The European Commission for the Efficiency of Justice

    Armenia, Azerbaijan have lowest proportion of female judges in Europe

    08/10/2016 –
    PanARMENIAN.Net / Armenia

    Armenia and Azerbaijan have the lowest proportion of female judges across Europe. A new report published by the Council of Europe said that 23% of judges in the former and only 11% in Azerbaijan are female.
    The figures - which date from 2014 - were published in a Council of Europe report on judicial systems. The Council is separate from the European Union.
    To date, few States or entities have implemented specific measures to promote gender equality within the judiciary through recruitment. Only Armenia, Bosnia and Herzegovina, Denmark, Germany, Montenegro, Norway and UK-England and Wales indicate that they apply specific rules in this regard.
    For example, in Armenia, parity between men and women is one of the considerations when drawing up the list of judge candidates, which must contain not less than 25 % of representatives of one gender.
    The position of Armenia's Minister of Justice, by the way, is held by a woman, Arpine Hovhannisyan.
    Also the report said, the judge staff has seen a significant increase in the country, registering an 11% hike between 2010 and 2014.
    The United Kingdom has the lowest proportion of female judges in the EU, according to the research. The report says 30% of judges in England and Wales are female. The figure falls to 23% in Scotland and Northern Ireland.
    The highest percentage of female judges in Europe was reported in Slovenia (78%), Latvia (77%) and Romania (74%).


    CEPEJ: Arménie respecte le principe de l'équilibre entre les sexes dans le processus de recrutement des juges
    7 octobre 2016 22h15. Auteur: Olga | No Comments »

    L'Arménie a été parmi les rares pays à respecter le principe de l'équilibre entre les sexes dans le processus de recrutement des juges. Ceci est indiqué dans le rapport de la Commission européenne sur l'efficacité du Conseil de l'Europe de la justice (CEPEJ).
    Seule l'Arménie, la Bosnie-Herzégovine, le Danemark, l'Allemagne, le Monténégro, la Norvège et le Royaume-Uni et au Pays de Galles ont montré à cet égard, l'application des règles spéciales. Par exemple, en Arménie, le rapport entre les hommes et les femmes lors de l'élaboration de la liste des candidats pour les juges ne doit pas être inférieure à 25% pour les membres du même sexe, selon le rapport.
    En fait, en Arménie, 77% des juges sont des hommes et 23% de femmes, la proportion de juges de sexe masculin est beaucoup plus élevé que la moyenne européenne de 49%.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://hayastannews.com/news/127123.html&prev=search


    1475874454_default-8Армения соблюдает принцип гендерного баланса в процессе набора судей: CEPEJ Arménie adhère au principe de l' équilibre entre les sexes dans le processus de recrutement des juges: CEPEJ
    L'Arménie a été parmi les rares pays à respecter le principe de l'équilibre entre les sexes dans le processus de recrutement des juges. Ceci est indiqué dans le rapport de la Commission européenne sur l'efficacité du Conseil de l'Europe de la justice (CEPEJ).
    Seule l'Arménie, la Bosnie-Herzégovine, le Danemark, l'Allemagne, le Monténégro, la Norvège et le Royaume-Uni et au Pays de Galles ont montré à cet égard, l'application des règles spéciales. Par exemple, en Arménie, le rapport entre les hommes et les femmes lors de l'élaboration de la liste des candidats pour les juges ne doit pas être inférieure à 25% pour les membres du même sexe, selon le rapport.
    En fait, en Arménie, 77% des juges sont des hommes et 23% de femmes, la proportion de juges de sexe masculin est beaucoup plus élevé que la moyenne européenne de 49%.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://ru.1in.am/1169950.html&prev=search

    Conseil de l' Europe publie un rapport d'évaluation sur les systèmes judiciaires européens et lance une nouvelle base de données interactive

    te.google.fr&sl=en&u=http://en.aravot.am/2016/10/06/181941/&usg=ALkJrhgODl5wkuuQm2jga6d7slSg1lh8cQ

    Paris, 10/06/2016 - La Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) du Conseil de l'Europe présente les principales tendances observées dans 45 pays européens (*). En plus du rapport publié aujourd'hui, il y a une nouvelle base de données interactive ...
    21:01 | Octobre 6 , 2016
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://en.aravot.am/2016/10/page/3/&prev=search
    Armenia is one of the few countries that have implemented special measures to promote gender equality in the legal system: CoE
    [07/10/2016-

    ArmenPress / Armenia]
    Армения является одной из немногих стран, которые реализовали специальные меры для содействия обеспечению гендерного равенства в правовой системе: СЕ
    Совет Европы опубликовал доклад об оценке правовых систем стран-членов организации. Как сообщили Арменпресс в пресс-службе СЕ, в докладе представлены правовые системы 45 стран, отмечены предоставленные финансовые средства и эффективность расхода этих средств.
    В докладе говорится, что Армения является одной из немногих стран, которые реализовали специальные меры для содействия обеспечению гендерного равенства в правовой системе.
    «Следует подчеркнуть, что 77% судей составляют мужчины, 23 процентов женщины, но нынешняя система поощряет участие женщин, в частности, в соответствии с установленными процедурами, списки кандидатов в судьи должны содержать не менее 25 процентов одного и того же пола», - говорится в документе.
    В докладе также подчеркивается, что нет ни одной женщины-председателя суда.
    В Армении есть 226 судей, то есть 8 судей на 1 тысячу человек. С 2010 года это число увеличилось на 11 процентов. Количество прокуроров на 1 тысячу жителей составляет 10,1, что почти не изменилось с 2010 года.
    Council of Europe publishes assessment report on European judicial systems and launches new interactive database
    [07/10/2016-

    Aravot / Armenia]
    The European Commission for the Efficiency of Justice (CEPEJ) of the Council of Europe outlines the main trends observed in 45 European countries (*). In addition to the report published today, there is a new interactive database accessible to the public.
    This evaluation report, the sixth since CEPEJ was set up in 2002, highlights: – regarding the budget of judicial systems:
    an overall upward trend; while certain countries affected by the economic crisis (Latvia, Lithuania, Romania, Slovenia) have been able once again to increase their expenditure, others (Greece, Ireland, Portugal, Spain) continue to undergo regular budget cuts;
    on average European countries spend €60 per inhabitant per year on the functioning of the justice system; the wealthier states are not necessarily those that spend the most; significant resources have been deployed in Azerbaijan, Latvia, Lithuania, Malta, the Republic of Moldova, Romania and the Russian Federation, particularly in terms of construction/refurbishment, new technologies, salaries of professionals and legal aid for the most disadvantaged; an increased contribution from users to the funding of the justice system through taxes and judicial fees: the revenue from the latter represents over 20% of the budget allocated to the judicial system in more than a quarter of states; a trend towards outsourcing non-judicial tasks in courts; an extension of legal aid systems, including for the enforcement of court decisions or judicial mediation;
    – regarding judges and public prosecutors: stability in the number of staff, with on average 21 professional judges for 100,000 inhabitants; a larger number of female judges and prosecutors: on the whole there is parity, despite the continued existence of a “glass ceiling” blocking access to higher responsibility positions; the functional independence of prosecutors is increasingly being asserted in texts, although while this may be true on paper, in certain countries the political authorities are able to intervene in the prosecution process.
    – regarding the organisation of the courts: a reduction in their number, an increase in their size and stronger specialisation; information technology has made it possible to improve the efficiency and quality of judicial systems, but the states with the most highly developed IT are not necessarily the most efficient: IT is essential but is not the only key to improved performance.
    – regarding the performance of judicial systems: an increase in the number of incoming criminal cases; an overall positive trend for the ability of European courts to cope with incoming cases in the long term; in the civil justice sector, systems are on the whole marking time in the processing of cases received and solved at first instance, and a low but continuous increase in the backlog of civil and commercial litigious cases since 2010; in the administrative justice sector, judicial systems are constantly improving their ability to cope with the volume of cases, and there has been a general decrease in the number of pending cases; in the criminal justice sector, in the vast majority of countries, public prosecutors were able to solve fewer cases than those received; in contrast, courts are able to cope more or less satisfactorily with the workload; the economic recession has had an impact on the resources of the courts and on the availability of legal aid for court users; online procedures for the processing of certain categories of claims are increasingly being applied.

    Austria

    EUROPAVERGLEICH
    Österreich klarer EU-Spitzenreiter bei Gerichtsgebühren
    Von 2010 bis 2014 stiegen die Gebühren-Einnahmen in Österreich um 17 Prozent, heißt es in der Studie der „European Commission for the Efficiency of Justice“ (CEPEJ).
    Wien - Österreich hat im Europavergleich die mit Abstand höchsten Pro-Kopf-Einnahmen aus Gerichtsgebühren. Im Jahr 2014 lagen sie bei 106,65 Euro, ein haushoher Vorsprung auf den Zweiten Deutschland mit 44,57 Euro. Insgesamt nahm Österreich auf diesem Weg 915 Mio. Euro ein und machte sogar einen Profit, geht aus einer am Donnerstag veröffentlichten Studie des Europarates hervor.
    Die Gerichtsgebühren-Einnahmen machten demnach - auf Basis der in der Studie berücksichtigten Zahlen von 2014 - in Österreich 111 Prozent des Justizbudgets aus. Von 2010 bis 2014 stiegen sie um 17 Prozent, heißt es in der Studie der „European Commission for the Efficiency of Justice“ (CEPEJ).
    Beim Personal verfügte Österreich über 19 Richter pro 100.000 Einwohner (Europaschnitt: 21), vier Staatsanwälte (Europaschnitt: 11,3) und 94 Rechtsanwälte (Europaschnitt: 147), war also durchwegs unterdurchschnittlich.
    Kurze Erledigungszeiten in Zivilverfahren
    Der Studie ließ sich aber auch viel Positives abgewinnen, was das Justizministerium in einer Aussendung besonders hervorhob. Besonders die kurzen Erledigungszeiten im streitigen Zivilverfahren (130 Tage errechnete Verfahrensdauer oder rund viereinhalb Monate in Österreich gegenüber durchschnittlich 237 Tagen oder rund acht Monaten in Europa) seien außergewöhnlich, wurde betont. Streitige Scheidungen dauerten zuletzt in Österreich nur mehr 162 Tage. In vielen Ländern Mittel- und Westeuropas brauche ein vergleichbares Verfahren zwei- bis dreimal so lange.
    Alle Leistungsdaten der Justiz seien fortwährend im europäischen Spitzenfeld zu finden, meinte man im Justizministerium. Österreich werde die Eignung bescheinigt, große Verfahrensmengen schnell abwickeln zu können. Man sei eines der wenigen Länder in Europa, das in Zivil- und Strafsachen eine Clearance Rate von mehr als 100 Prozent und gleichzeitig eine Verfahrensdauer von weniger als 180 Tagen aufweise.
    Österreich sei zudem bei der Ausstattung mit IT-Infrastruktur in der Justiz und der elektronischen Verfahrensführung in Europa führend, und der Anteil von Richterinnen in Führungspositionen sei besser als in den meisten Staaten Westeuropas. Unter dem Strich besitze Österreich „eines der effizientesten Justizsysteme unter den 47 Mitgliedsstaaten des Europarats“, freute sich Justizminister Wolfgang Brandstetter (ÖVP). (APA)
    http://www.tt.com/panorama/verbrechen/12102735-91/%C3%B6sterreich-klarer-eu-spitzenreiter-bei-gerichtsgeb%C3%BChren.csp


    Europarat
    Österreich bei Gerichtsgebühren an Europas Spitze

    · Aktueller Bericht des Europarats: Justizsystem kann zu 111 Prozent durch Gerichtsgebühren finanziert werden.

    Straßburg/Wien. Österreich ist -gemeinsam mit Deutschland und Tschechien - ein Vorbild für den Einsatz von Informationstechnologie im Gerichtswesen. Das ist ein Ergebnis einer Teilstudie über die Bewertung der Justizsysteme in Europa 2016, die am Donnerstag vom Europarat veröffentlicht wurde. Für den Bericht unter dem Motto "Europäische Gerichtssysteme - Effizienz und Qualität der Justiz" hat die Europäische Kommission für die Wirksamkeit der Justiz (CEPEJ) Zahlen aus den 45 Mitgliedstaaten des Europarats und Israel aus dem Jahr 2014 analysiert.
    Für die Evaluierung wurden Entwicklungsindizes aufgestellt. Diese sind in drei Stufen aufgeteilt: frühe Entwicklung, andauernde Entwicklung und eine beinahe beendete Entwicklung der Informationstechnologie. Es wurden jeweils 3 Punkte für Investitionen in Ausstattung, den rechtlichen Rahmen sowie die Verwaltung, einschließlich Monitoring, vergeben. Österreich, Deutschland und Tschechien erhielten 9 von 9 Punkten.
    Aus dem Hauptbericht stechen unter anderem die Daten zu männlichen und weiblichen Berufsrichtern hervor. Im Durchschnitt sind auf Ebene der ersten Instanz 56 Prozent der Richter weiblich, auf zweiter Instanz 47 Prozent und im obersten Gericht sind es nur noch 35 Prozent. Für Deutschland liegen hier nur Zahlen für die obersten Gerichtshöfe vor, nach denen 24 Prozent der Richter weiblich sind. Dabei zählt Deutschland zu den wenigen Ländern, die Maßnahmen eingeführt haben, um Geschlechtergleichheit bei der Einstellung zu fördern. Vor allem bei den Vorsitzenden der Gerichte ist die Gleichstellung noch nicht angekommen.
    Ein weiteres interessantes Detail der Studie: Alle Mitgliedstaaten des Europarats heben Gerichtsgebühren ein, nur in Österreich gelingt es aber, damit einen Gewinn zu machen: Während zum Beispiel die Gerichtsgebühren in Schweden nur ein Prozent des Budgets des Justizsystems ausmachen, in Malta 43 Prozent, sind es in Österreich satte 111 Prozent. Durchschnittlich können in den Ländern des Europarats übrigens 18 Prozent der Kosten für das Gerichtssystem über Gebühren finanziert werden.
    Bemängelt wird von den Studienautoren, dass in Österreich - wie auch in Irland, Slowenien und der Türkei - das Budget für Prozesskostenhilfe seit 2010 ständig zurückgefahren wird. Hierzulande werden vergleichsweise wenige Fälle unterstützt, dafür mit im Vergleich zu anderen Ländern hohen Summen.
    Weit abgeschlagen vom Mittelwert, dafür in guter Gesellschaft mit zum Beispiel Frankreich, den Niederlanden und Großbritannien liegt Österreich dem Bericht zufolge bei der Zahl der Staatsanwälte: Während durchschnittlich 11,3 Staatsanwälte auf 100.000 Einwohner kommen, sind es in diesen Ländern nur höchstens fünf. In Frankreich hat die europaweit niedrigste Anzahl an Staatsanwälten mit der höchsten Fallzahl zu kämpfen. Gleich danach kommen Österreich, Irland und Italien.
    http://www.wienerzeitung.at/themen_channel/recht/recht/848996_Oesterreich-bei-Gerichtsgebuehren-an-Europas-Spitze.html

    Gericht: Österreich hat die höchsten Gebühren- 26 Grätzl-Polizisten in Wien im Einsatz

    08/10/2016 –
    Die Presse / Austria

    Österreich hat im Europavergleich die mit Abstand höchsten Pro-Kopf-Einnahmen aus Gerichtsgebühren. Im Jahr 2014 lagen sie bei 106,65 Euro, ein haushoher Vorsprung auf den Zweiten, Deutschland, mit 44,57 Euro. Insgesamt nahm die Republik auf diesem Weg 915 Mio. Euro ein. Das ist um elf Prozent mehr als das gesamte Justizbudget des untersuchten Jahres. Erstellt hat die Studie der Europarat.
    Mit Anfang August hat in Wien das Projekt Grätzl-Polizisten begonnen. Diese Beamten sollen als persönliche Ansprechpartner für Bürger zur Verfügung stehen und lokale Problemlösungen aktiv vorantreiben. Von den geplanten 100 sind bis dato 26 im Dienst. Die volle Zahl soll im April 2017 erreicht sein. Derzeit läuft die Pilotphase in acht Wiener Bezirken: Meidling, Hietzing, Ottakring, Hernals, Währing, Döbling, Donaustadt und Liesing.

    www.oe-journal.at

    Justice en comparaison internationale: Autriche reçoit les meilleures notes

    créé le 07. 10. 16 10:00 CET

    Les systèmes judiciaires 2016 - Rapport d' évaluation de la CEPEJ Vienne (bmi) - Le 18 Septembre 2002 nommé par le Comité des Ministres (il y a 10 ans) Commission pour l'efficacité de la justice (CEPEJ, www.coe.int/cepej) est dédié à accroître l'efficacité et l'amélioration fonctionnelle des systèmes judiciaires en Europe , À 06h10. la Commission a présenté à Paris le rapport sur l'évaluation des systèmes judiciaires "Systèmes judiciaires européens 2016 - Efficacité et qualité de la justice". Avec ce sixième rapport biennal apparaissant la CEPEJ fournira aux décideurs politiques et le pouvoir judiciaire un outil pratique et détaillée disponible pour améliorer la compréhension du fonctionnement des systèmes judiciaires en Europe, leur efficacité et leur qualité dans l'intérêt de près de 850 millions d'Européens , le rapport en ce qui concerne le nombre de sujets traités et les États après les données pour 2014 est unique. La méthodologie utilisée permet l'analyse, les tendances et les processus de réforme des systèmes judiciaires des 46 Etats de présenter [45 de 47 Etats membres (tous sauf le Liechtenstein et Saint-Marin) et Israël]. La justice autrichienne en comparaison internationale Les autorités judiciaires autrichiennes ne doit pas timide comparaison internationale: Dans le présent rapport sur les systèmes judiciaires européens par la Commission pour l'efficacité de la justice du Conseil de l'Europe (CEPEJ) résultats pour l'Autriche de très bonnes nouvelles: En particulier, les délais très courts d'exécution dans la procédure civile litigieuse (130 jours (temps de traitement calculé) ou quatre mois et demi en Autriche, contre une moyenne de 237 jours ou environ 8 mois en Europe) sont exceptionnels. divorces Contestation duré (temps mesuré) dernier en Autriche seulement 162 jours. Dans de nombreux pays d'Europe centrale et occidentale, un processus similaire prend deux à trois fois plus longtemps. Toute performance du système judiciaire sont en cours pour trouver le plus élevé en Europe: l'Autriche, l'aptitude certifie à traiter de gros volumes de processus rapidement: l'Autriche est l'un des rares pays en Europe que dans les affaires civiles et pénales un taux de plus de 100% de la clairance et en même temps a une durée de procédé de moins de 180 jours. Ceci, couplé avec des dépenses budgétaires plus faibles: En raison du haut degré d'automatisation de l'argent de l'impôt sur le processus moins pour le pouvoir judiciaire doit être dépensé en Autriche par rapport à d'autres Etats. La justice autrichienne vient le contribuable très «faible» par rapport aux normes internationales. Autriche n'a guère convictions au sens de l'art. 6 de la prise de la CEDH (deux en 2015). L'Autriche est un chef de file dans la fourniture de l'infrastructure informatique dans le système judiciaire et la gestion du processus électronique en Europe, en particulier pour permettre la communication électronique entre les autorités judiciaires et les parties. est positivement souligné le système de vidéoconférence autrichien à l'échelle. Aussi dans la promotion de la femme, la façon autrichienne est confirmée: La proportion de femmes juges à des postes de gestion est meilleure que dans la plupart des pays d'Europe occidentale en Autriche. Ministre de la Justice Wolfgang Brandstetter souligne: «Le pouvoir judiciaire autrichien peut gérer processus non seulement important et complexe sans acception de personnes. Comme l'évaluation de cette année des systèmes judiciaires européens (CEPEJ) a confirmé l'Autriche est l'un des systèmes judiciaires les plus efficaces parmi les 47 Etats membres du Conseil de l'Europe. Pour cela, je tiens à remercier tout le personnel judiciaire! L'Autriche a un système de justice moderne qui assure non seulement la paix juridique, mais chaque citoyen bénéficie d'une protection juridique et localisation des entreprises Autriche promesses! La reconnaissance internationale de c'est une incitation à vouloir continuer à aller mieux pour moi. " Les tendances générales en Europe

      Malgré la crise économique est dans la majorité des pays européens de plus en plus investi dans le système judiciaire (sauvez la plus restrictive).
      Les frais de justice vient un rôle croissant dans le financement des systèmes judiciaires. Ils contribuent à la récupération des coûts accrue et une répartition équilibrée des coûts entre les parties et les contribuables.
      L' accès à la justice a été améliorée grâce à l' amélioration de l' aide juridique, électronique ( «e-Justice»), une meilleure information, "orientation client", la protection des victimes et la mise en œuvre des systèmes de gestion de la qualité.
      Le nombre d'emplacements de la cour est en déclin.
      La proportion de femmes dans la juridiction régulièrement, mais ne monte pas aux «instances de carrière" ( "de plafond de verre»).
      Les tribunaux européens à faire que le montant total du processus résultant. Dans certains Etats , introduit des mesures d' économie de légères extensions de la durée des procédures.

    https://translate.google.de/translate?hl=fr&sl=de&u=http://www.oe-journal.at/Aktuelles/!2016/1016/W1/20710Abmj.htm&prev=search


    Justiz im internationalen Vergleich: Österreich erhält Bestnoten
    Justizsysteme 2016 - Evaluierungsbericht der CEPEJ

    Pressemitteilung vom 6. Oktober 2016

    Die am 18. September 2002 (vor 10 Jahren) vom Ministerkomitee des Europarats eingesetzte Kommission für die Effizienz der Justiz (CEPEJ, www.coe.int/cepej) widmet sich der Steigerung der Effizienz und funktionellen Verbesserung der Justizsysteme Europas.
    Am 6. Oktober 2016 präsentierte die Kommission in Paris den Bericht zur Evaluierung der Justizsysteme “European Judicial Systems 2016 - Efficiency and Quality of Justice”.
    Mit diesem sechsten alle zwei Jahre erscheinenden Bericht will die CEPEJ den politischen Entscheidungsträgern und der Justiz ein praktisches und detailliertes Werkzeug zur Verfügung stellen, um das Verständnis der Funktionsweise der Justizsysteme in Europa, ihrer Effizienz und ihrer Qualität im Interesse von fast 850 Millionen Europäern zu verbessern. Basierend auf den Daten für das Jahr 2014 ist der Bericht in Bezug auf die Anzahl der Themen und behandelten Staaten einzigartig. Die verwendete Methodik macht es möglich, Analysen, Trends und Reformprozesse der Justizsysteme von 46 Staaten [45 von 47 Mitgliedsländern (alle außer Liechtenstein und San Marino) und Israel] zu präsentieren.
    Der Bericht (eine Kurzfassung, eine Langfassung und ein Spezialbericht um Thema „IT in der Justiz“) sind unter http://www.coe.int/cepej verfügbar.
    Die österreichische Justiz im internationalen Vergleich
    Die österreichische Justiz muss den internationalen Vergleich nicht scheuen: Im aktuellen Bericht über die europäischen Gerichtssysteme durch die Kommission für die Effizienz der Justiz des Europarates (CEPEJ) ergibt sich für Österreich sehr Erfreuliches:
    Besonders die sehr kurzen Erledigungszeiten im streitigen Zivilverfahren (130 Tage (errechnete Verfahrensdauer) oder rund viereinhalb Monaten in Österreich gegenüber durchschnittlich 237 Tagen oder rund 8 Monaten in Europa) sind außergewöhnlich. Streitige Scheidungen dauerten (gemessenen Verfahrensdauer) zuletzt in Österreich nur mehr 162 Tage. In vielen Ländern Mittel- und Westeuropas dauert ein vergleichbares Verfahren zwei- bis dreimal so lange.
    Alle Leistungsdaten der Justiz sind fortwährend im europäischen Spitzenfeld zu finden: Österreich wird die Eignung bescheinigt, große Verfahrensmengen schnell abwickeln zu können: Österreich ist eines der wenigen Länder in Europa, das in Zivil- und Strafsachen eine Clearance Rate von mehr als 100% und gleichzeitig eine Verfahrensdauer von weniger als 180 Tagen aufweist.
    Dies bei gleichzeitig geringerem Budgetaufwand: Auf Grund des hohen Grades an Automatisierung der Verfahren muss in Österreich in Relation zu anderen Staaten weniger Steuergeld für die Justiz aufgewandt werden. Die österreichische Justiz kommt dem Steuerzahler im internationalen Vergleich daher sehr „günstig“.
    Österreich muss kaum Verurteilungen im Sinne des Art. 6 der EMRK hinnehmen (zwei im Jahr 2015).
    Österreich ist bei der Ausstattung mit IT-Infrastruktur in der Justiz und der elektronischen Verfahrensführung in Europa führend, vor allem in der Ermöglichung der elektronischen Kommunikation zwischen Justiz und Parteien. Positiv hervorgehoben wird das österreichische flächendeckende Videokonferenzsystem.
    Auch in der Frauenförderung wird der österreichische Weg bestätigt: Der Anteil von Richterinnen in Führungspositionen ist in Österreich besser als in den meisten Staaten Westeuropas.
    Justizminister Wolfgang Brandstetter betont: „Die österreichische Justiz kann nicht nur prominente und komplexe Verfahren ohne Ansehen der Person abwickeln. Wie die diesjährige Evaluierung der europäischen Justizsysteme (CEPEJ) bestätigt, besitzt Österreich eines der effizientesten Justizsysteme unter den 47 Mitgliedsstaaten des Europarats. Dafür bedanke ich mich bei allen Justizbediensteten herzlich! Österreich hat eine moderne Justiz, die nicht nur den Rechtsfrieden gewährleistet, sondern jedem Bürger Rechtsschutz gewährt und den Wirtschaftsstandort Österreich sichert! Die internationale Anerkennung dafür ist für mich Ansporn dazu, auch weiterhin immer besser werden zu wollen.“
    Generelle Trends in Europa

      · Trotz der Wirtschaftskrise wird in der Mehrheit der europäischen Staaten verstärkt in die Justiz investiert (manche sparen dafür umso restriktiver).
      · Den Gerichtsgebühren kommt eine zunehmende Rolle bei der Finanzierung der Justizsysteme zu. Sie tragen zu einer verstärkten Kostendeckung und einem Gleichgewicht der Kostentragung zwischen Parteien und Steuerzahler bei.
      · Der Zugang zum Recht wurde durch Verbesserungen bei der Verfahrenshilfe, elektronische Unterstützung („e-justice“), bessere Informationen, „Kundenorientierung“, Opferschutz und die Einführung von Qualitätsmanagementsystemen verbessert.
      · Die Zahl der Gerichtsstandorte ist rückläufig.
      · Der Frauenanteil in der Gerichtsbarkeit steigt stetig, aber nicht in den “Karriereinstanzen” (“Glasdecke”).
      · Die europäischen Gerichte können die Gesamtmenge der anfallenden Verfahren erledigen. In manchen Staaten führten Einsparungsmaßnahmen zu leichten Verlängerungen der Verfahrensdauer.

    https://www.justiz.gv.at/web2013/home/presse/pressemitteilungen/pressemitteilungen_2016/justiz_im_internationalen_vergleich_oesterreich_erhaelt_bestnoten~2c94848b5461ff6e015799f9fbdd4d1d.de.html

    Azerbaijan

    2016 rapport et de la CEPEJ est à l'avant-garde de l'utilisation des TIC pour l'enseignement
    210 07/10/2016



