Toutes les news Toutes les news
Retour

Les autorités ukrainiennes doivent se prémunir contre les expulsions, la violence anti-Roms, aborder les tensions interethniques et rétablir le respect de l'état de droit

headline Strasbourg 7 April 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Les autorités ukrainiennes doivent se prémunir contre les expulsions, la violence anti-Roms, aborder les tensions interethniques et rétablir le respect de l'état de droit

Valeriu Nicolae, Représentant spécial du Secrétaire Général (RSSG) pour les questions relatives aux Roms, condamne fermement le démantèlement et la mise à feu d'un camp Rom dans le district de Bereznyaky à Kiev, ou réside environ 150 personnes. Les experts locaux estiment que plus de 70 enfants sont laissés sans domicile suite à l’expulsion du 6 avril 2017.

« Des expulsions sans préparatifs adéquats pour la réinstallation des personnes impliquées sont illégales et portent un traumatisme important sur la vie de ces personnes. Je demande au Conseil municipal de Kiev de mettre un terme aux expulsions des communautés Roms et de fournir des compensations appropriées à ceux qui ont déjà été expulsés, conformément à la loi internationale. Il faut faire face à la tension interethnique dans le camp afin d'empêcher sa propagation. Cela devrait être la priorité principale pour le Conseil municipal et nous sommes prêts à apporter notre expertise pour garantir les meilleures solutions aux problèmes auxquels il fait face », a déclaré le RSSG pour les Roms.

C’est le dernier incident de ce genre dans la région où, le 28 août 2016, des violences anti-Roms ont éclaté après l'arrestation d'un homme suspecté du meurtre d'une fillette de neuf ans. Six maisons Roms ont été vandalisées et une maison a été incendiée devant des policiers. Dix familles Roms, soit environ 60 personnes, ont fui le village avant l'attaque. Suite à une demande de résidents non-Roms, les autorités locales ont convenu de prendre des mesures pour expulser les familles Roms du village.

Valeriu Nicolae réclame que des mesures immédiates soient prises pour arrêter cette tendance et a réitéré le fait que «les autorités doivent lutter contre la stigmatisation et la violence contre les Roms et appliquer la loi, fondée sur des principes d'égalité et de non-discrimination».

La défense les droits de l’homme et des principes démocratiques et le rejet de tous types de discrimination, violence, harcèlement, incitation à la haine et de discours de haine contre les Roms et les Gens du Voyage est une priorité du Conseil de l’Europe.

 

Pour plus d'information veuillez contacter:

Robert Rustem

Agente de liaison du équipe du SRSG

Robert.rustem@coe.int

Tel.: +33 3 90 21 43 31