A la Une
En 2017, le réseau MedNET élargit son champ d’activités à la question spécifique des femmes et des drogues

Nicolas Prisse, nouveau Président de la Mildeca a présidé la 21e réunion MedNET à Paris le 9 mai. Les participants se sont félicités de la mise en œuvre de l’ambitieux programme de travail MedNET couvrant la période 2016 -2018.
Ce réseau qui a fêté ses 10 ans en 2016 poursuit et élargit son champ d’activités, en insistant sur la dimension femmes des politiques drogues.
Ses activités ne cessent de se développer grâce aux contributions de ses donateurs : la France et l’Italie et à l’apport en expertise de l’ensemble de ses membres.
Le partage de connaissance et d’expériences dépasse le cadre du réseau grâce à l’expertise apportée également par des pays membres du Groupe Pompidou : Belgique, Croatie, Irlande et Suisse et également des pays non-membres comme l’Espagne.
Le modèle de coopération mis en place par ce réseau inspire d’autres régions du monde telles que l’Afrique Occidentale et l’Amérique Latine.
La Palestine, 14ème pays ayant rejoint MedNET fin 2016 participait à cette réunion et a exposé ses priorités pour les années à venir.




Un angle mort dans la lutte contre la drogue

Plus tôt cette semaine, M. Jan Malinowski du Groupe Pompidou, M. José Manuel Holgado Merion, Directeur , M. Pedro Garrido Roca, Brigade de Général, M. Pablo Martín Alonso, Lieutenant-Général ,et M. Laurentino Ceña Coro, Lieutenant-Général, de la Guardia Civil d’Espagne ont ouvert le premier deux jours conférence sur l’aviation générale ‘un angle mort dans la lutte contre la drogue!’ à Madrid.
Ils ont accueilli plus d’une centaine de participants de dix organisations internationales et trente-cinq pays d’Europe, d’Amerique du Nord et du Sud, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Au cours des deux derniers jours, plusieurs orateurs ont partagé leur expérience sur le terrain et des idées pour améliorer les politiques et les méthodologies dans un proche avenir.


 
Réformes de la justice pour mineurs en Ukraine

La «justice de réadaptation» doit équilibrer les risques et offrir la possibilité aux jeunes en difficulté avec la loi de vivre une vie digne, heureuse et respectueuse des lois. Le personnel pénitentiaire et les formateurs sont, d’un commun accord, arrivés à cette conclusion lors de l’atelier de trois jours qui s’est déroulé dans la prison pour mineurs de Krementchouk, du 24 au 26 mars 2017. Il s’agissait de la première formation mise en œuvre, dans ce centre correctionnel en Ukraine, par le Groupe Pompidou et l’organisation néerlandaise à but non lucratif «Friends of Pryluky». Après Pryluky et Melitopol, Krementchouk est la troisième institution pour mineurs à avoir ouvert ses portes à l’équipe d’experts et de formateurs. Un grand nombre de garçons dans ces établissements proviennent de familles défavorisées où la consommation d’alcool et de drogues est fréquente. Les techniques abordées au cours de l’atelier ont permis aux éducateurs et aux psychologues d’améliorer leurs compétences thérapeutiques et analytiques, tout en leur permettant d’en savoir plus sur l’évaluation des risques et les outils de prévention de la toxicomanie. En raison des réformes de la justice pénale en Ukraine, de moins en moins de mineurs sont incarcérés et, par conséquent, de nombreuses institutions pour mineurs délinquants seront amenées à fermer leurs portes. L’administration pénitentiaire ukrainienne a cependant annoncé cette semaine que l’institution pour mineurs de Krementchouk restera ouverte et deviendra le plus grand établissement correctionnel national pour garçons.



Les défis posés par les NPS dans les stratégies de réduction de la demande

Le séminaire du premier module de la formation 2017 du Groupe Pompidou s’est tenu en Israël, du 28 au 30 mars 2017, et a mis en présence 35 participants de 25 pays différents. Les gestionnaires de politiques drogues des pays participants ont exploré les spécificités des NPS, en mettant l’accent sur les offres de prévention et de traitement disponibles en Israël. Les visites d’études de projets ayant faits leur preuve ont donné lieu à des transferts de savoir-faire et des partages d’expériences dans les domaines de la prévention de la toxicomanie, du dépistage précoce et du traitement. Le séminaire a fourni des exemples de réponses souples et pragmatiques aux problèmes liés aux NPS. Ce module a été co-organisé avec Israël Anti-Drug Authority (IADA). À la suite de ces trois jours riches en échanges en Israël, les participants ont convenu à l’unanimité que les activités présentées étaient une grande source d’inspiration pour des approches axées sur des résultats mettant au centre de l’attention le bien-être du patient.
Lors du séminaire du second module, prévu du 30 mai au 2 juin prochains, à Alicante en Espagne, les participants continueront d’explorer les mesures et les concepts existants ainsi que leur applicabilité aux NPS. Ils auront également l’occasion de réfléchir ensemble, afin d’identifier quelles approches existantes en matière de réduction de la demande et de réduction des risques peuvent être appliquées aux NPS, et comment ces approches peuvent être concrètement mises en œuvre dans un contexte national. Le retour et les commentaires sur le séminaire du premier module montrent déjà que les participants, une fois le second module achevé, présenteront aux Correspondants Permanents du Groupe Pompidou des conclusions très pertinentes.