    Hier à Paris, qui opère dans le cadre du Conseil de l' Europe Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) dans son périodique - 6 du rapport a été présenté. Bien que le rapport 2016 avec les données de 2014 sur la couverture. Le rapport se reflète également dans les systèmes judiciaires de 45 pays ont également réfléchi sur la situation actuelle. Dans le même temps, comme un ajout au rapport sur le niveau d'application des TIC dans les tribunaux des Etats membres de l'UE ont été présentés dans un rapport thématique.
    Il convient de noter que la nature statistique de ce type de CEPEJ en plus d'être des rapports utiles, la préparation depuis 2002.
    Le rapport, «Le budget alloué au système judiciaire», «les juges, les avocats, les procureurs et les autres avocats", "Organisation et les utilisateurs des tribunaux" et "l'efficacité et la qualité du système judiciaire et le procureur comme« sections.
    1. Le rapport, «Le budget alloué au système judiciaire» se reflète dans les informations suivantes:
    - En général, on observe le taux de croissance global du budget de l'UE alloué au système judiciaire dans la région, mais à la lumière de la crise économique, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie et la Slovénie a eu une augmentation dans les budgets des autres pays. Cependant, l'Irlande, la Grèce, le Portugal et l'Espagne ont réduit la taille du budget alloué au système judiciaire.
    - Au cours de l'année, une moyenne de 60 euros montant par habitant alloué au système judiciaire, mais une série de prospérité économique par a été inférieur à la moyenne du montant alloué.
    - L'Azerbaïdjan, la Lettonie, Malte, la Lituanie, la Moldavie, la Russie et la reconstruction dans les pays tels que la construction, l'achat de nouvelles technologies, des fonds importants ont été alloués pour augmenter əməkhaqqların.
    - Le rapport sur le trimestre, ce qui reflète l'augmentation des recettes était les impôts et taxes de l'Etat. Les revenus provenant des fonctions publiques dans ces pays, 20% du budget du système judiciaire.
    - Disponibilité des ordinateurs dans les tribunaux, en assurant la formation continue du personnel des tribunaux, la sécurité, le nettoyage et la gestion des archives a enregistré une augmentation de la prestation de services aux clients externes.
    - Système d'aide juridique, l'application élargie de l'exécution des décisions de justice et judiciaire Institut de médiation.
    2. Rapport «juges, des avocats et d' autres avocats prokuorlar sur" la situation dans le secteur sont les suivantes:
    - Il n'y avait pas de changement dans le nombre de juges par habitant: 100 mille personnes dans 21.
    - Le nombre de femmes juges et procureurs ont augmenté. En dépit de l'équilibre, l'augmentation de la promotion de la femme «obstacle» à l'art.
    - En dépit de l'indépendance du travail des procureurs sur le papier, dans certains pays, il y a ingérence politique dans le travail des autorités de poursuite.
    3. "L'organisation et les utilisateurs du travail des tribunaux sur la section est la suivante:
    - Diminution dans les tribunaux, les spécialisations grandissent volumes améliorés.
    - L'utilisation des TIC augmente l'efficacité et la qualité du système judiciaire, mais les pays les plus avancés dans le domaine des TIC dans le système judiciaire judiciaire ne devrait pas être considérée comme plus avancée.
    4. "Le tribunal et le procureur de l'efficacité et de la qualité" de la section:
    - Augmentation du nombre d'affaires criminelles.
    - Des études à long terme, l'examen en temps opportun des tribunaux en ce qui concerne les activités comprenaient l'amélioration.
    - 1ère instance d'accélérer l'examen des demandes par les tribunaux en matière civile, bien que le nombre de cas de ce genre depuis 2010, a lentement ATRIM.
    - Le travail administratif est lié à la diminution de la charge de travail, le travail rapidement, il y a une considération.
    - La majorité des affaires criminelles être résolu dans l'enquête est inconnue, mais les tribunaux peuvent venir de cette étude assez ohəsindən.
    - À certains égards, la mise en ligne sur les types de plaintes ont augmenté.
    Le rapport sur le sens de la République d'Azerbaïdjan l'attention (de 2014) a été accordée aux questions suivantes:
    a) 57% du budget total alloué au système judiciaire et juridique applique uniquement aux tribunaux.
    b) 1,3% du budget est destiné au système judiciaire.
    c) le système judiciaire, le montant alloué par an pour 16 euros. 8 euros en Moldavie, Albanie, Ukraine, 9 Euro, 21 Euro, Turquie, Suède, 103 euros, 144 euros au Royaume-Uni, Suisse, 219 euros.
    d) par rapport aux années précédentes, en 2014, une augmentation de 45% du budget a été alloué au système judiciaire. En Roumanie, 62,5%, la croissance de 71,6% en Moldavie. Cependant, le Royaume-Uni, 6,44%, 10,75% en Hongrie, en Belgique, 11,78%, 23,51% de baisse a été observée en Norvège.
    e) l'Azerbaïdjan, l'Irlande, la Roumanie et le Royaume-Uni à moins de 50% du budget alloué au système judiciaire ont été alloués pour les salaires.
    f) la direction du système judiciaire et juridique du secteur des TIC en termes de fonds budgétaires alloués au chef de l'Azerbaïdjan - 12%, Danemark - 8%, les Pays-Bas - 7%, la Russie - 5%, Turquie - 4%. Busahədə chiffre moyen est de 3%.
    g) Tous les pays séparés partie de la formation des juges dans le système judiciaire, une moyenne de 1% du budget est alloué. Les taux les plus élevés (plus de 2%), l'Azerbaïdjan, la France, la Géorgie et les Pays-Bas appartiennent.
    h) Les revenus de taxes de l'État et autres charges 3% du budget du système judiciaire, alors que le chiffre de 51%, et 111% en Autriche.
    i) Le nombre de juges pour 100 mille personnes 6 personnes. De 2012 à 2014, ce chiffre a diminué de 5%. chiffre moyen de cet indicateur de 21,1 pour 100 mille personnes.
    j) 11% des femmes juges, le personnel du tribunal, la Slovénie 78%, et 72% des Luksemburqada Géorgie, 49%, Turquie 34% et 23% de l'Arménie.
    k) des juges du salaire annuel brut d'un juge au début de sa carrière, 25318 Euro, Georgia 20978 Euro 18600 Euro Russie, Serbie, 16757 Euro, 21108 Turquie Euro 7693 en euros Ukraine.
    l) le nombre de procureurs et de 11,3 pour 100 mille personnes. Il y a un total de 1069 employés dans le pays de poursuites. En Europe, le chiffre moyen de 100 mille personnes, 11 personnes.
    m) La poursuite des employés du ratio hommes / femmes de 96% / 4%. Grèce 42% / 58%, la Turquie 94% / 6%. En Europe, en moyenne de 50% / 50%.
    n) Le nombre d'avocats en Azerbaïdjan, selon les statistiques de 2014, il y avait 927. Le nombre d'avocats par habitant de 100 mille 10 personnes, tandis que 100 mille 147 députés de la moyenne à travers l'Europe.

    COMMISSION EUROPÉENNE POUR L'EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) RAPPORT SUR L'AZERBAÏDJAN

    8 octobre 2016


    nouvelles
    Hier à Paris, qui opère dans le cadre du Conseil de l' Europe Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) dans son périodique - 6 du rapport a été présenté. Bien que le rapport 2016 avec les données de 2014 sur la couverture. Le rapport se reflète également dans les systèmes judiciaires de 45 pays ont également réfléchi sur la situation actuelle. Dans le même temps, comme un ajout au rapport sur le niveau d'application des TIC dans les tribunaux des Etats membres de l'UE ont été présentés dans un rapport thématique.
    Il convient de noter que la nature statistique de ce type de CEPEJ en plus d'être des rapports utiles, la préparation depuis 2002.
    Le rapport, «Le budget alloué au système judiciaire», «les juges, les avocats, les procureurs et les autres avocats", "Organisation et les utilisateurs des tribunaux" et "l'efficacité et la qualité du système judiciaire et le procureur comme« sections.
    1. Le rapport, «Le budget alloué au système judiciaire» se reflète dans les informations suivantes:
    - En général, on observe le taux de croissance global du budget de l'UE alloué au système judiciaire dans la région, mais à la lumière de la crise économique, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie et la Slovénie a eu une augmentation dans les budgets des autres pays. Cependant, l'Irlande, la Grèce, le Portugal et l'Espagne ont réduit la taille du budget alloué au système judiciaire.
    - Au cours de l'année, une moyenne de 60 euros montant par habitant alloué au système judiciaire, mais une série de prospérité économique par a été inférieur à la moyenne du montant alloué.
    - L'Azerbaïdjan, la Lettonie, Malte, la Lituanie, la Moldavie, la Russie et la reconstruction dans les pays tels que la construction, l'achat de nouvelles technologies, des fonds importants ont été alloués pour augmenter əməkhaqqların.
    - Le rapport sur le trimestre, ce qui reflète l'augmentation des recettes était les impôts et taxes de l'Etat. Les revenus provenant des fonctions publiques dans ces pays, 20% du budget du système judiciaire.
    - Disponibilité des ordinateurs dans les tribunaux, en assurant la formation continue du personnel des tribunaux, la sécurité, le nettoyage et la gestion des archives a enregistré une augmentation de la prestation de services aux clients externes.
    - Système d'aide juridique, l'application élargie de l'exécution des décisions de justice et judiciaire Institut de médiation.
    2. Rapport «juges, des avocats et d'autres avocats prokuorlar sur" la situation dans le secteur sont les suivantes:
    - Il n'y avait pas de changement dans le nombre de juges par habitant: 100 mille personnes dans 21.
    - Le nombre de femmes juges et procureurs ont augmenté. En dépit de l'équilibre, l'augmentation de la promotion de la femme «obstacle» à l'art.
    - En dépit de l'indépendance du travail des procureurs sur le papier, dans certains pays, il y a ingérence politique dans le travail des autorités de poursuite.
    3. "L'organisation et les utilisateurs du travail des tribunaux sur la section est la suivante:
    - Diminution dans les tribunaux, les spécialisations grandissent volumes améliorés.
    - L'utilisation des TIC augmente l'efficacité et la qualité du système judiciaire, mais les pays les plus avancés dans le domaine des TIC dans le système judiciaire judiciaire ne devrait pas être considérée comme plus avancée.
    4. "Le tribunal et le procureur de l'efficacité et de la qualité" de la section:
    - Augmentation du nombre d'affaires criminelles.
    - Des études à long terme, l'examen en temps opportun des tribunaux en ce qui concerne les activités comprenaient l'amélioration.
    - 1ère instance d'accélérer l'examen des demandes par les tribunaux en matière civile, bien que le nombre de cas de ce genre depuis 2010, a lentement ATRIM.
    - Le travail administratif est lié à la diminution de la charge de travail, le travail rapidement, il y a une considération.
    - La majorité des affaires criminelles être résolu dans l'enquête est inconnue, mais les tribunaux peuvent venir de cette étude assez ohəsindən.
    - À certains égards, la mise en ligne sur les types de plaintes ont augmenté.
    Le rapport sur le sens de la République d'Azerbaïdjan l'attention (de 2014) a été accordée aux questions suivantes:
    a) 57% du budget total alloué au système judiciaire et juridique applique uniquement aux tribunaux.
    b) 1,3% du budget est destiné au système judiciaire.
    c) le système judiciaire, le montant alloué par an pour 16 euros. 8 euros en Moldavie, Albanie, Ukraine, 9 Euro, 21 Euro, Turquie, Suède, 103 euros, 144 euros au Royaume-Uni, Suisse, 219 euros.
    d) par rapport aux années précédentes, en 2014, une augmentation de 45% du budget a été alloué au système judiciaire. En Roumanie, 62,5%, la croissance de 71,6% en Moldavie. Cependant, le Royaume-Uni, 6,44%, 10,75% en Hongrie, en Belgique, 11,78%, 23,51% de baisse a été observée en Norvège.
    e) l'Azerbaïdjan, l'Irlande, la Roumanie et le Royaume-Uni à moins de 50% du budget alloué au système judiciaire ont été alloués pour les salaires.
    f) la direction du système judiciaire et juridique du secteur des TIC en termes de fonds budgétaires alloués au chef de l'Azerbaïdjan - 12%, Danemark - 8%, les Pays-Bas - 7%, la Russie - 5%, Turquie - 4%. Busahədə chiffre moyen est de 3%.
    g) Tous les pays séparés partie de la formation des juges dans le système judiciaire, une moyenne de 1% du budget est alloué. Les taux les plus élevés (plus de 2%), l'Azerbaïdjan, la France, la Géorgie et les Pays-Bas appartiennent.
    h) Les revenus de taxes de l'État et autres charges 3% du budget du système judiciaire, alors que le chiffre de 51%, et 111% en Autriche.
    i) Le nombre de juges pour 100 mille personnes 6 personnes. De 2012 à 2014, ce chiffre a diminué de 5%. chiffre moyen de cet indicateur de 21,1 pour 100 mille personnes.
    j) 11% des femmes juges, le personnel du tribunal, la Slovénie 78%, et 72% des Luksemburqada Géorgie, 49%, Turquie 34% et 23% de l'Arménie.
    k) des juges du salaire annuel brut d'un juge au début de sa carrière, 25318 Euro, Georgia 20978 Euro 18600 Euro Russie, Serbie, 16757 Euro, 21108 Turquie Euro 7693 en euros Ukraine.
    l) le nombre de procureurs et de 11,3 pour 100 mille personnes. Il y a un total de 1069 employés dans le pays de poursuites. En Europe, le chiffre moyen de 100 mille personnes, 11 personnes.
    m) La poursuite des employés du ratio hommes / femmes de 96% / 4%. Grèce 42% / 58%, la Turquie 94% / 6%. En Europe, en moyenne de 50% / 50%.
    n) Le nombre d'avocats en Azerbaïdjan, selon les statistiques de 2014, il y avait 927. Le nombre d'avocats par habitant de 100 mille 10 personnes, tandis que 100 mille 147 députés de la moyenne à travers l'Europe.
    http://lawreform.az/

    Belgium

    La Belgique a consacré 0,9% de ses dépenses publiques à son système de Justice en 2014

    06/10/2016 - Agence Belga - Le Vif / Belgique

    La Belgique a consacré 0,9% de ses dépenses publiques à l'ensemble de son système de Justice en 2014, ressort-il du nouveau rapport de la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ), qui compile les données de 45 des 47 membres du Conseil de l'Europe.
    La Belgique se situe en queue de peloton, mais devance l'Autriche (0,8%), la République tchèque (0,8%) et la Grèce (0,5%). Ces données doivent toutefois être examinées avec prudence compte tenu de disparités entre les modes de calcul par chaque État, précise la CEPEJ.
    La moyenne européenne des budgets alloués au système judiciaire s'élève à 60 euros par habitant, mais la moitié des États dépensent moins de 45 euros par habitant. En Belgique, la moyenne équivaut à 85 euros par habitant, indique le rapport.
    La tendance depuis la précédente évaluation de la Commission est à l'augmentation du budget alloué au système judiciaire dans une grande majorité d'États.
    Pour certains d'entre eux, la crise économique et financière de la fin des années 2000 avait imposé d'importantes restrictions budgétaires. En 2014, ceux-ci ont toutefois pu initier ou poursuivre un rattrapage et réaliser des dépenses supplémentaires pour promouvoir leur système judiciaire. C'est notamment le cas de la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, ou encore la Slovénie, souligne la CEPEJ.
    En revanche, en Irlande, au Portugal, en Espagne et particulièrement en Grèce, le système judiciaire a continué de subir des coupes budgétaires régulières. La Belgique qui avait augmenté son budget alloué au système judiciaire entre 2010 et 2012, l'a cependant diminué entre 2012 et 2014.
    Le rapport souligne par ailleurs que les usagers du service public de la justice sont de plus en plus mis à contribution pour financer le système judiciaire, à travers les taxes et frais de justice. Ces recettes représentent plus de 20% du budget public alloué au système judiciaire dans plus d'un quart des États et entités, voire plus de 50% en Turquie. En Belgique, ces recettes ne représentent par contre que 4% du budget public alloué au système judiciaire.

    Czech Republic

    [Website of the Czech Ministry of Justice]
    Srovnání evropských zemí v oblasti efektivity justice vychází pro Českou republiku kladně
    Komise pro efektivitu justice (CEPEJ) Rady Evropy publikovala dne 6. října 2016 nové vydání dokumentu „Evropské justiční systémy - efektivita a kvalita justice, vydání 2016 (data 2014)“.
    Komise pro efektivitu justice pravidelně shromažďuje údaje o fungování justičních systému členských zemí Rady Evropy a každé dva roky vydává dokument Evropské justiční systémy. Právě vydaný dokument obsahuje data za rok 2014, ale umožňuje i porovnání za období let 2010, 2012 a 2014. Současně byl vydán i samostatný dokument „Využití informačních technologií u soudů“.
    Dokument obsahuje srovnání 45 členských zemí Rady Evropy (pouze kromě Lichtenštejnska a San Marina), jako pozorovatel se  účastnil rovněž Izrael.    
    Aktuální vydání je revoluční v tom směru, že byla zásadně zestručněna papírová podoba dokumentu, který obsahuje jen nejdůležitější údaje soustředěné v 5 kapitolách (základní ekonomická a demografická data; rozpočty soudních systémů; soudci, státní zástupci, advokáti; organizace soudního systému a efektivita a kvalita činnosti soudů a státních zastupitelství).
    Všechna data včetně vysvětlivek a komentářů jsou pak obsažena v nové interaktivní databázi, která umožňuje jak detailní pohled na konkrétní zemi, tak porovnání základních dat až u tří zemí současně, jakož i generování tabulek, grafů a map.
    Pokud jde o některé údaje za ČR, za rok 2014 činil rozpočet na justiční systém na 1 obyvatele přesný medián (44,70 Euro), průměr je 60 Euro na obyvatele, ale polovina států vykázala méně než 45 Euro na obyvatele. 
    Nadále zůstává poměrně vysoký počet soudců na 100.000 obyvatel (28,8, zatímco medián činí 17,82).
    Poměrně uspokojivé výsledky v tomto mezinárodním srovnání dosáhla ČR v efektivitě řízení, když při nápadu 4,6 sporných civilních a obchodních sporů na 100.000 obyvatel činil ukazatel tzv. „clearance rate“, tj. jak efektivně soud se vypořádává s nově napadlými věcmi, 104,7%, přičemž soud je tím efektivnější, čím je tento ukazatel vyšší než 100% (na Slovensku činil například 91,7% a v Rakousku 103%). ČR vykázala celkem 2,1 nevyřízených věcí na konci roku 2014 na 100.000 obyvatel, zatímco například Rakousko 0,4 a Slovensko 3,7 nevyřízených věcí. Počet dnů, které soudy potřebují k vyřízení věci (tzv. „disposition time“), činil za rok 2014 celkem 163 dnů, pro porovnání v Rakousku 130 dnů a na Slovensku 524 dnů.      
    Další informace jsou k dispozici na www.coe.int/cepej, kde je i odkaz na databázi CEPEJ-STAT včetně video návodu, jak tuto databázi používat.  
    http://portal.justice.cz/Justice2/ms/ms.aspx?o=23&j=33&k=2375&d=351256
    Danemark

    Les tribunaux du Danemark parmi les plus rapides en Europe 10/06/2016
    Au Danemark, la durée moyenne de 47 jours pour les affaires criminelles. Il est presque trois fois plus vite que la moyenne pour le Etats membres du Conseil de l'Europe, qui est de 133 jours. Il montre un nouveau rapport du Conseil de l'Europe, publié aujourd'hui.
    En Norvège, il faut en moyenne 65 jours pour traiter un criminel, alors que les chiffres pour la Suède et la Finlande sont respectivement 128 et 121 jours. Les relativement bons délais de traitement danois dans les affaires pénales est en partie le résultat d'un délit de processus simplifiés. La Russie est le seul pays parmi les pays du Conseil de l' Europe qui a une durée plus courte de la procédure en matière pénale que le Danemark.
    Les affaires civiles prennent en moyenne 177 jours au Danemark, alors que la moyenne européenne est de 237 jours. Dans les affaires civiles, l'heure danoise de traitement sur un pied d' égalité avec les chiffres de la Norvège et de la Suède, tandis que les juridictions finlandaises utilisant 286 jours pour compléter leurs affaires civiles. Sur le plan civil, le résultat danois reflète principalement la numérisation judiciaire de l' enregistrement des terres. Elle a conduit à 81procent des cas d'enregistrement des terres sont traitées automatiquement et avoir un temps moyen de traitement de quelques heures.
    Bien que les temps de traitement danois sont relativement bonnes, il y a encore des cas qui prennent beaucoup de temps. Les longs délais de traitement sont stressantes pour les personnes impliquées. Par conséquent, les tribunaux du Danemark continuent de se concentrer sur le raccourcissement des délais de traitement - en coopération avec d' autres autorités dans le domaine.
    sur le rapport

      Le rapport est publié par la CEPEJ (Commission européenne pour l'efficacité de la justice) qui est une commission sous le Conseil de l' Europe.
      Le rapport compare les systèmes juridiques dans 47 pays membres du Conseil de l' Europe.
      Il est publié tous les deux ans et le dernier rapport est basé sur les données à partir de 2014.
      Le rapport comprend toutes les affaires civiles et pénales et ne distingue pas, par exemple , les délits et les grandes affaires criminelles complexes.
      Le rapport utilise le terme "Disposition Time". Disposition Temps compare le nombre d'affaires pendantes et les cas fermés dans la même période et la convertit en un certain nombre de jours (temps de traitement) qui est nécessaire pour résoudre une affaire.

    A propos du Conseil de l' Europe

      Le Conseil de l' Europe vise à promouvoir des valeurs telles que la démocratie, les droits humains et le développement de l'Etat de droit. Conseil de la plus célèbre convention de l' Europe est la CEDH. Le Conseil de l' Europe ne fonctionne que entre le gouvernement et ne fait pas partie de l'UE.
      Le Danemark est membre du Conseil de l' Europe et donc aussi un membre de la CEPEJ.
      Administration judiciaire est responsable de la représentation de la CEPEJ au nom du Danemark.

    Lire le rapport complet
    http://www.domstol.dk/om/Nyheder/oevrigenyheder/Pages/DanmarksDomstoleblandtdehurtigsteiEuropa.aspx&prev=search

    France
    Le Monde
    7 octobre 2016

    La France, parent pauvre de la justice européenne



    Les carences de la justice française apparaissent structurelles
    LE MONDE | 06.10.2016 à 12h19 | Par Jean-Baptiste Jacquin
    Au tribunal d’Aix-en-Provence, en septembre 2016.Au tribunal d’Aix-en-Provence, en septembre 2016. BERTRAND LANGLOIS / AFP
    « Depuis toujours le budget de la justice augmente, tous les gardes des sceaux ont eu à s’en féliciter, c’est l’un des paradoxes de ce ministère. » En présentant jeudi 29 septembre le projet de budget 2017 de son ministère, Jean-Jacques Urvoas n’était pas en reste pour démontrer, chiffres à l’appui, la hausse record qu’il avait obtenue, de 9 % à 6,89 milliards d’euros… ou de 5 % selon le mode de calcul.
    S’ils vont permettre d’éteindre quelques incendies et redonner un peu d’air à des juridictions asphyxiées, ces réels efforts financiers ne suffiront pas à changer la face de cette bien pauvre justice française. La comparaison de l’efficacité et de la qualité des systèmes judiciaires dans 46 Etats du Conseil de l’Europe souligne de façon criante les carences structurelles de la France.
    Selon l’étude 2016 de la Commission européenne pour l’efficacité de la justice (Cepej), publiée jeudi 6 octobre, la France consacrait à la justice 64,10 euros par habitant en 2014. Certes, c’est une hausse par rapport aux 61,20 euros de 2012 (l’étude de la Cepej est réalisée tous les deux ans), mais cela reste très éloigné de la pratique de nos voisins, comme l’Allemagne (108,90 euros) ou l’Espagne (88 euros). Alors que la plupart des pays d’Europe occidentale ont infligé à la suite de la crise financière de 2008 des cures d’austérité budgétaire à leur système judiciaire, Paris a cultivé le « paradoxe » et augmenté son effort. Mais le système tricolore...

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/10/06/les-carences-de-la-justice-francaise-apparaissent-structurelles_5009217_1653578.html#GWPhSCOsdlxHtbMA.99

    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/10/06/les-carences-de-la-justice-francaise-apparaissent-structurelles_5009217_1653578.html
    France Inter (radio)
    Interview de Jean-Paul Jean du 6 octobre 2016 à 13 h 10 (lien à venir)

    France Info (TV)
    Interview de Jean-Paul Jean du 6 octobre 2016 à 22 h 40 (lien à venir)
    AFP

    La justice en France: un retard structurel mais un budget en hausse (rapport)
    06 octobre 2016 19:08
    Magistrats croulant sous le travail, juridictions au bord de l'asphyxie, mais une justice gratuite pour les plus démunis et qui recrute: la France paye un "retard structurel" en dépit d'un budget en hausse, relève un rapport publié jeudi par le Conseil de l'Europe.
    Avec 64 euros par an et par habitant consacrés au système judiciaire (tribunaux, aide judiciaire, budget de la justice hors pénitentiaire), la France se situe aujourd'hui dans la moyenne des pays européens (60 euros), mais elle reste loin derrière l'Espagne (88 euros) ou la Suède (103), selon ce rapport de la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (Cepej).
    "La France a un retard structurel qui n'est pas encore compensé par un budget en hausse, des embauches et un niveau de formation très élevé", a déclaré à l'AFP Jean-Paul Jean, président du groupe des experts de la Cepej et président de chambre à la Cour de cassation.
    "Si on compare des pays comparables, on se rend compte que chacun a ses forces et faiblesses. La France est, avec le Luxembourg, le seul pays européen où initier une action en justice est gratuit. C'est aussi un des pays où les démunis ont le plus accès à l'aide juridictionnelle", a-t-il expliqué.
    En revanche, la France investit moins que certains de ses voisins européens plus pauvres, comme le Portugal. En regardant des pays au PIB par habitant comparables, on voit que "les Pays-Bas effectuent un effort 2,5 fois plus important que l'Irlande et 1,9 fois plus important que la France", selon le rapport.
    La Chancellerie estime à 14,7% la progression de ce budget global de la Justice depuis 2012, contre +12,7% lors du quinquennat Sarkozy. Ce budget devrait passer en 2017 à 6,892 milliards d'euros hors charges de pensions. Quelque 2.100 emplois devraient être créés l'an prochain, dont 1.255 dans l'administration pénitentiaire.
    En attendant les renforts dans des juridictions toujours plus sollicitées, la charge de travail des magistrats est "énorme", souligne Jean-Paul Jean.
    "Les parquets les plus chargés se trouvent incontestablement en France, qui compte en Europe quasiment le plus petit nombre de procureurs (2,8 pour 100.000 habitants), mais doit en même temps faire face au plus grand nombre de procédures reçues (7 pour 100 habitants), tout en ayant à remplir un nombre record de fonctions différentes", selon le rapport.
    En dépit d'une féminisation des magistrats en Europe, le plafond de verre est toujours présent et la France n'échappe pas à la règle, avec "deux tiers de femmes juges mais seulement un tiers de femmes présidentes de tribunal", relève M. Jean.
    Ce rapport, actualisé tous les deux ans, compile les données de 45 des 47 membres du Conseil de l'Europe (le Liechtenstein et Saint-Marin n'ont rien transmis) pour l'année 2014.
    sb/cld/ct

    La France, pays d'Europe où les procureurs travaillent le plus
    jeudi 6 octobre 2016
     

    ié jeudi par le Conseil de l’Europe, montre une justice française toujours à la traîne du point de vue budgétaire, où les magistrats du parquet doivent supporter la plus grande charge de travail. /Photo prise le 5 février 2016/REUTERS/Régis Duvignau

    STRASBOURG (Reuters) - Le sixième rapport d’évaluation des systèmes judiciaires européens, publié jeudi par le Conseil de l’Europe, montre une justice française toujours à la traîne du point de vue budgétaire, où les magistrats du parquet doivent supporter la plus grande charge de travail.
    Publié tous les deux ans depuis 2002 par la Commission européenne pour l’efficacité de la justice (Cepej), le rapport 2016 évalue la situation des systèmes judiciaires de 45 des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, sur la base des données de 2014.
    "Les parquets les plus chargés se trouvent incontestablement en France, qui compte en Europe quasiment le plus petit nombre de procureurs (2,8 pour 100.000 habitants)", indique le rapport.
    Le procureur français "doit en même temps faire face au plus grand nombre de procédures reçues (7 pour 100 habitants), tout en ayant à remplir un nombre record de fonctions différentes (13)", ajoute-t-il.
    La France fait en effet partie des quatre pays où les procureurs cumulent l’ensemble des tâches susceptibles d’incomber aux magistrats du parquet, de la supervision des enquêtes de police au pouvoir de classer une affaire pénale ou de négocier une sanction en passant par son rôle dans les procédures civiles et administratives.
    L’Autriche, l’Irlande et l’Italie ont également des parquets particulièrement chargés, note le rapport.
    Avec 10,5 juges professionnels pour 100.000 habitants, en baisse de 2% par rapport à 2010, contre une moyenne de 21 en Europe, la France se classe également dans le bas du tableau, une situation qui reste la même si l’on tient compte des juges non professionnels.
    Quant au budget alloué au système judiciaire (tribunaux, ministère public, aide judiciaire), il a augmenté de 8,58% en moyenne entre 2012 et 2014 pour s’établir à 60 euros par habitant dans les pays concernés par l’étude, mais de 4,9% en France où il atteint 64 euros.
    Seuls les pays d’Europe centrale et orientale, la Grèce, l’Irlande et le Portugal, ont toutefois un budget par habitant plus faible.   Suite...
    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN12621D


    LA Commission européene pour l’efficacité de la justice (CEPEJ) a décrypté les systèmes judiciaires de 45 pays européens. Et la France fait rarement partie des bons élèves….



    https://www.franceinter.fr/justice/la-justice-francaise-est-elle-a-la-traine

    La France, parent pauvre du Conseil de l’Europe en matière de justice
    Tous les deux ans, la CEPEJ (Commission européenne pour l’efficacité de la justice) publie un rapport très attendu sur l’efficacité et la qualité des systèmes judiciaires des 47 États membres du Conseil de l’Europe. On y découvre cette année que la France est en manque de crédits, de procureurs et d’avocats.
    Suite de l'article téléchargeable ci-dessous.
    Gaz. Pal. 11 oct. 2016, n° 277g5, p. 5

    Télécharger

    http://www.gazettedupalais.com/services/actualites/vie_pro/e-docs/la_france_parent_pauvre_du_conseil_de_leurope_en_matiere_de_justice/document_actu_pro.phtml?cle_doc=00002F93


