ACCUEIL
PROGRAMME
En bref
Coordination
Evénements
DROITS DE L'ENFANT
Textes juridiques
Mécanismes de suivi
Activités
Coordinateurs nationaux
Enfants accueillis en protection de
l'enfance
Participation des enfants

 
La justice adaptée
aux enfants


 
Jurisprudence: Cour européenne des droits de l'homme
ENFANTS ET VIOLENCE
Thèmes clés

 
Lignes directrices du CoE contre la
violence
  Châtiment corporel
Violence à l'école
  Violence sexuelle
Politiques nationales
DOCUMENTS ET DISCOURS
Publications
Discours
MULTIMEDIA
Vidéos et reseaux sociaux
L'EQUIPE

« Ne renvoyons pas automatiquement les enfants migrants seuls » déclare le Commissaire Hammarberg en présentant son Carnet des droits de l’homme

Strasbourg, 21.04.2010 – « Tous les jours, des enfants migrants non accompagnés arrivent en Europe sans que l’on réponde à leurs besoins comme il le faudrait. Quelles que soient les difficultés d’intégration et d’adaptation qu’ils peuvent rencontrer ici, une société humaine devrait prendre leurs problèmes plus au sérieux et éviter de les renvoyer sans tenir compte des conséquences de ce geste. »

Thomas Hammarberg, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, a ainsi commenté aujourd’hui la publication d’un article sur les enfants migrants non accompagnés. Ce texte est le premier d’une série de réflexions qu’il publiera régulièrement dans son Carnet des droits de l’homme.

Le Commissaire constate avec préoccupation que plusieurs pays renvoient rapidement les enfants dans de nouveaux centres d’accueil spécialement créés dans leur pays d’origine. « Au Danemark, en Espagne, en Norvège, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Suède, les autorités étudieraient la possibilité de renvoyer des enfants dans des établissements de ce type en Afghanistan, en Irak et dans certains pays d’Afrique » a-t-il déclaré.

 Le Commissaire Hammarberg a souligné que cette pratique devait s’accompagner d’une évaluation scrupuleuse de l’intérêt supérieur de l’enfant, notamment sous l’angle de sa sécurité et de sa protection, et que toute mesure relative aux migrations d’enfants devait respecter les droits énoncés dans la Convention relative aux droits de l’enfant.

 « Au cours de mes visites dans les Etats membres, j’ai rencontré un certain nombre de mineurs non accompagnés qui ont réussi à se frayer un chemin en Europe. Leur problème était moins d’être séparés de leurs parents – même si c’est toujours difficile – que les menaces et les sombres perspectives dans leur pays d’origine. Les institutions de placement ne sont pas une solution pour ces jeunes. »

 Les articles publiés par le Commissaire dans son Carnet en anglais, français et russe peuvent être repris par les médias sans autorisation préalable à condition que le texte et l’enregistrement ne soient pas modifiés et que la source soit mentionnée. Des fichiers audio et vidéo sur le travail du Commissaire sont également accessibles sur ce site web, ainsi qu’un fil RSS et des outils de réseaux sociaux.