Groupe Pompidou - Lutte contre l'abus et le trafic de drogues

 
Nouvelles 2015
Appel d’offres: Solutions alternatives possibles à l’emprisonnement des délinquants toxicomanes en Géorgie

Visant à identifier les opportunités de réduction de la population de toxicomanes dans les prisons géorgiennes, le Groupe Pompidou et le ministère géorgien de la justice ont lancé un appel d’offres de recherche.
L’étude fait partie du projet régional Réponse de la justice pénale pour les détenus toxicomanes, dans le cadre de coopération en matière de programmation (PCF) Conseil de l’Europe/Union Européenne du Partenariat Oriental.
Les offres doivent être soumises en langue anglaise, par email, à Mlle Almana Mukabenova : almana.mukabenova@coe.int, avant le 2 novembre 2015 à 12 :00 heures.

Lire l’avis d’appel d’offres ICI
Lire la version géorgienne ICI


Appel d’offres

Le Groupe Pompidou recherche des consultants capables de fournir des expertises de haut niveau sur les systèmes de traitement de la toxicomanie dans les prisons. Depuis 2010, le Groupe Pompidou a dirigé plusieurs projets axés sur l’amélioration de la situation globale des consommateurs de drogues par injection en prise avec les systèmes pénaux en Europe de l’Est. L’objectif principal du projet «Améliorer les systèmes de traitement de la toxicomanie dans les prisons», prévu pour 2016-2017, est d’améliorer encore plus la santé dans les lieux pénitentiaires, dans le respect des droits de l’homme. Le projet vise à développer des stratégies de traitement de la toxicomanie et de réinsertion sociale des détenus consommateurs de drogues afin de réduire les récidives. Le projet comprend une large part de coopération régionale. Les bénéficiaires du projet sont les administrations pénitentiaires et les institutions en Ukraine, en République de Moldavie, en Serbie, en Arménie et en Géorgie.

Cliquez ICI pour plus d’informations sur cet appel d’offres

Le Groupe Pompidou au congrès sur la toxicomanie de Mexico

« Nous avons besoin d’une approchée de la toxicomanie axée sur la santé publique qui soit positive et offre des choix aux toxicomanes » a déclaré Astrid Nøklebye Heiberg, Présidente du Groupe Pompidou et Secrétaire d’État du Ministère norvégien de la Santé, lors de la séance d’ouverture du 17e Congrès international sur la toxicomanie, tenu à Mexico le 4 novembre 2015. Elle a souligné que les futures politiques antidrogues devront mettre l’accent sur la prévention des overdoses, l’abolition de la peine de mort pour trafic de drogues et un accès cohérent aux services de traitement des toxicomanes. Carmen Fernandes Carceres, directeur général de l’organisation mexicaine de traitement et de rétablissement Centros de Integración Juvenil (CIJ), a remercié la Norvège et le Groupe Pompidou pour leur coopération fructueuse. Robert Teltzrow, membre de la commission sur la prévention et le traitement dans le système judiciaire et consultant principal du projet pour le Groupe Pompidou a évoqué le problème des drogues dans les prisons européennes. Il s’est prononcé en faveur du développement de systèmes cohérents de traitement de la toxicomanie dans les prisons en respect avec les normes européennes et internationales en matière des droits de l’homme. Ce congrès international, visant à poursuivre la recherche dans le traitement et la prévention de la toxicomanie au Mexique accueille plus de 3 000 experts, chercheurs et décideurs politiques du Mexique, des autres pays d’Amérique latine ainsi que du monde entier. Le Mexique est un état observateur du Groupe Pompidou depuis janvier 2014.

La première réunion technique du Groupe de coopération des aéroports du Sud-est de l'Europe

Une nouvelle initiative régionale, le Groupe de coopération des aéroports du Sud-Est de l'Europe, lancée en avril 2015, a tenu sa première réunion technique à Zagreb, en Croatie, les 10 et 11 novembre derniers. Elle a réuni 33 participants de 12 pays d'Europe du Sud-Est (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Grèce, Hongrie, Kosovo*, Monténégro, Serbie, Slovénie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine et la Turquie). Les réunions techniques du Groupe de coopération sont prévues pour être des plateformes de soutien quotidien au travail opérationnel des forces de l'ordre dans les aéroports, à travers une coopération pratique, des concertations et le renforcement de leurs capacités. Au cours de la réunion technique de Zagreb, les participants ont eu la possibilité d'aborder des sujets spécifiques liés à la gestion de l'évaluation des risques aux passagers dans le domaine de la lutte antidrogue. En outre, les résultats issus des six premiers mois d'activité du Groupe de coopération ont été présentés, de même que les derniers développements des méthodes de travail des autorités policières dans les aéroports. Au cours de la discussion, l'accent a été particulièrement mis sur les opportunités de rencontres au sein du Groupe de coopération et l’étroite collaboration avec le Groupe aéroports du Groupe Pompidou. Le deuxième jour de la rencontre s’est déroulé à l'aéroport de Zagreb-Pleso où a lieu un exercice pratique d'interception de trafiquants de drogues à l'aide des dossiers passagers (données PNR). Lors des prochaines réunions techniques, les participants mettront l'accent sur les transferts et la protection des données des passagers, les nouvelles tendances en matière de marché de la drogue (avec une attention particulière portée sur la cybercriminalité liée à la drogue et les nouvelles substances psychoactives), ainsi que les possibles opérations communes des aéroports du Sud-Est de l'Europe.

* Toutes les références au Kosovo mentionnées dans ce texte, que ce soit son territoire, ses institutions ou sa population, doit se comprendre en pleine conformité avec la Résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations Unies et sans préjuger du statut du Kosovo.

Communautés thérapeutiques dans les prisons moldaves

Avez-vous déjà vécu dans une communauté thérapeutique (CT) ? Les participants à la « Formation pour des soins intégrés à destination des détenus toxicomanes II » ont relevé le défi au cours de jeux de rôle et de débats interactifs. La formation, qui s’est tenue à Chisinau du 6 au 9 octobre 2015, a préparé le personnel pénitentiaire à la gestion de communautés thérapeutiques pour les prisonniers toxicomanes. Cette formation a été menée par des instructeurs norvégiens et roumains au sein du Programme régional du Groupe Pompidou « Réponse de la justice pénale pour les détenus toxicomanes » dans le cadre de coopération en matière de programmation (PCF) Conseil de l’Europe/Union Européenne du Partenariat Oriental. Grâce à son expertise et ses conseils, l’ONG norvégienne Phoenix Aga a contribué au succès de cette formation.

