ACCUEIL
PROGRAMME
En bref
Coordination
Evénements
DROITS DE L'ENFANT
Textes juridiques
Mécanismes de suivi
Activités
Coordinateurs nationaux
Enfants accueillis en protection de
l'enfance
Participation des enfants

 
La justice adaptée
aux enfants


 
Jurisprudence: Cour européenne des droits de l'homme
ENFANTS ET VIOLENCE
Thèmes clés

 
Lignes directrices du CoE contre la
violence
  Châtiment corporel
Violence à l'école
  Violence sexuelle
Politiques nationales
DOCUMENTS ET DISCOURS
Publications
Discours
MULTIMEDIA
Vidéos et reseaux sociaux
L'EQUIPE

Châtiments corporels  ...

Rien ne peut justifier la violence à l'égard des enfants

Voir la liste des célébrités qui ont déjà apporté leur soutien contre le châtiment corporel

Dans la plupart des pays européens, la société tolère, et même approuve, certaines formes courantes de violence à l’égard des enfants, notamment celles infligées dans le cadre familial.

Toutefois, aucune religion, croyance, situation économique ou méthode «éducative» ne saurait justifier coups, gifles, fessées, mutilations, mauvais traitements, humiliations ou toute autre pratique portant atteinte à la dignité de l’enfant. Les instruments internationaux des droits de l’homme reconnaissent aux enfants le droit à une protection contre toutes les formes de violence, notamment les châtiments corporels, et ceci dans tous les environnements (maison, école, établissements pénitentiaires, structures d’accueil alternatives).

Un tiers des Etats membres du Conseil de l’Europe ont aboli les châtiments corporels et d’autres se sont engagés à réexaminer leur législation en la matière. Malgré cette évolution, qui va dans le bon sens, les châtiments corporels demeurent légaux dans la plupart des pays et sont encore considérés comme une forme acceptable de « discipline », en particulier à la maison. La licéité des châtiments corporels est également contraire au droit des enfants à une protection égale au regard de la loi.

Abolir le châtiment corporel des enfants nécessite d’agir à différents niveaux. Cela demande de modifier la législation en profondeur et d’adopter de nouvelles mesures permettant de garantir la bonne application des lois et d’orienter les personnes qui travaillent avec les enfants et les familles. Une sensibilisation générale s’impose également, afin d’informer le public des droits des enfants et de changer les attitudes et les comportements.

Interdire les châtiments corporels ne veut pas dire engager des poursuites contre les parents où les culpabiliser : il s'agit de proposer des solutions alternatives viables à la discipline axée sur la violence. Ainsi, promouvoir une parentalité positive ou éduquer les enfants dans un environnement non violent et respectueux de leurs droits fondamentaux est une étape essentielle pour parvenir à un véritable changement.

L’Europe doit devenir un continent où le châtiment corporel des enfants n’existe plus. A cette fin, le Conseil de l’Europe a lancé le 15 juin 2008 à Zagreb une campagne de sensibilisation à l’échelle de l’Europe.
Voir :
Signature en ligne pour apporter votre soutien
Visionnage du Spot TV
Téléchargement du Spot TV en plusieurs langues
Cérémonie de lancement

Un pack media et un pack d'information
Sélection de textes juridiques
Points de vue
Publication sur les châtiments corporels et la parentalité positives
Rapports par pays sur les châtiments corporels en Europe (annexes en ligne de l’ouvrage L’abolition des châtiments corporels – un impératif pour les droits de l’enfant en Europe)