4 novembre 2014 (10h30-12h30) - Salle 11 – Palais de l’Europe, Interprétation: FR/EN

 

Dans un jury citoyen, un panel sélectionné au hasard reflètant la composition du public se réunit pour délibérer sur un sujet de politique publique et développer des solutions de base communes. Ce modèle de démocratie délibérative est-il une réelle opportunité pour les jeunes de co-décider et offre t’il une alternative à une représentativité traditionnelle ?

Le jury citoyen, New Democracy Foundation, Australie

En avril 2013, la fondation NewDemocracy a été choisie par le premier ministre d’Australie méridionale pour diriger un jury citoyen dans les affaires de violence liées à l’alcool. A tous les niveaux de pouvoir, il peut arriver que l’on renonce à prendre des décisions qui soient bonnes par crainte du coût politique que pourrait entraîner la réaction de l’opinion publique. Le Jury citoyen, composé de personnes choisies au hasard, sans lien avec un parti ou un lobby, et qui ne cherchent pas à se faire réélire à une quelconque fonction, peut faire office de dernier filtre pour garantir que des solutions politiques intéressantes accèdent au stade du débat public. L’élément déterminant est que le niveau d’autorité attribué à ce jury par le Premier ministre permettra à ses recommandations d’être soumises directement au Cabinet et d’être présentées, sans changement, au Parlement.

Site web :  http://www.newdemocracy.com.au/

Présentateurs

Mme Amelia LOYE, Australie, directrice générale, Engage2

Depuis plus de douze ans, Amelia Loye travaille pour les gouvernements en Australie, Canada et Nouvelle-Zélande en faisant participer les parties prenantes et des citoyens dans la planification et le développement des politiques et la réforme législative. En tant que chercheur en sciences sociales, elle utilise l’engagement pour collecter des informations, intégrer les outils digitaux pour soutenir la démocratie participative et délibérative en ligne, analyser les informations collectées et gérer les relations générées. Grâce à ses travaux Amelia mène la réforme démocratique et les changements organisationnels dans les gouvernements pour s’assurer que les citoyens ont leur mot à dire dans le processus et de ce fait, les décideurs politiques peuvent comprendre et prendre en considérations les questions et impacts d’ordre social.

@Emotivate


M. Iain WALKER, Australie, directeur exécutif de la newDemocracy Foundation

Iain Walker est directeur exécutif de la newDemocracy Foundation (nDF). Ce groupe de recherche non partisan et non thématique, à but non lucratif, mène des travaux de recherche visant à introduire des innovations dans les structures démocratiques et finance les tests grandeur nature de ces projets. En alliant les trois éléments que sont la sélection aléatoire, un temps non limité et l’accès à toutes les informations et à des forums de dialogue facilités par des structures indépendantes, il est possible de parvenir à un résultat beaucoup plus solide et crédible aux yeux du public, ce qui peut aider les gouvernements à obtenir le consentement du public dans des arbitrages difficiles. Les recherches et l’action de nDF visent à identifier des processus de décision publique moins conflictuels et plus inclusifs.

@newDemocracyAUS


Intervenants

Durant le laboratoire, les intervenants sont invités à faire des commentaires critiques sur l'impact, la transférabilité, la durabilité et le risque de l'initiative.

Mme Iulia MOTOC, Roumanie, Juge à la Cour européenne des Droits de l'Homme et Professeur à l'Université de Bucarest

Iulia Motoc est juge à la Cour européenne des Droits de l’Homme et professeur à l’université de Bucarest. Elle était juge à la Cour constitutionnelle de Roumanie (2010-2013) et vice-présidente du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unis. Avant de prendre ses fonctions à la Cour constitutionnelle Iulia Motoc travaillait auprès des Nations Unis comme Rapporteur spécial pour les droits de l’homme et la génétique, Rapporteur Spécial sur la situation des droits de l’homme en RDC et Présidente de plusieurs groupes de travail et sous-commissions. Elle a enseigné à l’Institut européen de Florence, à la Faculté de droit de l’université de New-York et à l’université Saint Thomas de Miami. Elle a largement publié dans les domaines du droit international et droit international humanitaire.


M. Beat ROHNER, Suisse, Membre du Directoire de l’Assemblée des Régions d’Europe et Président du Réseau Régional des Jeunes

Beat Rohner a été élu en 2004 membre du Conseil d’Administration du parlement des jeunes de St Gallen (Suisse). Parallèlement il a activement participé à l’organisation du Sommet des Jeunes au Lac de Constance en 2005 et 2008, le plus grand événement politique des jeunes dans la région, avec plus de mille participants. Avec 90 autres jeunes européens, il a eu l’honneur de fonder le réseau régional des jeunes de l’Assemblée des Régions d’Europe à Wiesbaden en 2008, actuellement le réseau régional le plus important de Parlements de jeunes, Conseils de jeunes et associations de jeunes en Europe. En automne 2011, Beat Rohner a été élu chef du Comité jeunesse pour l’éducation et la culture et vice-président du réseau régional des jeunes de l’AER. Un an plus tard, ses représentants l’ont élu président du Réseau régional des jeunes. 


Modérateur

...

Dessinateur

...