    La France, pays d'Europe où les procureurs travaillent le plus
    Le sixième rapport d’évaluation des systèmes judiciaires européens, publié jeudi par le Conseil de l’Europe, montre une justice française toujours à la traîne du point de vue budgétaire, où les magistrats du parquet doivent supporter la plus grande charge de travail. /Photo prise le 5 février 2016/REUTERS/Régis Duvignau
    Le sixième rapport d’évaluation des systèmes judiciaires européens, publié jeudi par le Conseil de l’Europe, montre une justice française toujours à la traîne du point de vue budgétaire, où les magistrats du parquet doivent supporter la plus grande charge de travail. /Photo prise le 5 février 2016/REUTERS/Régis Duvignau
    Tous droits réservés
    Le sixième rapport d’évaluation des systèmes judiciaires européens, publié jeudi par le Conseil de l’Europe, montre une justice française toujours à la traîne du point de vue budgétaire, où les magistrats du parquet doivent supporter la plus grande charge de travail.
    Publié tous les deux ans depuis 2002 par la Commission européenne pour l’efficacité de la justice (Cepej), le rapport 2016 évalue la situation des systèmes judiciaires de 45 des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, sur la base des données de 2014.
    "Les parquets les plus chargés se trouvent incontestablement en France, qui compte en Europe quasiment le plus petit nombre de procureurs (2,8 pour 100.000 habitants)", indique le rapport.
    Le procureur français "doit en même temps faire face au plus grand nombre de procédures reçues (7 pour 100 habitants), tout en ayant à remplir un nombre record de fonctions différentes (13)", ajoute-t-il.
    La France fait en effet partie des quatre pays où les procureurs cumulent l’ensemble des tâches susceptibles d’incomber aux magistrats du parquet, de la supervision des enquêtes de police au pouvoir de classer une affaire pénale ou de négocier une sanction en passant par son rôle dans les procédures civiles et administratives.
    L’Autriche, l’Irlande et l’Italie ont également des parquets particulièrement chargés, note le rapport.
    Avec 10,5 juges professionnels pour 100.000 habitants, en baisse de 2% par rapport à 2010, contre une moyenne de 21 en Europe, la France se classe également dans le bas du tableau, une situation qui reste la même si l’on tient compte des juges non professionnels.
    Quant au budget alloué au système judiciaire (tribunaux, ministère public, aide judiciaire), il a augmenté de 8,58% en moyenne entre 2012 et 2014 pour s’établir à 60 euros par habitant dans les pays concernés par l’étude, mais de 4,9% en France où il atteint 64 euros.
    Seuls les pays d’Europe centrale et orientale, la Grèce, l’Irlande et le Portugal, ont toutefois un budget par habitant plus faible.
    Au plan de l’efficacité, les tribunaux français voient le stock des affaires pendantes augmenter dans tous les domaines, civil, commercial, administratif ou pénal, avec un rapport entre les dossiers fermés et les dossiers ouverts tournant autour de 95%.
    (Gilbert Reilhac, édité par Sophie Louet)
    http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/la-france-pays-d-europe-ou-les-procureurs-travaillent-le-plus-1172776

    Sistemi giudiziari europei: i dati italiani del Rapporto Cepej
    7 ottobre 2016
    Il Ministero della Giustizia con un comunicato pubblicato sul proprio sito spiega i dati, riferiti, all’Italia, del Rapporto Cepej sul funzionamento dei sistemi giudiziari europei nel 2014 e sull’invito, in esso contenuto, all’Italia a monitorare la situazione della giustizia.
    Nel Rapporto l’Italia fa registrare miglioramenti nella maggior parte degli indicatori-chiave di efficienza del sistema giudiziario. Molto positivo, ad esempio, è il miglioramento dei tempi di risoluzione delle controversie civili e commerciali, passati dagli oltre 600 giorni nel 2010 ai 532 nel 2014.
    Inoltre viene riconosciuto che l’Italia è al primo posto nella capacità di “smaltimento” degli affari civili iscritti, con un indice di ricambio pari al 119%, contro una media europea del 100%. Ciò significa che per ogni 100 nuovi affari iscritti nell’anno, i giudici italiani ne definiscono ben 119 (100 nuovi iscritti+19 di arretrato).
    Risulta sensibilmente migliorato anche il dato sulle pendenze dei procedimenti civili, diminuite del 20% a fine 2014 rispetto al 2010 (al 30 giugno 2016 ulteriormente ridotto a -30%).
    Anche uno dei fattori che attardavano il nostro sistema, cioè l’indice di litigiosità, risulta in sensibile diminuzione: dai primi posti (alta litigiosità) fino al 2010, l’Italia risulta nel Rapporto allineata alla migliore media europea, con 2,3 procedimenti contenziosi aperti ogni 100 abitanti.
    Infine non può non considerarsi che il rapporto Cepej riporta i dati relativi al 2014 e che i monitoraggi condotti mensilmente dal ministero (gli stessi che ogni due anni vengono passati al setaccio dalla stessa Cepej) indicano ulteriori miglioramenti del settore per il 2015 e 2016.
    Nel monitoraggio relativo al II semestre 2016 l’indice complessivo di durata di tutti gli affari di tribunale, secondo la formula utilizzata dalla Cepej, continua infatti a migliorare: 390 giorni nei primi sei mesi di quest’anno (confermando la proiezione di 367 giorni a fine 2016 negli affari civili di primo grado), rispetto ai 427 del 2015. Di molto inferiore, quindi, rispetto ai 532 giorni nel 2014 di cui si parla nel Rapporto Cepej.
    http://www.avvocatoamilcaremancusi.com/sistemi-giudiziari-europei-dati-italiani-rapporto-cepej/


    6 octobre 2016
    Justice : la France la moins bien dotée en Europe
    Un rapport du Conseil de l’Europe compare les systèmes et moyens de la justice, faisant apparaître les forces mais aussi les faiblesses structurelles de la France.
    Ministère de la justice, place Vendôme, à Paris. ZOOM
    Ministère de la justice, place Vendôme, à Paris. / FineBokeh/Fotolia
    C’est un très riche document que vient de publier la Commission européenne pour l’efficacité de la justice, jeudi 6 octobre. Il compare, dans le détail, les systèmes et surtout les moyens de la justice dans les 45 pays du Conseil de l’Europe.

    · La Croix vous explique, avec pédagogie et clarté, le monde qui vous entoure, afin que vous puissiez bâtir votre opinion.








    Pour la France, l’étude montre que malgré un budget en augmentation continue, les efforts ne sont pas suffisants pour « rattraper un retard structurel », a commenté Jean-Paul Jean, président du groupe de travail.
    Parmi les points notables, les procureurs français sont « parmi les plus chargés, si ce n’est les plus chargés » d’Europe. Quant à l’aide judiciaire, qui bénéficie à un nombre important d’usagers de la justice, elle est mal financée.
    Un budget de 64 € par habitant
    Premier chiffre : en budget global, la France consacre 64 € par habitant à sa justice. Point positif : c’est plus qu’en 2012 (61 €). La France est ainsi un des rares pays d’Europe de l’Ouest à continuer d’augmenter son budget justice malgré la crise.
    Mais par rapport à son niveau de richesses, la France ne consent pas un gros effort budgétaire en la matière. Comparée à ses voisins, c’est même elle qui fait le moindre effort, juste après l’Irlande (48 €). L’Italie dépense quant à elle 73 € par habitant, l’Espagne 88 €, les Pays-Bas 122 €. « La France investit moins dans sa justice que des pays à richesse comparable », résume Jean-Paul Jean.
    Surtout, dans le budget de la justice français, « la prison prend de plus en plus de place, 44 % actuellement », a-t-il précisé. Et ce aux dépens des juridictions et de leur fonctionnement quotidien.
    Une aide judiciaire mal rémunérée
    Pour mesurer l’accès au droit des populations, la CEPEJ fait un zoom sur l’aide judiciaire (AJ), qui permet que les frais d’avocats des usagers les plus précaires soient pris en charge par l’État. Le budget global en France pour l’AJ n’est pas très élevé, puisqu’il est de 5,49 € par habitant, alors que la moyenne est à 8,64 €. L’AJ bénéficie en revanche à beaucoup de Français : elle concerne 1 352 affaires pour 100 000 habitants, alors que la moyenne en Europe est de 834 affaires.
    Un faible budget et beaucoup de bénéficiaires : la conséquence est que, en France, le montant de l’AJ dans chaque affaire, et donc la rémunération de l’avocat, est faible : 342 € en moyenne contre près de 1 500 € en Angleterre ou de 1 200 € aux Pays de Galles. Le risque est donc que les avocats refusent de travailler à l’AJ et que les usagers soient mal, ou pas du tout, défendus.
    Des juges trop peu nombreux…
    Autre point notable : la France compte peu de magistrats professionnels par habitant. Pour les juges du siège, statutairement indépendants, elle en compte 10 pour 100 000 habitants, quand la moyenne européenne s’élève à 21.
    Pour les procureurs, le tableau est plus sombre encore : ils sont à la fois peu nombreux et surchargés de travail, par principe et dans les faits. Ainsi, la France ne compte que 3 procureurs pour 100 000 habitants, quand la moyenne s’élève à 11. C’est moins que la plupart de ses voisins.
    Or ce chiffre n’est pas justifié par la nature du travail des procureurs français, au contraire. La CEPEJ a listé 13 charges qui peuvent leur incomber. Le procureur français est le seul, avec son homologue Luxembourgeois, à toutes les assumer !
    Il reçoit par ailleurs, en moyenne, 7,4 affaires pour 100 000 habitants, bien au-dessus de la moyenne, qui s’établit à 3,4 affaires. Par comparaison, les juges allemands, belges et italiens en reçoivent moins de 6.
    … Mais bien formés
    « Depuis trois ans, et après des années de baisse, on note un recrutement massif de magistrats en France », s’est cependant réjoui en conclusion Jean-Paul Jean. Ceux-ci sont par ailleurs très bien formés. « La France a l’un des meilleurs taux de formation en nombre de jours », a-t-il relevé, que ce soit en formation initiale ou continue.
    « Si la justice française marche plutôt bien, c’est grâce à l’investissement des professionnels qui font face malgré les difficultés, je le pense vraiment », a souligné celui qui est aussi président de chambre à la Cour de cassation, en hommage à ses collègues.

    Procureurs, aide juridictionnelle, budget : Combien la France consacre-t-elle vraiment à la justice ?
    STATISTIQUES La Commission européenne pour l’efficacité de la justice a rendu son rapport comparant les systèmes européens…
    ice.jpgIllustration justice. - M.LIBERT/20 MINUTES
    « La justice est en voie de clochardisation ! » A peine nommé place Vendôme, en mai, Jean-Jacques Urvoas a voulu marquer les esprits et indiquer la voie qu’il souhaitait donner à son mandat de ministre de la Justice. Ses impressions sont confirmées, ce jeudi, par le rapport de la Commission européenne pour l’efficacité de la justice (Cepej).
    La France pourrait consacrer beaucoup plus d’efforts budgétaires pour le bien de la justice et surtout des justiciables. 20 Minutes a plongé le nez dans le rapport de 244 pages pour en tirer les trois éléments qui permettent de nous situer à l’échelle européenne…

      · Budget: Devant la Grèce et le Portugal, derrière l’Autriche et l’Espagne

    Soixante-quatre euros par habitant. Voilà ce que la France a consacré comme budget pour la justice en 2014, selon le rapport de la Cepej. Soit une hausse de quatre euros par habitant par rapport à 2010. Au-dessus de la moyenne européenne qui est de 60 euros, ce budget place la France devant la majorité des pays comme la Grèce (44 euros), le Portugal (52 euros) ou la Moldavie (8 euros) mais derrière l’Autriche (96 euros) ou l’Espagne (88 euros) et la Suisse (219 euros). Au final, la France se classe au 15e rang des pays européens les mieux lotis sur les 39 qui ont répondu à la Cepej sur ce point.
    La Commission note aussi dans son rapport que « le système judiciaire continue de subir des coupes judiciaires régulières » dans certains pays (Espagne, Portugal et Grèce notamment). La France n'est pas dans ce cas de figure. Elle a, en effet, régulièrement augmenté son budget ces dernières années. Pour autant, elle reste toujours derrière quatorze pays sur trente-neuf.

      · Aide judiciaire: Généreux pour le nombre d'affaires éligibles, pas pour le montant

    Pénal ou civil, la France a opté pour un système d’aide juridictionnelle assez « généreux », selon les termes de la Cepej. En 2014, 1.352 affaires pour 100.000 habitants ont été « éligibles » à ce dispositif. En moyenne, un justiciable français a touché 342 euros. Tout est toujours question d’équilibre. Ainsi le modèle allemand a choisi de « subventionner » moins d’affaires (832 affaires pour 100.000 habitants) mais mieux, en accordant 456 euros en moyenne.

      · Procureurs: Les parquets les plus chargés sont chez nous

    C’est le point le plus noir pour la France du rapport de la Cepej. La Commission a mis en rapport le nombre de procureurs et le nombre de dossiers qu’ils doivent gérer. Et la conclusion est sans appel : « Les parquets les plus chargés se trouvent incontestablement en France », assène la Commission.
    Avec 2,8 procureurs pour 100.000 habitants, la France est en queue de peloton (la moyenne européenne est de 11,3), même s’il reste difficile de comparer au regard de la disparité des systèmes judiciaires. Surtout, selon la Commission, ce sont les procureurs français qui doivent gérer le plus grand nombre de procédures avec en moyenne 7 dossiers pour 100 habitants.
    http://www.20minutes.fr/societe/1937763-20161006-procureurs-aide-juridictionnelle-budget-combien-france-consacre-vraiment-justice

    La justice en France: un retard structurel mais un budget en hausse

    07/10/2016 - AFP-Zonebourse/France

    Magistrats croulant sous le travail, juridictions au bord de l'asphyxie, mais une justice gratuite pour les plus démunis et qui recrute: la France paye un "retard structurel" en dépit d'un budget en hausse, relève un rapport publié jeudi par le Conseil de l'Europe. Avec 64 euros par an et par habitant consacrés au système judiciaire (tribunaux, aide judiciaire, budget de la justice hors pénitentiaire), la France se situe aujourd'hui dans la moyenne des pays européens (60 euros), mais elle reste loin derrière l'Espagne (88 euros) ou la Suède (103), selon ce rapport de la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (Cepej).
    "La France a un retard structurel qui n'est pas encore compensé par un budget en hausse, des embauches et un niveau de formation très élevé", a déclaré à l'AFP Jean-Paul Jean, président du groupe des experts de la Cepej et président de chambre à la Cour de cassation.
    "Si on compare des pays comparables, on se rend compte que chacun a ses forces et faiblesses. La France est, avec le Luxembourg, le seul pays européen où initier une action en justice est gratuit. C'est aussi un des pays où les démunis ont le plus accès à l'aide juridictionnelle", a-t-il expliqué.
    En revanche, la France investit moins que certains de ses voisins européens plus pauvres, comme le Portugal. En regardant des pays au PIB par habitant comparables, on voit que "les Pays-Bas effectuent un effort 2,5 fois plus important que l'Irlande et 1,9 fois plus important que la France", selon le rapport.
    La Chancellerie estime à 14,7% la progression de ce budget global de la Justice depuis 2012, contre +12,7% lors du quinquennat Sarkozy. Ce budget devrait passer en 2017 à 6,892 milliards d'euros hors charges de pensions. Quelque 2.100 emplois devraient être créés l'an prochain, dont 1.255 dans l'administration pénitentiaire.
    En attendant les renforts dans des juridictions toujours plus sollicitées, la charge de travail des magistrats est "énorme", souligne Jean-Paul Jean.
    "Les parquets les plus chargés se trouvent incontestablement en France, qui compte en Europe quasiment le plus petit nombre de procureurs (2,8 pour 100.000 habitants), mais doit en même temps faire face au plus grand nombre de procédures reçues (7 pour 100 habitants), tout en ayant à remplir un nombre record de fonctions différentes", selon le rapport.
    En dépit d'une féminisation des magistrats en Europe, le plafond de verre est toujours présent et la France n'échappe pas à la règle, avec "deux tiers de femmes juges mais seulement un tiers de femmes présidentes de tribunal", relève M. Jean.
    Ce rapport, actualisé tous les deux ans, compile les données de 45 des 47 membres du Conseil de l'Europe (le Liechtenstein et Saint-Marin n'ont rien transmis) pour l'année 2014.


    La justice civile au bord de l'asphyxie

    6 octobre 2016
    La France compte 10 juges professionnels pour 100.000 habitants quand la moyenne est de 21 magistrats ailleurs en Europe.
    La France compte 10 juges professionnels pour 100.000 habitants quand la moyenne est de 21 magistrats ailleurs en Europe. Crédits photo : François VIGNOLA/PHOTOPQR/NICE MATIN
    Comparé à nos voisins européens, notre système judiciaire peine à traiter les affaires du quotidien.
    «Le système judiciaire français répond bien à l'urgence, est très performant en matière de justice spécialisée, mais les affaires moyennes, celles qui ne sont pas prioritaires, mais qui sont souvent complexes, sont souvent délaissées.» Ainsi Jean-Paul Jean, président de chambre à la Cour de cassation et membre de la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (Cepej), résume la situation de la justice française qui se dessine à travers une étude européenne qui dresse, tous les deux ans, avec exhaustivité et rigueur, le tableau de la justice en Europe, pays par pays.
    La justice française est aujourd'hui incapable de faire face et de résorber son stock d'affaires
    Certes, ce rapport 2016 montre que le budget que chaque citoyen de l'Hexagone consacre à ce grand pan du régalien (64 euros) n'a cessé d'augmenter, mais la France reste très en deçà de ses voisins européens à qui on peut la comparer, comme les Pays-Bas (122 euros), ...

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/10/06/01016-20161006ARTFIG00291-la-justice-civile-au-bord-de-l-asphyxie.php

    La justice française est-elle à la traîne ?
    06/10/2016-

    France Inter / France
    La Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) a décrypté les systèmes judiciaires de 45 pays européens. Et la France fait rarement partie des bons élèves...
    C'est le sixième rapport d'évaluation rendu par la CEPEJ depuis sa création en 2002, et elle se base sur les données de 2014. Et si la France consacre à sa justice un budget en augmentation (64 euros par an et par habitant, contre 61 euros en 2012), elle manque toutefois cruellement de moyens, notamment humains. D'ailleurs, chaque année, on ne parvient pas à rétablir l'équilibre entre les affaires terminées et les nouvelles affaires.
    La France mauvaise élève de la justice européenne
    En France, un habitant dépense en moyenne 64 euros par an pour le fonctionnement de la justice. Elle est derrière la plupart des pays les plus riches en la matière. La CEPEJ précise toutefois que ce critère ne suffit pas pour juger de l'efficacité du système.
    L'aide juridictionnelle permet aux personnes dont les revenus sont insuffisants de pouvoir tout de même accéder à la justice (en payant les frais de procédure et les honoraires d'avocat, notamment).
    Avec le Luxembourg, la France est le seul pays européen à assurer la gratuité de l'action en justice. Le budget du système judiciaire ne dépend donc pas du tout des frais de justice. Dans un quart des États, il représente au moins 20 % du budget.
    Le "Clearance rate" représente le nombre d'affaires terminées divisé par le nombre d'affaires nouvelles chaque année, en pourcentage. S'il est en-dessous des 100 %, cela signifie que non seulement on ne parvient pas à terminer toutes les affaires en cours, mais qu'on en ajoute chaque année. À 100 %, le tout s'équilibre.


    « Les procureurs français sont parmi les plus chargés d’Europe »
    Hier, le Conseil de l’Europe a publié son rapport 2016 sur l’évaluation des systèmes judiciaires européens. Focus sur les résultats qui concernent la France.
    Rapport 2016

    Fin septembre, à l’occasion de la présentation du projet de budget de la justice pour 2017, Jean-Jacques Urvoas évoquait le manque de moyens des juridictions : les « vacances de postes », le « cumul des impayés » (V. Dalloz actualité, 30 sept. 2016, art. C. Fleuriot ). « La charge de travail des procureurs [français, ndlr] est considérable », a insisté Jean-Paul Jean, expert au Conseil de l’Europe, hier, à l’occasion de la présentation du rapport 2016 de la Commission européenne pour l’efficacité de la justice (CEPEJ). Selon cette étude, qui s’appuie sur des données de 2014, la France compte 2,8 procureurs pour 100 000 habitants (contre 2,9 en 2012 ; 3 en 2010). Alors que la moyenne européenne est de 11,3. Jean-Paul Jean, qui est également président de chambre à la Cour de cassation, signale que les procureurs français sont « parmi les plus chargés d’Europe ». Ils ont « les compétences les plus larges d’Europe », continue-t-il.
    On trouve aussi dans ce rapport des données sur les juges professionnels (ETP). La France en compte 10 pour 100 000 habitants (contre 10,7 en 2012). La moyenne européenne est de 21. Quant aux avocats, ils sont 94 pour 100 000 habitants (contre 86 en 2012 ; 80 en 2010). Pour Jean-Paul Jean, ce nombre d’avocats « est moyen par rapport aux pays comparables ».
    Parmi « les points positifs de la France », il explique que « beaucoup de personnes accèdent à la justice par l’aide judiciaire ». En 2014, 1352 affaires ont bénéficié de l’aide judiciaire pour 100 000 habitants (moyenne européenne de 834, selon le document de présentation). Par contre, « les avocats sont moins payés que dans d’autres pays », ajoute-t-il. En France, le budget exécuté de l’aide judiciaire par habitant était de 5,49 euros, contre une moyenne européenne de 9 euros.
    Droit des victimes « en avance »
    Bonne note en matière de formation des magistrats. « La France a un des meilleurs taux sur le nombre de jours de formation continue des magistrats », indique Jean-Paul Jean. Le droit des victimes est également « en avance » en France, dit-il.
    D’après cette étude, en 2014, le budget public alloué au système judiciaire par habitant était de 64 euros (contre 73 en Italie, 85 en Belgique, 88 en Espagne). Si le budget de la justice a augmenté ces dernières années, Jean-Paul Jean rappelle que « le budget de l’administration pénitentiaire croît de plus en plus ». Il évoque par ailleurs « une extension des missions », avec « le contentieux sur les hospitalisations psychiatriques, le contentieux des étrangers », etc.
    Au sujet des délais, un indicateur mesure la durée théorique nécessaire pour qu’une affaire pendante soit résolue dans une juridiction à la vitesse actuelle de travail des tribunaux dans ce pays, est-il expliqué. Concernant les affaires civiles et commerciales contentieuses, il est de 348 jours (moyenne européenne de 237). Pour les affaires administratives en première instance, il est de 305 jours (moyenne européenne de 341).
    Les moyens de la justice française, il en sera très certainement question aujourd’hui lors du Congrès de l’Union syndicale des magistrats (USM) à Dijon. Le président de la République et le garde des Sceaux y sont attendus. 
    Lien vers la nouvelle base de données interactive du Conseil de l’Europe
    par Caroline Fleuriot
    http://www.dalloz-actualite.fr/flash/procureurs-francais-sont-parmi-plus-charges-d-europe#.V_dJ22ea1oI

    Germany

    Europarat: Investitionen in die Justiz nehmen wieder stetig zu

    07/10/2016 - DPA-Europa Online/Germany

    Nach Sparmaßnahmen während der Wirtschafts- und Finanzkrise stecken die europäischen Staaten tendenziell wieder mehr Geld in ihre Justizsysteme. Zwischen 2012 und 2014 stiegen die Budgets im Schnitt um knapp 9 Prozent, wie der Europarat in einer regelmäßigen Untersuchung feststellte, die am Donnerstag in Paris vorgestellt wurde. Zwischen 2010 und 2012 lag der Anstieg im Schnitt bei gut 7 Prozent.

    Die Prüfer gehen davon aus, dass sich dieser Trend auch in den kommenden Jahren fortsetzen wird. «Das scheint für die meisten Staaten das Ende der Budgetkürzungen zu bedeuten, die in den vergangenen Jahren Folge der Wirtschafts- und Finanzkrise waren», heißt es in dem Bericht.

    Allerdings erhöhten nur 25 von 37 Staaten ihre Ausgaben. Sorgen bereiteten den Prüfern nach wie vor Irland, Portugal, Spanien und insbesondere Griechenland. Dort seien die Budgets der Justizsysteme weiter regelmäßig Kürzungen ausgesetzt.

    Ireland

    Irish judiciary among best paid in Europe

    07/10/2016 - Irish Independent/Ireland

    A Council of Europe study involving 47 countries said Ireland, along with the UK and Norway, had the best remunerated judges both at the beginning and end of their careers (Stock picture)
    Ireland's judiciary remains among the best paid in Europe despite the introduction four years ago of reduced pay levels for new appointees and salary cuts for existing judges.
    A Council of Europe study involving 47 countries said Ireland, along with the UK and Norway, had the best remunerated judges both at the beginning and end of their careers.
    The European Commission for the Efficiency of Justice study said this was a consequence of the appointment of professional judges from among the most experienced and renowned lawyers.
    In contrast, pay levels in countries with other systems for appointing judges were considerably lower.
    Pay changes introduced following the judicial pay referendum in 2011 saw the salary of a newly-appointed Supreme Court judge set at €178,608, High Court judge at €168,000, Circuit Court judge at €127,908 and District Court judge at €111,698.
    Ireland was one of six countries in the survey which picked legal professionals with long-term experience as judges.
    In contrast, 16 States used a competitive examination in the ordinary process for recruitment of judges, 15 used a combination of both systems, while 19 countries used other procedures.
    In countries where examinations were used, the entry age of new judges was much lower than in Ireland.
    Outside of the three top paying nations, the study found judicial pay rates varied wildly.
    Of these nations the highest paid Supreme Court judges were in Cyprus (€136,756) and Israel (€136,070).
    But at the other end of the scale, Supreme Court judges in Albania were paid just €14,964, while several other countries also paid a fraction of the levels seen in Ireland, the UK and Norway. These included a Supreme Court salary of €29,217 in Bulgaria, €35,060 in Hungary, €42,916 in Slovakia and €56,005 in the Czech Republic.
    The report noted judicial system budget cuts had been extended in recent years in Ireland, Portugal and Spain.
    It said legal aid budgets in Ireland, Austria, Slovenia and Turkey had also been in steady decline since 2010.
    Ireland's legal aid budget slumped from €87.4m in 2010 to €80.1m in 2014, the study found.
    Irish Independent
    Comments that are judged to be defamatory, abusive or in bad taste are not acceptable and contributors who consistently fall below certain criteria will be permanently blacklisted. Comments must be concise and to the point. The moderator will not enter into debate with individual contributors and the moderator’s decision is final. The comment facility is removed after 48 hours.
    Nicola Anderson The construction industry has warned of a looming crisis over the removal of rubble from major capital projects such as the National Children's Hospital, the Metro North and large-scale housing...

    Greece

    CEPEJ: New report on European judicial systems

    06/10/2016 - Reporter.gr / Greece

    Αποκλειστικό: Εν πολλοίς «ελεγχόμενη» και... πτωχή η Δικαιοσύνη στην Ευρώπη
    Ελλάδα, Ιρλανδία, Πορτογαλία και Ισπανία, ολοένα και περικόπτουν τους προϋπολογισμούς που προορίζονται για την εύρυθμη λειτουργία της Δικαιοσύνης, συμπεραίνει η Ευρωπαϊκή Επιτροπή για την Αποτελεσματικότητα της Δικαιοσύνης (CEPEJ) του Συμβουλίου της Ευρώπης σε έκθεση της που, κατ’ αποκλειστικότητα, φέρνει στο προσκήνιο το Reporter.gr.
    Αντίθετα, όπως αναφέρεται στην έκθεση, χώρες που κι αυτές επλήγησαν από την οικονομική κρίση, όπως η Λετονία, η Λιθουανία, η Ρουμανία και η Σλοβενία, κατάφεραν ν’ αυξήσουν τις προβλεπόμενες δαπάνες για το δικαστικό τους σύστημα.
    Την ίδια ώρα, σύμφωνα με την έκθεση, χώρες όπως το Αζερμπαϊτζάν, η Μάλτα, η Λιθουανία, η Μολδαβία και η Ρωσία, εμφανίζονται να ξοδεύουν περισσότερα χρήματα, για κατασκευή-ανακαίνιση δικαστικών κτιρίων, μισθούς των λειτουργών της Δικαιοσύνης και για νομική βοήθεια υπέρ των ευάλωτων κοινωνικών ομάδων.
    Στην έκθεση συμπεραίνεται, εμμέσως πλην σαφώς, ότι η λειτουργική ανεξαρτησία των δικαστικών λειτουργών, δικαστών και εισαγγελέων,συνεχώς «διολισθαίνει» αφού, όπως υποστηρίζεται, η ανεξαρτησία τους είναι μεν κατοχυρωμένη στα «χαρτιά» αλλά σε πολλές από τις 47 χώρες-μέλη του Συμβουλίου της Ευρώπης, οι αποφάσεις και οι ενέργειες τους υπαγορεύονται από παρεμβάσεις των κρατικών αρχών.
    Κατά τ’ άλλα, παραμένει σταθερός ο μεσος όρος της αναλογίας δικαστών με τους πολίτες (21 δικαστές ανά 100.000 κατοίκους) ενώ, μία αόρατη «γυάλινη οροφή» εμποδίζει τις γυναίκες δικαστίνες να ανέλθουν στα ανώτατα κλιμάκια της Δικαιοσύνης των ευρωπαϊκών χωρών.
    Παρόλο που η έκθεση αναγνωρίζει μία αυξημένη αποτελεσματικότητα στη λειτουργία των ευρωπαϊκών δικαστηρίων, επισημαίνει ότι παρατηρείται μία ανησυχητική αύξηση στις δικαστικές υποθέσεις που εκκρεμούν από το 2010!
    Νίκος Ρούσσης

· SMS this page
· Email this page

    Sulla lentezza dei processi Italia sorvegliata speciale

    07/10/2016 - ItaliaOggi/Italy

    Italia sorvegliata speciale per la lentezza dei processi, soprattutto civili. Ancora una volta il Rapporto Cepej della Commissione per l'efficienza della giustizia del Consiglio d'Europa, pubblicato ieri, certifica l'affanno dei tribunali italiani nello smaltire in tempi «ragionevoli» i processi. Il ministero della giustizia comunque preferisce vedere «rosa» e in una nota diffusa ieri ha sottolineato i passi avanti compiuti negli anni (i dati Cepej sono fermi al 2014) sia nella riduzione dei tempi sia nell'aumento della capacità di smaltimento, che nella riduzione dell'indice di litigiosità. Rispetto a una media europea di 237 giorni per portare a sentenza una causa civile, in Italia ce ne vogliono 532. La situazione non migliora scomponendo il contenzioso civile e commerciale nelle tre categorie prese in esame: per i divorzi non consensuali occorrono oltre 600 giorni; per le cause di lavoro oltre i 400; per i fallimenti (2.710, quasi 7 anni e mezzo).
    Né migliora quando si guarda l'arretrato dell'intero contenzioso civile e commerciale: 2.758.091 cause, che ci portano in cima alla classifica dei paesi più «zavorrati». L'arretrato si va accumulando anche nel penale, avverte la Cepej, per i quali la durata media è di 386 giorni in prima istanza: un tempo ritenuto inaccettabile. L'indice di smaltimento comunque migliora (è del 119%), specifica la Cepej, anche se non per la maggiore efficienza nel «trattare» la causa in giudizio quanto per la contrazione del numero di cause introdotte grazie a misure recenti quali l'aumento dei costi di accesso, le Adr e i sistemi di filtro (tramite la mediazione, per esempio). «La situazione italiana continuerà a essere monitorata», assicura il Coe, «anche per verificare l'impatto della riduzione di 1.000 uffici giudiziari realizzata con la riforma della geografia giudiziaria». Il sistema giudiziario vede impegnati 11 giudici e 308 avvocati per 100mila abitanti, laddove la media europea è rispettivamente di 21 e 108).

