Conférence des Ministres européens responsables des Affaires culturelles - 20 - 22 octobre 2003 - Opatija, Croatie 

Cette interview est libre de droit pour publication par votre rédaction

Gunter Mulack : «Le dialogue interculturel passe d' abord par l'éducation!»

Tout en encourageant les échanges culturels avec les communautés étrangères vivant sur son sol, l'Allemagne a mis en place des programmes spécifiques de coopération culturelle avec les pays arabes. Dans les deux cas, l' accent est mis avant tout sur l'éducation et la formation, explique l'Ambassadeur Gunter Mulack, chargé du «Dialogue avec le monde musulman» au sein du Ministère allemand des Affaires étrangères.

21 octobre 2003

Interview

Question : L'Allemagne accueille sur son sol plus de trois millions de Turcs et quelques centaines de milliers de ressortissants d'autres pays, notamment musulmans. Menez-vous des politiques spécifiques pour encourager le dialogue culturel entre toutes ces communautés?

Gunter Mulack : Les associations culturelles étrangères peuvent bénéficier d' aides publiques pour s'exprimer; en outre, nous soutenons les initiatives - concerts, expositions, arts de la scène ou autres- visant à faciliter le rapprochement entre les cultures. Toutefois, nous pensons que la première priorité consiste à développer les politiques éducatives en faveur des immigrés, pour éviter qu'ils ne s'enferment dans des ghettos. Beaucoup de jeunes étrangers sont en situation d'échec scolaire, et il est urgent de remédier à cette situation. De plus, beaucoup de jeunes Turcs ne s'intéressent absolument pas aux programmes culturels existant au sein des associations turques : si nous ne faisons rien pour favoriser leur intégration dans la société, ils vont finir par être rejetés à la fois par les Turcs installés depuis longtemps et par les Allemands. L' intégration de ces jeunes implique des mesures sociales et éducatives : ces politiques conditionnent aussi la poursuite d' un dialogue harmonieux entre les communautés.

Question : Votre ministère a lancé récemment un programme dit «Dialogue euro-musulman», qui s' adresse à tous les pays du monde arabe : en quoi consiste cette activité?

Gunter Mulack : Il est indispensable, surtout depuis le 11septembre, de dissiper les images erronées et les préjugés qui risquent d'opposer l'Europe au monde arabe. Aujourd'hui, l'Islam fait peur à beaucoup d'Allemands, et nous devons prendre cette préoccupation au sérieux, tout en luttant contre ces craintes et en favorisant la connaissance réciproque de nos cultures. Pour cela, nous avons organisé des séminaires sur l'Allemagne à l' attention de la presse des pays arabes, et des séminaires sur le monde musulman à l'intention des médias allemands. Nous invitons les organismes culturels de pays aussi divers que l' Egypte ou l' Iran à s'intéresser de plus près à l' Allemagne. Dans tous ces pays, nos propres institutions, dont les Instituts Goethe, ont été chargés de renforcer ces échanges et cette coopération culturelle.

Question : Quelle forme devrait prendre cette coopération pour être encore plus efficace?

Gunter Mulack : Je reviens à mon idée de départ, l'éducation doit être la première des priorités. Nous souhaitons pouvoir multiplier les échanges d' étudiants et de professeurs avec les pays arabes, mais aussi organiser des échanges scolaires, au profit des plus jeunes. Pour découvrir la culture d' un pays, rien de tel que de passer quelques semaines dans un de ses établissements scolaires! Enfin, nous voulons que nos programmes d' éducation et de coopération culturelle avec le monde arabe touchent tout particulièrement les femmes et les jeunes.