8 April: International Roma Day


"Les Européens doivent en apprendre plus au sujet des Roms"

Déclaration de M. Thomas Hammarberg, Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, à l’occasion du 8 avril, Journée Internationale des Roms.


A la veille de la Journée Internationale des Roms, nous devons faire un travail de mémoire sur la longue histoire de discrimination et de persécution, notamment le porrajmos (Holocauste) dont a souffert le peuple Rom. Au fil des années, les Roms ont subi l’ignorance et des préjugés persistants de la majorité de la population. Aujourd’hui en Europe, bien trop de femmes, d’hommes et d’enfants roms continuent à endurer des discriminations multiples dans leurs vies quotidiennes. Ils sont également le plus souvent écartés de la scène publique par le chômage et l’isolement dans les camps roms ou dans des écoles spéciales.

Les standards internationaux et européens dans le domaine des droits de l’homme assurent très clairement l’égalité de tous devant la loi et interdissent la discrimination basée sur l’ethnicité. Il n’y a pas de place pour le racisme dans une société démocratique. Les gouvernements ont le devoir formel d’amener l’égalité effective des opportunités pour tous. L’amélioration de l’accès des Roms au logement, à l’éducation, à l’emploi et aux soins de santé est absolument essentielle pour nombre d’entre eux.

Les plans d'action nationaux représentent un moyen de s'attaquer à ces problèmes et je suis conscient que de nouveaux plans ont été élaborés dans le cadre de la Décennie pour l’intégration des Roms 2005-2015. Je suivrai la réalisation de ces stratégies au cours de mes visites de pays. De plus, dans un nombre croissant de pays, la mise en place d’organes de recours “à seuil inférieur”, tels que les ombudsmans spécialisés et les tribunaux de lutte contre les discriminations, a déjà facilité l’accès des Roms, entre autres, à la justice.

Les institutions et les organes de monitoring du Conseil de l’Europe se sont efforcées de mettre au premier plan le respect de la pleine jouissance des droits de l’Homme par les Roms. C'est aussi, sans conteste, une priorité du Commissaire aux Droits de l’Homme et continuera à l’être au cours de mon mandat. La coopération avec le Forum Européen des Roms et des Gens du Voyage et avec les autres organismes représentant les Roms sera très importante.

Nous devons également combler le fossé des connaissances. Les Européens doivent en apprendre plus au sujet des Roms, de leur histoire et de la diversité de leurs identités. Les Roms doivent être visibles dans tous les domaines de la vie. Les autorités locales doivent s’engager dans un processus actif d’intégration mutuelle. Dans de nombreuses municipalités européennes, les politiques d’inclusion et de sensibilisation ont donné des résultats prometteurs. C’est en vivant, en travaillant et en apprenant tous ensemble que nous pourrons venir à bout de notre ignorance et des préjugés.

La réalisation de l’intégration des Roms renforcera la démocratie quotidienne et l’état de droit. C’est l’unique voie pour atteindre une société d’égalité réelle dans laquelle chacun a le droit de participer et d’être entendu.