    Nuovo rapporto di valutazione sui sistemi giudiziari europei

    07/10/2016 - Agenparl/Italy

    ggi, la Commissione europea per l'efficacia della giustizia (CEPEJ) delinea le principali tendenze osservate in 45 paesi europei e Israele nella sua ultima indagine annuale.
    Oltre alla relazione, un nuovo database interattivo accessibile al pubblico, è stato lanciato
    La Commissione europea per l'efficacia della giustizia ( CEPEJ[http://www.coe.int/t/dghl/cooperation/cepej/default_EN.asp?] ) del Consiglio d'Europa, delinea le principali tendenze osservate in 45 paesi europei (*). Oltre al rapporto[http://www.coe.int/t/dghl/cooperation/cepej/evaluation/2016/publication/CEPEJ%20Study%2023%20report%20EN%20web.pdf] pubblicato oggi, c'è un nuovo database interattivo[http://www.coe.int/t/dghl/cooperation/cepej/evaluation/2016/STAT/default.asp]accessibile al pubblico.
    Questa relazione di valutazione, il sesto dal CEPEJ è stato istituito nel 2002, mette in evidenza:
    – Per quanto riguarda il bilancio dei sistemi giudiziari:
    · Una tendenza al rialzo generale; mentre alcuni paesi colpiti dalla crisi economica (Lettonia, Lituania, Romania, Slovenia) sono stati in grado ancora una volta di aumentare la loro spesa, altri (Grecia, Irlanda, Portogallo, Spagna) continuano a subire tagli di bilancio regolari;
    · I paesi europei spendono in media € 60 per abitante per anno sul funzionamento del sistema giudiziario; gli stati più ricchi non sono necessariamente quelle che spendono di più;
    · Risorse significative sono stati dispiegati in Azerbaigian, Lettonia, Lituania, Malta, la Repubblica di Moldavia, Romania e Federazione Russa, in particolare in termini di costruzione / ristrutturazione, le nuove tecnologie, stipendi dei professionisti e assistenza legale per i più svantaggiati;
    · Un aumento dei contributi da parte degli utenti al finanziamento del sistema di giustizia attraverso imposte e tasse giudiziarie: il gettito quest'ultimo rappresenta oltre il 20% del bilancio assegnato al sistema giudiziario in più di un quarto degli stati;
    · Una tendenza verso l'outsourcing compiti non giudiziari nei tribunali;
    · L'estensione dei sistemi di assistenza legale, anche per l'esecuzione delle decisioni giudiziarie o di mediazione giudiziaria;
    – Per quanto riguarda i giudici e pubblici ministeri:
    · Stabilità nel numero di personale, con una media di 21 giudici professionali per 100.000 abitanti;
    · Un numero maggiore di giudici e pubblici ministeri femminili: nel complesso vi è parità, nonostante la continua esistenza di un “soffitto di vetro" bloccando l'accesso a posizioni di responsabilità più elevati;
    · L'indipendenza funzionale dei pubblici ministeri è sempre più affermato nei testi, anche se mentre questo può essere vero sulla carta, in alcuni paesi le autorità politiche sono in grado di intervenire nel processo penale.
    – Per quanto riguarda l'organizzazione dei tribunali:
    · Una riduzione del loro numero, un aumento della loro dimensione e forte specializzazione;
    · Tecnologia dell'informazione ha permesso di migliorare l'efficienza e la qualità dei sistemi giudiziari, ma gli Stati con la più sviluppata IT non sono necessariamente il più efficace: è essenziale, ma non è l'unica chiave per migliorare le prestazioni.
    – Per quanto riguarda le prestazioni dei sistemi giudiziari:
    · Un aumento del numero di casi penali in arrivo;
    · Una tendenza generale positiva per la capacità di corti europee per far fronte a casi in entrata a lungo termine;
    · Nel settore della giustizia civile, i sistemi sono in tempo nella lavorazione di casi ricevuti e risolti in primo grado, e un basso, ma continuo aumento della arretrato di casi litigiosi civili e commerciali dal 2010 marcatura complesso;
    · Nel settore giustizia amministrativa, sistemi giudiziari stanno migliorando costantemente la loro capacità di far fronte con il volume dei casi, e vi è stata una generale diminuzione del numero di cause pendenti;
    · Nel settore della giustizia penale, nella stragrande maggioranza dei paesi, i pubblici ministeri sono stati in grado di risolvere un minor numero di casi rispetto a quelli ricevuti; al contrario, ultimi sono in grado di far fronte più o meno soddisfacente con il carico;
    · La recessione economica ha avuto un impatto sulle risorse dei tribunali e sulla disponibilità di assistenza legale per gli utenti di corte;
    · Sono sempre più applicate le procedure on-line per il trattamento di certe categorie di beni.

    Giustizia: Italia fa progressi ma al top per tempi penale

    07/10/2016 - ANSA/Italy

    Alla fine del 2014 i cittadini italiani erano ancora gli europei che dovevano attendere più a lungo per una sentenza penale. Inoltre, le retribuzioni medie dei giudici a fine carriera erano seconde solo a quelle dei colleghi svizzeri e 6,4 volte superiori agli stipendi dell'italiano medio (solo in Ucraina e Romania questo rapporto era superiore). Sono alcune delle indicazioni che emergono dall'ultimo rapporto del Cepej, l'organo del Consiglio d'Europa che ogni due anni fotografa il funzionamento della giustizia dei Paesi membri.
    Nel documento però, vicino alle 'ombre' che ancora pesano sul sistema, figurano anche delle luci. "L'Italia - segnala infatti il ministero della Giustizia in una nota - fa registrare miglioramenti nella maggior parte degli indicatori-chiave di efficienza". E' il caso, ad esempio, dei tempi necessari per arrivare a una sentenza di primo grado nelle cause civili e commerciali. Con i 532 giorni del 2014 contro una media europea di 237 giorni, la giustizia italiana risulta ancora lenta, ma indubbiamente meno rispetto ai 600 giorni che erano stati registrati dal Cepej nel 2010. L'Italia resta invece al top per l'attesa di una sentenza di primo grado in un processo penale: 386 giorni.
    Inoltre, dal ministero di Via Arenula si segnala che l'Italia è al primo posto nella capacità di 'smaltimento' degli affari civili iscritti, con un indice di ricambio pari al 119%, contro una media europea del 100%. Ciò significa che per ogni 100 nuovi affari iscritti nell'anno, i giudici italiani ne definiscono ben 119 (100 nuovi iscritti +19 di arretrato).
    Quanto agli arretrati, a fine 2014 le cause civili e commerciali pendenti in Italia erano 2.758.091. In Francia, Paese secondo classificato per quantità di arretrati, le cause in attesa di giudizio erano 'appena' 1.571.438. Ma il dato italiano, si osserva ancora dal ministero "risulta sensibilmente migliorato" rispetto al 2010 poiché le cause pendenti erano diminuite del 20%" e successivamente questo trend è proseguito. Nel documento del Cepej si legge poi che tra il 2010 e il 2014, i guadagni generati dall'imposta che deve pagare chi usa i servizi della giustizia sono aumentati del 42%. E che nel 2014 queste entrate hanno coperto il 10% del costo del sistema giudiziario, un valore in linea con quello medio europeo.
    Infine un'occhiata agli stipendi dei giudici. La retribuzione lorda a fine carriera (186.637 euro) nel 2014 risultava seconda solo a quella dei colleghi svizzeri (295.754 euro). Il salario lordo a fine carriera era 6,4 volte quello medio italiano. Un rapporto più favorevole è stato registrato solo per i giudici ucraini (8,5) e rumeni (7). Nel 2014 poi in Italia il 52% dei magistrati era donna, ma davvero poche arrivano alle corti supreme o diventano presidenti di tribunale.

     




    http://www.ilfogliettone.it/giustizia-litalia-progressi-al-top-europa-tempi-penale/

    CIVILE e PROCESSO
    CIVILE e PROCESSO
    giustizia  | 07 Ottobre 2016
    Rapporto Cepej: migliorata la situazione del sistema giudiziario italiano
    Il Ministero della Giustizia, in relazione all’ultimo rapporto Cepej sul funzionamento dei sistemi giudiziari europei nel 2014, con un comunicato stampa del 6 ottobre 2016, invita a monitorare la situazione della giustizia in Italia, che appare sensibilmente migliorata.  
    Efficienza del sistema giudiziario. «Nel Rapporto l’Italia fa registrare miglioramenti nella maggior parte degli indicatori-chiave di efficienza del sistema giudiziario. Molto positivo, ad esempio, è il miglioramento dei tempi di risoluzione delle controversie civili e commerciali, passati dagli oltre 600 giorni nel 2010 ai 532 nel 2014», questo quello che si legge nel comunicato stampa del Ministero della Giustizia relativo al rapporto Cepej sui passi in avanti che sono stati compiuti risetto al 2010.
    Primato italiano. L’Italia si pone al primo posto nella capacità di «smaltimento» degli affari civili iscritti, con un indice di ricambio pari al 119%, contro una media europea del 100%. Ciò significa che per ogni 100 nuovi affari iscritti nell’anno, i giudici italiani ne definiscono ben 119 (100 nuovi iscritti+19 di arretrato). Risulta sensibilmente migliorato anche il dato sulle pendenze dei procedimenti civili, diminuite del 20% a fine 2014 rispetto al 2010 (al 30 giugno 2016 ulteriormente ridotto a -30%). Anche un altro fattore che era solito attardare il nostro sistema, ossia l’indice di litigiosità, risulta in sostanziale diminuzione: «dai primi posti (alta litigiosità) fino al 2010, l’Italia risulta nel Rapporto allineata alla migliore media europea, con 2,3 procedimenti contenziosi aperti ogni 100 abitanti». Infine non può non considerarsi che il rapporto Cepej riporta i dati relativi al 2014 e che i monitoraggi condotti mensilmente dal ministero indicano ulteriori miglioramenti del settore per il 2015 e 2016. 
    Radiowebitalia
    Wg

    Home | Tempo d'Europa | Consiglio d'Europa: in Italia 532 giorni per sentenza Accueil | Météo en Europe | Conseil de l' Europe: en Italie 532 jours pour le jugement
    tribunal
    Consiglio d'Europa: in Italia 532 giorni per sentenza Conseil de l' Europe: en Italie 532 jours pour le jugement
    Redazione préparation 7 ottobre 2016 7 octobre 2016 Tempo d'Europa Temps en Europe Lascia un commento Laisser un commentaire 11 Visite 11 Vues
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=it&u=http://www.radiowebitalia.it/100564/tempo-deuropa/consiglio-deuropa-in-italia-532-giorni-per-sentenza.html&prev=search

    Lituania
    *
    La procédure pénale en Lituanie oeuvre plus rapide

    10/07/2016
    Cela a été révélé par le Conseil de l'Europe (CoE), la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) publié dans le rapport d'évaluation du système judiciaire européen. 2014. première instance en matière pénale ont été entendus en 67 jours - 37 jours plus vite qu'en 2010.
    «Je suis heureux que les tribunaux lituaniens sous vitesse de litiges maintient sa position de leader en Europe", - l'évaluation du rapport de la CEPEJ dit le président du Conseil de la magistrature, la Cour suprême du juge Lituanie Egidijus Laužikas.
    Notre pays est mentionné parmi des pays tels que l'Autriche, Chypre, Finlande, Malte, Monaco, la Roumanie, la Russie et l'Espagne, où la Cour a été en constante amélioration dans les procédures pénales.
    représentants de la CEPEJ note également que les questions de relations de travail en ce qui concerne des licenciements dans de nombreux pays, y compris la Lituanie, examiné en plus de cas que reçu, et cela a eu un impact sur des périodes plus courtes de ces procédures.
    Cependant, la Lituanie est mentionné parmi des pays tels que la Bosnie-Herzégovine, Chypre, Estonie, France, Allemagne, Hongrie, Italie, Pologne et d'autres, où les procédures administratives termes rallongés, Lituanie -. (. 2010 m) à partir de 160 jours à 310 (2014 .). La raison la plus commune, ont eu un impact sur la durée des procédures administratives - un sursis jusqu'à la décision du tribunal prendra effet ou une décision dans une autre affaire, une procédure administrative (87,51 pour cent.); ainsi que d'un séjour en attendant l'issue de la procédure relative à la Cour constitutionnelle de la République de Lituanie (33,94 pour cent de.).
    CEPEJ Lituanie attribue également aux 9 Etats, qui à partir de 2012. Il a investi massivement dans l'informatisation du système judiciaire. Cette liste Lituanie se trouve près de l'Azerbaïdjan, la Bulgarie, la Hongrie, la Lettonie, la Moldavie et la Macédoine. Il est souligné que le secteur de la technologie de l'information judiciaire Hongrie et la Lituanie a renforcé l'utilisation des fonds européens ou internationaux.
    Lituanie, en tant que pays, 43 pour cent. l'augmentation du budget pour les investissements dans les bâtiments, mentionné parmi les 6 pays - France, Hongrie, Chypre, l'Azerbaïdjan et la Roumanie. Par exemple, en France en 2014. Cour construire le budget a augmenté de 22 pour cent, Hongrie -. Même jusqu'à 230 pour cent.
    rapport de la CEPEJ "Systèmes judiciaires européens 2016. Rapport (données 2014.): Efficacité et qualité de la justice »pour résumer 2014. Les données obtenues à partir de 45 Etats membres du CdE. Ces rapports visent à évaluer l'efficacité des systèmes de justice, et de proposer des mesures concrètes pour améliorer les systèmes de justice.
    Une publication comprend également une base de données dynamique, ouvert au public sur Internet www.coe.int/cepej . Il peut indépendamment analyser les données en fonction des besoins: pour sélectionner des pays spécifiques, pour comparer les données de tous les États, et ainsi de suite.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=lt&u=http://www.teismai.lt/lt/naujienos/teismu-sistemos-naujienos/baudziamosios-bylos-lietuvoje-nagrinejamos-greiciau/3876&prev=search

    La procédure pénale en Lituanie oeuvre plus rapide

    Conseil de l'Europe (CdE), la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) publié dans le rapport d'évaluation du système judiciaire européen a montré que la procédure pénale Lituanie traite plus rapidement.
    2014. première instance en matière pénale ont été entendus en 67 jours - 37 jours plus vite qu'en 2010.
    Notre pays est mentionné parmi des pays tels que l'Autriche, Chypre, Finlande, Malte, Monaco, la Roumanie, la Russie et l'Espagne, où la Cour a été en constante amélioration dans les procédures pénales.
    représentants de la CEPEJ note également que les questions de relations de travail en ce qui concerne des licenciements dans de nombreux pays, y compris la Lituanie, examiné en plus de cas que reçu, et cela a eu un impact sur des périodes plus courtes de ces procédures.
    Cependant, la Lituanie est mentionné parmi des pays tels que la Bosnie-Herzégovine, Chypre, Estonie, France, Allemagne, Hongrie, Italie, Pologne et d'autres, où les procédures administratives termes rallongés, Lituanie -. (. 2010 m) à partir de 160 jours à 310 (2014 .). La raison la plus commune, ont eu un impact sur la durée des procédures administratives - un sursis jusqu'à la décision du tribunal prendra effet ou une décision dans une autre affaire, une procédure administrative (87,51 pour cent.); ainsi que d'un séjour en attendant l'issue de la procédure relative à la Cour constitutionnelle de la République de Lituanie (33,94 pour cent de.).
    CEPEJ Lituanie attribue également aux 9 Etats, qui à partir de 2012. Il a investi massivement dans l'informatisation du système judiciaire. Cette liste Lituanie se trouve près de l'Azerbaïdjan, la Bulgarie, la Hongrie, la Lettonie, la Moldavie et la Macédoine. Il est souligné que le secteur de la technologie de l'information judiciaire Hongrie et la Lituanie a renforcé l'utilisation des fonds européens ou internationaux.
    Lituanie, en tant que pays, 43 pour cent. l'augmentation du budget pour les investissements dans les bâtiments, mentionné parmi les 6 pays - France, Hongrie, Chypre, l'Azerbaïdjan et la Roumanie. Par exemple, en France en 2014. Cour construire le budget a augmenté de 22 pour cent, Hongrie -. Même jusqu'à 230 pour cent.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=lt&u=http://lzinios.lt/lzinios/Lietuva/baudziamosios-bylos-lietuvoje-nagrinejamos-greiciau/230727&prev=search

    Luxembourg

    Publication à Paris du rapport de la CEPEJ évaluant les systèmes judiciaires européens et mise à disposition du public de la base de données CEPEJ-STAT

    index.html

    Le 6 octobre 2016 la CEPEJ (Commission européenne pour l’efficacité de la justice du Conseil de l’Europe) a présenté les résultats du cycle d'évaluation 2014-2016 dans son rapport « Systèmes judiciaires européens – Efficacité et qualité de la justice – Edition 2016 » présentant les faits et chiffres clés permettant d'évaluer les systèmes judiciaires et leur évolution.
    Le rapport est complété par un rapport thématique portant pour ce cycle sur l'utilisation des technologies de l'information au sein des tribunaux en Europe et la mise à disposition des décideurs publics, des professionnels de la justice et des chercheurs d’une base de données interactive et dynamique (CEPEJ-STAT), accessible sur internet, permettant de sélectionner des données spécifiques, des pays spécifiques, d’effectuer des croisements de données et de générer des tableaux, graphiques et cartes instantanément.
    S'appuyant sur la base de données de la CEPEJ sur la justice, qui est unique au monde, le rapport présente une photographie détaillée du fonctionnement de la justice dans 45 Etats membres du Conseil de l’Europe, auquel s‘est ajouté Israël, en qualité de membre observateur, ainsi que des séries statistiques permettant d'analyser l'évolution des systèmes dans ces Etats.
    Les tableaux et graphiques comparatifs et les commentaires permettent de comprendre le fonctionnement global des tribunaux, saisir les grandes tendances de l'évolution de la justice, identifier les problèmes pour améliorer la qualité et l'efficacité du service public de la justice. Il est un outil solide pour renforcer la connaissance réciproque des systèmes de justice et la confiance mutuelle entre les praticiens de la justice.


    Pour en savoir plus ...
    Pour en savoir plus ...









    Liens externes



    *
    Rapport 2016

    Republic of Moldova
    AZI   
    magistratura-balantajustitie2
    Raport CEPEJ: Zero cheltuieli alocate pentru formarea funcționarilor din sistemul judiciar
    În 12 state care și-au crescut bugetul alocat sistemului judiciar între 2012 și 2014, cele trei componente ale sistemului judiciar au crescut (Azerbaijan, Bulgaria, Estonia, Letonia, Lituania, Malta, R. Moldova, Polonia, Federația Rusă, Elveția și Irlanda de Nord), arată un studiu recent efectuat de Curtea Europeană pentru eficacitatea justiției (CEPEJ). De precizat că creșterea bugetului sistemului judiciar se datorează în principal, bugetului alocat instanțelor în state precum Azerbaijan. Estonia, Letonia, Lituania, Malta, R. Moldova și România.
    Același studiu arată că bugetul alocat sistemului judiciar din R. Moldova a crescut de la 13 000 000 de euro în 2010, la peste 16 000 000 de euro în 2012 și peste 28 000 000 de euro în 2014. Astfel sumele alocate în R. Moldova sistemului judiciar se explică prin necesitatea punerii în practică a planurilor de reforme și modernizare a sectorului judiciar. Totodată, în Moldova, reforma e susținută financiar de Uniunea Europeană. Schimbările organizaționale de asemenea se explică prin bugetul alocat sistemului judiciar.
    Bugetul public anual al instanțelor per componente în 2014 arată un buget total public al instanțelor din R. Moldova în sumă de 19 000 000 de euro. Astfel, 62 % din acest buget a fost divizat pentru salarii, 1,5 % pentru informare, 12,6 % au fost îndreptate spre investiții în clădiri noi, 0 % au fost direcționate spre formare și educație și aproape 9 % pentru alte necesități.
    Studiul mai arată că judecătorii debutanți au un salariu considerabil superior în comparație cu cel al unui procuror în Cipru, Estonia, Finlanda, Georgia, Lituania, Malta, Moldova, Suedia, Ucraina.
    Raportul este bazat pe date din 2014 și la acesta au participat 45 de state membre UE.

    AUJOURD'HUI
    magistratures-balantajustitie2
    AUCUN COMMENTAIRE
    Rapport de la CEPEJ: dépenses zéro alloué pour la formation des magistrats
    Dans les 12 Etats qui ont augmenté leur budget de la justice entre 2012 et 2014 les trois composantes de l'appareil judiciaire ont augmenté (Azerbaïdjan, Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Malte, Moldavie, Pologne, Fédération de Russie, la Suisse et l' Irlande Nord), montre une étude récente de l'efficacité de la Cour européenne de justice (CEPEJ). Notez que l'augmentation du budget de la justice est due principalement le budget alloué aux tribunaux dans les pays tels que l' Azerbaïdjan. Estonie, Lettonie, Lituanie, Malte, la Moldavie et la Roumanie.
    La même étude montre que le budget du pouvoir judiciaire en Moldavie est passé de 13 millions d' euros en 2010 à plus de 16 millions d' euros en 2012 et plus de 28 millions d' euros en 2014. Cette montants alloués à la Moldavie pouvoir judiciaire est expliqué par la nécessité de mettre en œuvre des réformes et des plans de modernisation du secteur judiciaire. Cependant, en Moldavie, la réforme est soutenu financièrement par l'Union européenne. Les changements organisationnels peuvent également être expliquées par le budget de la justice.
    Budget public annuel des tribunaux composants par 2014 montre un budget public total des tribunaux de Moldova dans le montant de 19 millions d' euros. Ainsi, 62% de ce budget a été divisé pour les salaires, 1,5% pour l' information, 12,6% ont été dirigés vers l' investissement dans les nouveaux bâtiments, 0% ont été dirigés vers la formation et l' éducation et près de 9% pour les autres besoins.
    L'étude montre également que les juges juniors ont participé à un salaire beaucoup plus élevé par rapport à celui d'un procureur à Chypre, Estonie, Finlande, Géorgie, Lituanie, Malte, la Moldavie, la Suède, l'Ukraine.
    Le rapport est basé sur les données de 2014 et a été suivi par 45 Etats membres.
    https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&rurl=translate.google.fr&sl=ro&u=http://www.zdg.md/stiri/stiri-justitie/raport-cepej-zero-cheltuieli-alocate-pentru-formarea-functionarilor-din-sistemul-judiciar&usg=ALkJrhjGQjpaiHbjfZ9gf4Zhv25TTJlTDQ

    Raport CEPEJ: Zero cheltuieli alocate pentru formarea funcționarilor din sistemul judiciar
    În 12 state care și-au crescut bugetul alocat sistemului judiciar între 2012 și 2014, cele trei componente ale sistemului judiciar au crescut (Azerbaijan, Bulgaria, Estonia, Letonia, Lituania, Malta, R. Moldova,...
    http://www.stiri.md/ro/article/708819/raport-cepej-zero-cheltuieli-alocate-pentru-formarea-funcionarilor-din-sistemul-judiciar/


    Commission européenne: Moldavie alloue le plus d'argent en Europe dans le système judiciaire
    Moldova a alloué seulement huit par habitant Justice en 2014. Le montant est beaucoup plus faible que la moyenne européenne de 60 euros par habitant. Les données ont été rendues publiques par la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) dans le « Systèmes EUROPEENS judiciaires. Efficace et qualité de la justice "transmettre Agora.

    symbole de photo
    foto simbol / Foto: tv-h.ro Photo symbole / Photo: tv-h.ro

    Ainsi , notre pays a atteint le groupe des pays européens qui consacrent moins de 25 euros par habitant pour la magistrature. Le même groupe sont: République de Moldova (8 €), Albanie (9 €), Ukraine (9 €), la Géorgie (10 €), l' Azerbaïdjan (16 €), République de Macédoine (18 €) et la Turquie (21 €).
    Selon lui, la Roumanie dépense 35 € par habitant.
    La majeure partie du pouvoir judiciaire est alloué par la Suède (103 €), les Pays - Bas (€ 122), Luxembourg (€ 139), Irlande du Nord (Royaume - Uni) (€ 144) et la Suisse (€ 219).
    Raport CEPEJ: Zero cheltuieli alocate pentru formarea funcționarilor din sistemul judiciar
    06/10/2016-

    Ziarul de Gardă / Moldova
    În 12 state care și-au crescut bugetul alocat sistemului judiciar între 2012 și 2014, cele trei componente ale sistemului judiciar au crescut (Azerbaijan, Bulgaria, Estonia, Letonia, Lituania, Malta, R. Moldova, Polonia, Federația Rusă, Elveția și Irlanda de Nord), arată un studiu recent efectuat de Curtea Europeană pentru eficacitatea justiției (CEPEJ). De precizat că creșterea bugetului sistemului judiciar se datorează în principal, bugetului alocat instanțelor în state precum Azerbaijan. Estonia, Letonia, Lituania, Malta, R. Moldova și România.
    Același studiu arată că bugetul alocat sistemului judiciar din R. Moldova a crescut de la 13 000 000 de euro în 2010, la peste 16 000 000 de euro în 2012 și peste 28 000 000 de euro în 2014. Astfel sumele alocate în R. Moldova sistemului judiciar se explică prin necesitatea punerii în practică a planurilor de reforme și modernizare a sectorului judiciar. Totodată, în Moldova, reforma e susținută financiar de Uniunea Europeană. Schimbările organizaționale de asemenea se explică prin bugetul alocat sistemului judiciar.
    Bugetul public anual al instanțelor per componente în 2014 arată un buget total public al instanțelor din R. Moldova în sumă de 19 000 000 de euro. Astfel, 62 % din acest buget a fost divizat pentru salarii, 1,5 % pentru informare, 12,6 % au fost îndreptate spre investiții în clădiri noi, 0 % au fost direcționate spre formare și educație și aproape 9 % pentru alte necesități.
    Studiul mai arată că judecătorii debutanți au un salariu considerabil superior în comparație cu cel al unui procuror în Cipru, Estonia, Finlanda, Georgia, Lituania, Malta, Moldova, Suedia, Ucraina.
    Raportul este bazat pe date din 2014 și la acesta au participat 45 de state membre UE.

    Montenegro

    Sudije i tužioci u CG zarađuju do 25.000 eura godišnje
    Tužioci i sudije u Crnoj Gori zarađuju godišnje oko 25. 000 eura, pokazao je najnoviji izvještaj Savjeta Evrope o pravosudnom sistemu u Crnoj Gori.

