Division de la recherche et de l'anticipation de la cohésion sociale

Le Service
 
Recherche et dveloppement de la cohsion sociale  
Scurit sociale
Accs aux droits sociaux
Politiques sociales pour les familles et les enfants

Activits

Plate-forme de dialogue sur les initiatives thiques et solidaires pour combattre la pauvret et l'exclusion sociale

Sminaires de diffusion
Instrument mthodologique pour dvelopper la coresponsabilit pour la cohsion sociale
Forums annuels
Le Bulletin
Publications
Srie Tendances de la cohsion sociale
Guides mthodologiques
Contacts

Introduction

Les travaux prparatoires de ce forum ont montr que cette question est dlicate. Elle peut se poser sous diffrents angles et points de vue selon les acteurs, exprimant des intrts souvent divergents. Il peut s’agir du dmantlement des  rigidits  des modles sociaux et du droit du travail pour  concilier  les exigences de comptitivit des entreprises avec les comportements imprvisibles des marchs. Il peut aussi s’agir de nouvelles approches pour  concilier  le besoin de scurit et d’affirmation professionnelle des travailleurs avec les demandes d’adaptation des entreprises. Il peut galement s’agir de la question de la rpartition quitable des cots dus aux changements ou encore de la conciliation des exigences individuelles de compatibilit entre la vie prive et l’organisation du travail.

La conciliation peut tre dicte soit par les principes du march concurrentiel et globalis, soit par les principes de la cohsion sociale et le besoin d’assurer chacun l’accs quitable au bien-tre. Elle touche donc des choix politiques ainsi qu’ des rapports de force rtablir ou matriser.

Il est vrai que le pacte social et l’Etat providence fonds sur le rle intgrateur du travail s’appuient sur l’ide d’une rciprocit durable des bnfices tant pour les entreprises que pour les travailleurs et sur la rgulation collective comme mcanisme de conciliation des intrts spcifiques. Cependant la flexibilit du travail frappe au cœur ce pacte social : elle introduit l’ide que le travail peut ne plus tre un droit (incluant l’ide de scurit dans le long terme) mais une condition sociale non lie au principe de rciprocit des bnfices et dpendant de la conjoncture globale. Quels sont donc les termes de la conciliation de la flexibilit avec la cohsion sociale et quels peuvent tre les champs d’une nouvelle rgulation sociale ?

Le Conseil de l’Europe dfinit la cohsion sociale comme la capacit de la socit d’assurer (par le biais des institutions, des forces du march et des solidarits propres la famille et aux citoyens) le bien-tre de tous, en minimisant les effets de polarisation. La cohsion sociale renferme ainsi une notion de continuit, de construction de l’avenir long terme, de processus dmocratiques.

Le type de cohsion sociale qui s’est btie en Europe sur le modle fordiste se fonde sur l’ide de stabilit, de cursus continu et de progression. En inscrivant le droit au travail dans les constitutions, les Etats ont fait de la protection des travailleurs le fondement des solidarits collectives prsentes et futures. L’individu pouvait envisager l’avenir avec la certitude que le bien-tre des nouvelles gnrations sera suprieur au sien. L’espoir de construire pour le futur devenait le catalyseur de la cohsion sociale.

Les dfinitions de la flexibilit font allusion aux formes diverses de discontinuit (du nombre des travailleurs, de leurs comptences, des horaires de travail) et d’adaptabilit force ou volontaire du travail et renferment ainsi une notion de solution pour faire face au court terme. Outre la rupture avec l’organisation massive du travail, la flexibilit peut conduire la prcarisation de la vision d’avenir et la fragilisation des identits individuelles et collectives affirmes par le travail.

Les champs de la ngociation future doivent ainsi se construire autour de deux modalits de rgulation qui sont devenues antinomiques en termes de temps et de type de rsultat recherch : la cohsion sociale qui se ralise dans le long terme par la solidarit collective et la flexibilit qui se ralise dans le court terme par l’adaptabilit individuelle. 

Comment concilier ces deux modalits ? 

Plusieurs pistes sont envisageables : on peut, par exemple, valuer l’efficacit des rgulations du travail (construites sur le modle fordiste) par rapport aux nouvelles dynamiques qui s’installent, notamment les cycles plus courts de production, le modle d’entreprise  lean and mean , la dlocalisation des entreprises, l’accs des forces de travail non-proteges. On pourrait en conclure que, dans son acception la plus oppose la cohsion sociale,  flexibilit  signifie soustraire la force de travail la protection institutionnelle, c'est--dire la transformer en ressource rgule par le march avec une forte individualisation de la ngociation contractuelle.

Mais on peut aussi envisager la mise en place de certains nouveaux droits pour accompagner les transitions, telles que la scurisation des comptences professionnelles, le traitement des parcours discontinus, la lutte contre le vieillissement prcoce des travailleurs, etc. Il s’agirait alors de doter la flexibilit d’un cadre institutionnel pertinent, la lumire d’un objectif de cohsion sociale.

Par rapport la construction collective de l’avenir – composante essentielle du modle europen de cohsion sociale – la flexibilit individualise les espoirs et inscurise le futur. Une tude mene rcemment en Italie (par Eurispes) montre que parmi les travailleurs interviews (chantillon de 18-39 ans, temporaires, contractuels, employs pour un projet particulier, on-call, collaborateurs, etc.) aucun ne se sentait partie prenante d’un projet collectif et, ce qui est plus grave, trs peu d’entre eux arrivait envisager l’avenir avec espoir, ayant sacrifier ds prsent leur ralisation personnelle. Face de tels sentiments, outre des mesures  flexibles  de protection sociale, il faut galement se poser la question du partage des responsabilits au niveau individuel et socital. Comment se protger contre des flexibilits inacceptables et comment gagner du pouvoir pour accder la flexibilit dsire ? La comprhension des dcoupages des responsabilits peut ainsi porter sur la ngociation des espaces de coresponsabilit. Il s’agit par l d’examiner des modles de  socit providence  dans lesquels outre l’Etat et les citoyens, les entreprises, les fonds de pension, etc. intgreront la question sociale comme objectif de long terme.

Voici quelques unes des rflexions parmi les multiples questions que soulve la conciliation de la flexibilit du travail avec la cohsion sociale que le Conseil de l’Europe, en tant que garant de la dmocratie et du bien-tre de chacun des citoyens, souhaite porter l’attention des participants au Forum 2005. Ce dbat s’inscrit dans la recherche d’une coresponsabilit qui puisse relever les dfis que la globalisation pose au modle de cohsion sociale forge sur le principe selon lequel le travail est source de scurit, de protection, d’identit et d’avenir.