Retour

La coordinatrice du Forum mondial de la démocratie participe à un débat sur « l’immigration et la montée du populisme de la droite radicale »

Parlement européen, Bruxelles, Belgique 11 mai 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
La coordinatrice du Forum mondial de la démocratie participe à un débat sur « l’immigration et la montée du populisme de la droite radicale »

La coordinatrice du Forum mondial de la démocratie s’est rendue le 11 mai dernier au Parlement européen à Bruxelles pour y modérer un débat sur « l’immigration et la montée de l’extrême droite »

Le discours politique populiste se caractérise entre autre par sa position anti-immigration. De nombreux pays européens ont connu une forte augmentation du nombre d'immigrants accompagnée de vagues d'hostilité envers les étrangers perçus comme une menace pour les emplois et les vies précaires, mais aussi comme un défi pour les cultures et les identités nationales. La conférence a traité des situations spécifiques dans plusieurs États membres de l'UE et des stratégies possibles pour lutter contre le discours de haine et la politique de la peur et de la haine.

Cet événement était présidé par des députés européens,  Ana Gomes du Portugal et Peter Niederlerchner de Hongrie. Y participaient également, Gavan Titley, professeur titulaire d’études médiatiques de l’université nationale d’Irlande ainsi que Ricard Zapata Barrero, professeur au département de sciences sociales et politiques de l’université Pompeu Fabra en Espagne.

M. Titley a parlé de l'utilisation des médias et de l'apparition de populistes d’extrême droite. M. Zapata Barrero a analysé l'impact de la poussée populiste sur les partis politiques traditionnels et proposé des stratégies et des réponses contradictoires. Des études de cas approfondies en Finlande et au Royaume-Uni ont également été discutées. En outre, le documentaire "Boiling point" a été projeté. Ce film représente les deux faces d'une Finlande en colère et divisée: d’un côté, les demandeurs d'asile et de l’autre des individus organisés en patrouille de rue anti-migrants qui se revendiquent soldats d'Odin.

Les recommandations ci-dessous seront prises en compte lors de la préparation du Forum mondial de la démocratie 2017 :

  • Le besoin de plus d'espaces pour le débat politique. Il semble y avoir un lien entre le populisme et les pays où le degré d'engagement actif de la société civile et le débat dirigé par le parti dans les clubs, les églises, les universités, les syndicats, etc. est faible ;
  • Les partis et les candidats devraient passer plus de temps à échanger avec leurs électeurs ;
  • Les partis devraient promouvoir la diversité parmi leurs adhérents et leurs candidats ;
  • Investir dans l'éducation : un bon niveau d'éducation est le meilleur indicateur du vote non populiste ;
  • Les principaux partis devraient s'engager de manière convaincante en faveur des droits LGBTQ, les minorités, les droits des femmes, qui ont été investis par des populistes ;
  • Les principaux partis tentent d'être neutres - non racistes, non xénophobes, mais ils devraient être activement anti-xénophobes, antiracistes.
  • Le besoin d'instruments pour mesurer si et dans quelle mesure les récits de partis politiques sont xénophobes et discriminatoires, avec des indicateurs objectifs solides, un système de suivi et des sanctions. Les partis étant de plus en plus remplacés par des mouvements et des listes « sans étiquettes », nous ne pouvons pas compter sur l'autorégulation, mais nous avons besoin d’organismes extérieurs pour surveiller et sanctionner le cas échéant.