    U izvještaju koji je juče objavio SE, a koji se odnosi na period od 2014. do septembra 2016., navodi se da u našoj zemlji tužilac u prosjeku na početku karijere zarađuje 18.453 eura godišnje, dok je najveće primanje za godinu dana 24. 587 eura.
    Sudija na početku karijere u prosjeku zarađuje godišnje 20,310 eura, dok je maksimum koji godišnje zaradi 25,298 eura.
    Crna Gora, prema istom izvještaju, izdvaja 67 odsto budžeta za pravosudni sistem od ukupnog budžeta za pravosuđe. U 2014. godini budžet za pravosudni sistem u našoj zemlji iznosio je 26,3 miliona eura, 4 odsto više nego 2010. kada je iznosio 25,2 miliona eura.
    "U odnosu na prethodni period analiziran od strane CEPEJ (2010-2012), evropske države među kojima su i Crna Gora, značajno su povećali budžet svog sudskog sistema. Ovaj veoma pozitivan trend označava za većinu zemalja, kraj rezanja budžeta kao rezultat okončanja finansijske i ekonomske krize u koje su zapale balkanse zemlje" navodi se u izvještaju.
    Od ukupnog budžeta namijenjenog pravosuđu, 76 odsto troše sudovi, dok je 23 odsto budžeta pravosudnog sistema dodijeljeno državnom tužilaštvu, dok svega jedan odsto izdvaja za pravnu pomoć.
    Na sudske takse u Crnoj Gori izdvaja se, prema analizi Savjeta Evrope u prosjeku 6,11 eura po glavi stanovnika. Udio od sudskih taksi u budžetu sudova u našoj zemlji je u prosjeku 19 odsto godišnje.
    Izvjestioci SE navode i da je Crna Gora između 2012. i 2014. godine, blago povećala ukupan budžet sudova za tri odsto.
    "Istovremeno, ulaganje u kompjuterizaciju sudova pala je za 68 odsto, dok je udio investicija u obuku i obrazovanje porastao za 230 odsto. Povećanje budžetskih sredstava za obuku u Crnoj Gori odnosi se na raspodjelu dodatnih sredstava za funkcionisanje Centra za obuku sudija kako bi se osigurala nezavisnost od Vrhovnog suda, što je bio slučaj 2015 godine" ističe se u izvještaju.
    Crna Gora ima ukupno 254 sudija, 41 na 100.000 stanovnika, što se, kako je navedeno, praktično nije mijenjalo od 2010. godine.
    "U Crnoj Gori 43 odsto svih sudija su muškarci, a 57 odsto su žene. Ovo je blizu evropskog prosjeka koji je 49 odsto protiv 51 odsto.
    U Crnoj Gori, žene sudije čine većinu na svim nivoima (odnosno 56 odsto na 1. stepenu, 59 odsto na 2. stepenu i 56 odsto u Vrhovnom sudu)" pokazuju podaci SE. Dodaje se i da postoje smo žene predsjednice sudova. Ista situacija je u Irskoj, Rumuniji, Slovačkoj i Makedoniji.

    Les juges et les procureurs gagnent jusqu'à 25.000 euros par an
    société
    Publié: Vendredi 7 Octobre, 2016 - 11:55
    Auteur:
    onogost.me
    Les procureurs et les juges au Monténégro gagnent chaque année environ 25 € 000, a montré le dernier rapport du Conseil de l'Europe sur le système judiciaire au Monténégro.

    Photo: Illustration
    Dans un rapport publié hier SE, qui couvre la période de 2014 à Septembre 2016, a déclaré que dans notre pays le procureur, en moyenne, au début de sa carrière gagne 18,453 euros par an, tandis que la plus grande réception pour l'année 24 € 587 .
    Le juge au début de sa carrière gagne en moyenne 20,310 euros, alors que le maximum qui gagne 25,298 euros.
    Monténégro, selon le même rapport, alloue 67 pour cent du budget pour le système judiciaire du budget total de la magistrature. En 2014, le budget du système judiciaire dans notre pays est élevé à 26,3 millions d'euros, 4 pour cent de plus qu'en 2010 quand il est élevé à 25,2 millions d'euros.
    "Par rapport à la période précédente analysée par la CEPEJ (2010-2012), les pays européens, y compris le Monténégro, ont augmenté de façon significative le budget de son système judiciaire. Cela signifie une tendance très positive pour la plupart des pays, la fin des compressions budgétaires à la suite de l'achèvement du financier et crise économique qui enflamment les pays balkans sont "le rapport dit.
    Sur le budget total pour le pouvoir judiciaire, les tribunaux passent 76 pour cent, tandis que 23 pour cent du budget alloué au système judiciaire du bureau du procureur de l'Etat, alors que seulement un pour cent est allouée à l'aide juridique.
    Sur les frais de justice au Monténégro se distingue, selon l'analyse du Conseil de l'Europe en moyenne 6,11 euros par habitant. Part des frais de justice dans le budget des tribunaux de notre pays est en moyenne de 19 pour cent par an.
    Les rapporteurs indique également que le Monténégro entre 2012 et 2014, a augmenté le budget légèrement global des tribunaux pour trois pour cent.
    "Dans le même temps, les investissements dans l'informatisation des tribunaux a diminué de 68 pour cent, tandis que la part des investissements dans la formation et l'éducation a augmenté de 230 pour cent. L'augmentation des ressources budgétaires pour la formation au Monténégro se réfère à l'allocation de fonds supplémentaires pour le fonctionnement du Centre de formation judiciaire afin d'assurer l'indépendance de la Cour suprême, comme ce fut le cas en 2015 », selon le rapport.
    Le Monténégro a un total de 254 juges, 41 pour 100.000 habitants, qui, comme indiqué, pratiquement pas changé depuis 2010.
    "Au Monténégro, 43 pour cent de tous les juges sont des hommes, et 57 pour cent sont des femmes. Ceci est proche de la moyenne européenne de 49 pour cent contre 51 pour cent.
    Au Monténégro, les femmes constituent la majorité des juges à tous les niveaux (soit 56 pour cent dans le premier cas, 59 pour cent de la 2 ème degré et 56 pour cent de la Cour suprême), «selon les données SE. Il ajoute qu'il n'y a que les femmes présidents des tribunaux. La même situation en Irlande, la Roumanie, la Slovaquie et la Macédoine.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=sr&u=http://onogost.me/drustvo/sudije-tuzioci-zaraduju-do-25000-eura-godisnje&prev=search
    Poland
    Prokuratorzy w Polsce mają się dobrze - raport Rady Europy - Prokuratorzy
    [07/10/2016-

    Rzeczpospolita / Poland]
    Polski wymiar sprawiedliwości na tle europejskim robi wrażenie dobrze finansowanego. Otrzymuje aż 3,9 proc. produktu krajowego brutto. Więcej wydaje tylko Rosja (6,6 proc.), Gruzja (4,4 proc.) i Macedonia (4,1 proc.), a tyle samo Holandia.
    Przy czym budżet budżetowi nierówny. Polska z tego kawałka publicznego toru finansuje przede wszystkim sądownictwo (73 proc.). W pozostałych krajach (poza Macedonią) budżet wymiaru sprawiedliwości jest znacznie szerszy i finansuje w większości inne cele. Tak wynika z przedstawionego w czwartek w Paryżu raportu Europejskiej Komisji na rzecz Efektywności Sądownictwa (CEPEJ), organu eksperckiego Rady Europy. Z innego raportu opublikowanego przez Komisję Europejską i obejmującego tylko państwa UE wynikało, że Polska pod względem wydatków na sądownictwo, w relacji do produktu krajowego brutto, jest na drugim miejscu w UE.
    W znaczącym stopniu budżet finansuje pensje. Z raportu CEPEJ wynika, że w Polsce są one na niezłym poziomie. Nie ma danych dla polskich sędziów, ale prokurator na początku kariery zarabia dwukrotność średniej krajowej, a w prokuraturze najwyższej instancji – prawie sześciokrotność. Już początkujący prokurator ma się względnie lepiej niż jego koledzy w Europie Zachodniej, bo tam pensje są znacznie niższe. A prokurator u szczytu kariery zawodowej zarabia w Polsce rekordowe pieniądze na tle całej Europy. Nieco wyższe ma tylko prokurator serbski.
    Prokuratorzy w Polsce i w Europie Środkowo-Wschodniej nie tylko nieźle zarabiają, ale też jest ich stosunkowo dużo. W Polsce przypada ich 15 na 100 tys. mieszkańców. Większe zagęszczenie występuje tylko w niektórych krajach byłego ZSRR i byłej Jugosławii, a także w Bułgarii i na Węgrzech.
    Logiczne byłoby domniemywać, że większa liczba prokuratorów wynika z większej liczby spraw. Tak jednak nie jest. W Polsce na 100 mieszkańców jest przeciętnie 2,7 sprawy prokuratorskiej, co jest wynikiem niższym od średniej europejskiej. We Francji wskaźnik ten wynosi 7,4 sprawy przy znacznie mniejszej dostępności prokuratorów. W Polsce prokurator ma średnio 178 spraw, a we Francji – aż 2700.
    Raport bada też równowagę płci w sądach i prokuratorach, uznając, że ma to znaczenie dla lepszego odbioru spraw przez prawników. Średnio w Europie, w tym w Polsce, ta równowaga jest zachowana. Widać jednak wyraźnie, że na stanowiskach kierowniczych i w sądach, i w prokuratorach przeważają mężczyźni.
    CEPEJ zebrała dane o efektywności sądzenia dla różnych przykładowych spraw, np. rozwodowej czy bankructwa spółki. Niestety, te statystyki nie obejmują Polski. Nasz kraj można więc porównać z innymi tylko na poziomie ogólnym, takim jak wskaźnik finalizowania spraw czy czas ich rozpatrywania. Wynika z nich, że w Polsce czas rozpatrywania spraw cywilnych i administracyjnych jest dość długi (średnio 203 dni) i w ostatnich latach wzrósł.
    CEPEJ co roku publikuje dokument porównujący 45 państw naszego kontynentu. W najnowszym znalazły się dane z 2014 r. dotyczące warunków finansowych sądownictwa, jego struktury i wydolności.
    Anna Słojewska z Brukseli

    Poland

    Prokuratorzy w Polsce mają się dobrze - raport Rady Europy
    publikacja: 07.10.2016

    2 zdjęcia

    W krajach Europy Środkowo-Wschodniej jest wyjątkowo dużo prokuratorów – tak wynika z danych Rady Europy.
    REDAKCJA POLECA

    Polski wymiar sprawiedliwości na tle europejskim robi wrażenie dobrze finansowanego. Otrzymuje aż 3,9 proc. produktu krajowego brutto. Więcej wydaje tylko Rosja (6,6 proc.), Gruzja (4,4 proc.) i Macedonia (4,1 proc.), a tyle samo Holandia.
    Przy czym budżet budżetowi nierówny. Polska z tego kawałka publicznego toru finansuje przede wszystkim sądownictwo (73 proc.). W pozostałych krajach (poza Macedonią) budżet wymiaru sprawiedliwości jest znacznie szerszy i finansuje w większości inne cele. Tak wynika z przedstawionego w czwartek w Paryżu raportu Europejskiej Komisji na rzecz Efektywności Sądownictwa (CEPEJ), organu eksperckiego Rady Europy. Z innego raportu opublikowanego przez Komisję Europejską i obejmującego tylko państwa UE wynikało, że Polska pod względem wydatków na sądownictwo, w relacji do produktu krajowego brutto, jest na drugim miejscu w UE.
    W znaczącym stopniu budżet finansuje pensje. Z raportu CEPEJ wynika, że w Polsce są one na niezłym poziomie. Nie ma danych dla polskich sędziów, ale prokurator na początku kariery zarabia dwukrotność średniej krajowej, a w prokuraturze najwyższej instancji – prawie sześciokrotność. Już początkujący prokurator ma się względnie lepiej niż jego koledzy w Europie Zachodniej, bo tam pensje są znacznie niższe. A prokurator u szczytu kariery zawodowej zarabia w Polsce rekordowe pieniądze na tle całej Europy. Nieco wyższe ma tylko prokurator serbski.
    Prokuratorzy w Polsce i w Europie Środkowo-Wschodniej nie tylko nieźle zarabiają, ale też jest ich stosunkowo dużo. W Polsce przypada ich 15 na 100 tys. mieszkańców. Większe zagęszczenie występuje tylko w niektórych krajach byłego ZSRR i byłej Jugosławii, a także w Bułgarii i na Węgrzech.
    Logiczne byłoby domniemywać, że większa liczba prokuratorów wynika z większej liczby spraw. Tak jednak nie jest. W Polsce na 100 mieszkańców jest przeciętnie 2,7 sprawy prokuratorskiej, co jest wynikiem niższym od średniej europejskiej. We Francji wskaźnik ten wynosi 7,4 sprawy przy znacznie mniejszej dostępności prokuratorów. W Polsce prokurator ma średnio 178 spraw, a we Francji – aż 2700.
    Raport bada też równowagę płci w sądach i prokuratorach, uznając, że ma to znaczenie dla lepszego odbioru spraw przez prawników. Średnio w Europie, w tym w Polsce, ta równowaga jest zachowana. Widać jednak wyraźnie, że na stanowiskach kierowniczych i w sądach, i w prokuratorach przeważają mężczyźni.
    CEPEJ zebrała dane o efektywności sądzenia dla różnych przykładowych spraw, np. rozwodowej czy bankructwa spółki. Niestety, te statystyki nie obejmują Polski. Nasz kraj można więc porównać z innymi tylko na poziomie ogólnym, takim jak wskaźnik finalizowania spraw czy czas ich rozpatrywania. Wynika z nich, że w Polsce czas rozpatrywania spraw cywilnych i administracyjnych jest dość długi (średnio 203 dni) i w ostatnich latach wzrósł.
    CEPEJ co roku publikuje dokument porównujący 45 państw naszego kontynentu. W najnowszym znalazły się dane z 2014 r. dotyczące warunków finansowych sądownictwa, jego struktury i wydolności.
    Anna Słojewska z Brukseli
    http://www.rp.pl/Prokuratorzy/310079982-Prokuratorzy-w-Polsce-maja-sie-dobrze---raport-Rady-Europy.html#ap-1

    Portugal

    2016-10-06 às 20:07
    COMISSÃO EUROPEIA DESTACA ESFORÇO DE PORTUGAL NO ACESSO À JUSTIÇA
    No 6.º Relatório de Avaliação dos Sistemas Judiciais Europeus, publicado pela Comissão Europeia para a Eficiência da Justiça (CEPEJ) e referente aos anos de 2014 a 2016, a Comissão Europeia destaca os esforços significativos que Portugal, no campo da Eficiência da Justiça, tem feito para facilitar o acesso dos Cidadãos à justiça, dando-lhes apoio judiciário – através do pagamento de advogados e da isenção de custas –, o que é, em parte, garantido pelo facto de as taxas cobradas nos tribunais estarem entre as mais altas dos países estudados.
    «Os seus elevados valores poderiam fazer pensar que não estava garantido um acesso equitativo à justiça. Mas isso é preservado através dos mecanismos de apoio judiciário de que pode beneficiar quem não tem meios suficientes», pode ler-se – muito embora Portugal tenha reduzido em 39% as verbas orçamentadas para este fim entre 2012 e 2014.
    Aumento do orçamento para apoio judiciário
    A conhecida redução de orçamento alocado, não só aos tribunais mas também ao Ministério Público, que Portugal tem vivido, não impediu que se tenha verificado um aumento do orçamento dedicado ao apoio judiciário permitindo chegar a quem mais precisa.
    Apontado como «um de 10 Estados em que não é possível recusar apoio judiciário com base no mérito da causa», permitindo assim mais equidade na forma como se aplica a justiça.
    Juntamente com países como a Dinamarca, a França ou a Alemanha, Portugal é mencionado como um país em que as vítimas têm direito a apresentar uma reclamação ao Ministério Público, quase sempre apelando a autoridades hierarquicamente superiores; que, como a Inglaterra e a Irlanda, permite que as vítimas apelem quer para o Ministério Público quer para os tribunais; ou ainda, a par com a Alemanha e a Hungria, um país em que as vítimas têm o direito de iniciar processos de investigação no que diz respeito a certas categorias de ofensas.
    Relativamente à taxa de resolução processual e o disposition time para os processos cíveis e comerciais litigiosos, não foi possível calcular estes valores pela ausência de dados de 2014 por, à data da elaboração do presente relatório, existirem dificuldades técnicas decorrentes da aplicação da Lei n.º 62/2013 de 26 de agosto (Lei da Organização do Sistema Judiciário) e dos problemas informáticos conhecidos após a sua entrada em vigor.
    Ultrapassados estes constrangimentos já, entretanto, recuperados os dados - como foi oportunamente comunicado a 29 de abril - a Direção Geral da Política de Justiça (DGPJ) irá apresentar estes dados recolhidos no próximo exercício de avaliação.
    Os dados sobre a taxa de resolução processual para processos administrativos também não constam do relatório, uma vez que à data da recolha de informação, a DGPJ não recolhia, ainda, dados provenientes dos tribunais administrativos, onde funciona a aplicação SITAF (Sistema informático dos Tribunais Administrativos e Fiscais).
    Situação ultrapassada e, passados 12 anos, a DGPJ já pode apresentar os dados recolhidos sobre os movimentos de processos destes tribunais – uma recolha que não era possível desde 2004. Também estes dados serão igualmente visíveis no próximo relatório.
    São 47 os Estados Membros do Conselho da Europa que participam para a realização deste Relatório, que visa a criação de um instrumento importante na análise do panorama jurídico europeu com vista a uma melhoria na qualidade e eficiência da justiça.
    http://www.portugal.gov.pt/pt/ministerios/mj/noticias/20161006-mj-ue.aspx

    Justiça custou

    08/10/2016 –

    Jornal de Notícias / Portugal

    Os tribunais, o Ministério Público e o apoio judiciário com advogados custaram 52 euros a cada português em 2014. Este custo médio surge num relatório internacional divulgado ontem pela Comissão para a Eficácia da Justiça (CEPEJ), do Conselho da Europa, mas não reflete as despesas de todo o setor da justiça em Portugal, que triplicam aquela fatura.
    O custo de 52 euros respeita só ao que a CEPEJ tem como sendo o sistema judiciário – tribunais, Ministério Público e apoio judiciário –, o qual representa apenas 35,1% de todas as despesas do setor da justiça portuguesa, uma vez que deixa de fora conselhos superiores, Polícia Judiciária, prisões e outras entidades do Ministério da Justiça.
    A CEPEJ não faz a conta, mas apresenta números que permitem calcular que a globalidade do setor da justiça custou mais de 1500 milhões de euros (1,8% de todas as despesas públicas) e, portanto, cerca de 150 euros a cada contribuinte.
    Quanto ao custo médio de 52 euros com o sistema judiciário, ele é inferior à média de 60 euros dos 39 países europeus analisados neste parâmetro, mas superior aos 45 euros do valor mediano (ponto médio com metade dos valores acima e a outra metade abaixo, (um critério usado quando há grandes disparidades (aqui, entre os oito euros na Moldávia e os 219 na Suíça).
    O relatório da CEPEJ, que dá conta de uma tendência de desinvestimento público no sistema de justiça português, é omisso quanto à eficácia da justiça portuguesa. Por causa do colapso do Citius, aquando da instalação do novo mapa judiciário, Portugal não enviou os dados para análise.


    Commission européenne souligne les efforts du Portugal accès à la justice
    9 octobre 2016 7 octobre 2016 Tania Cova 0 Commentaires tribunaux , UE
    Dans 6 du Rapport européen des systèmes judiciaires d'évaluation publié par la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) et pour les années 2014-2016, la Commission européenne met en évidence les efforts importants que le Portugal, dans le domaine de l'efficacité de la justice, Il a fait pour faciliter l'accès des citoyens à la justice, en leur donnant l'aide juridique - en payant des avocats et l'exemption des frais - qui est en partie garanti par le fait que les frais facturés par les tribunaux sont parmi les plus élevés des pays étudiés.
    "Vos valeurs élevées pourraient faire penser qui n'a pas été garanti l'égalité d'accès à la justice. Mais cela est préservé grâce à des mécanismes d'aide juridique qui peut bénéficier toute personne qui ne dispose pas de moyens suffisants ", peut être lu - même si le Portugal a réduit de 39% l'ensemble du budget à cette fin entre 2012 et 2014.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=pt&u=http://www.tribunadamadeira.pt/2016/10/09/comissao-europeia-destaca-esforco-de-portugal-no-acesso-a-justica/&prev=search
    Volta a ser impossível comparar atrasos da justiça portuguesa com o resto da Europa
    6/10/2016-
    Publico / Portugal
    Pela segunda vez neste ano, foi impossível comparar os atrasos dos tribunais portugueses com os dos seus parceiros europeus, porque os dados estatísticos nacionais não foram fornecidos. O problema, que já tinha sucedido em Abril passado, volta agora a surgir, desta vez num relatório produzido pela Comissão Europeia para a Eficiência da Justiça do Conselho da Europa, que faz um retrato do estado do sector em 2014. Acontece que foi precisamente nesse ano que o sistema informático dos tribunais de primeira instância não resistiu às exigências impostas pela reorganização judicial que estava em curso, tendo sofrido um bloqueio.
    Neste momento o departamento de estatísticas do Ministério da Justiça já tem online alguns dados relativos a 2014, mas a comparação com os outros países acabou por não constar do relatório em causa, no que à taxa de resolução de casos e eficiência dos tribunais diz respeito. Uma lacuna que não diz respeito apenas a Portugal: vários outros países, entre os quais se contam a Bélgica e a Alemanha, também não forneceram todos os indicadores necessários à avaliação. Dados de anos anteriores permitiram à Comissão Europeia para a Eficiência da Justiça concluir que a capacidade dos tribunais portugueses para resolver mais casos do que o número de processos entrados baixou quatro pontos percentuais entre 2010 e 2012, no que diz respeito aos litígios cíveis e comerciais. Nessa altura, situava-se pouco abaixo da média europeia. Mesmo assim, o número de casos pendentes desceu, em parte devido à redução da procura dos tribunais – um fenómeno que os autores do estudo ligam à crise económica, ao decréscimo populacional e à redução do número de casamentos. No que se refere aos tribunais administrativos de primeira instância, em que a falta de juízes faz com que os atrasos sejam ainda maiores, não foram sequer fornecidos aos autores do estudo as estatísticas nacionais de 2010 e de 2012.
    Portugal podia ter investido mais
    Ainda assim, foi possível analisar e comparar vários outros indicadores relativos ao ano de 2014. No caso do orçamento do sistema judicial, Portugal ficou nesse ano, com os seus 52 euros per capita, ligeiramente abaixo da média dos países estudados (60 euros). A Croácia apresentou um valor semelhante, enquanto a Suécia ou o Reino Unido, por exemplo, superaram em muito este número. Comparando a riqueza dos países com os recursos alocados à justiça, chega-se à conclusão de que tanto Portugal como a Espanha podiam ter investido mais. “As restrições orçamentais continuam a afectar de forma negativa os recursos alocados ao sistema judicial”, pode ler-se no resumo do relatório. Entre 2012 e 2014, o orçamento da justiça portuguesa apresentou uma redução de quase 15% - que se reflectiu mais no orçamento dos tribunais, que consomem a maior fatia dos gastos da justiça, do que no apoio judiciário ou nas verbas de funcionamento do Ministério Público. Uma análise do orçamento dos tribunais per capita permite concluir porém que, ao contrário do que sucede com o orçamento global da justiça portuguesa, o nosso país fica acima da média. Tal como sucede com a maioria dos outros parceiros, grande parte da despesa é consumida com pessoal, que atingem os 84%.
    Por outro lado, Portugal conseguiu reduzir de forma significativa os gastos dos tribunais com peritos e tradutores, embora não seja avançada qualquer explicação para esse facto. O orçamento dos serviços do Ministério Público per capita é outro indicador que surge abaixo da média: era de 8,6 euros em 2014, quando a média foi de 12, constituindo uma percentagem do produto interno bruto inferior à maioria dos outros países. Os cortes feitos em Portugal neste subsector entre 2012 e 2014 são dos mais significativos, a par de Chipre e da Holanda. A Comissão Europeia para a Eficiência da Justiça destaca os “esforços significativos” do nosso país para facilitar o acesso das pessoas à justiça, dando-lhes apoio judiciário – através do pagamento de advogados e da isenção de custas –, o que é, em parte, garantido pelo facto de as taxas cobradas nos tribunais estarem entre as mais altas dos países estudados. “Os seus elevados valores poderiam fazer pensar que não estava garantido um acesso equitativo à justiça. Mas isso é preservado através dos mecanismos de apoio judiciário de que pode beneficiar quem não tem meios suficientes”, pode ler-se – muito embora Portugal tenha reduzido em 39% as verbas orçamentadas para este fim entre 2012 e 2014. O Governo explicou, porém, aos autores do estudo que o dinheiro efectivamente gasto com o apoio judiciário ultrapassou em muito o previsto em sede de orçamento. Há dois anos foram atribuídos apoios em 2044 processos, à razão de 180 euros em cada um. Em média, cada país gastou 555 euros por caso, muito mais do que Portugal, mas só apoiou 426 pessoas.
    Mais mulheres, mas com menos poder
    A percentagem de mulheres que presidem a tribunais é outro aspecto analisado mas que as autoridades portuguesas não esclareceram. Já como juízas e procuradoras, as mulheres ficam a ganhar aos homens em Portugal em termos numéricos: são em maior quantidade. A situação inverte-se porém, e muito, quando se passa para os tribunais superiores, locais onde elas não só ficam em inferioridade numérica como também abaixo da média europeia. E se os salários dos magistrados judiciais são equiparados à média dos vencimentos dos seus congéneres dos outros países quando entram para a carreira, a partir do momento em que sobem ao Supremo Tribunal de Justiça passam a ganhar acima disso. Em 2014 um juiz do Supremo auferia 4,2 vezes mais do que o ordenado médio nacional, proporção idêntica à média dos países estudados. A redução do número de funcionários judiciais também é mencionada neste relatório – e não acontece só no nosso país: é um problema amplamente disseminado. Em Portugal, foi motivada não só por o pessoal reformado não ter sido substituído, como por via do recurso às novas tecnologias, que vieram facilitar o trabalho, diz o documento.
    Ana Henriques

    Romania

    RAPPORT DE LA CEPEJ: DÉPENSES ZÉRO ALLOUÉ POUR LA FORMATION DES MAGISTRATS
    Dans 12 Etats qui ont augmenté leur budget de la justice entre 2012 et 2014 les trois composantes de l'appareil judiciaire ont augmenté (Azerbaïdjan, Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Malte, la Moldavie, ... Source
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ro&u=http://i-ziare.ro/raport-cepej-zero-cheltuieli-alocate-pentru-formarea-functionarilor-din-sistemul-judiciar-4658495&prev=search

    Council of Europe publishes assessment report on European judicial systems and launches new interactive database

    08/10/2016 –
    ACTMedia / Romania

    On average, European States have increased the budget of their judicial system significantly (+ 7,11 % in 2010-2012; + 8,87 % in 2012-2014), a press release sent to ACTMedia reads. This positive trend - which should be confirmed during the next evaluation exercise - seems to mark for most States the end of the budget cuts imposed in recent years as a result of the economic and financial crisis.
    -  Romania has increased its budget per capita for the judicial system between 2012 and 2014 compared to the previous evaluation (2010-2012). It has risen from 23 euros to 35 euros.
    - A budget increase in Romania is partly due to a sharp increase in legal costs following the implementation of the new Code of Criminal Procedure as from February 2014. A significant increase in expenses related to salaries is also linked to regularisations for court staff and prosecution and a growing number of posts filled (resulting in the payment of additional social contributions and more repayments related to transportation expenses, medical expenses, housing, etc.).
    - In general, European states’ users of the public service of justice are increasingly called upon to finance the judicial system, through taxes and judicial fees. The increase in the revenues from court taxes/fees in some states or entities can be explained by changes of a legislative (Romania) or organisational (UK-Scotland) nature, or as a result of an increase in the number of cases (Estonia).
    - Around 9 euros per capita are spent on average by the European States onlegal aid. It is noteworthy that behind this average there are significant variations depending on the States. The median is 2 euros per capita which implies that half of the responding States or entities spent less than 2 euros per capita on legal aid in 2014. Moreover, 13 States are situated under the threshold of 1 euros (Albania, Azerbaijan, Bulgaria, Georgia, Greece, Hungary, Latvia, Republic of Moldova, Montenegro, Poland, Romania, “the former Yugoslav Republic of Macedonia” and Ukraine).  
    -Romania emphasizes the continuous commitment on the part of the State since 2008 to promote legal aid.
    -Number of cases granted legal aid: Romania extends the eligibility to a relatively large number of cases but limit the amounts allocated. In 2014, there were 419 cases per 100,000 inhabitants and a budget of 102 euros per case.
    - In 2014 Romania had 21 judges per 100,000 inhabitants, which is the same as the European average, and 12 prosecutors per 100,000 inhabitants, slightly higher than the European average (11).
    - In Romania there is a larger number of female judges and prosecutors compared to other countries: on the whole there is parity, despite the continued existence of a “glass ceiling” blocking access to higher responsibility positions. InRomania, the percentage of women increases with each instance (73 % in first instance, 74 % in second instance and 84 % in Supreme Court). Moreover, more than a half of presidents’ offices are entrusted to women.
    -The analysis of the state of development of IT leads to a confirmation of the trend outlined in previous reports: most States have invested significantly in IT for the functioning of their courts. In Romania there is an ongoing development in equipment and legal framework but an early development in governance in the courts.

     


    Dans les 12 Etats qui ont augmenté leur budget de la justice entre 2012 et 2014 les trois composantes de l'appareil judiciaire ont augmenté (Azerbaïdjan, Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Malte, Moldavie, Pologne, Fédération de Russie, la Suisse et l' Irlande Nord), montre une étude récente de l'efficacité de la Cour européenne de justice (CEPEJ). Notez que l'augmentation du budget de la justice est due principalement le budget alloué aux tribunaux dans les pays tels que l' Azerbaïdjan. Estonie, Lettonie, Lituanie, Malte, la Moldavie et la Roumanie.
    La même étude montre que le budget du pouvoir judiciaire en Moldavie est passé de 13 millions d' euros en 2010 à plus de 16 millions d' euros en 2012 et plus de 28 millions d' euros en 2014. Cette montants alloués à la Moldavie pouvoir judiciaire est expliqué par la nécessité de mettre en œuvre des réformes et des plans de modernisation du secteur judiciaire. Cependant, en Moldavie, la réforme est soutenu financièrement par l'Union européenne. Les changements organisationnels peuvent également être expliquées par le budget de la justice.
    Budget public annuel des tribunaux composants par 2014 montre un budget public total des tribunaux de Moldova dans le montant de 19 millions d' euros. Ainsi, 62% de ce budget a été divisé pour les salaires, 1,5% pour l' information, 12,6% ont été dirigés vers l' investissement dans les nouveaux bâtiments, 0% ont été dirigés vers la formation et l' éducation et près de 9% pour les autres besoins.
    L'étude montre également que les juges juniors ont participé à un salaire beaucoup plus élevé par rapport à celui d'un procureur à Chypre, Estonie, Finlande, Géorgie, Lituanie, Malte, la Moldavie, la Suède, l'Ukraine.
    Le rapport est basé sur les données de 2014 et a été suivi par 45 Etats membres.