La justice et la santé sous le feu des projecteurs

Jan Malinoski, Secrétaire Exécutif du Groupe Pompidou, a participé à la Conférence annuelle sur la santé et la justice, tenue à Bichkek au Kirghizistan les 28 et 29 octobre derniers et organisée par le Bureau européen de l’Organisation Mondiale de la Santé (projet santé dans les prisons, WHO-HIPP), Public Health England ainsi que les autorités kirghizes. Précédée par la visite de deux établissements pénitentiaires (le premier pour les tuberculeux et le second pour les femmes), la conférence a mis l’accent sur la gestion de la toxicomanie, la réduction des risques et le traitement des maladies contagieuses en prison. Lors de la conférence, Jan a évoqué le sujet des « soins de santé et des droits de l’homme dans la prison » en insistant sur le traitement de la toxicomanie en milieu carcéral.

La consommation d’alcool, de tabac et de drogues chez les adolescents dans la région méditerranéenne: premier aperçu

Le Comité du Projet d'enquête sur la consommation d'alcool et d'autres drogues dans les milieux scolaires méditerranéens (MedSPAD) a produit un rapport sur la prévalence de la consommation d’alcool, de tabac et de drogues chez les adolescents: premier aperçu de la situation dans la région méditerranéenne couvrant des données de neuf pays : Chypre, France, Grèce, Italie, Liban, Maroc, Malte, Portugal et Tunisie.  Il s’agit d’une première étape et de la première tentative de présentation de données couvrant l’Europe l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Ce comité reçoit le soutien du Programme Sud II, financé par l’UE et mis en œuvre par le Conseil de l’Europe.

Lire le rapport ICI


Séance de brainstorming avec des consultations d’experts sur les interventions visant à réduire la demande en ligne de drogues, dans l’Europe du Sud-Est

La coopération dans les politiques antidrogues continue d’explorer les opportunités menant au développement d’un dialogue constructif et d’échanges mutuels à travers des activités diverses. Une séance de brainstorming avec des consultations d’experts intervenant en Europe du Sud-Est et réunis à Belgrade les 28 et 29 septembre dernier, sur le sujet de la réduction de la demande de drogues via Internet, a donné une nouvelle dimension à cette initiative régionale. Cette séance a donné naissance à des discussions animées entre les participants des 10 pays de l’ESE (l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Craotie, la Macédoine, la Grèce, le Monténégro, la Roumanie, la Serbie, la Slovénie et le Kosovo* en tant que pays non-membre du Conseil de l’Europe). Avec l’aide d’experts originaires de Finlande, d’Israël, de la Fédération de Russie et de la Slovénie, une proposition de projet-pilote de développement d’un outil interactif d’auto-évaluation d’abus de substances, pour les consommateurs ou les groupes cibles à risque, a pu être avancée. A la lumière des résultats obtenus lors de la première phase du projet, un traitement automatisé en ligne et un outil d’orientation vers un contact personnalisé sera développé courant 2017. Il s’agissait de la seconde rencontre régionale, hébergée par le Ministère serbe de la Santé, dans le cadre de la coopération en matière de politiques antidrogues en Europe du Sud-Est. M. Thomas Kattau, Secrétaire exécutif adjoint et M. Vladimir Djukić, ministre adjoint de la Santé ont souligné dans leurs déclarations liminaires l’importance d’adapter les politiques antidrogues aux tendances nouvelles et aux caractéristiques sociales des nouvelles générations.

*Toute référence au Kosovo dans le présent texte, qu’il s’agisse de son territoire, de ses institutions ou de sa population, doit être entendue dans le plein respect de la Résolution 1244 du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies et sans préjuger du statut du Kosovo.

Reconnaître et explorer les activités du Groupe Pompidou
Au cours de leur 76e réunion (du 27 au 28 mai 2015), les Correspondants permanents du Groupe Pompidou ont salué les premières étapes dynamiques de l'implantation du programme de travail adopté par la Conférence ministériel du Groupe en novembre 2014. Ils ont également décidé de tenir un symposium plus tard dans l'année sur les derniers développements et tendances en matière de politique antidrogue. Les Correspondants permanents ont également examiné des contributions possibles à la Session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le problème mondial des drogues; celle-ci se tiendra en avril 2016 et aura pour objet l'aspect des droits de l'homme dans les politiques antidrogues, la réduction des risques et les soins de santé, ainsi que la coopération avec la société civile. Ils ont salué les nombreuses activités au sein du MedNET (impliquant l'Algérie, l'Égypte, le Liban, Malte, le Maroc la Tunisie et l'Autorité nationale palestinienne) et la coopération entre l'Ukraine et l'Europe du Sud-Est, notamment dans le domaine des soins en prison pour les troubles provoqués par les consommations de substances toxiques; ils ont également été informés d'événements à venir en matière d'applications de lois visant à réduire l'offre, et notamment la 30e réunion annuelle en juin 2015, du Groupe Aéroports. L'examen en cours du Prix européen de la prévention des drogues a dévoilé sa valeur et sa réputation. Les Correspondants permanents ont discuté les prochaines étapes en ce qui concerne les analyses de rentabilité des politiques antidrogues, les questions du genre et de la drogue, et un éventuel travail sur la comorbidité jeu-drogues. Ils ont également abordé la question des drogues sur le lieu de travail, à la fois comme une charge pour l'employeur mais aussi comme une opportunité de traitement et une maladie professionnelle.

Première Conférence européenne sur les comportements addictifs et les dépendances

M. Jan Malinowski, Secrétaire Exécutif du Groupe Pompidou a présidé une des sessions de la première Conférence européenne sur les comportements addictifs et les dépendances, organisée par l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA), tenue à Lisbonne du 23 au 25 septembre derniers. Les présentations des experts ont mis l’accent sur un vaste éventail de sujets, dont les morts par surdose dans le système de justice pénale, l’utilisation incorrecte dans les prisons de traitements de substitution aux opiacés, la prévention de décès « évitables », le rôle joué par la prise de Naloxone à domicile et l’engagement des pairs dans la prévention des décès liés à la drogue, ainsi que le lien entre la santé physique et la santé psychologique des personnes consommatrices de drogues. D’éminents spécialistes européens et internationaux dans le domaine des sciences de l’addiction ont débattu des nouvelles substances psychoactives, des ventes et des jeux en ligne, de la légalisation du cannabis et des politiques de prix de l’alcool. L’événement exhaustif et pluridisciplinaire, incluant 16 allocutions, 200 présentations orales, environ 140 communications rapides et une semaine de réunions satellites, de manifestations parallèles et de séances parrainées, a réuni des spécialistes de 58 pays et a offert une occasion unique pour les chercheurs, les praticiens et experts en politique de pays et de disciplines diverses, de nouer des contacts. 600 participants ont assisté à la première Conférence européenne sur les comportements addictifs et les dépendances.

