www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 

 

Rapport annuel 2011 [fr] - [en]

Communiqué de presse – 03.05.2012
A l’heure où la morosité économique fait monter le racisme, les gouvernements européens sont invités à réagir

Strasbourg, 03.05.2012 – Les pays européens doivent apprendre à gérer la diversité faute de quoi ils risquent de se priver d’un vivier de talents économiques a tenu à souligner la Commission européenne du Conseil de l’Europe contre le racisme et l’intolérance (ECRI) dans son rapport annuel.

Les coupes dans les programmes sociaux, la réduction des possibilités d’emploi et le développement de l’intolérance envers les immigrés et certaines minorités historiques qui s’ensuit sont des tendances inquiétantes, comme l’ECRI l’a constaté lors de ses visites pays-par-pays en 2011. Le discours xénophobe fait désormais partie du discours général et les extrémistes ont de plus en plus recours aux médias sociaux pour transmettre leurs points de vue à l’heure où la discrimination à l’égard des Roms s’intensifie.

Dans son rapport, l’ECRI regrette que certains pays n’aient pas réussi à gérer l’afflux de migrants et de demandeurs d’asile en 2011 : il est parfois procédé trop rapidement au renvoi et les conditions d’accueil ont été médiocres. Elle appelle les gouvernements européens à renforcer les moyens des institutions nationales de défense des droits de l’homme au lieu de prendre prétexte de la crise économique pour réduire leurs ressources.

Selon Jenö Kaltenbach, nouveau président de l’ECRI, les gouvernements doivent se rendre compte de la nécessité impérieuse de réagir contre le racisme pour construire des sociétés fortes.

« Considérer que la lutte contre le racisme et l’intolérance n’intéresse que les groupes vulnérables est une erreur. Une société plus juste profite à tous. Il faut contrer les stéréotypes négatifs généralisés. La richesse et la diversité culturelles ont profité aux sociétés européennes tout au long de leur histoire ; il est capital de résister au racisme pour préserver l’avenir de l’Europe », a-t-il déclaré.

L’intégralité du rapport est disponible ici

Pour en savoir plus sur l’ECRI : http://www.coe.int/ecri

Contact presse : Stefano Valenti, Tel: +33 (0)3 90 21 43 28, stefano.valenti@coe.int