    Les juges Forum Association des Raluca de la Roumanie nie fausse Plum sur la collecte alléguée par 60 anciens juges de pension de 100.000 lei par mois
    13 octobre 2016 | JURIDICE.ro
    Jeudi, 13 Octobre, 2016, le Forum Association des juges de la Roumanie a publié un droit de réponse dans le cadre de fausses allégations de Raluca Plum, ministre de la Justice dans le cadre de la collecte alléguée par 60 anciens juges de service pension de plus de 100.000 € lei lundi, selon un communiqué de presse du Forum Association des juges de la Roumanie, a signé le comté. Dragos Calin - Co-président et le comté de Ionuţ Militaru -. Co-président.
    « Les juges Forum Association a demandé à la Roumanie depuis le 4 Octobre, 2016, la Chambre nationale des pensions publiques, en vertu de la loi n °. 544/2001 sur l'accès à l'information du public, de communiquer le nombre de retraités de la magistrature au niveau national, avec la pension de service, reçoivent une pension mensuelle d'un montant de 10.000 lei, toujours considéré comme une grande, par rapport à le revenu moyen d'un magistrat dans le bureau.
    La réponse a été envoyée par lettre no. J790 / L544 / 2001/12 Octobre 2016 le résultat qu'il n'y a qu'une seule pension d'une valeur ancienne de magistrat (fin Septembre 2016) de 40,963 lei profit, soit net 32 725 lei.
    Aussi dans l'espace public [1] ont déjà émergé des informations concrètes de la même institution, les pensions publiques nationales, qui montre essentiellement que: - Les aviateurs et le personnel de bord est la catégorie professionnelle à la pension la plus élevée moyenne nationale spéciale (10973000); - La valeur de la pension moyenne des magistrats anciens (juges et procureurs) est 9.403 lei. [2]
    Nos enquêtes ont révélé jusqu'à présent qu'il nie les déclarations du ministre de la Justice Raluca Alexandra Plum, et qu'en réalité il n'y a qu'une seule personne avec une pension de 32,725 lei net, pratiquement une situation exceptionnelle.
    Bien que nous acceptons un degré d'exagération dans tout discours politique, en l'espèce , il apparaît manifestement disproportionnée tant en termes de la quantité est pas vrai, et en termes de nombre de bénéficiaires, qui jettent un doute sur la bonne foi de cette la parole.
    Même si l' on pouvait prouver la réalité de tels cas, ils constituent des exceptions au système de retraite rapporté le pouvoir judiciaire de telle sorte que la presse ne peut être transmis comme des signes de toute une serviles professionnelle se compose d'env. 7000 magistrats en exercice, la plupart avec droit d'âge pour la retraite dans la prochaine décennie [3] .
    Forum des juges de la Roumanie souligne que ces questions ne peuvent pas être remis en question sous forme de gouttes de «sensationnel» dans les interviews accordées à la presse, parce que les hauts fonctionnaires de l' Etat ne sont pas simples commentateurs à Glade Ciocan , mais la compétence constitutionnelle cabinet et responsable, ils pouvoirs juridiques qui leur permettent d'identifier des irrégularités, de la recherche et de justifier leurs recours, ce qui est avant tout «révélations sensationnelles».
    Pour réparer la fausse impression induite opinion publique, le Forum Association des juges de la Roumanie rappelle que le service des pensions est non pas un privilège, ayant une justification objective et raisonnable, ont des règles juridiques en matière de pensions accordées dans le système public de retraite, y compris les cotisations de retraite qu'un supplément de l'Etat, en ajoutant le montant de pension de retraite contributif reflète services établi dans la loi spéciale. Le service de pension contributif est couvert par le budget de l' assurance sociale de l' État et ce qui précède ce montant sont couvertes par le budget de l' Etat. [4]
    Comme la Cour constitutionnelle a établi en permanence, " l' octroi de ce supplément a suivi la mise en place d'une spéciale, compensatoires certaines catégories socio-professionnelles soumises à un statut spécial" (voir, par exemple, la décision no. 871 du 25 Juin 2010 sur l'objection l'inconstitutionnalité de la loi sur la mise en place de mesures liées aux pensions).
    Pendant ce temps, la Cour constitutionnelle a estimé que le principe de l' indépendance judiciaire protège les magistrats de pension de service dans le cadre de leur stabilité financière, à égalité avec les autres garanties de la défense de ce principe. Dans leur carrière, les juges imposent des "obligations et interdictions que d' autres catégories d'assurés ne disposent pas. En effet ceux - ci sont des activités qui pourraient apporter des recettes supplémentaires pour assurer leur possibilité effective de créer une situation financière susceptible d'offrir la retraite le maintien d' une vie aussi proche de celui avait interdit au cours de l'activité ".
    La Cour constitutionnelle a fait observer que «l'abrogation de la réglementation juridique sur la pension de la fonction des juges est contraire aux exigences actuelles que les documents internationaux importants les expriment directement sur les droits des magistrats, compte tenu de l'importance de leur rôle dans la défense de l'Etat de droit (par exemple, principes fondamentaux sur l'indépendance de la magistrature adoptés par le septième Congrès des Nations Unies sur la prévention du crime et le traitement des délinquants, confirmée par les résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies no. 40/32 du 29 Novembre 1985 no. 40 / 146 du 13 Décembre 1985 Recommandation CM / Rec (2010) 12 du Comité des ministres aux Etats membres sur les juges: indépendance, efficacité et responsabilités, adoptée par le Comité des ministres le 17 Novembre 2010).
    Par conséquent, le statut constitutionnel des magistrats - statut élaboré par la loi organique et comprenant un certain nombre d'incompatibilités et interdictions, ainsi que les responsabilités et les risques qu'ils impliquent l'exercice de ces professions - nécessite de payer un service de pension en tant que composante de la garantie de l' indépendance judiciaire primauté du droit prévu à l' art. 1 par. (3) de la Constitution (voir, par exemple, la décision no. 871 du 25 Juin 2010 sur l'inconstitutionnalité de la loi sur l' établissement de certaines mesures relatives aux pensions).
    Par conséquent, la jurisprudence de la Cour constitutionnelle, les magistrats en raison de services de pensions ne peuvent être abrogés, éliminés légal, mais quelques anomalies possibles perpétués au fil du temps peuvent être éliminés, par exemple, par le plafonnement pour l'avenir, le montant des prestations de retraite dans les 80 % de la base représentée par l'indemnité mensuelle brute ou le salaire mensuel brut, le cas échéant, et l'augmentation de l'activité prévue le mois dernier avant la date de la retraite.
    Si les informations fournies par le ministre de la Justice aurait été réelle, lui et dont le gouvernement est censé prendre prédécesseurs de passivité et les fonctionnaires des organismes responsables et compétents avaient l'obligation d'enquêter et de vérifier si elle est un abus ou tout simplement une disposition légale qui aurait permis une telle situation existe, en dépit du bon sens.
    Nous soutenons, par conséquent, un réexamen général de la descente au- delà des régimes spéciaux, dans la mesure où ils dépassent les indemnités des juges dans l'exercice des fonctions de l' emploi.
    En aucun cas, cependant, nous ne pouvons pas accepter l' induction opprobres public sur tout professionnel dont la fonction sociale est, par essence, la confiance du public.
    Par conséquent, le Forum Association des juges de la Roumanie Raluca Alexandra demande au ministre de la Justice Plum pour réfuter les allégations propagées dans les médias, réfutés par les données officielles, et d' assumer toutes les conséquences de ses actions avec honneur.

    [1] Initiative pour une justice propre, le journaliste Paul Balhuc, "pensions spéciales en Roumanie 7.345 - 3.227 magistrats bénéficiaires; pension moyenne spéciale de 9400 lei magistratures est "disponible en ligne ici [dernier accès 11.10.2016]. [2] Être considéré , y compris les droits accordés par un jugement définitif sur les augmentations de salaire de 2%, 5% et 11% fournis par Ordonnance du Gouvernement no. 10/2007, approuvée avec modifications par la loi no. 231/2007, tel que modifié, conformément à la décision n ° 23/2015 délivré par la Haute Cour de Cassation et de Justice. [3] Selon les statistiques de 2015 (disponible en ligne ici ), le système judiciaire en Roumanie exploite 4733 juges, catégorie jeunes (jusqu'à 40 ans) est représenté par 30% du total, la majorité des juges formé par les catégories âge 36-45 ans, et le plus âgé, plus de 66 ans, sont numérotés seulement 25. procureurs sont 2.780 en nombre, la catégorie des jeunes (jusqu'à 40 ans) est représenté par 45% du total, est le plus procureurs ceux du groupe d'âge 36-45 ans et les plus âgés ne sont au nombre de 33. [4] Pour une analyse comparative des avantages de tous les systèmes judiciaires dans l'Union européenne, voir p 320-325 de l'étude de la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) Rapport sur les "Systèmes judiciaires européens - Edition 2014 (données 2012).: l' efficacité et la qualité de la justice ", disponible en ligne , même sur le site Web du ministère de la justice, peut être trouvée ici [dernier accès 11.10.2016].


    Council of Europe study finds closing gender gap in judiciaries of member states
    7 October 2016
    On the whole, there is parity regarding the numbers of male and female judges and public prosecutors, despite the continued existence of a “glass ceiling” blocking access to higher responsibility positions,
    according to a
    major new study of different judicial systems across Europe published today by the Council of Europe.
    The sixth regular evaluation report from the 47-nation Council of Europe’s European Commission for the Efficiency of Justice (known by its French acronym, CEPEJ) on the efficiency and quality of justice across Europe found an overall upward trend regarding the budget of judicial systems in Europe; while certain countries affected by the economic crisis (e.g. Latvia, Lithuania, Romania and Slovenia) have been able once again to increase their expenditure, others (e.g. Greece, Ireland, Portugal and Spain) continue to undergo regular budget cuts.
    On average, European countries spend €60 per inhabitant per year on the functioning of the justice system; the wealthier states are not necessarily those that spend the most.
    Northern Ireland allocated €144 per capita to the judicial system in 2014 (the highest figure recorded apart from Switzerland); this compares to €92 in England & Wales, €78 in Scotland, €48 in Ireland and a Europe-wide average of €60.
    The figure for Northern Ireland has increased (from €119 per capita) since 2012, whereas the figures for England & Wales (previously €103), Scotland (€84) and Ireland (€50) – as well as the overall average (€65) – have all decreased.
    The implemented budget of legal aid per capita in Northern Ireland was €73.53 in 2014, by far the highest recorded; this compares to €38.14 in England & Wales, €33.28 in Scotland, €18.45 in the Republic of Ireland and a Europe-wide average of €8.64.
    The amount of the implemented budget allocated to legal aid per case in England & Wales in 2014 was €1,479 (the highest figure recorded); this compares to €888 in Scotland, €456 in Germany, €342 in France and a Europe-wide average of €456.
    The average gross salaries of Supreme Court judges in Northern Ireland in 2014 were 8.3 times the national average; this compares with a figure of 7.7 for England & Wales, 7.4 for Scotland and a Europe-wide average of 4.5 – only Ukraine (8.5) recorded a higher figure.
    The judicial systems with the lowest percentage of females among professional judges were Azerbaijan (11 per cent), Armenia (23 per cent), Northern Ireland (23 per cent), Scotland (23 per cent), England & Wales (30 per cent) and Ireland (33 per cent); the Europe-wide average was 51 per cent.
    However, for the latest statistics on the Scottish judiciary, see the Judicial Appointments Board for Scotland’s Annual Report 2015-16.
    http://www.scottishlegal.com/2016/10/06/council-of-europe-study-finds-closing-gender-gap-in-judiciaries-of-member-states/

    Only 23 per cent of judges are women in Scotland

    07/10/2016 - Glasgow Evening Times/UK

    The UK has one of the lowest proportions of female professional judges in Europe, a report suggests.
    In England and Wales 30% of judges were women, while the figure was 23% for both Northern Ireland and Scotland, according to data cited in a study from the Council of Europe.
    The only country featured in the report with a lower percentage was Azerbaijan (11%), while the proportion for Armenia was given as 23%.
    The Europe-wide average for female judges was 51%, according to the research, which was based on figures from 2014.
    Data on some countries was not available.
    It comes days after Justice Secretary Liz Truss pledged to "open up the justice system".
    She told the Tory party conference: "Currently only one in seven QCs and one in three partners in law firms are women.
    "Fewer than one in ten judges come from ethnic minorities and only a quarter went to state school.
    "This is modern global Britain - we can do better than that."
    The figures on gender in the Council of Europe report relate specifically to professional judges.
    Separate data published earlier this year showed that 53% of magistrates in England and Wales are women. Figures also show that the percentage of female judges in courts has been rising.


    Serbia

    Ministre des manches
    Les spéculations sur la composition du futur gouvernement de la Serbie, que les médias ont été remplis interrègne d'été, n'a pas remis en question la position du ministre de la Justice.
    Ministre des manches
    Photo: Nenad Đorđević / FoNet
    Contrairement à la plupart des autres ministres du gouvernement précédent, Nikola Selakovic, apparemment, a été garanti un troisième mandat du premier homme justice. Pour cette raison, le réglage de son assistant ancien Nele Kuburović en place de la carte maîtresse ministre de la Justice, qui est un nouveau premier ministre / vieux refusé tous ceux qui voudraient «lire la main." Nela Kuburović est né en 1982 à Sarajevo. Elle est diplômée de la faculté de droit à Belgrade en 2005, et à partir de Février de l'année suivante a commencé à faire du bénévolat au premier tribunal municipal de Belgrade. Juge Miodrag Majic, ancien président de la Cour a rappelé que le «stagiaire avec d'excellentes références et une personne très convenable." Après pratiques de service et de stages volontaires KUBUROVIĆA devient un assistant judiciaire. L'examen judiciaire en 2008.
    A la fin de l'année 2008, le ministère de la Justice en tant que consultant pour fournir une assistance technique au Conseil supérieur de la magistrature. De Août 2009 à la Direction des affaires législatives et mai 2013, il est devenu chef du département sur le statut des juges du Conseil supérieur de la magistrature. Sous-ministre de la station Selakovic Justice Nikola le 1er Juillet 2014, un mois plus tard, il a été nommé pour représenter la Serbie à la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ).
    Kuburović a également été membre de l'équipe d'experts conjointe de l'Association du Barreau de Serbie et le Ministère de la Justice, qui a trouvé un compromis qui a pris fin un avocat de protestation de quatre mois. Parce que la participation à la rédaction de la loi sur l'application de la loi et de la sécurité, 2016, a reçu un prix de l'Alliance nationale pour le développement économique local (NALED) pour sa contribution aux réformes et à la mise en œuvre des lois en Serbie en 2015.
    examen Notaire public en 2014. Mais l'année prochaine, il est devenu un membre de la Commission pour la mise en œuvre des examens de izvršiteljskog et président de la Commission pour la mise en œuvre du processus de nomination d'un exécuteur testamentaire. En Mars de cette année, il est devenu membre de la Commission pour la mise en œuvre de notaire examen public, ainsi que le président de la Commission pour la mise en place de la responsabilité disciplinaire des notaires. Il parle anglais, espagnol sait.
    http://www.danas.rs/ljudi.1141.html%3Fnews_id%3D325443%26title%3DMinistarka%2Biz%2Brukava&prev=search

    Slovenia
    Poročilo CEPEJ-a o pravosodnih sistemih držav Sveta Evrope
    sodni postopki | objave | novice
    datum: 06.10.2016
    vir: Vrhovno sodišče
    Evropska komisija za učinkovitost pravosodja pri Svetu Evrope (CEPEJ) na dve leti objavlja poročilo (Evaluation Report) s podatki o pravosodnih sistemih držav članic. Poročilo za leto 2016, ki vsebuje podatke za leto 2014, je bilo objavljeno 6. oktobra.
    Del prikazanih podatkov se prekriva s poročilom Evropske komisije EU Justice Scoreboard . Glede na to, da je bilo letos objavljeno poročilo Evropske komisije s podatki za leto 2015, CEPEJ-evo poročilo v delu, ki se nanaša na poslovanje sodišč, ne vsebuje novosti. Je pa v novem poročilu CEPEJ-a na voljo izčrpnejši pregled pravosodnega sistema z vidika proračuna, kadrovskih virov, dostopa do sodišč, brezplačne pravne pomoči, mediacije, števila in reševanja zadev, sodne uprave, informatizacije sodišč, poslovanja državnih tožilcev, odvetnikov, sodnih izvedencev, izvršiteljev in notarjev. 
    Format letošnjega poročila je nekoliko krajši, dodan je poseben skrajšan, grafično nazoren pregled. Letos je prvič na voljo še posebna interaktivna spletna stran , ki omogoča prikazovanje podatkov v tabelah, grafih in na zemljevidu glede na potrebe uporabnika.  
    Iz primerjave poslovanja sodišč (prejete in rešene zadeve, pričakovani čas rešitve) izhaja, da slovenska sodišča prejmejo nesorazmerno veliko zadev (najvišje število prejetih nekazenskih zadev na 100.000 prebivalcev), vendar jih tudi uspešno rešujejo (najvišje število rešenih nekazenskih zadev ob večjem številu rešenih kot prejetih zadev). Izboljševanje poslovanja sodišč je posebej razvidno pri civilnih in gospodarskih zadevah, kjer je pričakovani čas rešitve krajši od enega leta, obvladovanje števila prejetih zadev pa preko 115 odstotkov.  Na področju upravnega sodstva je Slovenija zelo uspešna,  pričakovani čas reševanja je relativno kratek (112 dni, povprečje 341 dni), pri kazenskih zadevah je položaj prav tako stabilen, pričakovani čas rešitve zadev na prvi stopnji (123 dni) od leta 2010 naprej upada in je krajši od povprečja držav članic (133 dni).  
    Slovenija je še vedno prva po številu sodnikov na prebivalca (44,8, povprečje 20,7), je pa hkrati tudi četrta država po zmanjšanju števila sodnikov med leti 2010 in 2014, saj se je število znižalo za 10 odstotkov.   
    Del celotnega proračuna, ki gre za pravosodje, je v Sloveniji relativno nizek (1,4% - 31 držav Sveta Evrope pravosodju nameni večji delež), medtem ko je po porabi sredstev na prebivalca Slovenija relativno visoko.   
    Poročilo je dopolnjeno s posebnim poročilom o uporabi informacijskih tehnologij v sodstvu. Iz tega  poročila jasno izhaja, da je Slovenija v marsikaterem pogledu lahko zgled državam Sveta Evrope na področju informatizacije.   
    Več informacij s celotnim poročilom  je dostopno na strani Sveta Evrope.  
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=sl&u=http://www.sodisce.si/sodni_postopki/objave/2016100612521899/&prev=search

    Slovenia remains on top by number of judges per capita

    07/10/2016 - STA/Slovenia

    Slovenia continues to top the list of Council of Europe (CoE) member states by the number of judges per capita, but also comes fourth by the drop in their number between 2010 and 2014, shows a report by the European Commission for the Efficiency of Justice for 2014 as pointed out by the Slovenian Supreme Court. The report on the efficiency and quality of justice systems in the 47 CoE member states, released on Thursday, shows that Slovenia had 924 judges in 2014, or 45 per 100,000 inhabitants, which compares to the CoE average of 21. But the Supreme Court also emphasized that the number decreased by 10% from 2010, which is the fourth most substantial drop, after Greece (30%), Cyprus and Moldova (both 13%). A comparison between incoming and resolved cases and disposition time indicates that Slovenian courts receive a disproportionately high number of cases, the highest number of non-criminal cases per 100,000 inhabitants. But the Supreme Court also pointed out that the cases were successfully resolved, as the report shows the highest number of resolved non-criminal cases, with the number of resolved cases exceeding the number of incoming cases. The improvement in the performance of Slovenian courts is evident in particular in civil and commercial litigious cases, where the disposition time is shorter than a year and the clearance rate over 115%. Slovenia is very successful in administrative cases with the disposition time at 112 days, which compares to the average of 341 days. The situation is also stable in criminal cases; the disposition time in first instance cases has been declining since 2010 to 123 days, which compares to the average of 133 days. The budget of Slovenia's justice system as a percentage of public expenditure is low at 1.4%, but high when considered per capita at EUR 90, which compares to the average of EUR 60. Part of the data in the report corresponds with those in the European Commission's biennial report released this year for 2015. The latest release is also complemented by a new comprehensive report devoted to the use of information technologies in courts, which the Supreme Court says shows Slovenia may set an example in many aspects.



    Spain

    C. Europa destaca el efecto negativo de los recortes en el sistema judicial
    6 October 2016
    Estrasburgo (Francia), 6 oct (EFE).- Los recortes presupuestarios en España, Irlanda, Portugal y Grecia siguen teniendo un efecto adverso sobre los recursos puestos a disposición de los sistemas judiciales en esos países, alertó hoy el Consejo de Europa.
    La Comisión Europea para la Eficacia de la Justicia (CEPEJ) del organismo paneuropeo señaló que la recesión económica "ha sido con certeza una de las razones principales del aumento del volumen de nuevos casos judiciales y de la larga duración de los procesos en algunas instancias".
    En el caso de España, el organismo señaló que entre 2012 y 2014 el presupuesto para justicia pasó de algo más de 4.187 millones de euros a casi 4.067 millones.
    En ese mismo período, lo aumentaron Francia, Rusia, Turquía, Polonia, Grecia, Austria y Suiza, mientras que también lo redujeron Italia, Holanda, Bélgica y Noruega.
    España ocupa el cuarto puesto en el ránking de presupuesto público anual por habitante para tribunales, con 77 euros, por detrás de Suiza (135 euros), Andorra (81) y Eslovenia (80) y por delante de Italia (48), Francia (47) y Reino Unido (40).
    En cuanto al presupuesto total de la administración de justicia, ocupa el noveno puesto, con 88 euros per cápita.
    Los expertos de la CEPEJ aseguraron a Efe que España "ha efectuado un gran esfuerzo" para mantener la calidad de su sistema judicial, e incidieron en la buena cooperación existente y la claridad de los datos ofrecidos por sus interlocutores españoles.
    Por cada 100.000 habitantes, España tiene 12 jueces, cifra similar a Italia (11) y Francia (10); 5 fiscales, frente a los 3 de Francia e Italia; y 291 abogados, número inferior a Italia (363) y Reino Unido (315) y superior a Alemania (202) y Francia (94).
    El informe constata los esfuerzos hacia la paridad en el mundo judicial, si bien en Reino Unido, Irlanda y Turquía "los hombres siguen siendo una amplia mayoría", mientras en Croacia, Grecia, Hungría, Letonia, Luxemburgo, Rumanía y Eslovenia hay equilibrio.
    España cuenta con un 52 % de juezas (la media europea es del 51 %), pero sólo son mujeres el 13 % de los presidentes de tribunal, frente al 33 % de media europea. El porcentaje de fiscales mujeres en España es del 63 % (con 116 fiscales jefas), por encima de la media europea del 50 %.
    El informe dice que los avances tecnológicos "permiten una mejora de la eficacia y de la calidad" de la Justicia, aunque no hay relación evidente entre el nivel del equipamiento tecnológico y los buenos resultados.
    La CEPEJ examina los sistemas judiciales de los 47 Estados del Consejo de Europa, salvo Liechtenstein y San Marino, y de Israel. EFE
    http://www.lavanguardia.com/vida/20161006/41817488062/c-europa-destaca-el-efecto-negativo-de-los-recortes-en-el-sistema-judicial.html?utm_campaign=botones_sociales&utm_source=twitter&utm_medium=social

      CEPEJ

    España tiene la mitad de jueces y fiscales y el doble de abogados que la media europea
    07/10/2016
    España cuenta con la mitad de jueces y fiscales y el doble de aogados que la media europea por cada 100.000 habitantes, según especifica el informe publicado este jueves por la Comisión Europea para la Eficiencia de la Justicia (CEPEJ), que analiza las tendencias en los sistemas judiciales europeos.

    MADRID, 6 (EUROPA PRESS)
    Los datos de este estudio, realizado en 45 países europeos, arrojan que en el año 2014 había 12 jueces por 100.000 habitantes en España cuando la media europea es de 21. Los fiscales por cada 100.000 habitantes eran cinco frente a los 11 de la media europea.
    Esta tendencia cambia radicalmente cuando se comprueban las cifras sobre el número de abogados. En España, los letrados alcanzan la cifra de 291 por cada 100.000 habitantes mientras que la media europea es de 149.
    El informe refleja también las variaciones en la inversión en Justicia sufridas en los países analizados. Sitúa a España a la cabeza de los recortes presupuestarios junto a Irlanda y Portugal y especifica que, en los tres estados, "las medidas de restricción presupuestaria continúan afectando de forma adversa los recursos dedicados al sistema judicial".
    España también se encuentra en el grupo de estados que hicieron "esfuerzos significativos" en lo que se refiere a asistencia jurídica en los años 2010 y 2012 y redujeron los presupuestos entre 2012 y 2014, junto a Bélgica, Finlandia, Francia, Georgia, Luxemburgo, Dinamarca, Noruega y Portugal.
    EL NOVENO PAÍS
    En el ranking, España es el noveno país europeo en presupuesto público dedicado per cápita al sistema judicial. El presupuesto per capita se redujo de 91 euros en 2012 a 88 euros en 2014. La media europea también se redujo y pasó de 65 euros en 2012 a 60 en 2014.
    En general, los usuarios del servicio público en los estados europeos financian los sistemas judiciales "mediante impuestos y tasas judiciales", asegura. Los estados europeos gastan alrededor de 9 euros per capita en asistencia legal.
    Debe resaltarse que, detrás de esta cifra media, "hay variaciones significativas dependiendo de cada estado". La mitad de los estados y entidades que han respondido a la encuesta gastaron menos de 2 euros per capita en asistencia legal en 2014.
    En cuanto al análisis del estado de desarrollo de las tecnologías de la información, el estudio confirma la tendencia de informes anteriores e indica que la mayoría de los estados han invertido significativamente en estas tecnologías para el funcionamiento de sus tribunales. "En España, el desarrollo en infraestructuras y marco legal está casi completado --detalla-- pero su gestión por parte de los tribunales está aún en desarrollo".
    http://www.iustel.com/diario_del_derecho/noticia.asp?ref_iustel=1158198

    España tiene la mitad de jueces y fiscales que la media europea
    España cuenta con la mitad de jueces y fiscales y el doble de abogados que la media europea por cada 100.000 habitantes, según especifica el informe publicado por la Comisión Europea para la Eficiencia de la Justicia (CEPEJ), que analiza las tendencias en los sistemas judiciales europeos, informa Europa Press.
    Los datos de este estudio, realizado en 45 países europeos, arrojan que en el año 2014 había 12 jueces por 100.000 habitantes en España cuando la media europea es de 21. Los fiscales por cada 100.000 habitantes eran cinco frente a los 11 de la media europea.
    Esta tendencia es distinta cuando se comprueban las cifras sobre el número de abogados. En España, los letrados alcanzan la cifra de 291 por cada 100.000 habitantes mientras que la media europea es de 149.
    El informe refleja también las variaciones en la inversión en Justicia sufridas en los países analizados. Sitúa a España a la cabeza de los recortes presupuestarios junto a Irlanda y Portugal y especifica que, en los tres estados, “las medidas de restricción presupuestaria continúan afectando de forma adversa los recursos dedicados al sistema judicial”.
    España también se encuentra en el grupo de estados que hicieron “esfuerzos significativos” en lo que se refiere a asistencia jurídica en los años 2010 y 2012 y redujeron los presupuestos entre 2012 y 2014, junto a Bélgica, Finlandia, Francia, Georgia, Luxemburgo, Dinamarca, Noruega y Portugal.
    EL NOVENO PAÍS
    En el ranking, España es el noveno país europeo en presupuesto público dedicado per cápita al sistema judicial. El presupuesto per cápita se redujo de 91 euros en 2012 a 88 euros en 2014. La media europea también se redujo y pasó de 65 euros en 2012 a 60 en 2014.
    En general, los usuarios del servicio público en los estados europeos financian los sistemas judiciales “mediante impuestos y tasas judiciales”, asegura. Los estados europeos gastan alrededor de 9 euros per cápita en asistencia legal.
    Debe resaltarse que, detrás de esta cifra media, “hay variaciones significativas dependiendo de cada estado”. La mitad de los estados y entidades que han respondido a la encuesta gastaron menos de 2 euros per capita en asistencia legal en 2014.
    En cuanto al análisis del estado de desarrollo de las tecnologías de la información, el estudio confirma la tendencia de informes anteriores e indica que la mayoría de los estados han invertido significativamente en estas tecnologías para el funcionamiento de sus tribunales. “En España, el desarrollo en infraestructuras y marco legal está casi completado –detalla– pero su gestión por parte de los tribunales está aún en desarrollo”.

