Culture, patrimoine et diversité

 

Mexico : une loi pour intégrer l'interculturalité dans la politique de la ville

 

Un Forum sur l'interculturalité et la mobilité humaine a eu lieu à la fin août à Mexico. Le but de cette rencontre était de passer en revue les politiques et les expériences dans ces domaines et de fournir les données essentielles pour le développement de la future stratégie interculturelle de Mexico.

 

Mexico est une ville véritablement multiculturelle. La mobilité humaine et la migration internationale ont joué un rôle important tout au long de son histoire. Au cours du Forum, la municipalité de la ville a présenté les différentes initiatives et politiques qui l'ont aidé à gérer avec succès une population si diverse. Le contexte global actuel comporte des menaces considérables pour les migrants hommes et femmes et Mexico répond au défi.

 

Historiquement, des communautés ethniques hétérogènes se sont installées dans la ville exerçant leur droit d'asile. La diversité culturelle de la population de la ville est également due à la nature ouverte et accueillante qui caractérise la société mexicaine. De nos jours, la population de Mexico, qui compte 30 millions d'habitants, vient de différents pays, a multiples nationalités, parle plusieurs langues et professe des religions et croyances variées. Ses citoyens perçoivent la diversité comme une ressource et sont conscients du fait que toute culture change dans les espaces publics.

 

La ville a une longue tradition de politiques et de lois qui protègent les droits fondamentaux des individus. La municipalité développe des initiatives sociales d’avant garde pour venir à l’encontre des besoins d’une population diversifiée. La participation active et l'engagement des citoyens sont parmi les "bonnes pratiques" développées dans le cadre de l'initiative "Villes interculturelles". Cette approche favorise un sentiment de "propriété collective" et d'appartenance à la communauté.

 

Mexico est en train d'adopter une loi intitulée "Accueil, attention à l’interculturalité des migrants et mobilité humaine dans le district fédéral". Cette initiative reconnaît qu'il y a un besoin urgent d'un cadre juridique visant spécifiquement les migrants, car ils sont parmi les membres les plus vulnérables de la société. Ce projet veut donner une réponse claire aux discours et actes racistes et discriminatoires et fournit un soutien aux initiatives favorisant la diversité qui est considérée comme une ressource pour la ville.

 

Le projet de loi adopte une attitude positive sur la mobilité des populations et des individus et sur les migrations internationales et reconnaît qu'elles ont joué un rôle crucial dans l'histoire de l'humanité et ont contribué de manière significative au développement des sociétés et a l'enrichissement des cultures. Le projet de loi fixe le cadre de référence et énumère un ensemble d'outils pour réduire la vulnérabilité et accroître l'inclusion sociale et économique des migrants dans la ville de Mexico. Il établit les politiques, les mécanismes et les normes dans les domaines de l'accueil, du multiculturalisme et de la mobilité pour les familles de migrants dans la capitale. Il favorise également la participation des migrants dans les secteurs public et privé, dans la planification, la mise en œuvre sociale et le suivi des politiques et des programmes découlant de l'application de la loi.

 

Dans le projet de loi, le rôle et le pouvoir du ministère fédéral et de sa commission sur le dialogue interculturel et la mobilité humaine sont clairement établis. Le ministère aura une unité administrative spéciale pour l'exercice de ses pouvoirs à l'égard de l'accueil, du multiculturalisme, de l'attention sur les migrants et leurs familles à Mexico. La commission est un organe de coordination qui travaille sur la base des principes d'équité sociale, diversité, inclusion, démocratie participative, responsabilisation et transparence. La commission jouira d’un ensemble de pouvoirs et pourra notamment participer à la planification, mise en œuvre et évaluation des politiques et programmes, contrôle du respect de ses résolutions et accords.

 

par Thomas Pavan-Woolfe