Faire face au détournement de précurseurs et la production illicite de drogues de synthèse

Un débat spécifiquement consacré à la production de la méthamphétamine s’est tenu à Prague lors de la 8e réunion du Réseau international de détournement de précurseurs, entre les 16 et 18 septembre dernier. Selon les sources de renseignement, la production de méthamphétamine, une drogue particulièrement dangereuse pour la santé publique, est en augmentation dans plusieurs pays européens. Des représentants des forces de l’ordre de 31 pays européens et non-européens ainsi que de sept organisations internationales, comme Europol, la Commission européenne et diverses agences des Nations Unies ont partagé des informations sur les dernières évolutions juridiques, discuté des nouvelles tendances en matière de fabrication de drogues et échangé les bonnes pratiques sur la saisie de substances chimiques détournées dans le but de produire des stupéfiants illicites. Des représentants des forces de l’ordre du Mexique et de l’Australie ont informé les participants sur les tendances, la réglementation et les méthodes de synthèse ; ils ont également partagé leur approche holistique sur la manière de lutter contre le détournement de précurseurs et la production illicite de drogues de synthèse. En réponse à l’invitation du Premier ministre de la République tchèque, le Secrétaire exécutif du Groupe Pompidou, M. Jan Malinowski a rencontré le Premier ministre, M. Bohuslav Sobotka pour une réunion de travail sur les problèmes actuels liés aux drogues dans la région, afin de discuter des développements récents du régime international de contrôle des drogues, y compris les précurseurs.

Observatoire national des drogues bat son plein en Egypte

La table ronde organisée au Caire les 3 et 4 septembre derniers a réuni les différents acteurs de l’Observatoire national récemment constitué et composé d’un comité scientifique, du ministère de la justice et du ministère de l’intérieur, rassemblés autour du Directeur du Secrétariat général du traitement des maladies mentales et de la toxicomanie (General Secretariat of Mental Health and Addiction Treatment) . Des représentants venus de la France, de la Grèce, de Malte, du Portugal, de la Norvège ainsi que de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies ont partagé leur expertise en matière d’élaboration d’observatoires sur les drogues et les toxicomanies. Obtenir des informations fondées sur les résultats et développer des interventions fondées sur les droits de l’homme en matière de drogues sont une condition préalable aux activités entreprises en Egypte. Cela sera démontré à l’occasion de la publication du premier rapport de l’Observatoire égyptien sur les drogues, publié à la fin de cette année.

Violence et usage de drogues chez les femmes

La publication « the gender dimension in the non-medical use of prescription drugs in Europe and the Mediterraneanregion » contient un certain nombre de recommandations pour les chercheurs, les professionnels et les responsables politiques et appelle à une meilleure compréhension du problème de la violence et de l’usage des drogues chez les femmes. C’est pourquoi, une revue de littérature a été menée sur la violence (subie ou perpétrée) et les substances psychoactives chez les femmes en Europe et dans la région méditerranéenne. Cette publication bilingue est disponible en ligne ICI.
Le but était d’obtenir une première analyse sur l’existence de liens entre la violence contre les femmes et l’usage de substances psychoactives chez les femmes ainsi que d’identifier des lignes de recherche et de suggérer des lignes directrices pour des conseils professionnels. Soixante-trois articles en lien avec le problème de la violence et de l’usage de substances psychoactives chez les femmes publiés en Allemagne, Belgique, Egypte, Espagne, France, Géorgie, Hongrie, Israël, Maroc, Norvège, Pays-Bas et Suède apparaissent dans cette recherche.
Dans le but de doter cette recherche d’une perspective opérationnelle, il est proposé d’enrichir ce travail en consultant des professionnels des traitements des addictions, de la réduction des risques et des dommages. Des focus groups auront lieu dans quatre pays : Espagne, France, Italie et Portugal. Un séminaire sur « les femmes, les drogues et la violence » sera organisé à Rome les 10 et 11 décembre 2015 en coopération avec le Département des politiques en matière de drogues de la présidence italienne du Conseil des Ministres et réunira des professionnels travaillant sur les traitements des addictions et sur la réduction des risques et des dommages. Le séminaire servira également de forum de discussion entre les professionnels et les responsables politiques.


Eviter le TSPT et les troubles provoqués par la consommation de substances toxiques en Ukraine

Les 9 et 10 juillet derniers, le vice-ministre de la défense en Ukraine, Mme Tatyana Richkova a participé aux réunions organisées par le Groupe Pompidou et a rencontré une équipe d’experts internationaux dans le domaine de la santé mentale et l’intervention d’urgence. Elle a salué la coopération entre son ministère et la Groupe Pompidou dans le but d’aider les milliers de civils et de soldats victimes de traumatismes liés à la guerre et les troubles associés de consommation de substances toxiques. On estime ce nombre victimes à près de 600 000 personnes. Du 6 au 8 juillet, une équipe internationale d’experts de Croatie, de Géorgie, d’Israël et de Pologne, a visité des centres d’entraînement militaire, des centres de prise en charge psychologique ainsi que des camps où se sont réfugiées des personnes déplacées des régions de Louhansk et de Donetsk. Les experts ont fourni au gouvernement ukrainien et aux organisations bénévoles des informations sur les directives cliniques en cas d’urgence ainsi que des outils faciles à mettre en œuvre afin d’éviter et de guérir les troubles de stress post-traumatique (TSPT). Les experts ont souligné que les traumatismes et la consommation de substances toxiques, incluant une consommation problématique d’alcool, constituent « une bombe à retardement » car les problèmes sociaux et sanitaires pouvaient apparaître bien des années plus tard. Seules une action immédiate et des stratégies de prévention efficaces mises en place aujourd’hui pourraient alléger cette charge future pour la société ukrainienne.