    http://www.abogacia.es/2016/10/07/espana-tiene-la-mitad-de-jueces-y-fiscales-que-la-media-europea/


    L'Europe met en évidence l'impact négatif des coupures dans le système judiciaire espagnol


    PAR Expansion Madrid
    Mise à jour: 06/10/2016 12:59
    Les compressions budgétaires en Espagne, l'Irlande, le Portugal et la Grèce continuent d'avoir un effet négatif sur les ressources mises à la disposition des systèmes judiciaires dans ces pays, selon alerter le Conseil de l'Europe.
    La Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) du corps pan-européenne a déclaré que le ralentissement économique "était certainement l'une des principales raisons de l'augmentation du volume des nouvelles affaires judiciaires et la longue durée de la procédure dans certains cas" .
    Dans le cas de l'Espagne, l'agence note que, entre 2012 et 2014, le budget de la justice a augmenté d'un peu plus 4.187 millions d'euros à près de 4,067 millions. Dans la même période, ils ont augmenté la France, la Russie, la Turquie, la Pologne, la Grèce, l'Autriche et la Suisse, tout aussi réduit l'Italie, la Hollande, la Belgique et la Norvège.
    Espagne occupe le quatrième rang dans le classement du budget public annuel par habitant pour les tribunaux, avec 77 euros, derrière la Suisse (135 euros), Andorre (81) et en Slovénie (80) et devant l'Italie (48), France ( 47) et Royaume-Uni (40).
    En ce qui concerne le budget total de l'administration de la justice, à la neuvième place avec 88 euros par habitant.
    experts de la CEPEJ assuré Efe que l'Espagne "a fait un grand effort" pour maintenir la qualité de son système judiciaire et affecté la bonne coopération et la clarté des données fournies par leurs partenaires espagnols.
    Per 100.000 habitants, l'Espagne dispose de 12 juges, similaire à nombre Italie (11) et la France (10); 5 taxe, contre 3 en France et en Italie; et 291 avocats, le nombre de moins que l'Italie (363) et Royaume-Uni (315) et plus élevés que l'Allemagne (202) et la France (94).
    Le rapport note les efforts vers la parité dans le monde juridique, tandis que dans le Royaume-Uni, l'Irlande et la Turquie "les hommes sont encore une grande majorité», tandis qu'en Croatie, la Grèce, la Hongrie, la Lettonie, le Luxembourg, la Roumanie et la Slovénie pas d'équilibre.
    L'Espagne a 52% des femmes juges (la moyenne européenne est de 51%), mais les femmes ne sont que 13% des présidents de tribunaux, contre 33% de la moyenne européenne. Le pourcentage de femmes procureurs en Espagne est de 63% (avec les taxes 116 têtes), au-dessus de la moyenne européenne de 50%.
    Le rapport indique également que les avancées technologiques "permettent d'améliorer l'efficacité et de la qualité» de la justice, bien qu'il n'y ait pas de relation évidente entre le niveau d'équipement technologique et de bons résultats.
    CEPEJ examine les systèmes judiciaires des 47 Etats du Conseil de l'Europe, à l'exception du Liechtenstein et Saint-Marin, et Israël.

    http://www.expansion.com/juridico/actualidad-tendencias/2016/10/06/57f62e94268e3e4b1b8b4750.html

    Turkey
    © Deutsche Welle Turque
    € 60 par personne à la justice en Europe
    La personne passe en moyenne 60 euros par système européen de justice de l'Etat. Le secteur privé dans le fonctionnement de l'application de la cour à la hausse. Le nombre de femmes juges est également en augmentation. Turquie en dessous de la moyenne européenne dans de nombreux domaines.
    AcJAP80nSMZDE6qSxXkFIzJg
    Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) par «l'efficacité et la qualité de la justice" sur les statistiques annoncées rapportés aujourd'hui, les Etats membres du Conseil de l'Europe membres, en dépit de l'année 2010, la crise économique a été noté avoir augmenté les budgets alloués à depuis système de justice. Cette augmentation de 7,1 pour cent pour la période 2010-2012, la période 2012-2014 a été enregistrée comme 8,58 pour cent spécifiée.
    Le budget alloué au système de justice
    Les dépenses sociales par le rapport de la CEPEJ fait plus justice aux pays élevés. En 2014, par habitant dans le système de justice dans toute l'Europe, il était le plus le budget Suisse sépare les pays avec 219 euros. Suisse respectivement Royaume-Uni Irlande-Nord (144 euros), le Luxembourg (139 euros) et les Pays-Bas (122 euros) ont suivi. La part des pays les moins séparer la Moldavie (8 euros), l'Ukraine et l'Albanie (8 euros) comme il a été enregistré. Les statistiques montrent que la Turquie a passé 21 euros par personne et par an pour le même système de justice. le chiffre pour la Turquie en 2012 a été enregistré comme 18 euros.
    moyenne CEPEJ 60 euro Budget habitant alloué au système de justice à travers l'Europe par bien que la médiane (médiane) indiquent que la valeur de 45 euros. CEPEJ est connecté aux pays membres les dépenses par personne 47 Conseil de l'Europe dans la moitié inférieure au seuil de 45 euros. Un peu plus de 5 € 100 de budget par habitant des Etats européens par.
    Il financé par les tribunaux
    Selon le rapport continue d'augmenter afin de répondre aux frais de justice en cours et une partie des coûts d'exploitation dans la cour européenne. frais de justice à l'échelle européenne le tribunal se réunit 18 pour cent des coûts d'exploitation (12 pour cent de la médiane). Il prend la tête dans ce domaine 111'lik pour cent par rapport à l'Autriche et donc les profits sont même obtenu. La Turquie a la particularité d'être le deuxième en Europe contre 51 dans la laine dans ce domaine. Ces deux pays, Malte (43 pour cent), le Portugal (32 pour cent) et la Grèce (31 pour cent) ont suivi.
    Selon les données de 2014, 100 mille personnes à travers l'Europe tomber 1.8 tribunal. Croatie 4.8 tribunal d'abord, les Pays-Bas 0,2 tribunal dernière place. En Turquie, 100 mille personnes tomber 0,8 tribunal. tribunal CEPEJ pour réduire le nombre de pays européens en général, les tribunaux ont dit qu'ils ont tendance à être plus dominante sur l'expansion et la spécialisation du système de justice.
    tendance à l'échelle européenne plus grande juge de la cour, bien que la période de 2012-2014 est perçue lorsque l'on considère le taux de déclin des juges professionnels enregistrés de 2,1 pour cent. Selon les données de la fin de 2014 à 100 mille personnes dans la moyenne européenne de 21 (médiane 18) tombe juges professionnels. A ce rythme, Monaco 95, 45 en Slovénie, tandis qu'en Croatie, 41 au Royaume-Uni et en Irlande, le chiffre est seulement 3 de plus que le nombre de juges non professionnels dans ces deux pays. En Turquie, il se classe en dessous de la moyenne européenne de 11 juges et 100 mille personnes.
    Le nombre de femmes juges en Europe à la hausse. En fait, la proportion de juge de première instance Nahka décrivant les femmes à travers l'Europe ont atteint 51 pour cent des cas. Cependant, au deuxième degré et continue la domination masculine dans la haute cour. Arménie, l'Azerbaïdjan, le mâle dominant dans les pays tels que l'Irlande et la Turquie proportion de femmes sur les juges.
    La plupart victoire dominante écossaise
    Les juges les mieux payés en Ecosse en Europe. juges écossais au début d'un salaire moyen annuel brut de carrière de 57 € 168,000. Le salaire minimum des juges en Moldavie 6 mille € 758. Le salaire brut moyen d'un juge en Turquie est de 21 mille € 108 un an plus tôt carrière. moyenne européenne dans ce domaine de 52 mille euros (€ 130.000 médiane 38).
    La haute cour en premier lieu brut moyen de 295 milliers d'euros annuels et les juges suisses. Dernière Classé vient juges Moldava et 10 mille € 884. Le salaire moyen brut annuel des juges de la haute cour en Turquie, 42 mille € 828. À l'échelle européenne, la moyenne 95 mille € 856 (valeur médiane de 67 000 € 549).
    Le nombre de juges en Europe augmentent le nombre de procureurs a diminué. À la fin de 2014, 100 mille personnes à travers l'Europe aux procureurs déposer une moyenne de 11 (médiane 10). Cette région attire l'Ukraine pour 100 mille personnes dans 31 procureurs. les pays baltes, en Russie et en Bulgarie, ce taux de plus de 20. Dans butyral (2), Malte (3), Italie (3) et la France (3) dans le bas et le haut. La Turquie est également inférieur au septième rang avec 100.000 procureur.
    investissement dans le matériel informatique dans le système judiciaire des Etats européens à la hausse. Bien qu'il ait été indiqué que la relation entre l'augmentation de l'efficacité du système de justice dans certains domaines de la technologie de l'information, du matériel informatique et des résultats positifs enregistrés ne sont pas encore clairement prouvé. Allemagne, l'Autriche et la République tchèque, l'un des pays leaders dans le domaine du matériel informatique dans le système de justice. L'Albanie, l'Islande et Chypre dans la dernière rangée. tandis que la Turquie se classe au-dessus de la moyenne européenne.
    La CEPEJ a été créée en Septembre 2002 par le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe. Afin de promouvoir l'utilisation efficace des instruments existants du Conseil de l'Europe relatives à l'organisation de la justice, le système de justice pour assurer la formation des politiques publiques concernant les tribunaux de prendre en compte les besoins des utilisateurs en Europe à proposer des solutions efficaces aux Etats membres avant d'être appliqué à la Cour des droits de l'homme et de la Convention européenne des droits de l'homme 6 'en empêchant les violations résultant de l'article pour aider à réduire l'arriéré des affaires devant la Cour européenne des droits de l'homme, il se déplace de sa mission. Le but du système de justice sur la base du gouvernement européen publie un rapport statistique complet tous les deux ans.
    Kayhan Khan / Strasbourg

    HÜRSEDA HABER
    6 October 2016
    La personne passe en moyenne 60 euros par système européen de justice de l'Etat. Le secteur privé dans le fonctionnement de l'application de la cour à la hausse. en dessous de la moyenne européenne en Turquie justice.
    Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) par «l'efficacité et la qualité de la justice" sur les statistiques annoncées rapportés aujourd'hui, les Etats membres du Conseil de l'Europe membres, en dépit de l'année 2010, la crise économique a été noté avoir augmenté les budgets alloués à depuis système de justice. Cette augmentation de 7,1 pour cent pour la période 2010-2012, la période 2012-2014 a été enregistrée comme 8,58 pour cent spécifiée.
    Le budget alloué au système de justice
    Les dépenses sociales par le rapport de la CEPEJ fait plus justice aux pays élevés. En 2014, par habitant dans le système de justice dans toute l'Europe, il était le plus le budget Suisse sépare les pays avec 219 euros. Suisse respectivement Royaume-Uni Irlande-Nord (144 euros), le Luxembourg (139 euros) et les Pays-Bas (122 euros) ont suivi. La part des pays les moins séparer la Moldavie (8 euros), l'Ukraine et l'Albanie (8 euros) comme il a été enregistré. Les statistiques montrent que la Turquie a passé 21 euros par personne et par an pour le même système de justice. le chiffre pour la Turquie en 2012 a été enregistré comme 18 euros.
    moyenne CEPEJ 60 euro Budget habitant alloué au système de justice à travers l'Europe par bien que la médiane (médiane) indiquent que la valeur de 45 euros. CEPEJ est connecté aux pays membres les dépenses par personne 47 Conseil de l'Europe dans la moitié inférieure au seuil de 45 euros. Un peu plus de 5 € 100 de budget par habitant des Etats européens par.
    Il financé par les tribunaux
    Selon le rapport continue d'augmenter afin de répondre aux frais de justice en cours et une partie des coûts d'exploitation dans la cour européenne. frais de justice à l'échelle européenne le tribunal se réunit 18 pour cent des coûts d'exploitation (12 pour cent de la médiane). Il prend la tête dans ce domaine 111'lik pour cent par rapport à l'Autriche et donc les profits sont même obtenu. La Turquie a la particularité d'être le deuxième en Europe contre 51 dans la laine dans ce domaine. Ces deux pays, Malte (43 pour cent), le Portugal (32 pour cent) et la Grèce (31 pour cent) ont suivi.
    Selon les données de 2014, 100 mille personnes à travers l'Europe tomber 1.8 tribunal. Croatie 4.8 tribunal d'abord, les Pays-Bas 0,2 tribunal dernière place. En Turquie, 100 mille personnes tomber 0,8 tribunal. tribunal CEPEJ pour réduire le nombre de pays européens en général, les tribunaux ont dit qu'ils ont tendance à être plus dominante sur l'expansion et la spécialisation du système de justice.
    tendance à l'échelle européenne plus grande juge de la cour, bien que la période de 2012-2014 est perçue lorsque l'on considère le taux de déclin des juges professionnels enregistrés de 2,1 pour cent. Selon les données de la fin de 2014 à 100 mille personnes dans la moyenne européenne de 21 (médiane 18) tombe juges professionnels. A ce rythme, Monaco 95, 45 en Slovénie, tandis qu'en Croatie, 41 au Royaume-Uni et en Irlande, le chiffre est seulement 3 de plus que le nombre de juges non professionnels dans ces deux pays. En Turquie, il se classe en dessous de la moyenne européenne de 11 juges et 100 mille personnes.
    Le nombre de femmes juges en Europe à la hausse. En fait, la proportion de juge de première instance Nahka décrivant les femmes à travers l'Europe ont atteint 51 pour cent des cas. Cependant, au deuxième degré et continue la domination masculine dans la haute cour. Arménie, l'Azerbaïdjan, le mâle dominant dans les pays tels que l'Irlande et la Turquie proportion de femmes sur les juges.
    La plupart victoire dominante écossaise
    Les juges les mieux payés en Ecosse en Europe. juges écossais au début d'un salaire moyen annuel brut de carrière de 57 € 168,000. Le salaire minimum des juges en Moldavie 6 mille € 758. Le salaire brut moyen d'un juge en Turquie est de 21 mille € 108 un an plus tôt carrière. moyenne européenne dans ce domaine de 52 mille euros (€ 130.000 médiane 38).
    La haute cour en premier lieu brut moyen de 295 milliers d'euros annuels et les juges suisses. Dernière Classé vient juges Moldava et 10 mille € 884. Le salaire moyen brut annuel des juges de la haute cour en Turquie, 42 mille € 828. À l'échelle européenne, la moyenne 95 mille € 856 (valeur médiane de 67 000 € 549).
    Le nombre de juges en Europe augmentent le nombre de procureurs a diminué. À la fin de 2014, 100 mille personnes à travers l'Europe aux procureurs déposer une moyenne de 11 (médiane 10). Cette région attire l'Ukraine pour 100 mille personnes dans 31 procureurs. les pays baltes, en Russie et en Bulgarie, ce taux de plus de 20. Dans butyral (2), Malte (3), Italie (3) et la France (3) dans le bas et le haut. La Turquie est également inférieur au septième rang avec 100.000 procureur.
    investissement dans le matériel informatique dans le système judiciaire des Etats européens à la hausse. Bien qu'il ait été indiqué que la relation entre l'augmentation de l'efficacité du système de justice dans certains domaines de la technologie de l'information, du matériel informatique et des résultats positifs enregistrés ne sont pas encore clairement prouvé. Allemagne, l'Autriche et la République tchèque, l'un des pays leaders dans le domaine du matériel informatique dans le système de justice. L'Albanie, l'Islande et Chypre dans la dernière rangée. tandis que la Turquie se classe au-dessus de la moyenne européenne.
    La CEPEJ a été créée en Septembre 2002 par le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe. Afin de promouvoir l'utilisation efficace des instruments existants du Conseil de l'Europe relatives à l'organisation de la justice, le système de justice pour assurer la formation des politiques publiques concernant les tribunaux de prendre en compte les besoins des utilisateurs en Europe à proposer des solutions efficaces aux Etats membres avant d'être appliqué à la Cour des droits de l'homme et de la Convention européenne des droits de l'homme 6 'en empêchant les violations résultant de l'article pour aider à réduire l'arriéré des affaires devant la Cour européenne des droits de l'homme, il se déplace de sa mission. Le but du système de justice sur la base du gouvernement européen publie un rapport statistique complet tous les deux ans. (DW)

    la charge de travail des juges en Turquie aussi, pas d'argent ...
    Commissaire européen pour la justice Efficacité »L'efficacité de la justice, selon les statistiques, le revenu annuel des juges en Turquie, bien au-dessous de leurs homologues dans les pays européens, le nombre de fichiers ils ont l'air ainsi de suite ...
    7 octobre 2016 06h38
    Gündem ordre du jour
    la charge de travail des juges en Turquie aussi, pas d'argent ...

    Commissaire européen pour la justice Efficacité »L'efficacité de la justice, selon les statistiques, le revenu annuel des juges en Turquie, bien au-dessous de leurs homologues dans les pays européens, le nombre de fichiers ils ont l'air ainsi de suite ...
    Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) par «l'efficacité et la qualité de la justice" sur le rapport hier divulgué des statistiques, la sortie en dessous de la moyenne européenne dans de nombreux domaines de la Turquie. Selon le rapport plus les dépenses sociales pour rendre justice dans le haut pays. En 2014, par habitant dans le système de justice dans toute l'Europe, il était le plus le budget Suisse sépare les pays avec 219 euros. Suisse respectivement Irlande-Angleterre du Nord (144 euros), le Luxembourg (139 euros) et les Pays-Bas (122 euros) ont suivi. La part des pays les moins séparer la Moldavie (8 euros), l'Ukraine et l'Albanie (8 euros) ont été enregistrés. Les statistiques montrent que la Turquie a passé 21 euros par personne et par an pour le même système de justice. le chiffre pour la Turquie a été enregistré comme 18 euros en 2012.

    int 51 pour cent dans l'état de prédominance féminine. En Turquie, l'avantage mâle dominant.

    AUGMENTATION NOMBRE DE FEMMES JUGES EN EUROPE Dans les tribunaux de première instance en Europe les femmes juges taux a atteint 51 pour cent. En Turquie, l'avantage mâle dominant.
    100 MILLE PERSONNES 0,8 COUR
    Selon les données de 2014, 100 mille personnes à travers l'Europe tomber 1.8 tribunal. Croatie 4.8 tribunal d'abord, les Pays-Bas 0,2 tribunal dernière place. En Turquie, 100 mille personnes tomber 0,8 tribunal. tribunal CEPEJ pour réduire le nombre de pays européens en général, les tribunaux ont dit qu'ils ont tendance à être plus dominante sur l'expansion et la spécialisation du système de justice. moyenne 100 mille personnes selon les données européennes de 2014 tombe 21 juges. A ce rythme, Monaco 95, tandis que la Slovénie 45 Turquie se classe en dessous de la moyenne européenne de 11 juges et 100 mille personnes
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=tr&u=http://www.sozcu.com.tr/2016/gundem/turkiyede-hakimlerin-is-yuku-cok-paralari-yok-1432858/&prev=search


    60 euros sont dépensés par personne à la justice en Europe
    La personne passe en moyenne 60 euros par système européen de justice de l'Etat. Le secteur privé dans le fonctionnement de l'application de la cour à la hausse. Le nombre de femmes juges est également en augmentation. Turquie en dessous de la moyenne européenne dans de nombreux domaines.

    Qg

     

    Publié: 10/07/2016 10:32

    -da-adalete-kisi-basina-60-euro-harcaniyor.jpg
    ‼
    Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ) par «l'efficacité et la qualité de la justice" sur les statistiques annoncées rapportés aujourd'hui, les Etats membres du Conseil de l'Europe membres, en dépit de l'année 2010, la crise économique a été noté avoir augmenté les budgets alloués à depuis système de justice. Cette augmentation de 7,1 pour cent pour la période 2010-2012, la période 2012-2014 a été enregistrée comme 8,58 pour cent spécifiée.
    Les dépenses sociales par le rapport de la CEPEJ fait plus justice aux pays élevés. En 2014, par habitant dans le système de justice dans toute l'Europe, il était le plus le budget Suisse sépare les pays avec 219 euros. Suisse respectivement Royaume-Uni Irlande-Nord (144 euros), le Luxembourg (139 euros) et les Pays-Bas (122 euros) ont suivi. La part des pays les moins séparer la Moldavie (8 euros), l'Ukraine et l'Albanie (8 euros) comme il a été enregistré. Les statistiques montrent que la Turquie a passé 21 euros par personne et par an pour le même système de justice. le chiffre pour la Turquie en 2012 a été enregistré comme 18 euros. HAN RAIN
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=tr&u=http://www.egehabergazetesi.com.tr/avrupa-da-adalete-kisi-basina-60-euro-harcaniyor/24219/&prev=search

    Ukraine


    http://www.vkksu.gov.ua/ua/news/informuwannia-shtchodo-publikacii-priezientacijnoi-primitki-do-zwitu-cepej-sistiemi-prawosuddia-u-ewropi-iefiektiwnist-ta-iakist-prawosuddia-2016-rik-/

    http://www.vkksu.gov.ua/en/news/information-on-publishing-the-cepej-presentation-note-to-the-cycle-2014-2016-for-evaluating-judicial-systems/

    (Council of judges of Ukraine)


    Official judicial website “Judicial Authority of Ukraine”:

    United Kingdom
    THE GUARDIAN
    Proportion of female judges in UK 'among lowest in Europe'
    Thursday 6 October 2016
    Council of Europe report says England & Wales figure is 30% and Scotland is 24% when continent-wide average is 51%
    In most of Europe, lawyers choose to specialise as judges at the beginning of their careers rather than towards the end. Photograph: Alamy
    10.01 BST Last modified on Thursday 6 October 2016 10.35 BST
    The UK has one of the lowest proportions of female judges on its benches, according to a comparative study of judicial systems across Europe.
    The report by the Council of Europe, published on Thursday, shows that the systems with the lowest percentage of women among professional judges were Azerbaijan (11%), Armenia (23%), Northern Ireland (23%), Scotland (23%), England & Wales (30%) and Ireland (33%). The Europe-wide average was 51%.
    The report is the latest in a series of regular reviews of the quality, cost and efficiency of justice across the 47 member nations of the organisation, which includes Russia and Turkey. Belarus is the only European state not to be a member.
    The confirmation of the gender imbalance in British courts comes days after the justice secretary, Liz Truss, pledged at the Conservative party conference to improve diversity in the legal profession.
    Britain’s common law procedures are significantly different from most of the continent, where judge-led inquisitorial systems are dominant. In most of Europe, lawyers choose to specialise as judges at the beginning of their careers rather than towards the end; women are more easily recruited straight out of law school before they face the possible career disruption of starting a family.
    “In some states,” the report notes, “the difference is explained by the relatively recent feminisation of the judiciary, whose effects are currently more noticeable [in the lower courts] than at second instance and in the supreme court. In Montenegro, female judges are a majority at all levels, as they are in Bosnia-Herzegovina. In Romania [where 74% of the judiciary are female], the percentage of women increases with each instance.”
    At the Conservative conference, Truss said: “Currently, only one in seven of QCs and one in three of partners in law firms are women. Fewer than one in 10 judges come from ethnic minorities. Only a quarter went to state school. This is modern Britain – we can do better than this.”
    Liz Truss promised to boost diversity in the legal profession at the Conservative conference. Photograph: James Gourley/Rex
    Only one out of the 12 justices on the supreme court, she pointed out, is a woman and none is from a minority ethnic background. “This would be difficult to justify in any boardroom or around the cabinet table.” The justice secretary did not, however, introduce any measures to rectify the problem.
    Commenting on the shortage of female judges, Chantal-Aimée Doerries QC, chair of the Bar Council, said: “The lord chancellor’s decision to put diversity high on the agenda reflects [our] priorities. We all want to see greater career progression for women and BAME lawyers and judges. The bar and the judiciary need to reflect society at large.
    “At the bar we have a number of initiatives already under way, including several mentoring schemes. One of these is aimed at supporting women and ethnic minority barristers seeking to become QCs and members of the judiciary. We also recently launched a maternity mentoring scheme, open to fathers and mothers with children to help balance parenting with a flourishing career at the bar.”
    The Council of Europe report also showed that some of the highest-paid supreme court judges in Europe are in the UK when their salaries, £215,000 a year, are compared against national average gross incomes. For England and Wales, the ratio was 7.7 times the national gross salary. Only Ukraine, with a ratio of 8.5, was higher.
    The lowest number of professional judges for every 100,000 inhabitants in 2014 were recorded in Ireland (three), England & Wales (three), Scotland (three) and Northern Ireland (four); the Europe-wide average is 21. That disparity is due to the fact that the continent’s inquisitorial system employs far more judges per head of population and consequently spends far less on legal aid for defendants and claimants than the UK adversarial system.
    The relatively high spend of legal aid in the UK is regularly seized on by ministers as proof that legal aid is excessively generous and should be cut back further. According to the report, legal aid per capita spent in Northern Ireland in 2014 was €73.53 (£64.67), by far the highest recorded. It was €38.14 in England & Wales, €33.28 in Scotland, €18.45 in the Republic of Ireland; the Europe-wide average was €8.64.
    https://www.theguardian.com/law/2016/oct/06/proportion-of-women-judges-in-uk-among-lowest-in-europe?CMP=share_btn_tw

    UK has lowest proportion of female judges in the EU

    06/10/2016 - BBC / UK

    The UK has the lowest proportion of female judges in the EU, according to research by the Council of Europe.
    The report says 30% of judges in England and Wales are female. The figure falls to 23% in Scotland and Northern Ireland.
    Across Europe, only Azerbaijan (11%) and Armenia (23%) have lower proportions.
    On Tuesday, Justice Secretary Liz Truss criticised the lack of diversity in courts and the legal profession.
    The figures - which date from 2014 - were published in a Council of Europe report on judicial systems. The Council is separate from the European Union.
    Highest and lowest percentage of female judges in Europe
    Slovenia 78%
    Latvia 77%
    Romania 74%
    Azerbaijan 11%
    Armenia 23%
    Northern Ireland and Scotland 23%
    According to the report, 51% of judges in Europe are female.
    In her speech to the Conservative Party conference, Ms Truss said: "A modern justice system is not just reflected in its practices and processes but in its people.
    "Currently only one in seven of QCs and one in three of partners in law firms are women.
    "Fewer than one in 10 judges come from ethnic minorities. Only a quarter went to state school.
    "This is modern global Britain - we can do better than this."
    The Council of Europe's figures refer only to professional judges.
    According to Ministry of Justice data, 53% of magistrates in England and Wales are women.

    UK judges better paid and more male than Europe norm

    07/10/2016 - Law Gazette/UK

    Senior judges in the UK are better paid than their counterparts in most of the rest of Europe – and more likely to be male, the latest edition of a wide-ranging survey of justice systems reveals today.
    According to the Council of Europe’s survey on the efficiency of justice, the most senior judges in England and Wales were paid 7.7 times the national average wage, behind only Ukraine (8.5 times) and Northern Ireland (8.3 times).
    Meanwhile, among 47 nations surveyed, the UK was fifth from bottom in the proportion of female professional judges.
    Overall, the Council of Europe’s European Commission for the Efficiency of Justice shows that European countries spend on average €60 per inhabitant per year on the functioning of the justice system. The wealthier states are not necessarily those that spend the most, the report says.  
    It notes an 'overall upward trend’ despite cuts in Greece, Ireland, Portugal and Spain. Spending per inhabitant in England and Wales was €92 in 2014. 
    Justice ministers are likely to seize on the 2014 figure legal aid per case: England and Wales allocated €1,479, the highest figure recorded; this compares to €888 in Scotland, €456 in Germany, €342 in France and a Europe-wide average of €456. 
    While a glass ceiling blocks access to the most senior judicial positions, 'on the whole, there is parity in the numbers of male and female judges and public prosecutors’, the report says.
    The judicial systems with the lowest percentage of females among professional judges were Azerbaijan (11%), Armenia (23%), Northern Ireland (23%), Scotland (23%), England & Wales (30%) and Ireland (33%); the Europe-wide average was 51%.

    'Below average' total of women judges

    07/10/2016 - i newspapers/UK

    The UK has one of the lowest proportions of female professional judges in Europe, a report suggests. In England and Wales, 30 per cent of judges were women, while the figure was 23 per cent for both Northern Ireland and Scotland, according to a study by the Council of Europe. The European average was 51 per cent.

    UK below European average for women judges

    08/10/2016 –
    The Herald / UK

    The UK has one of the lowest proportions of female professional judges in Europe, a report suggests.
    In England and Wales 30 per cent of judges were women, while the figure was 23 per cent for both Northern Ireland and Scotland, according to data cited in a study from the Council of Europe.
    The only country featured in the report with a lower percentage was Azerbaijan (11 per cent). The Europe-wide average for female judges was 51 per cent, according to the 2014 figures.
    It comes days after Justice Secretary Liz Truss pledged to “open up the justice system”. She told the Tory party conference: “Fewer than one in 10 judges come from ethnic minorities and only a quarter went to state school. We can do better than that.”
    Hayden Smith

    Only 23 per cent of judges are women in Scotland
    [07/10/2016-

    Glasgow Evening Times / UK]
    The UK has one of the lowest proportions of female professional judges in Europe, a report suggests.
    In England and Wales 30% of judges were women, while the figure was 23% for both Northern Ireland and Scotland, according to data cited in a study from the Council of Europe.
    The only country featured in the report with a lower percentage was Azerbaijan (11%), while the proportion for Armenia was given as 23%.
    The Europe-wide average for female judges was 51%, according to the research, which was based on figures from 2014.
    Data on some countries was not available.
    It comes days after Justice Secretary Liz Truss pledged to "open up the justice system".
    She told the Tory party conference: "Currently only one in seven QCs and one in three partners in law firms are women.
    "Fewer than one in ten judges come from ethnic minorities and only a quarter went to state school.
    "This is modern global Britain - we can do better than that."
    The figures on gender in the Council of Europe report relate specifically to professional judges.
    Separate data published earlier this year showed that 53% of magistrates in England and Wales are women. Figures also show that the percentage of female judges in courts has been rising.

