Gubaz KOBERIDZE

Représentant de l’Alliance des syndicats d’étudiants géorgiens

« Nous travaillons principalement pour les écoles et les étudiants et pour la défense de leurs droits. J’ai rejoint la campagne depuis presque un an. Je suis militant en ligne et volontaire au Conseil de l’Europe. J’interviens également localement en Géorgie. Nous organisons des activités pédagogiques pour les étudiants et œuvrons à la mise en place de comités de campagne en Géorgie ».

Neringa TUMENAITE

Représentante de l’ONG lituanienne Creativitas, qui a pour mission de développer et de mettre en place des approches créatives et innovantes en matière d’apprentissage tout au long de la vie et de travaux de jeunesse.

« L’ampleur et l’importance prises par les communautés en ligne et les réseaux sociaux sont porteuses de nombreuses possibilités mais comportent également des risques d’abus, notamment lorsqu’il s’agit de jeunes ou d’autres groupes vulnérables. Voilà pourquoi il est selon moi essentiel de soutenir cette campagne et de sensibiliser à ces problématiques. Ce sera en effet probablement la seule façon de créer un espace en ligne sûr et accueillant pour tous ».

Julian PERDRIGEAT

Militant au MRAP

Qu’est-ce qui vous pousse à agir contre le discours de haine en ligne ? : « Le fait qu’il s’agisse d’une campagne européenne et que le local et l’international aillent de pair ».
Quelle a été pour vous l’expérience la plus marquante de la campagne ? : « La rencontre avec de jeunes Européens animés par le même objectif : combattre le racisme et le discours de haine en ligne et hors ligne ”.

Balint JOSA

Cofondateur de « Foundation of Subjective Values », coordinateur de projet à UNITED for intercultural action et vice-président du comité national de campagne hongrois, formateur, collecteur de fonds, organisateur d’événements, administrateur de réseau.

Qu’est-ce qui vous pousse à agir contre le discours de haine en ligne ? : « Je trouve terrible que les personnes qui ont des identités différentes ne puissent pas profiter de la plus formidable invention de l’humanité sans s’exposer sans cesse à la discrimination ; les semeurs de haine doivent selon moi sérieusement se confronter à la réalité de ce monde ».

Ian MCGAHON

Militant de la justice sociale, a travaillé avec des migrants, des personnes LGBTQ et des personnes handicapées.

Qu’est-ce qui vous pousse à agir contre le discours de haine en ligne ? : L’oppression et le harcèlement dont j’ai pu être victime et l’envie de réagir. Et d’une manière générale, la colère que m’inspire le discours de haine en ligne !
Quelles sont vos compétences en tant que militant de la campagne en ligne ? : Mobiliser en ligne, gérer les médias sociaux et déconstruire les arguments.

Adriana DELGADO

Féministe, militant en ligne et bénévole à Rede de Jovens pela Ingualdade

Qu’est-ce qui vous pousse à agir contre le discours de haine en ligne ? : « Internet fait partie de notre quotidien et je crois que chacun devrait s’y sentir en sécurité et bienvenu et ne pas systématiquement y rencontrer une hostilité verbale ».
Quelle a été pour vous l’expérience la plus marquante de la campagne ? : « Faire partie d’une communauté de militants qui partagent mes idées ».

Sara SERRANO LATORRE

Journaliste spécialiste des droits de l’homme, militante en ligne pour le MCDH et bénévole à Movimiento contra la Intolerancia

Qu’est-ce qui vous pousse à agir contre le discours de haine en ligne ? : « Nous assistons actuellement à une montée du discours intolérant et haineux et je veux être de ceux qui lui opposent un contre-discours ».
Quelle a été pour vous l’expérience la plus marquante de la campagne ? : « Faire partie de ce groupe international de jeunes unis autour du  même objectif d’en finir avec la HAINE ! »

Steven CLARITY

Végétalien, anticapitaliste, antifasciste qui soutient le Mouvement de manière autonome, principalement en ligne

Qu’est-ce qui vous pousse à agir contre le discours de haine en ligne ? : « La gravité, les répercussions et les perspectives du discours de haine en général et les risques auxquels nous nous exposons en ne nous attaquant à ce phénomène en ligne dès qu’il apparaît. »

Lilla NEDECZKY

Membre du comité national de campagne du Mouvement contre le discours de haine en Hongrie, représentante de Hope for Children en Hongrie

Ce qui m'a poussé à agir : « Sensibiliser les jeunes au discours de haine en ligne, car c’est un sujet qui devient de plus en plus préoccupant pour les jeunes générations hongroises ».

Mustafa GUNDOGDU

Coordinateur de la campagne pour le ministère turc de la Jeunesse et des Sports, soutien officiel de la campagne

Qu’est-ce qui vous pousse à agir contre le discours de haine en ligne ? : L’influence négative du discours de haine sur la cohésion sociale me pousse à agir.
Ma participation à l’atelier pour les coordinateurs nationaux à Bruxelles a été pour moi l’expérience la plus marquante de la campagne.

Mehmet ÇETİNKAYA

Bénévole à Born to Be, Président/Fondateur à YINFO Gençlik Bilgi Merkezi (Centre d’information pour les jeunes YINFO), Formateur à l’Agence nationale turque

La mission principale du Centre d’information pour les jeunes (YINFO), est d’intervenir en ligne et d’informer les jeunes de leurs droits et des possibilités qui leur sont offertes au niveau européen.
Nous sommes la première ONG en Turquie à avoir lancé l’idée du bénévolat en ligne et  l’avoir concrétisée.
Nous avons constitué un réseau de plus de 560 bénévoles dans 74 provinces de Turquie et avons atteint près de 26 000 « likes » et membres sur notre compte Facebook et plus de 42 000 abonnés sur Twitter. 
Les réseaux sociaux étant notre principal axe d’intervention, nous sommes attentifs à la nécessité pour les jeunes d’un internet meilleur, plus sûr où le discours de haine n’a pas droit de cité.