Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI)


AVANT-PROPOS

La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) est un mécanisme créé par le premier Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des Etats membres du Conseil de l'Europe (octobre 1993). La mission de l'ECRI est de combattre le racisme, la xénophobie et l'intolérance au niveau de la grande Europe et sous l'angle de la protection des droits de l'homme. Les membres de l'ECRI sont des experts indépendants choisis pour leur autorité morale et leur expertise reconnue dans le traitement des questions relatives à la lutte contre le racisme et l'intolérance. Le programme d'activités de l'ECRI est composé de trois volets: approche pays par pays; travaux sur des thèmes généraux; activités en relation avec la société civile.

L'une des activités de l'ECRI relevant du deuxième volet de son programme portant sur des thèmes généraux consiste à collecter, dans les pays membres, des exemples de "bonnes pratiques" en matière de lutte contre le racisme et l'intolérance dans différents domaines. L'ECRI publie ces exemples sous forme de recueil de "bonnes pratiques" qu'elle distribue aux milieux intéressés par la lutte contre le racisme et l'intolérance, dans le but d'inspirer leur action.

La présente publication contient des exemples de "bonnes pratiques" en matière de lutte contre le racisme et l'intolérance à l'égard des Roms/Tsiganes. Les exemples cités ont été recueillis par un consultant indépendant, M. Robin OAKLEY. Cette publication est destinée à accompagner la Recommandation de politique générale n°3 de l'ECRI sur la lutte contre le racisme et l'intolérance envers les Roms/Tsiganes, adoptée le 6 mars 1998, qui propose des orientations pour le développement de politiques nationales générales à cet égard.

Les lecteurs sont priés de noter que cette publication est une compilation d'exemples présentés sous la forme d'un catalogue. Les exemples qui suivent ne doivent pas être considérés comme des recommandations adressées aux Etats membres du Conseil de l'Europe. En outre, l'ECRI a elle-même choisi de ne pas porter de jugement de valeur sur ces exemples qui sont ici présentés à titre d'information, afin de servir de source d'inspiration aux parties intéressées.