Nos invités

Nos invités

De nombreuses personnalités, de toutes nationalités et de toutes confessions, ont été accueillies au Conseil de l'Europe. Ces hommes et ces femmes qui ont été ou sont porteurs de projets politiques, sociaux ou culturels, illustrent la dynamique et les valeurs qui, depuis les années 50, président aux travaux du Conseil de l’Europe


Vous devez activer Javascript dans votre navigateur
ou mettre à jour votre version du Flash Player
pour pouvoir accéder au contenu de ce site !

Obtenir le Flash Player


Helmut Kohl [1930 - ]

Chancelier de la République Fédérale d'Allemagne

10 octobre 1997

quoteLe Conseil de l'Europe a apporté une très importante contribution à l'intégration européennequote

Son discours :

Lors du sommet précédent qui s'est tenu à Vienne, il y a quatre ans, le nombre des membres n'était que de trente-deux. La simple comparaison de ces deux chiffres témoigne du pouvoir d'attraction et du rayonnement du Conseil de l'Europe et de l'idée qu'il incarne : l'unité spirituelle et culturelle de notre continent.

En acceptant très tôt et systématiquement les pays d'Europe centrale, d'Europe de l'Est et du Sud-Est engagés sur la voie de la réforme, le Conseil de l'Europe a apporté une très importante contribution à l'intégration européenne.

Lors de notre première réunion au sommet, à Vienne, nous avons pris des décisions de grande portée. Ces journées à Strasbourg seront, elles aussi, à l'origine d'impulsions significatives : Je citerai par exemple la création imminente de la Cour permanente des droits de l'homme - avancée décisive qui permettra d'améliorer encore la protection des droits de l'homme en Europe.

Qui d'entre nous, il y a dix ans, aurait pu imaginer une telle évolution ? Mais voilà que nous la vivons.

Je citerai aussi les initiatives du Conseil de l'Europe en faveur de la lutte contre le racisme et la xénophobie, ainsi que la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, qui doit bientôt entrer en vigueur.

Il nous faut maintenant - passant pour ainsi dire du texte des traités à la réalité quotidienne de nos concitoyens - concrétiser les possibilités dont nous disposons, si nous voulons faire durablement des droits de l'homme et de la démocratie les principes fondamentaux de notre coexistence en Europe. A cette fin, nous devrions aussi à l'avenir veiller à une coordination aussi étroite que possible avec l'Union européenne et l'OSCE. Ce n'est qu'ensemble que nous pourrons relever les défis de notre temps.

Les événements récents en Albanie et bien des expériences faites dans l'ex-Yougoslavie montrent qu'une action commune en faveur des droits de l'homme et de la stabilité en Europe est plus nécessaire que jamais.