Soutenir les réformes pénitentiaires en Ukraine

Les experts du Groupe Pompidou sur la santé publique et les politiques antidrogues ont contribué au succès de la conférence sur le thème des « Soins de santé derrière les barreaux », qui a eu lieu à Kiev les 9 et 10 juillet derniers. Co-présidant cette conférence importante, le Groupe Pompidou avait rassemblé le plus grand panel possible d’experts afin d’aider le système pénitentiaire ukrainien à lutter contre les risques liés à la consommation de drogues et les maladies transmises par le sang, telles que le VIH et l’hépatite C. Le professeur Heino Stöver (Allemagne), le docteur Jörg Pont (Autriche) ainsi que les docteurs Andrej Kastelic et Nusa Segrec (Slovénie) ont fourni un vaste éventail de connaissances et ont donné des présentations sur des sujets tels que « Les normes de soins internationales en prison et l’éthique médicale » et « Les services de traitement des toxicomanes en milieu carcéral ». Plus de 150 spécialistes sur la question des soins en prison ont participé à la conférence, organisée par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, et soutenue par USAID, l’Organisation mondiale de la santé et UNAIDS.

Politique antidrogue en prison

Le 2 juillet dernier, le Secrétaire Exécutif a procédé à un échange de points de vue sur les politiques en matière de drogue dans les lieux de détention avec l’organisme de contrôle du Conseil de l’Europe contre la torture, le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT). Il était accompagné des consultants du Groupe Pompidou Heino STÖVER, professeurs en sciences sociales et recherche sur la toxicomanie (Université des sciences appliquées de Francfort) et Robert TELTZROW, expert principal du Groupe Pompidou dans la mise en œuvre du programme des drogues en prison. Le CPT organise des visites dans des lieux de détention (prisons, centres de détention pour mineurs, commissariats de police, centres de rétentions pour étrangers, hôpitaux psychiatriques, foyers sociaux) afin d’évaluer comment les individus privés de liberté sont traités. Les délégations du CPT ont un accès illimité aux lieux de détention et ont le droit de se déplacer sans aucune restriction dans de tels lieux. Elles mènent des entretiens confidentiels avec des personnes privées de leurs libertés et communiquent librement avec toutes les personnes capables de leur fournir des informations. Après chaque visite, le CPT rédige un rapport écrit sur ses conclusions et ses recommandations, qu’il remet à l’Etat concerné, en vue d’améliorer le traitement des individus privés de liberté. Le CPT a abordé dans plusieurs de ses rapports la question de la gestion de la toxicomanie dans les prisons.

26 juin : Journée internationale contre l’abus de drogues – les actions du Groupe Pompidou

Malgré les efforts internationaux pour prévenir, traiter et réduire les risques liés à l’abus de drogues, on dénombre en Europe chaque année pas moins de 16 000 décès liés à la drogue, imputables en grande partie aux opioïdes.A l’occasion de la Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues, Jan Malinowski, Secrétaire exécutif du Groupe Pompidou rappelle que les populations les plus vulnérables, c’est à dire les jeunes, les personnes souffrant de maladies mentales, les réfugiés, les immigrants ainsi que les prisonniers sont les plus susceptibles de développer des problèmes de consommation de substances toxiques. En outre, des métarecherches menées pour le Groupe Pompidou ont démontré une forte prédominance de la population féminine dans l’usage non-médical de médicaments délivrés sur ordonnance. La politique et l’orientation pratique de la réponse du Groupe Pompidou aux problèmes de toxicomanie comporte quatre points : premièrement, nous encourageons les politiques de traitement de la toxicomanie et de réhabilitation qui mènent à la réintégration dans la société des consommateurs de drogue. Un bon exemple en est notre Programme prisons et justice pénale qui encourage le traitement de la toxicomanie et les programmes de prévention dans les prisons, tout en apportant des conseils aux gouvernements sur des alternatives à l’incarcération des délinquants toxicomanes. Deuxièmement, en accord avec les principes des droits de l’homme et de l’État de droit, nous travaillons régulièrement avec les services de douane et les autorités de police du monde entier afin d’endiguer le trafic de drogue. Lors de réunions régulières, nous fournissons aux autorités compétentes une plateforme permettant d’évaluer les dernières techniques utilisées par les trafiquants pour transporter la drogue – et les méthodes pour contrecarrer de telles techniques. Troisièmement, nous prônons dans nos états-membres (incluant également l’Afrique du Nord et Israël), l’extension et l’amélioration des programmes de réduction des risques, tels que le programme d’échange de seringues et celui de traitement de substitution aux opiacés (TSO). Enfin, nous cherchons à empêcher la consommation problématique de substances à travers des campagnes de prévention. Notre Prix européen de prévention de la drogue, largement salué, aura lieu en 2015 et 2016 et impliquera des jeunes de tous nos états-membres. Faisant partie du Conseil de l’Europe, le Groupe Pompidou promeut les droits de l’homme comme pierre angulaire du développement de politiques anti-drogues globales et équilibrées en Europe.

Participation des ministres géorgiens au lancement du projet à Tbilissi

M. Aleksandre Tabatadze, ministre adjoint de la justice, Mlle Lia Gigauri, ministre adjoint de l'éducation et M. Alessandro Savaris, chef du bureau du Conseil de l'Europe en Géorgie, ainsi que des représentants de haut niveau du ministère géorgien de l'intérieur, du ministère des services correctionnels et du ministère de la santé ont participé à la table ronde et au lancement, à Tbilissi le 22 juin, du projet Alternatives à l'incarcération pour les délinquants toxicomanes. Au cours de cet événement, les participants ont discuté des possibles modifications à la politique qui permettraient au système de justice pénale de placer les délinquants toxicomanes dans des centres de traitement et de réhabilitation au lieu de les envoyer en prison. Cette table ronde, organisée par le Groupe Pompidou et hébergée par le ministère de la justice, fait partie du projet régional « Réponse de la justice pénale pour les détenus toxicomanes » au sein du Cadre de coopération en matière de programmation (PCF) Conseil de l’Europe/Union Européenne.

La formation 2015 prépare des idées pour la contribution à UNGASS !

«Un des meilleurs séminaires que nous ayons jamais eus ! » ont conclu plusieurs participants à la fin du second module de la Formation sur les politiques anti-drogues, qui s’est tenu à Bari, en Italie, du 15 au 17 juin derniers. 40 participants et animateurs experts en provenance de 25 pays, de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies et de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, ont travaillé ensemble dans un exercice de formation sur le terrain et ont apporté des propositions pour une contribution du Groupe Pompidou à UNGASS 2016. Les propositions émises ont mis l’accent sur des exemples spécifiques de déséquilibres actuels dans les politiques internationales de lutte anti-drogue, et les manières de rectifier ces déséquilibres. Des idées pour recommander des approches fondées sur les faits et optimiser les exemples existants de meilleure pratique ont été identifiées comme des questions d’intérêt commun pour l’Europe. Plusieurs propositions concrètes pour faire respecter la question des droits de l’homme dans la lutte anti-drogue ont par ailleurs été mises en avant :
- Une opposition ferme et sans équivoque à la peine de mort, en toute circonstance
- L’amélioration à l’accès et à la disponibilité des médicaments essentiels à des fins médicales et scientifiques
- Envisager des mesures autres que la détention, des peines infligées et des sanctions pénales
Les propositions seront dès à présent communiquées aux Correspondants Permanents en vue d’être examinées et versées aux préparations d’UNGASS.


