Retour

L’Autriche devrait revoir les règles sur l’intégrité au Parlement et l’indépendance de la justice : rapport sur l’action contre la corruption

Groupe d’États contre la corruption (GRECO) Strasbourg 13 février 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
© Shutterstock. Parlement autrichien (Vienne)

© Shutterstock. Parlement autrichien (Vienne)

En dépit des progrès louables réalisés ces dernières années par l’Autriche dans ses politiques nationales anticorruption, leur volet concernant les parlementaires n’est pas encore très avancé. Selon un nouveau rapport du Groupe d’États contre la corruption (GRECO) du Conseil de l’Europe, des règles sont nécessaires pour gérer les conflits d’intérêts lorsqu’ils se produisent et un code de conduite devrait être établi pour améliorer l’image dégradée des élus politiques au sein de la population

Ainsi, en dépit de dispositions dans le Code pénal autrichien sanctionnant la corruption des parlementaires, le GRECO a constaté qu’il n’existe pas de règles préventives ou administratives concernant les interdictions ou restrictions à l’acceptation de cadeaux et autres avantages par des parlementaires, ou de procédure spécifique à suivre pour signaler et autoriser, pour déclarer ou pour rendre ou refuser des cadeaux ou avantages non sollicités ou inacceptables.

Dans sa dernière évaluation de l’Autriche, le GRECO, s’appuyant sur les réponses de l’Autriche au questionnaire et sur les visites dans le pays, a relevé que, lors de récents sondages, plus de 30% des personnes interrogées considèrent acceptable d’offrir un cadeau ou une faveur pour obtenir quelque chose de l’administration publique ou un service public. Ce pourcentage est nettement plus élevé que la moyenne de l’UE.


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter