Nos invités

Nos invités

De nombreuses personnalités, de toutes nationalités et de toutes confessions, ont été accueillies au Conseil de l'Europe. Ces hommes et ces femmes qui ont été ou sont porteurs de projets politiques, sociaux ou culturels, illustrent la dynamique et les valeurs qui, depuis les années 50, président aux travaux du Conseil de l’Europe


Vous devez activer Javascript dans votre navigateur
ou mettre à jour votre version du Flash Player
pour pouvoir accéder au contenu de ce site !

Obtenir le Flash Player


Yitzhak Rabin [1922 - 1995]

Premier Ministre de l'Etat d'Israël

28 janvier 1994

quoteLa route vers la paix traverse l'Europe, car, sans l’Europe, la paix demeurerait incomplètequote

Son discours :

Je viens de Jérusalem, la capitale éternelle du peuple juif, la ville où les prophètes ont proclamé leurs visions de paix, pour vous dire que le Gouvernement d'Israël a conscience que des millions de personnes dans le monde entier ont les yeux tournés vers elle en prière, en grand espoir, dans l'attente d'une nouvelle voie, d'un nouvel élan. Je viens de Jérusalem pour vous dire que le Gouvernement d'Israël souhaite ardemment la paix et est prêt à la faire.

Je veux encore vous dire que nous savons que nous rencontrerons des obstacles, qu' il y aura des crises, que nous connaîtrons déceptions, larmes et douleur. Mais, à la fin du chemin, nous parviendrons à la paix. Soutenus par vos encouragements, par votre sollicitude et par votre aide, nous y arriverons. Dans la dernière décennie de ce XX" siècle, des remparts de haine se sont écroulés, des peuples ont été libérés et des barrières artificielles sont tombées, des puissances se sont désagrégées et des idéologies se sont effondrées. Nous avons le devoir sacré, envers nous-mêmes et envers nos enfants, de voir le monde tel qu'il est devenu, d'en considérer les dangers, d'en explorer les perspectives, et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que l'Etat d'Israël trouve sa place dans ce monde en changement. Un monde qui, ces dernières années, s'est comme rétréci, de sorte qu'aucune nation ne peut plus seule résoudre ses problèmes, qu' aucun pays ne peut plus se croire isolé. Chacun doit se défaire de cette fausse impression et coopérer avec les nations voisines et avec celles du monde entier. Nous souhaitons que notre région se joigne également au mouvement vers la paix, la réconciliation et la coopération, qui gagne chaque jour du terrain.

Je me suis engagé moi-même, et j'ai engagé mon gouvernement, dans l'actuel processus de paix et j'ai, à plusieurs reprises, exprimé mon espoir qu'en cette année 1994 nous parviendrons à un accord de paix avec nos voisins arabes. Du fond du cœur, nous sommes convaincus que la paix est possible, qu' elle est impérative, et qu'elle viendra. […] En bref, l’Europe doit mener à bien l’entreprise laborieuse qui consiste à convaincre des parties rivales à passer de l'hostilité à la réconciliation, et de remplacer le boycott par l'acceptation d'autrui. L' Europe doit peser de tout son poids en faveur de la consolidation de la paix sous son aspect concret: l'ouverture des frontières, la libre circulation des biens et des personnes, la coexistence et la coopération. En vérité, la route vers la paix traverse l'Europe, car, sans l’Europe, la paix demeurerait incomplète.