    Only 30% of judges are women in England and Wales
    [07/10/2016-

    The Press Association - Belfast Telegraph / UK]
    The UK has one of the lowest proportions of female professional judges in Europe, a report suggests.
    In England and Wales 30% of judges were women, while the figure was 23% for both Northern Ireland and Scotland, according to data cited in a study from the Council of Europe.
    The only country featured in the report with a lower percentage was Azerbaijan (11%), while the proportion for Armenia was given as 23%.
    The Europe-wide average for female judges was 51%, according to the research, which was based on figures from 2014.
    Data on some countries was not available.
    It comes days after Justice Secretary Liz Truss pledged to "open up the justice system".
    She told the Tory party conference: "Currently only one in seven QCs and one in three partners in law firms are women.
    "Fewer than one in ten judges come from ethnic minorities and only a quarter went to state school.
    "This is modern global Britain - we can do better than that."
    The figures on gender in the Council of Europe report relate specifically to professional judges.
    Separate data published earlier this year showed that 53% of magistrates in England and Wales are women. Figures also show that the percentage of female judges in courts has been rising.
    A spokesman for the judiciary said: "The judiciary is committed to improving diversity and is assuring lawyers from all backgrounds that a judicial appointment is open to them. Support includes work shadowing, mentoring and networking events.

    Research: England and Wales has one of the most male-dominated judiciaries in Europe
    06/10/2016-

    Legal Cheek / UK
    But our Supreme Court judges are among the best paid
    The English and Welsh judiciary has one of the lowest percentages of females in the whole of Europe.
    Given that only 30% of English and Welsh professional judges are women, the European Commission for the Efficiency of Justice report shows we fall far short of the 51% average.
    Covering all 47 Council of Europe member states bar Liechtenstein and San Marino, the new research puts us fifth from bottom in the Europe-wide gender diversity league table. Only Azerbaijan (11%), Armenia (23%), Northern Ireland (23%) and Scotland (23%) have a lower percentage of female professional judges.
    By way of comparison with other Western European countries, 52% of judges in Italy are female, as are 52% in Spain and 62% in France. To give you a flavour of the countries at the other end of the spectrum: 70% of Croatian, 72% of Greek, 77% of Latvian and 78% of Slovenian judges are women.
    Other key findings from the report include the revelation that our Supreme Court judges are among the best paid in Europe.
    In England and Wales, Supreme Court judges are paid 7.7 times the national average. Though Supreme Court judges in, for example, Ukraine are paid comparatively higher than this (8.5 times the national average), the English and Welsh figures tower over the likes of Germany (2.4), Belgium (2.9), Norway (3.3) and Sweden (3.2), plus the Europe-wide average of 4.5.
    They may be well-paid but there aren’t that many of them overall in proportion to our population: England and Wales have only three judges for every 100,000 inhabitants compared with the average across Europe of 21.


    Council of Europe study finds closing gender gap in judiciaries of member states
    7 October 2016
    On the whole, there is parity regarding the numbers of male and female judges and public prosecutors, despite the continued existence of a “glass ceiling” blocking access to higher responsibility positions,
    according to a
    major new study of different judicial systems across Europe published today by the Council of Europe.
    The sixth regular evaluation report from the 47-nation Council of Europe’s European Commission for the Efficiency of Justice (known by its French acronym, CEPEJ) on the efficiency and quality of justice across Europe found an overall upward trend regarding the budget of judicial systems in Europe; while certain countries affected by the economic crisis (e.g. Latvia, Lithuania, Romania and Slovenia) have been able once again to increase their expenditure, others (e.g. Greece, Ireland, Portugal and Spain) continue to undergo regular budget cuts.
    On average, European countries spend €60 per inhabitant per year on the functioning of the justice system; the wealthier states are not necessarily those that spend the most.
    Northern Ireland allocated €144 per capita to the judicial system in 2014 (the highest figure recorded apart from Switzerland); this compares to €92 in England & Wales, €78 in Scotland, €48 in Ireland and a Europe-wide average of €60.
    The figure for Northern Ireland has increased (from €119 per capita) since 2012, whereas the figures for England & Wales (previously €103), Scotland (€84) and Ireland (€50) – as well as the overall average (€65) – have all decreased.
    The implemented budget of legal aid per capita in Northern Ireland was €73.53 in 2014, by far the highest recorded; this compares to €38.14 in England & Wales, €33.28 in Scotland, €18.45 in the Republic of Ireland and a Europe-wide average of €8.64.
    The amount of the implemented budget allocated to legal aid per case in England & Wales in 2014 was €1,479 (the highest figure recorded); this compares to €888 in Scotland, €456 in Germany, €342 in France and a Europe-wide average of €456.
    The average gross salaries of Supreme Court judges in Northern Ireland in 2014 were 8.3 times the national average; this compares with a figure of 7.7 for England & Wales, 7.4 for Scotland and a Europe-wide average of 4.5 – only Ukraine (8.5) recorded a higher figure.
    The judicial systems with the lowest percentage of females among professional judges were Azerbaijan (11 per cent), Armenia (23 per cent), Northern Ireland (23 per cent), Scotland (23 per cent), England & Wales (30 per cent) and Ireland (33 per cent); the Europe-wide average was 51 per cent.
    However, for the latest statistics on the Scottish judiciary, see the Judicial Appointments Board for Scotland’s Annual Report 2015-16.
    http://www.scottishlegal.com/2016/10/06/council-of-europe-study-finds-closing-gender-gap-in-judiciaries-of-member-states/

    Only 23 per cent of judges are women in Scotland

    07/10/2016 - Glasgow Evening Times/UK

    The UK has one of the lowest proportions of female professional judges in Europe, a report suggests.
    In England and Wales 30% of judges were women, while the figure was 23% for both Northern Ireland and Scotland, according to data cited in a study from the Council of Europe.
    The only country featured in the report with a lower percentage was Azerbaijan (11%), while the proportion for Armenia was given as 23%.
    The Europe-wide average for female judges was 51%, according to the research, which was based on figures from 2014.
    Data on some countries was not available.
    It comes days after Justice Secretary Liz Truss pledged to "open up the justice system".
    She told the Tory party conference: "Currently only one in seven QCs and one in three partners in law firms are women.
    "Fewer than one in ten judges come from ethnic minorities and only a quarter went to state school.
    "This is modern global Britain - we can do better than that."
    The figures on gender in the Council of Europe report relate specifically to professional judges.
    Separate data published earlier this year showed that 53% of magistrates in England and Wales are women. Figures also show that the percentage of female judges in courts has been rising.



    European study finds high legal aid and judicial spend in Northern Ireland

    Northern Ireland’s legal aid budget per capita is by far the highest in Europe, according to a major Council of Europe (CoE) survey.

    The sixth regular evaluation report from the 47-nation Council of Europe’s European Commission for the Efficiency of Justice (known by its French acronym, CEPEJ) on the efficiency and quality of justice across Europe found disproportionately high spending in Northern Ireland on legal aid and the judiciary.
    The implemented budget of legal aid per capita in Northern Ireland was €73.53 in 2014, compared to €38.14 in England & Wales, €33.28 in Scotland, €18.45 in Ireland and a Europe-wide average of €8.64.
    Northern Ireland also allocated €144 per capita to the judicial system in 2014, the highest figure recorded apart from Switzerland. This compares to €92 in England & Wales, €78 in Scotland, €48 in Ireland and a Europe-wide average of €60.
    The figure for Northern Ireland has increased (from €119 per capita) since 2012, whereas the figures for England & Wales (previously €103), Scotland (€84) and Ireland (€50) – as well as the overall average (€65) – have all decreased.
    In Northern Ireland, the average gross salaries of Supreme Court judges were 8.3 times the national average salary – the highest ratio in any European country bar Ukraine.
    This compares to a figure of 7.7 for England & Wales, 7.4 for Scotland and a Europe-wide average of 4.5.
    Overall, the study found an upward trend regarding the budget of judicial systems in Europe.
    While certain countries affected by the economic crisis (e.g. Latvia, Lithuania, Romania and Slovenia) have been able once again to increase their expenditure, others (e.g. Greece, Ireland, Portugal and Spain) continue to undergo regular budget cuts.
    http://www.irishlegal.com/5503/european-study-finds-high-legal-aid-and-judicial-spend-in-northern-ireland/

    International

    La France, pays d'Europe où les procureurs travaillent le plus -
    STRASBOURG (Reuters) - Le sixième rapport d’évaluation des systèmes judiciaires européens, publié jeudi par le Conseil de l’Europe, montre une justice française toujours à la traîne du point de vue budgétaire, où les magistrats du parquet doivent supporter la plus grande charge de travail.
    Publié tous les deux ans depuis 2002 par la Commission européenne pour l’efficacité de la justice (Cepej), le rapport 2016 évalue la situation des systèmes judiciaires de 45 des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, sur la base des données de 2014.
    "Les parquets les plus chargés se trouvent incontestablement en France, qui compte en Europe quasiment le plus petit nombre de procureurs (2,8 pour 100.000 habitants)", indique le rapport.
    Le procureur français "doit en même temps faire face au plus grand nombre de procédures reçues (7 pour 100 habitants), tout en ayant à remplir un nombre record de fonctions différentes (13)", ajoute-t-il.
    La France fait en effet partie des quatre pays où les procureurs cumulent l’ensemble des tâches susceptibles d’incomber aux magistrats du parquet, de la supervision des enquêtes de police au pouvoir de classer une affaire pénale ou de négocier une sanction en passant par son rôle dans les procédures civiles et administratives.
    L’Autriche, l’Irlande et l’Italie ont également des parquets particulièrement chargés, note le rapport.
    Avec 10,5 juges professionnels pour 100.000 habitants, en baisse de 2% par rapport à 2010, contre une moyenne de 21 en Europe, la France se classe également dans le bas du tableau, une situation qui reste la même si l’on tient compte des juges non professionnels.
    Quant au budget alloué au système judiciaire (tribunaux, ministère public, aide judiciaire), il a augmenté de 8,58% en moyenne entre 2012 et 2014 pour s’établir à 60 euros par habitant dans les pays concernés par l’étude, mais de 4,9% en France où il atteint 64 euros.
    Seuls les pays d’Europe centrale et orientale, la Grèce, l’Irlande et le Portugal, ont toutefois un budget par habitant plus faible.
    Au plan de l’efficacité, les tribunaux français voient le stock des affaires pendantes augmenter dans tous les domaines, civil, commercial, administratif ou pénal, avec un rapport entre les dossiers fermés et les dossiers ouverts tournant autour de 95%.
    (Gilbert Reilhac, édité par Sophie Louet)
    - See more at: http://www.speakingnews.net/la-france-pays-deurope-ou-les-procureurs-travaillent-le-plus-lobs#sthash.sLSwuFSD.dpuf

    JHA: Detailed assessment of European judicial systems
    Brussels, 06/10/2016 (Agence Europe) – The European Commission for the Efficiency of Justice
    (CEPEJ) published its annual report on 6 October, examining information collated in 2014 from 45 Council of Europe (CoE) member countries, along with an observer country, Israel.
    The report shows a general rise in budgets for judicial systems but says that countries hard hit by the economic crisis (such as Spain, Greece, Ireland and Portugal) are still implementing regular budget cuts.
    Other countries (such as Latvia, Lithuania, Romania and Slovenia) have started catching up or are
    continuing to catch up. For example, the European average financing for the judicial system is €60 per inhabitant a year, although there are countries at both extremes, six countries spending less than €6 and five others spending €100.
    In parallel, users are paying more to finance judicial systems. In more than a quarter of countries, this contribution, which can take the form of taxes and charges for making use of the justice system, covers more than 20% of costs.
    The figures are stable in terms of staff numbers, with 21 judges per 100,000 inhabitants. There are equal numbers of men and women employed as judges and prosecutors, but the glass ceiling remains in place for top jobs.
    The number of courts is decreasing, while their size and specialisation are increasing and greater use is being made of information technology, which is described as not the only lever for boosting performance but which is nevertheless crucial these days. For the first time this year, there is a detailed report on IT, explaining equipment coverage and regulations governing IT use.
    The CEPEJ also looks at the effectiveness of judicial systems and notes an increase in the number of criminal cases and a broadly positive trend in European courts’ capacity to deal with new cases over the long-term.
    For civil justice, systems for dealing with cases in first instance are not keeping pace. The backlog of civil and trade cases has been increasing slightly since 2010, as has the ability of administrative justice to deal with the volume of cases.
    It should be noted that all countries now have legal aid systems for criminal procedures, which was not the case ten years ago. Legal aid tends to spread to the domain of civil justice and the implementation of decisions.
    The sixth of its type since the CEPEJ was set up in 2002, the report is now more than a snapshot, but provides follow-up and is a register of best practice, explained the chair of CEPEJ, Georg Stawa, so that politicians can make decisions in full awareness of systems set up elsewhere. The CEPEJ’s database was put online on Thursday and is accessible to all on the CEPEJ website. (Original version
    in French by Véronique Leblanc)
    Subscriber: CONSEIL DE L'EUROPE
    COPYRIGHT AGENCE EUROPE© Anyone held liable for illegal distribution will be sued.

    España tiene la mitad de jueces y fiscales que la media europea

    Actualizado el 07/10/2016, 09:34 horas
    Por
    Consejo General de la Abogacía Española

      · España cuenta con la mitad de jueces y fiscales y el doble de abogados que la media europea por cada 100.000 habitantes, según especifica el informe publicado por la Comisión Europea para la Eficiencia de la Justicia (CEPEJ), que analiza las tendencias en los sistemas judiciales europeos, informa Europa Press.

    Los datos de este estudio, realizado en 45 países europeos, arrojan que en el año 2014 había 12 jueces por 100.000 habitantes en España cuando la media europea es de 21. Los fiscales por cada 100.000 habitantes eran cinco frente a los 11 de la media europea.
    Esta tendencia es distinta cuando se comprueban las cifras sobre el número de abogados. En España, los letrados alcanzan la cifra de 291 por cada 100.000 habitantes mientras que la media europea es de 149.
    El informe refleja también las variaciones en la inversión en Justicia sufridas en los países analizados. Sitúa a España a la cabeza de los recortes presupuestarios junto a Irlanda y Portugal y especifica que, en los tres estados, “las medidas de restricción presupuestaria continúan afectando de forma adversa los recursos dedicados al sistema judicial”.
    España también se encuentra en el grupo de estados que hicieron “esfuerzos significativos” en lo que se refiere a asistencia jurídica en los años 2010 y 2012 y redujeron los presupuestos entre 2012 y 2014, junto a Bélgica, Finlandia, Francia, Georgia, Luxemburgo, Dinamarca, Noruega y Portugal.
    EL NOVENO PAÍS
    En el ranking, España es el noveno país europeo en presupuesto público dedicado per cápita al sistema judicial. El presupuesto per cápita se redujo de 91 euros en 2012 a 88 euros en 2014. La media europea también se redujo y pasó de 65 euros en 2012 a 60 en 2014.
    En general, los usuarios del servicio público en los estados europeos financian los sistemas judiciales “mediante impuestos y tasas judiciales”, asegura. Los estados europeos gastan alrededor de 9 euros per cápita en asistencia legal.
    Debe resaltarse que, detrás de esta cifra media, “hay variaciones significativas dependiendo de cada estado”. La mitad de los estados y entidades que han respondido a la encuesta gastaron menos de 2 euros per capita en asistencia legal en 2014.
    En cuanto al análisis del estado de desarrollo de las tecnologías de la información, el estudio confirma la tendencia de informes anteriores e indica que la mayoría de los estados han invertido significativamente en estas tecnologías para el funcionamiento de sus tribunales. “En España, el desarrollo en infraestructuras y marco legal está casi completado –detalla– pero su gestión por parte de los tribunales está aún en desarrollo”.
    Ver noticia completa
    http://www.lawandtrends.com/noticias/justicia/espana-tiene-la-mitad-de-jueces-y-fiscales-que-la-2.html

    UIHJ Flash News


    De G. à D. : Estelle Steiner, attachée de presse, Georg Stawa, président de la CEPEJ, Stéphane Leyenberger, secrétaire exécutif de la CEPEJ, Jean-Paul Jean, président du Groupe de travail de la CEPEJ sur l’évaluation des systèmes judiciaires, Yannick Meneceur, conseiller spécial auprès du secrétariat de la CEPEJ, Lidija Naumovska, administratrice statisticienne

    Publication du rapport 2016 de la CEPEJ sur les systèmes judiciaires européens

    A l'occasion de la publication de la 6e édition de ce rapport, l'UIHJ a assisté à la conférence de presse organisée par la CEPEJ le 6 octobre 2016 à Paris dans les locaux du Conseil de l'Europe
     
    Les intervenants de la CEPEJ étaient Georg Stawa, président de la CEPEJ, Stéphane Leyenberger, secrétaire exécutif de la CEPEJ, Jean-Paul Jean, président du Groupe de travail de la CEPEJ sur l'évaluation des systèmes judiciaires, Yannick Meneceur, conseiller spécial auprès du secrétariat de la CEPEJ, Lidija Naumovska, administratrice statisticienne, ainsi qu'Estelle Steiner, attachée de presse. Les membres du bureau de la CEPEJ présents étaient Ramin Gurbanov (Azerbaïdjan), Ivana Borzova (République tchèque), et Noel Rubotham (Irlande). L'UIHJ était représentée par son secrétaire général, Mathieu Chardon.
     
    Stéphane Leyenberger a salué la présence de la presse française et internationale. Il a indiqué que le rapport 2016 présentait une grande nouveauté par rapport aux cinq précédentes éditions. Le rapport papier a été volontairement allégé de moitié. En revanche, la CEPEJ a mis en ligne une gigantesque base de données dynamique et interactive accessible à tout citoyen, aux décideurs publics, ainsi qu'aux professionnels et aux praticiens. Le secrétaire exécutif de la CEPEJ a qualifié cette nouvelle présentation de révolutionnaire.
      


    Lire la suite

    Filet gris


    From L. to R.: Estelle Steiner, Press Officer, Georg Stawa, President of the CEPEJ, Stéphane Leyenberger, Executive Secretary of the CEPEJ, Jean-Paul Jean, President of the CEPEJ Working Group on the Evaluation of Judicial Systems, Yannick Meneceur, Special Advisor to the Secretariat of the CEPEJ, Lidija Naumovska, Statistician Administrator

    Publication of the 2016 Report of CEPEJ on European Judicial Systems

    On the occasion of the publication of the 6th edition of this report, the UIHJ attended the press conference organised by the CEPEJ on 6 October 2016 in Paris in the premises of the Council of Europe
     
    The speakers of the CEPEJ were Georg Stawa, President of the CEPEJ, Stéphane Leyenberger, Executive Secretary of the CEPEJ, Jean-Paul Jean, President of the CEPEJ Working Group on the Evaluation of Judicial Systems, Yannick Meneceur, Special Advisor to the Secretariat of the CEPEJ, Lidija Naumovska, Statistician Administrator, as well as Estelle Steiner, Press Officer. CEPEJ Board members Ramin Gurbanov (Azerbaijan), Ivana Borzova (Czech Republic), and Noel Rubotham (Ireland), were also in attendance. The UIHJ was represented by its Secretary General, Mathieu Chardon.
     
    Stéphane Leyenberger welcomed the presence of the French and international press. He said the 2016 report presented a novelty compared to the five previous reports. The paper report has been voluntarily reduced by half. However, the CEPEJ has posted a massive database of dynamic and interactive data accessible to all citizens, public policy makers, and professionals and practitioners. The Executive Secretary of the CEPEJ described this new presentation as revolutionary.
      


    Read More


    Ue: Nuovo rapporto di valutazione sui sistemi giudiziari europei
    6 hours ago
    Nuovo rapporto di valutazione sui sistemi giudiziari europei
    (AGENPARL) – Parigi, 06 ott 2016 – Oggi, la Commissione europea per l’efficacia della giustizia (CEPEJ) delinea le principali tendenze osservate in 45 paesi europei e Israele nella sua ultima indagine annuale.
    Oltre alla relazione, un nuovo database interattivo accessibile al pubblico, è stato lanciato
    La Commissione europea per l’efficacia della giustizia ( CEPEJ ) del Consiglio d’Europa, delinea le principali tendenze osservate in 45 paesi europei (*). Oltre al rapporto pubblicato oggi, c’è un nuovo database interattivoaccessibile al pubblico.
    Questa relazione di valutazione, il sesto dal CEPEJ è stato istituito nel 2002, mette in evidenza:
    – Per quanto riguarda il bilancio dei sistemi giudiziari:
    · Una tendenza al rialzo generale; mentre alcuni paesi colpiti dalla crisi economica (Lettonia, Lituania, Romania, Slovenia) sono stati in grado ancora una volta di aumentare la loro spesa, altri (Grecia, Irlanda, Portogallo, Spagna) continuano a subire tagli di bilancio regolari;
    · I paesi europei spendono in media € 60 per abitante per anno sul funzionamento del sistema giudiziario; gli stati più ricchi non sono necessariamente quelle che spendono di più;
    · Risorse significative sono stati dispiegati in Azerbaigian, Lettonia, Lituania, Malta, la Repubblica di Moldavia, Romania e Federazione Russa, in particolare in termini di costruzione / ristrutturazione, le nuove tecnologie, stipendi dei professionisti e assistenza legale per i più svantaggiati;
    · Un aumento dei contributi da parte degli utenti al finanziamento del sistema di giustizia attraverso imposte e tasse giudiziarie: il gettito quest’ultimo rappresenta oltre il 20% del bilancio assegnato al sistema giudiziario in più di un quarto degli stati;
    · Una tendenza verso l’outsourcing compiti non giudiziari nei tribunali;
    · L’estensione dei sistemi di assistenza legale, anche per l’esecuzione delle decisioni giudiziarie o di mediazione giudiziaria;
    – Per quanto riguarda i giudici e pubblici ministeri:
    · Stabilità nel numero di personale, con una media di 21 giudici professionali per 100.000 abitanti;
    · Un numero maggiore di giudici e pubblici ministeri femminili: nel complesso vi è parità, nonostante la continua esistenza di un “soffitto di vetro” bloccando l’accesso a posizioni di responsabilità più elevati;
    · L’indipendenza funzionale dei pubblici ministeri è sempre più affermato nei testi, anche se mentre questo può essere vero sulla carta, in alcuni paesi le autorità politiche sono in grado di intervenire nel processo penale.
    – Per quanto riguarda l’organizzazione dei tribunali:
    · Una riduzione del loro numero, un aumento della loro dimensione e forte specializzazione;
    · Tecnologia dell’informazione ha permesso di migliorare l’efficienza e la qualità dei sistemi giudiziari, ma gli Stati con la più sviluppata IT non sono necessariamente il più efficace: è essenziale, ma non è l’unica chiave per migliorare le prestazioni.
    – Per quanto riguarda le prestazioni dei sistemi giudiziari:
    · Un aumento del numero di casi penali in arrivo;
    · Una tendenza generale positiva per la capacità di corti europee per far fronte a casi in entrata a lungo termine;
    · Nel settore della giustizia civile, i sistemi sono in tempo nella lavorazione di casi ricevuti e risolti in primo grado, e un basso, ma continuo aumento della arretrato di casi litigiosi civili e commerciali dal 2010 marcatura complesso;
    · Nel settore giustizia amministrativa, sistemi giudiziari stanno migliorando costantemente la loro capacità di far fronte con il volume dei casi, e vi è stata una generale diminuzione del numero di cause pendenti;
    · Nel settore della giustizia penale, nella stragrande maggioranza dei paesi, i pubblici ministeri sono stati in grado di risolvere un minor numero di casi rispetto a quelli ricevuti; al contrario, ultimi sono in grado di far fronte più o meno soddisfacente con il carico;
    · La recessione economica ha avuto un impatto sulle risorse dei tribunali e sulla disponibilità di assistenza legale per gli utenti di corte;
    · Sono sempre più applicate le procedure on-line per il trattamento di certe categorie di beni.
    http://www.agenparl.com/ue-rapporto-valutazione-sui-sistemi-giudiziari-europei/

    Detailed assessment of European judicial systems

    08/10/2016 –
    Agence Europe / International

    The European Commission for the Efficiency of Justice (CEPEJ) published its annual report on 6 October, examining information collated in 2014 from 45 Council of Europe (CoE) member countries, along with an observer country, Israel.
    The report shows a general rise in budgets for judicial systems but says that countries hard hit by the economic crisis (such as Spain, Greece, Ireland and Portugal) are still implementing regular budget cuts.
    Other countries (such as Latvia, Lithuania, Romania and Slovenia) have started catching up or are
    continuing to catch up. For example, the European average financing for the judicial system is €60 per inhabitant a year, although there are countries at both extremes, six countries spending less than €6 and five others spending €100.
    In parallel, users are paying more to finance judicial systems. In more than a quarter of countries, this contribution, which can take the form of taxes and charges for making use of the justice system, covers more than 20% of costs.
    The figures are stable in terms of staff numbers, with 21 judges per 100,000 inhabitants. There are equal numbers of men and women employed as judges and prosecutors, but the glass ceiling remains in place for top jobs.
    The number of courts is decreasing, while their size and specialisation are increasing and greater use is being made of information technology, which is described as not the only lever for boosting performance but which is nevertheless crucial these days. For the first time this year, there is a detailed report on IT, explaining equipment coverage and regulations governing IT use.
    The CEPEJ also looks at the effectiveness of judicial systems and notes an increase in the number of criminal cases and a broadly positive trend in European courts’ capacity to deal with new cases over the long-term.
    For civil justice, systems for dealing with cases in first instance are not keeping pace. The backlog of civil and trade cases has been increasing slightly since 2010, as has the ability of administrative justice to deal with the volume of cases.
    It should be noted that all countries now have legal aid systems for criminal procedures, which was not the case ten years ago. Legal aid tends to spread to the domain of civil justice and the implementation of decisions.
    The sixth of its type since the CEPEJ was set up in 2002, the report is now more than a snapshot, but provides follow-up and is a register of best practice, explained the chair of CEPEJ, Georg Stawa, so that politicians can make decisions in full awareness of systems set up elsewhere. The CEPEJ’s database was put online on Thursday and is accessible to all on the CEPEJ website.

    Gender diversity in U.K. courts among worst in Europe: report

    08/10/2016 –
    Newsweek / International

    The U.K. has among the lowest proportion of female judges in the European Union, according to research by the Council of Europe.
    The report shows that the systems with the lowest percentage of women among professional judges were Azerbaijan (11 percent), Armenia (23 percent), Northern Ireland (23 percent), Scotland (23 percent), England and Wales (30 percent) and Ireland (33 percent.) The Europe-wide average was 51 percent.
    By comparison, the European Court of Human Rights (ECHR) in Strasbourg has a relatively good record on gender diversity compared with most international courts. Currently 36 percent of ECHR judges are women.
    The confirmation of the gender imbalance in British courts comes days after the justice secretary, Liz Truss, pledged at the Conservative party conference to improve diversity in the legal profession.
    Lucy Clarke-Billings

    The CEPEJ published a report on European judicial systems
    October 7th, 2016 § 0 comments § permalink
    cepej-stat
    The CEPEJ-STAT, the European Commission for the Efficiency of Justice (CEPEJ) of the Council of Europe, published a report, which contains findings about the main trends observed in 45 European countries in the field of the functioning of judicial systems. In addition to the report, the CEPEJ-STAT opened access to a new interactive database, which enables viewing information by the country.
    The report provides a detailed overview of the performance of the judicial systems, their budgets, the situation of judges, prosecutors, and lawyers, as well as the organisation of courts in the 45 participating member States and in one CEPEJ observer State (Israel).
    As far as lawyers are concerned, the report contains data on the number of lawyers in each state or entity, with the specification whether this figure includes or not legal advisors who cannot represent their clients in court. Furthermore, the paper draws attention to the issue of lawyers’ monopoly on legal representation. For a more detailed information, please see the Chapter 3.4 (pages 158-163) of the report.
    The report also gives information on the Annual public budget allocated to legal aid (pages 66-79).
    The new interactive database is of particular interest as it has a specific section devoted to country-specific data, including a chapter on lawyers.

    L'Espagne a la moitié des juges et des procureurs à la moyenne en Europe
    7 octobre 2016
    L' Espagne a la moitié des juges et des procureurs que la moyenne européenne pour 100.000 habitants, comme indiqué par le rapport publié par la Commission européenne pour l'efficacité de la justice (CEPEJ), qui analyse les tendances dans les systèmes judiciaires européens.
    Les données de cette étude, menée dans 45 pays européens, jeter qu'en 2014 il y avait 12 juges pour 100.000 habitants en Espagne alors que la moyenne européenne est de 21 procureurs pour 100.000 habitants étaient 5 contre 11 de la moyenne européenne .
    http://confilegal.com/mundo-judicial/&prev=search