Les statistiques dévoilent le plus petit nombre de saisies de drogues dans les aéroports

Le Groupe Aéroports (Groupe de coopération des services de contrôle de drogues dans les aéroports européens et dans l’aviation générale) a tenu, du 16 au 18 juin dernier, sa 30e réunion annuelle à Strasbourg. Organisée par le Groupe Pompidou, la conférence a convié 90 membres des forces de police et des douanes, représentant 39 pays et neuf organisations internationales, afin de débattre des tendances en matière de trafic de drogues, d’itinéraires et de protocoles de saisie dans les aéroports du monde entier. Le bilan pour 2014 des saisies de drogues dans les aéroports, réalisé par le Bureau régional de liaison et de renseignement (RILO) de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD), à la demande du Groupe Pompidou, a été présenté au cours de cette réunion. Incluant des données de plus de 40 pays, ces nouvelles statistiques montrent que les chiffres en matière de saisies de drogues dans les aéroports, aussi bien sur des passagers que dans le fret aérien, sont les plus bas depuis 2012. A la suite de ce rapport, une commission internationale d’experts et d’analystes professionnels a échangé des informations sur les nouvelles tendances dans le domaine des passeurs et des bagages, l’usage efficace des données des dossiers passagers (PNR) lors des contrôles de douane, l’influence du crime organisé dans le trafic de drogues dans les aéroports, la surveillance des livraisons et l’exploration prospective de nouveaux phénomènes. Ce rassemblement de professionnels mondiaux de la lutte contre la drogue avec, entre autres, des analystes d’Europol et de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, a été rendu possible par le Groupe Pompidou : cette 30e réunion du Groupe Aéroports a eu pour but d’examiner les menaces croissantes et de développer des stratégies multidisciplinaires dans la lutte contre le trafic de drogue dans les aéroports.

suite Trouvez ICI des données statistiques sur les saisies de drogues dans 40 pays.   

Première réunion du Groupe d’experts du Groupe Pompidou sur les «Effets indésirables possibles et les coûts liés aux politiques de contrôle des drogues»

Des experts de sept pays et de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies se sont réunis à Oslo du 8 au 10 juin derniers à l’occasion de la première réunion du Groupe d’experts. Ce groupe analysera les effets et les coûts liés aux politiques régissant le contrôle des substances psychoactives illicites. Une étude en préparation mettra en évidence les coûts économiques pour la société ainsi que les conséquences sur les personnes. S’il est un fait que les mesures visant à contrôler les substances illicites ont de nombreuses conséquences (crime organisé, risques pour la santé et la sécurité du public, etc.), l’étude se penchera d’une part sur les coûts économiques en terme de dépense publique et mettra, d’autre part, l’accent sur les aspects économiques, sociaux et juridiques ainsi que sur les effets indésirables pour les personnes. Une telle analyse est particulièrement opportune et importante car peu d’études ont jusqu’ici été entreprises dans ce domaine. De plus, ces aspects n’ont jusqu’ici reçu que peu d’attention lors des discussions sur les politiques internationales anti-drogues.

Travailler ensemble pour une réforme pénitentiaire en République de Moldavie

Deux raisons de se réjouir : la première est que les participants à la « Formation pour des soins intégrés pour des détenus toxicomanes dans des Communautés thérapeutiques (TC) », qui s'est déroulée à Chisinau du 25 au 28 mai 2015, ont reçu un certificat en leur nom validant leur acquisition des connaissances de base pour faire fonctionner une communauté thérapeutique en milieu carcéral. Deuxièmement, le Groupe Pompidou et le Département des institutions pénitentiaires de la République de Moldavie, représenté par Melle Ana Dabija, ont signé le 29 mai 2015 un Mémorandum d'entente dans le but de consolider une coopération efficace entre les deux parties dans l'implantation du projet d' « Établissement de communautés thérapeutiques en prison » lequel fait partie du projet régional « Réponse de la justice pénale pour les détenus dépendants de la drogue » au sein du Cadre de coopération en matière de programmation (PCF) Conseil de l’Europe/Union Européenne du Partenariat Oriental. Avec l'ONG norvégienne Phoenix Haga, le Groupe Pompidou soutiendra ses partenaires moldaves dans le développement d'ici 2017 de deux centres thérapeutiques : le premier dans une prison pour femmes (à Rusca) et le second dans une prison pour hommes (à Pruncul). Les communautés thérapeutiques sont un outil efficace dans le traitement de la toxicomanie, et complètent les autres services sanitaires et sociaux pour les prisonniers toxicomanes.

Attention: vos enfants vous imitent!

Le Groupe Pompidou a lancé sa nouvelle vidéo de prévention contre les drogues "Attention: vos enfants vous imitent" lors de son atelier sur les compétences parentales et la prévention contre les drogues qui s’est tenu à Kiev du 10 au 12 octobre 2014. Cette vidéo fait partie d’une campagne médiatique de prévention contre les drogues organisée conjointement par le Groupe Pompidou, le Service Ukrainien de Contrôle des Drogues, l’UNICEF et AFEW (Aids Foundation East-West / Fondation Est-Ouest de lutte contre le Sida). Au cours de l’atelier, des dirigeants d’ONG, des éducateurs et des spécialistes de la prévention de toutes les régions d’Ukraine ont discuté de la manière d’améliorer l’implication des parents dans les activités de prévention contre les drogues. Plus de cent personnes ont candidaté pour participer à cet atelier, un signe concret du besoin urgent de procurer en Ukraine des formations de prévention primaire contre les drogues. L’atelier a été organisé conjointement par le Groupe Pompidou et AFEW.
 
