3 mai - Journée mondiale de la liberté de la presse

La Journée mondiale de la presse a été instaurée par l'Assemblée générale des Nations Unies en décembre 1993.

Cette journée, célébrée chaque année le 3 mai, est à la fois une journée d'action à travers la mise en place d'initiatives visant à la défense de la liberté de la presse, une journée d'évaluation de l'état de la liberté de la presse dans le monde, une journée d'alerte du public et de sensibilisation, une journée de stimulation du débat parmi les professionnels des médias ainsi qu'une journée commémorative en mémoire des journalistes qui ont perdu la vie pendant qu'ils exerçaient leur profession.

L'action du Conseil de l'Europe en faveur de la liberté de la presse et de l'information repose sur l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme qui fait de ce droit fondamental une pierre angulaire de la démocratie. Il mène des activités de coopération afin d'aider les pays à élaborer des textes de loi et d'instaurer des pratiques conformes aux normes européennes. Il a notamment créé un groupe international de spécialistes pour traiter des questions de liberté d'expression et d'information en temps de crise. Les mutations de la société de l'information placent le Conseil de l'Europe devant le défi de défendre et maintenir ses principes fondamentaux dans de nouveaux environnements, dont le principal est l'Internet.

Edition 2013

La liberté de la presse à l'ère numérique : nouvelles menaces, nouveaux défis

« Alors qu'une part croissante de l'activité journalistique se déroule sur internet, l'Europe n'est pas devenue plus sûre pour les personnes qui expriment des opinions critiques. Certes, il est désormais possible de communiquer des informations plus vite et à un plus large public qu'auparavant. Mais les personnes ayant recours à ce moyen de communication s'exposent à des menaces à la fois nouvelles et anciennes : violence, intimidation, poursuites pour des propos pourtant tout à fait légaux, harcèlement judiciaire et surveillance sont en effet autant de méthodes qui continuent d'être utilisées à l'ère numérique, y compris en Europe », déclare Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, en publiant aujourd'hui un nouvel article dans le Carnet des droits de l'homme.

Chaque jour, internet permet à la liberté d'expression de s'exercer dans l'intérêt public, en Europe et ailleurs. Ainsi, c'est grâce à internet que de plus en plus de personnes sont informées des affaires de corruption ou de mauvaise gestion, de comportements contraires à l'éthique d'agents publics ou d'entreprises ou encore de graves violations des droits de l'homme. Ces informations sont souvent données par des blogueurs, des « citoyens reporters », ou d'autres qui, au même titre que les journalistes traditionnels, risquent désormais des représailles de la part des autorités ou de groupes d'intérêt (par exemple la criminalité organisée ou des groupes ethniques ou religieux rivaux). (suite...)

«Les gouvernements européens se doivent de garantir la liberté des médias, condition essentielle de la démocratie», déclare le Secrétaire Général Thorbjørn Jagland

Le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland, a exhorté les gouvernements à respecter pleinement le droit à la liberté d'expression et à une presse libre. Il a rappelé que des journalistes restaient, aujourd'hui encore, exposés à l'oppression et à la censure dans certaines régions d'Europe.

« Il n'est pas de véritable démocratie si les journalistes ne peuvent travailler librement, sans craindre ni l'oppression ni la censure. Dans certains pays malheureusement, les tentatives de placer les médias sous contrôle ou de les contraindre au silence, de même qu'une tendance à l'autocensure, n'ont pas disparu.

Le Conseil de l'Europe, avec la Cour européenne des droits de l'homme, reste l'ardent défenseur de la liberté d'expression, mais les gouvernements peuvent et doivent redoubler d'efforts pour respecter leurs engagements au regard de la Convention. (suite...)

Journalistes en temps de crise

La guerre, le terrorisme, les menaces pesant sur la stabilité et les catastrophes naturelles conduisent à un renforcement de la sécurité et de la surveillance dans le monde entier. Comment cela affecte-t-il l'accès à l'information et le travail des journalistes ? Concerné par l'érosion de la liberté de la presse en situation de crise, le Conseil de l'Europe a adopté trois documents particulièrement significatifs, une Déclaration sur la liberté d'expression et d'information dans les médias dans le contexte de la lutte contre le terrorisme, des lignes directrices sur la protection de la liberté d'expression et d'information en temps de crise et une Déclaration sur la protection et la promotion du journalisme d'investigation.

Liberté d'expression et défis de l'Internet

Le Conseil de l'Europe examine les politiques possibles pour répondre aux questions de protection de droits de l'Homme posées notamment par les réseaux sociaux et les moteurs de recherche, les questions de la neutralité du Net (Net neutrality) et la garantie de l'accès à l'information.

A propos de la Journée

Plus d'informations

Article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme

''Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n'empêche pas les Etats de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d'autorisations''.

Prix

Sites de référence

Dossier connexe