Culture, patrimoine et diversité

 

A propos d'Influer sur la perception et les attitudes pour faire de la diversité un avantage (SPARDA)

 

SPARDA est une initiative mise en œuvre par le Conseil de l’Europe et financée en grande partie par le Fonds européen d’intégration. Conformément à l’Agenda européen pour l'intégration (2011), SPARDA répond à l’objectif prioritaire d’une intensification de l’action au niveau local et à sa finalité globale d’une intégration réussie des migrants grâce à des stratégies de communication locales. Sept villes partenaires ont été choisies comme "sites de démonstration" pour la mise en œuvre de campagnes de communication : Coimbra (Portugal), Had-Dingli (Malte), Limassol (Chypre), Patras (Grèce), Reggio Emilia (Italie), l’Institut des Médias/ISCPA à Lyon (France) et le Consortium PACTEM Nord à Valence (Espagne). Le projet a débuté en janvier 2011 et se terminera en juin 2012.

 

La conception du projet SPARDA (Influer sur la perception et les attitudes pour faire de la diversité un avantage) a été guidée par la conviction que la diversité peut être un atout et qu’une communication adéquatement ciblée peut favoriser une perception positive de la diversité et donc son acceptation. La recherche en faveur d’éléments de fait étayant ce projet est sous-tendue par l’hypothèse selon laquelle les mentalités sont déterminantes en la matière.

 

Les mentalités comptent, indubitablement, car il est possible de les traduire en actions et en comportements et, parfois même, de les structurer dans les politiques et les pratiques de façon tant positive que négative. Reste à prouver qu’une opinion publique favorable peut influer de façon constructive sur le processus ; c’est ce défi que SPARDA a entrepris de relever.

 

Les villes du projet SPARDA – Des laboratoires d’idées sur la communication au sujet de la diversité


Plus précisément, le projet vise à promouvoir au plan local une intégration réussie des migrants et des groupes issus de la diversité, au moyen de stratégies ciblées en matière de communication et de dialogue. Pour les autorités locales et leurs partenaires au sein des collectivités – les médias, les responsables politiques et la société civile –, ce projet se veut être une expérience de coopération basée sur la communication aux fins de la réalisation d’objectifs en matière d’intégration. Le partenariat, qui regroupe sept villes européennes, a été formé pour concevoir et tester des stratégies de communication en faveur du dialogue et de la diversité à l’échelon local.

 

Certes, la communication ne peut suffire à ces objectifs et des changements pratiques sont nécessaires au niveau des structures sociales, politiques et organisationnelles dans chaque pays. Mais elle peut contribuer à la sensibilisation et à la mobilisation des populations. Elle peut aussi être un outil majeur au service de l’intégration, de la cohésion sociale et du dialogue entre les différentes communautés ethnoculturelles.

 

En fait, la communication, du latin "communis", signifie partager ou faire quelque chose ensemble. Dans le projet SPARDA, l’"expérience" de communication a pour théâtre des campagnes municipales orchestrées autour du message de la diversité conçue comme un atout. Le message véhiculé, s’il prend diverses formes adaptées aux contextes des partenaires locaux, est toujours que la diversité est une réalité vécue, susceptible d’avoir des effets bénéfiques pour les communautés.

 

Les leçons apprises à ce jour


Depuis janvier 2011, sept villes partenaires ont été choisies comme "sites de démonstration" pour mettre en œuvre des campagnes de communication. L’objectif qui a motivé le projet, à savoir un changement notable des mentalités, est encore loin. Mais les progrès sont incontestables, comme en témoigne notamment la création d’une base de données regroupant des idées et des connaissances, des relations et des activités à partir desquelles construire les futures stratégies de communication. La priorité a été donnée à la communication locale au moyen des médias (internet, presse, TV et radio) et à la sollicitation des partenaires pour promouvoir les diverses activités culturelles. La promotion culturelle a permis d’encourager la population à travailler ensemble au profit du renforcement de la communauté, à prendre conscience de la valeur de la diversité et de l’importance de la culture dans le processus d’intégration. Certains des projets cherchaient à impulser directement la constitution de partenariats locaux afin de multiplier l’impact des stratégies de communication. Quelques projets locaux semblent avoir favorisé le développement d’une vision de la communication et de messages sur la diversité et la communication, contribuant ainsi à l’amélioration des compétences des municipalités.

 

Pour autant, l’efficacité de ces campagnes, du point de vue de leur impact sur les futures stratégies et l’opinion publique, doit encore être mesurée et analysée, et cela grâce à des enquêtes, les résultats des discussions de groupes et l’évaluation des projets qui est en cours. Néanmoins, quelques observations sont d’ores et déjà possibles. Tous les partenaires ont rencontré des difficultés dans la conduite des projets SPARDA – ne serait-ce que pour expliquer les objectifs SPARDA à des partenaires enclins à penser davantage en termes de résultats immédiats plutôt que d’initiatives sur le long terme pour induire des changements de nature sociale (et institutionnelle). Il faut du temps pour favoriser parmi la population l'acquisition d'une expérience et le développement d’une confiance envers les politiques locales, en particulier dans des domaines sensibles comme les migrations et la gestion de la diversité. Nombre de partenaires ont appris "sur le tas" ce qu’implique véritablement la communication sur la diversité. La plupart ont compris que la pertinence de cette communication dépend de la compréhension du sens de la diversité dans un contexte local spécifique et de la façon dont les municipalités conçoivent le processus de gestion de la diversité.

 

La mise en œuvre du projet a également clairement indiqué que le processus d’intégration exige une solide approche tactique qui inclut une stratégie de communication. Cela requiert aussi une vision de l’avenir, qui doit répondre à la question suivante : si nous devons vivre au sein de communautés à forte diversité, que faut-il pour que ces communautés "vivent ensemble dans la dignité"? Et, dans ce schéma, en quoi la communication pourrait-elle être d’une aide quelconque ?

 

Article : version longue

Lilia Kolombet

Manager SPARDA