Voir la vidéo ICI


Création à Tunis d’un observatoire sur les drogues et les addictions

La table ronde organisée à Tunis les 20 et 21 mai en coopération avec le ministère chargée de la santé a attiré une cinquantaine de participants, parties prenantes de tous les ministères : justice, intérieur, éducation, famille, jeunesse, police et cabinet du premier ministre, ainsi que les associations en prise sur le terrain avec l’abus et le trafic de stupéfiants. Les expériences des observatoires à Malte, au Maroc, au Portugal, à Chypre, en France, en Egypte ainsi que celles de l’OEDT (Observatoire européen des drogues et des toxicomanies) ont été présentées. La nécessité de créer un observatoire tunisien sur les drogues et les addictions, qui soit à la fois indépendant, transparent et au service de tous, s’est imposée. La structure de cet observatoire fera l’objet d’un accord d’ici les prochains mois.

Première réunion du Groupe coopération aéroports du sud-est de l’Europe

Thomas Kattau, Secrétaire exécutif adjoint, a ouvert la réunion d’inauguration du Groupe coopération aéroports du sud-est de l’Europe les 27 et 28 avril à Zagreb. Cette toute nouvelle activité du Groupe Pompidou est basée sur une initiative croate et facilitera la coopération pratique et en temps réel entre les autorités judiciaires et les services douaniers dans les aéroports de la région concernée. Tihomir Zegrec, haut fonctionnaire des douanes croates, est convaincu que les outils concrets qui seront présentés dans le cadre de cette coopération pourront devenir un modèle pour une lutte plus efficace contre le trafic de drogue dans les aéroports.
Zelko Petkovic, coordinateur de la lutte anti-drogue en Croatie et correspondant permanent du Groupe Pompidou a conclu son discours de bienvenue en affirmant qu’il y a aujourd’hui «une bonne dynamique en matière de coopération régionale, en grande partie grâce aux efforts du Groupe Pompidou du Conseil de l’Europe. Le Groupe Pompidou accueille tous les pays de la région, qu’il s’agisse d’anciens pays membres comme la Slovénie et la Croatie ou de pays plus récents comme la Bosnie et l’Herzégovine, voire de pays qui n’ont que le potentiel pour faire partie de la famille».

Le traitement de substitution aux opiacés dans la région euro-méditerranéenne

Le séminaire euro-méditerranéen sur “le traitement de substitution aux opiacés dans le cadre d’une politique de réduction des risques (TSO) organisé par l’Office National de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (ONLCDT) en collaboration avec le Ministère de la Santé de la population et de la Réforme Hospitalière (MSPRH) en partenariat avec le réseau MedNET du Groupe Pompidou et le Programme Sud, financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par le Conseil de l’Europe a réuni 70 participants algériens et 20 experts de 9 pays : Belgique, Chypre, Egypte, France, Liban, Portugal, Suisse, Tunisie, de l’Autorité Nationale de Palestine et l’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies, qui ont partagé leurs expériences quant au traitement de substitution largement dispensé en Europe et dans certains pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Les participants ont conclu que l’introduction des TSO devait passer par une première étude de faisabilité de deux ans à mener avec un centre de soins pilote à Alger, capitale du pays pour ensuite être étendu dans d’autres régions en fonction de la situation en matière de consommation de drogues. Cette étude nécessite une formation pratique du personnel qui travaillera dans ce centre pilote.

Intervention de Jan Malinowski, Secrétaire Exécutif du Groupe Pompidou

Prévention de la toxicomanie et du VIH dans les prisons juvéniles en Ukraine

Des centaines de garçons, âgés de 14 à 24 ans sont incarcérés dans la prison juvénile de Prylouky en Ukraine. La plupart des détenus ont grandi dans des orphelinats ou sont issus de familles dysfonctionnelles où l’alcool, la drogue et la violence sont monnaie courante. Beaucoup de ces garçons ont commencé à fumer, à boire et à avoir recours à des substances psychoactives dès l’adolescence, voire même parfois avant. En lien avec l’administration pénitentiaire ukrainienne et l’organisation néerlandaise à but non lucratif Dutch Foundation Friends of Pryluky, le Groupe Pompidou a organisé un atelier au sein de l’établissement pénitentiaire les 23 et 24 avril, dans le but de présenter l’outil d’évaluation de risque SAVRY et la méthodologie des conférences familiales. Des multiplicateurs formés, venant de la prison pour femmes mineures de Melitopol ont participé à cet atelier ; à cette occasion, ils ont pu présenter leur expérience et expliquer à leurs collègues ukrainiens les avantages que présentente de tels outils pour les psychologues et les directeurs de prison. L’atelier est le premier de trois échanges d’expériences prévus en 2015 avec Prylouky. Le but de cette activité est de prévenir la récidive et d’aider ces jeunes femmes et ces jeunes hommes à retrouver un style de vie sain et respectueux des lois.

L'intégration de la dimension du genre et la lutte contre la drogue

Le Professeur Marilyn Clark, auteure de la publication du Groupe Pompidou La question du genre dans l'abus de médicaments délivrés sur ordonnance et Elisabetta Simeoni, rapporteuse du Groupe Pompidou ont pris part à la 7e réunion de la Commission pour l'égalité entre les femmes et les hommes du Conseil de l'Europe, qui s'est tenue à Strasbourg du 15 au 17 avril 2015. Au cours de cette réunion, les participants ont mis en avant la nécessité d'intégrer la question du genre dans tous les aspects de la lutte contre la drogue.

Lire ICI la publication La question du genre dans l'abus de médicaments délivrés sur ordonnance (en anglais)

Soutien aux populations déplacées en Ukraine bénéficiant d’un traitement de substitution aux opiacés

Le Groupe Pompidou, en partenariat avec l’Alliance Internationale contre le SIDA, a lancé un projet d’aide aux déplacés internes qui bénéficiaient précédemment d’un Traitement de Substitutions aux Opiacés (TSO) à l’est de l’Ukraine et en Crimée. Le but de ce projet financé par la Norvège est non seulement de satisfaire leurs besoins primaires mais également de fournir des soins médicaux et une aide sociale aux 75 patients qui reçoivent désormais le traitement à Kiev et à Dnipropetrovsk en Ukraine. Les programmes de traitement de substitution aux opiacés ont été interrompus en Crimée depuis mai 2014 suite à l’annexion de ces territoires par la Fédération de Russie. A cause du conflit dans l’est de l’Ukraine, les approvisionnements en méthadone et en buprénorphine à usage médical ont également été interrompus à Donestk et à Lougansk. Depuis l’introduction du traitement de substitution aux opiacés en 2005 en Ukraine, le pays a observé des améliorations dans la prévention du VIH et dans le traitement de la toxicomanie.
Le Groupe Pompidou MedNET prend part au lancement du Programme Sud II


