Le Conseil consultatif de procureurs européens (CCPE)

En bref
Accueil
A propos du CCPE
Le Mot du Président
Secrétariat
Activités
  REUNIONS
Calendrier
Réunions plénières
Réunions du Bureau
Réunions du Groupe de travail
  EVENEMENTS
Conférences
10ème anniversaire de la Recommandation Rec(2000)19
Documentation
Documents de référence
Communiqués de presse
  AVIS
Avis adoptés
Travaux préparatoires
Profils
Profils des Etats A-Z
Liens
Instances du Coe, organisations internationales et centres de recherche
Restreint
  REUNIONS
Accès restreint
Espace collaboratif

Remarques conclusives l’issue de la Septime session de la Confrence des procureurs gnraux d’Europe

LE PRESIDENT VLADIMIR POUTINE : Permettez-moi de faire quelques remarques.
La Secrtaire Gnrale adjointe du Conseil de l’Europe a dclar dans son discours que j’tais ici chez moi, dans cette salle. J’y viens en effet souvent, certes pas autant que je le souhaiterais, mais il y a quelques jours encore j’ai eu le plaisir de m’y trouver l’occasion d’une rencontre internationale de dirigeants religieux.
Chers collgues, en coutant ce que vous dites aujourd’hui, j’ai l’impression que cette assistance est quasiment identique celle que je viens d’voquer, non seulement par le nombre de participants mais aussi en termes de contenu des discussions. 
Cela est comprhensible. Les dirigeants religieux contribuent largement faire respecter les lois religieuses et morales, la fois au sens courant de ces termes et pour ce que nous appellerions, dans notre jargon juridique, les codes de comportement, qui sont noncs dans les Saintes Ecritures, la Bible, le Talmud, le Coran et autres textes sacrs.
La diffrence entre ces lois religieuses et les premires est que ces lois ne sont pas compltes par des instruments de mise en œuvre comparables ceux dont dispose l’Etat, mme si pour les vrais croyants les lois religieuses l’emportent sur nos lois, pourtant crites et renforces par le pouvoir de l’Etat.
Quelle en est donc la raison ? La rponse est bien connue et notre collgue chypriote nous l’a donne indirectement. Chez nous en Russie nous la connaissons depuis l’Antiquit :  la victoire n’est pas du ct des plus forts, mais de ceux qui dtiennent la vrit .
Si nous pouvons faire en sorte que les lois et leur application aient un fondement moral, thorique mais aussi pratique, alors nous pourrons atteindre l’objectif le plus important, c’est--dire obtenir le soutien de nos citoyens dont nous devons protger les intrts.
Je vous souhaite beaucoup de succs dans vos travaux de tous les jours et pour les dbats de cette confrence qui vous a tous runis ici Moscou.
Je vous remercie de votre attention et vous souhaite bonne chance.