FOCUS
  Séminaire «Femmes et drogues: de la politique aux bonnes pratiques», Rome, 26 et 27 juin 2017, École nationale d’administration

Ce séminaire est organisé conjointement par le Groupe Pompidou du Conseil de l’Europe et le Département italien de la politique antidrogue (Dipartimento politiche antidroga). L’importance de tenir intégralement compte du genre dans les politiques et les programmes drogues a été reconnue dans le document final de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies de 2016, sur le problème mondial de la drogue. Par conséquent, ce séminaire s’efforcera de prendre en compte la résolution CND 59/5 sur l’intégration d'une perspective genre dans les politiques et les programmes liés aux drogues .
L’objectif du séminaire est de mettre en évidence les bonnes pratiques et d’encourager les meilleures d’entre elles. En outre, notre intention est d’identifier les problèmes les plus courants rencontrés par les femmes qui souffrent de troubles liés aux addictions. Les décideurs politiques, les chercheurs et les praticiens sur le terrain échangeront leurs connaissances ainsi que leur expertise sur ce sujet. Dans le cadre du programme de travail du Groupe Pompidou, ce séminaire fait partie de l’activité visant à soutenir l’intégration de la dimension de genre dans les politiques
drogues. Il fait suite au séminaire du Groupe Pompidou à Rome, en décembre 2015, sur le thème des « Femmes, violence et drogues ».
Le séminaire débutera le 26 juin 2017, à 9 heures, et se terminera le 27 juin, à 13 heures.

Vous pouvez vous inscrire en remplissant le formulaire d'inscription, accessible via LE LIEN ICI.

Projet de programme

 


  Nouvelle brochure du GP : Justice pénale et politiques drogues

Le Groupe Pompidou travaille en étroite collaboration avec les décideurs et les praticiens en matière de politiques de drogues nationales, afin de développer dans ce domaine des stratégies et des outils axés sur l’amélioration de la santé et des droits de l’homme dans les systèmes de justice pénale. Ces stratégies et outils comprennent des interventions contribuant à réduire la criminalité, la surpopulation carcérale et la stigmatisation des toxicomanes. La brochure «Justice pénale et politiques drogues» présente le travail du Programme «Justice pénale et prisons» du Groupe Pompidou, en donnant la parole aux experts et aux personnes ayant survécu à la toxicomanie et ayant connu des difficultés en prison.

 


Toute l'actualité
Conférence à Tbilissi sur la justice pénale et la prison

Les délégués à la Conférence internationale sur les alternatives à la répression et sur le traitement de la toxicomanie dans les prisons, tenue à Tbilissi du 21 au 22 mars 2017, ont appelé à l’élaboration de mesures de justice pénale pour les toxicomanes ayant des démêlés avec la justice. Plus de 70 représentants de haut niveau des ministères géorgiens concernés, des organisations internationales, des délégations de l’Arménie, de Biélorussie, de la République de Moldavie et d’Ukraine, des experts internationaux ainsi que des représentants locaux de la société civile ont ainsi pris part à la conférence. Les services de traitement de la toxicomanie dans les prisons et les sanctions alternatives pour les toxicomanes en Géorgie ont été abordés au cours de cette conférence. Les principaux experts en matière de drogues ont fait valoir que les peines de prison peuvent être contreproductives dans le traitement de la toxicomanie ainsi que dans la prévention de la récidive chez les prisonniers toxicomanes. Des exemples de bonne pratique européenne, tels que les Communautés thérapeutiques (CT), le traitement de substitution par des agonistes opiacés (OAT), les programmes d’échange d’aiguilles et de seringues (PES) ainsi que des alternatives aux sanctions pour les infractions liées aux drogues ont été présentés et discutés. Les participants ont convenu que les coûts pour la société et les risques de santé pour les personnes toxicomanes pourraient être réduits par des programmes efficaces de traitement de la toxicomanie et de réduction des risques dans les prisons et dans la communauté. La conférence a été préparée en collaboration avec le ministère géorgien de la Justice dans le cadre du projet du Groupe Pompidou sur les « Réponses de la justice pénale pour les détenus toxicomanes » au sein du Cadre de coopération en matière de programmation (PCF) Conseil de l’Europe/Union Européenne.


Femmes et drogues en Algerie: le Groupe Pompidou soutient la journee internationale des femmes

Avec un premier séminaire en Algérie sur le thème des femmes et des drogues, le Groupe Pompidou contribue à la journée internationale de la femme du 8 mars.

En accord avec le programme de travail de l’année 2017 du réseau MedNET et en collaboration avec l’Office National de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie en Algérie, le Groupe Pompidou organise un premier séminaire sur les femmes et les drogues à Alger. 80 participants du Ministère de la Justice, du Ministère de la Santé, de l’administration pénitentiaire, de la police, de la gendarmerie et de la société civile participeront à ce séminaire ainsi que des experts d’Egypte et de Grèce.









suite Toute l'actualité
Agenda
Mai

9, Paris
21e Réunion du Comité MedNET

10, Paris
4e et dernière réunion du groupe de travail sur le genre

17-18, Dubrovnik
3e réunion sur les interventions sur Internet – réduction de la demande

22-23, Strasbourg
80e réunion des Correspondants permanents

23-25, Algiers
Atelier MedNET sur les outils de prévention

30-2.03, Alicante
Module 2 Formation à haut niveau



suite Agenda 2017