Le programme conjoint du Conseil de l’Europe et de l’Union Européenne : Vers une gouvernance démocratique renforcée dans le sud de la Méditerranée, a été lancé le 10 avril dernier au Conseil de l’Europe.
Ce programme d’une durée de trois ans (2015-2017) a pour but de renforcer les droits de l’homme, la gouvernance démocratique et l’Etat de droit dans les pays du sud de la Méditerranée, en accord avec les normes européennes et internationales. Sur la base des résultats du Programme Sud I (2012-2014), le Groupe Pompidou poursuit sa participation à ce nouveau programme, grâce à MedNET, son réseau méditerranéen de coopération sur les drogues et les addictions. Ce réseau a comme objectif de contribuer au processus démocratique continu et d’encourager la coopération régionale dans le domaine des droits de l’homme, de l’Etat de droit et de la gouvernance démocratique, aussi bien entre l’Europe et les pays du sud de la Méditerranée qu’entre les pays du pourtour méditerranéen eux-mêmes. L’action de MedNET portera plus particulièrement sur la mise en place d’observatoires nationaux, sur l’échange de pratiques performantes, ainsi que sur la possibilité d’étendre son réseau.


Programme de formation 2015 du Groupe Pompidou


Les responsables politiques se sont retrouvés à Ljubljana, le 23 mars dernier, pour une formation de haut niveau visant à examiner les politiques actuelles en matière de drogue, en prévision de la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies en 2016 (UNGASS). Cette prochaine session extraordinaire de l’assemblée générale de l’ONU aura pour objet les problèmes liés à la drogue au niveau mondial. Afin de préparer cet événement, un compte-rendu de l’implantation par les Etats membres de la Déclaration politique et du Plan d’action, adopté en 2009, a été effectué. Cette formation visait à aider les gouvernements dans l’efficacité de leur examen des politiques et des stratégies internationales, européennes et nationales, en matière de lutte contre la drogue. Cette formation a également permis de mieux comprendre quelles actions ont été efficaces et quels efforts devront être mis en œuvre en vue d’actions futures.

Elaboration de politiques globales en matière de drogues


A l’occasion de sa déclaration lors de la 58e session de la Commission des stupéfiants, le Groupe Pompidou a rappelé à l’ONU, aux ONG, aux OIG, aux experts et aux représentants des gouvernements du monde entier que « l’objectif principal du cadre juridique en matière de drogues mis en place par les Nations Unies est la protection de la santé et du bien-être de l’humanité ». Cette déclaration a été présentée par la présidence norvégienne du Groupe Pompidou en soutien à la préparation de la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies en 2016 (UNGASS), portant sur les drogues à travers le monde. En liaison avec les gouvernements de Croatie, de la République de Moldavie, de Roumanie, ainsi qu’avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) et l’ONG norvégienne Phoenix Haga, deux événements parallèles ont été organisés autour des thèmes suivants : « Zoom sur les femmes : la réintégration sociale comme clé vers un rétablissement réussi » et « Le succès des communautés thérapeutiques en prison – un modèle pour l’Europe ». Par ailleurs, le Groupe Pompidou a exposé des affiches pour la prévention de la drogue, réalisées par des prisonniers roumains qui ont ainsi pu découvrir que la création artistique constitue un moyen efficace pour exprimer des émotions réprimées et affronter les problèmes liées à la drogue.

suite Pompidou Group sur le manuscrit UNGASS 2016
suite CND 2015 - VIDEO
suite L'événement en images
suite Prospectus - Exposition d'Art
suite Prospectus - Moldavie et Roumanie
suite Prospectus  - Croatie


Usages de drogues chez les adolescents en région Méditerranée


Les enquêtes en milieu scolaire permettent aux décideurs de réagir aux nouvelles tendances en matière de drogues et aux risques liés à l'usage problématique de drogues parmi la population la plus vulnérable : les jeunes. Le premier rapport du Projet d’enquête méditerranéenne sur l’alcool et les autres drogues en milieu scolaire (MedSPAD) permettra d'en savoir plus sur l'épidémiologie et les schémas de consommation chez les adolescents. Ce rapport sera publié et distribué dans le courant de l'année. MedSPAD a été inauguré en 2003 et le premier comité MedSPAD a été formé en 2014 par le Réseau Méditerranée du Groupe Pompidou. Le comité soutient le partage d'expériences entre les pays faisant partie de MedNet et qui ont déjà mis en œuvre MedSPAD (le Liban, le Maroc et la Tunisie) et ceux qui souhaitent prochainement implanter MedSPAD (l'Algérie, l'Égypte). Le comité offre l'opportunité de débattre autour des résultats des enquêtes et des politiques de prévention. L'exercice des enquêtes en milieu scolaire fait partie des exigences des Observatoires nationaux en matière de drogues et d'addiction à la drogue, lesquels existent déjà en Europe ou sont sur le point d'être implantés dans certains pays de la région méditerranéenne. MedSPAD partage son expertise avec les autres pays européens et en particulier avec le Projet d’enquête paneuropéenne sur l’alcool et autres drogues en milieu scolaire (ESPAD) qui se déroule dans 35 pays et qui, depuis 1995, est reconduit tous les quatre ans. L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) a rejoint MedSPAD comme observateur en 2015. Le projet est également soutenu par le Programme Sud « Renforcer la réforme démocratique dans les pays du sud de la Méditerranée », financé par l'Union Européenne et mis en œuvre par le Conseil Européen. La prochaine réunion du MedSPAD est prévue le 5 octobre. Le premier rapport régional du MedSPAD sera disponible cet été en anglais, en français ainsi qu'en arabe.

 
Des Vers une coopération étroite avec la Géorgie


Thomas Kattau du Groupe Pompidou, a rencontré le 13 février dernier le vice-ministre géorgien de l’intérieur, M. Archil Talakvadze, afin d’explorer les possibilités d’une coopération plus étroite entre la Géorgie et le Groupe Pompidou. Le ministre a souligné le rôle déterminant joué par le Groupe Pompidou dans le développement des politiques en matière de drogues. Une participation au Groupe aéroports, au Réseau précurseurs, ainsi qu’à la surveillance des activités sur le DarkNet devraient figurer parmi les priorités de coopération avec le Groupe Pompidou en 2015. Les deux parties ont exprimé le souhait que, dans un futur proche, la Géorgie fasse partie du Groupe Pompidou. Dans le cadre des « Conférences européennes » organisé par le programme de mesures de confiance du Conseil de l’Europe, T. Kattau a également donné une conférence à Sukhumi sur les politiques européennes en matière de drogue.

