et de discrimination directe et indirecte touchent particulièrement les personnes autrefois déportées, les Roms/Tsiganes, les immigrés ayant ou non un statut juridique, les demandeurs d’asile et les réfugiés. Ces personnes rencontrent des difficultés dans différents domaines de la vie, y compris les relations avec la police. L’ECRI note également l’application insuffisante des dispositions du droit pénal dans les domaines qui relèvent de son mandat et l’absence d’une législation anti-discriminatoire cohérente en droit civil et administratif.

Ces quatre nouveaux rapports font partie d’un deuxième cycle de suivi des lois, politiques et pratiques des Etats membres dans la lutte contre le racisme. Les rapports pays-par-pays de l’ECRI (disponibles sur le site internet www.coe.int/ecri en anglais et français) couvrent, sous l’angle de la protection des droits de l’homme, tous les pays membres sur pied d’égalité. Les seconds rapports étudient la mise en œuvre des propositions faites par l’ECRI dans ses rapports précédents, contiennent des informations générales mises à jour, et offrent une analyse approfondie de certains aspects particulièrement préoccupants dans les pays concernés.