La liberté des médias est menacée en Europe

Londres, 08/12/11  –  Dans la perspective de la journée des droits de l'homme (10 décembre), Thomas Hammarberg, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, a présenté un nouvel ouvrage intitulé Human rights and a changing media landscape lors d’une conférence de presse organisée par ARTICLE 19 le jeudi 8 décembre 2011 à Londres.

« La défense de tous les droits de l'homme dépend de la liberté et du pluralisme des médias. D’où l’urgence de contrer les restrictions imposées par les gouvernements et la tendance à la création de monopoles », a déclaré à cette occasion Thomas Hammarberg.

« Des journalistes sont assassinés ou reçoivent des menaces, des régimes cherchent à contrôler des chaînes de radio et de télévision et à empêcher l’accès aux informations concernant les activités des gouvernements. Dans le même temps, nous avons vu que des ambitions commerciales sans limites peuvent encourager des pratiques journalistiques contraires à la loi et à la déontologie ; en témoigne notamment le scandale des écoutes téléphoniques qui auraient été pratiquées par le journal britannique News of the World. »

L’ouvrage qui vient de paraître rassemble les contributions de huit experts, que le Commissaire a invités à s’exprimer sur six thèmes, envisagés du point de vue des droits de l'homme : les médias sociaux, la protection des journalistes contre la violence, le journalisme éthique, l'accès aux documents des autorités publiques, les médias de service public et le pluralisme des médias.

« Ces contributions mettent en évidence la nécessité de mieux protéger la liberté des médias et la liberté d'expression en Europe aujourd'hui », a indiqué le Commissaire lors de la manifestation organisée par ARTICLE 19 à Londres.

Dans l’avant-propos de l’ouvrage, Thomas Hammarberg insiste sur le rôle des médias, qui révèlent des violations des droits de l'homme et permettent à différentes voix de se faire entendre dans le discours public. Il soutient que la radiodiffusion de service public contribue à garantir le pluralisme des médias et à faire contrepoids aux monopoles. Le Commissaire ajoute que tout cas de violences ou de menaces à l’encontre d’un journaliste doit donner lieu à une enquête sérieuse et rapide, car l’impunité encourage à commettre d’autres meurtres et tend à paralyser le débat public.

Le phénomène des médias sociaux nous met face à toute une série de nouveaux défis. Les blogs, les sites de vidéos en ligne et les réseaux sociaux sont devenus un cadre privilégié du débat politique et de l’organisation de l’action politique – au point de provoquer des réactions brutales de la part de certains Etats répressifs. S’il est nécessaire de mieux protéger l’intégrité des personnes dans les médias sociaux, cela ne justifie cependant pas de porter atteinte à la liberté d’expression.

Les médias traditionnels ont été durement frappés par la crise économique mondiale. Des milliers d'emplois ont été supprimés et des coupes claires ont été faites dans les activités de recherche, de vérification et d'investigation originale, ainsi que dans les programmes de formation. C'est dans ce contexte que le terme de journalisme éthique prend tout son sens. Les médias devraient établir un système d'autorégulation efficace, qui soit fondé sur un code de déontologie adopté par la profession et comprenne une instance habilitée à recevoir et à traiter les plaintes.

« J’espère que ce livre attirera l’attention sur les enjeux actuels. Nous avons en effet grand besoin d’un débat public sérieux sur l’évolution des médias et ses conséquences pour les droits de l'homme », a conclu le Commissaire.

Le livre Human Rights and a changing media landscape peut être commandé sur le site web des Editions du Conseil de l'Europe : book.coe.int.

Lire le livre Human rights and a changing media landscape (anglais uniquement)
Page thématique sur la liberté des médias


Contact presse au bureau du Commissaire :
Anki Wood, +33 (0)6 61 14 78 35 ; anki.wood@coe.int    

Suivez le Commissaire sur Twitter