Nouveau service de traitement des toxicomanies dans les prisons moldaves

Le Département des Institutions pénitentiaires de la République de Moldavie et le Groupe Pompidou ont décidé de mettre en œuvre deux Communautés thérapeutiques (CT) : la première dans une prison pour femmes et la seconde dans un établissement pour hommes. Les CT sont des micro-sociétés où les individus peuvent faire l’expérience, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, de tous les défis de la vie quotidienne, et ce dans un environnement sûr. Les TC ont montré, grâce à leur taux de réussite très élevé, leur efficacité dans le traitement de la dépendance à la drogue. Outre la formation adéquate du personnel pénitentiaire, le Groupe Pompidou apportera son soutien à la construction de deux établissements pénitentiaires où les membres des CT résideront. L’activité fait partie du projet régional «Soutenir les Services de Traitement de Ddrogue dans les Prisons» du Groupe Pompidou, lequel couvre également l’Arménie, la Géorgie et l’Ukraine. Ce projet est financé par le Conseil de l’Europe dans le cadre de la Coopération programmatique de partenariat oriental (PCF), 2015-2017

Des experts de Tunisie et des territoires palestiniens en visite à Malte

Le programme MedNET du Groupe Pompidou soutient les services de traitement de substitution aux opiacés (TSO) dans la région méditerranéenne. Au cours de deux récents visites d’études, des experts de Tunisie (du 20 au 23 janvier) et de Palestine (du 2 au 6 février) ont pu partager leurs connaissances avec des experts de Malte. Grâce à un financement du Programme Sud, en coopération avec Sedqa, la Fondation des services de protection sociale de Malte, les délégations de Tunisie et des territoires palestiniens ont pu visiter des centres de réhabilitation ayant mis l’accent sur le traitement TSO. Le succès de ces visites d’étude permettra à ceux qui en ont profité d’approfondir leurs connaissances en matière de procédures en vigueur et de méthodes facilement adaptables à leurs spécificités locales, tout en encourageant la coopération et les échanges entre pays du pourtour méditerranéen.

Le Bureau définit ses objectifs pour 2015

La première réunion des Correspondants permanents s'est tenue à Paris le 27 janvier dernier. Cette réunion fut présidée par Mme Lilly-Sofie Ottesen, Directrice générale adjointe du Département de la Santé Publique du Ministère norvégien de la santé et des services sociaux. Mme Ottesen a présenté les priorités de la Présidence norvégienne du Groupe Pompidou. Les membres du Bureau ont également discuté de l'exécution du Programme de Travail 2015-2018 adopté par les Ministres du Groupe Pompidou lors de leur conférence fin novembre et le le mandat des activités apparentés a été accepté. Jan Malinowski, Secrétaire exécutif du Groupe Pompidou, a informé le Bureau des développements récents au Conseil de l'Europe et des activités du Secrétariat. Le Bureau a également préparé la 76e réunion des Correspondants permanents qui se tiendra à Strasbourg les 27 et 28 mai prochains, où un des thèmes principaux abordés sera l'interaction future avec la société civile.

Le trafic de drogue via les aéroports, le détournement de précurseurs et la cybercriminalité.

Les spécialistes des questions liées à l’application des lois du Groupe Pompidou ont convenu qu’une plus grande coopération internationale était nécessaire afin de faire face aux nouveaux défis que représentent les aéroports, le détournement de précurseurs et la cybercriminalité. Au cours des réunions préparatoires tenues dans les locaux parisiens du Conseil de l’Europe, du 20 au 22 janvier 2015, ces spécialistes ont fixé les objectifs des grands enjeux pour les forces de l’ordre en 2015. Les spécialistes de la cybercriminalité liée aux drogues ont évoqué une coordination transversale entre les organisations internationales ; ils ont également reconnu que dans l’intérêt mutuel des différents pays, les nouvelles tendances en matière de trafic de drogues via des plateformes numériques nécessitaient une coopération accrue. Le Groupe aviation générale a identifié les formations nécessaires en recherche et en applications des lois afin de mieux combattre le trafic par avions légers et appareils pilotés à distance. Le détournement de substances utilisées dans la fabrication de drogues est un sujet d’inquiétude croissant et l’accent devra particulièrement être mis sur la tendance émergente de production de méthamphétamine. La République tchèque a généreusement proposé d’accueillir à Prague, en septembre 2015, la prochaine réunion du Réseau précurseurs.
Le Groupe Pompidou vous souhaite une très bonne année!

2014 fut une année riche de succès pour le Groupe Pompidou. Nous avons pu réagir rapidement face à la crise humanitaire en Crimée et dans l’Est de l’Ukraine en apportant une aide pour la continuité des traitements de substitution aux opiacés ainsi qu’aux personnes déplacées dans ces régions frappées par la crise. Grâce à des contributions supplémentaires fournies par nos États Membres, nous avons réussi à augmenter le nombre de nos programmes de formation et de nos projets de recherche, créant ainsi des activités supplémentaires dans le but de prévenir et de prendre en charge l’addiction aux drogues, en particulier parmi les groupes vulnérables tels que les réfugiés et les prisonniers, et aussi de réduire les risques et les méfaits liés à la consommation de drogues. Le Groupe Pompidou a fait œuvre de pionnier en facilitant la coopération internationale en ce qui concerne la cybercriminalité liée aux drogues.

En savoir plus


Inscrivez-vous à la Formation des Cadres 2015 sur les Politiques en matière de Drogues !

Vous êtes gestionnaire de politiques en matière de drogues et vous souhaitez approfondir vos connaissances des politiques de lutte contre les drogues en Europe. Vous souhaitez aussi vous préparer, entourés des meilleurs spécialistes des drogues, à l’Assemblée Générale des Nations Unies sur le problème mondial des drogues (UNGASS 2016). Vous devriez alors vous inscrire à la Formation des Cadres 2015 sur les Politiques en matière de Drogues. Vous pouvez envoyer votre candidature aux Correspondants Permanents du Groupe Pompidou de votre pays ou directement au Secrétariat du Groupe Pompidou : Pompidou.Training@coe.int
La participation est ouverte à tous les Etats Membres du Conseil de l’Europe, à tous les pays membres du MedNET et à tous les pays observateurs intéressés. La date limite pour candidater est le 30 janvier 2015. Vous pouvez télécharger le déroulé de la formation
ICI.

Nouveau Secrétaire Exécutif du Groupe Pompidou

Jan Malinowski est devenu le nouveau Secrétaire Exécutif du Groupe Pompidou le 1er décembre 2014. Il a annoncé qu’avec le Secrétariat du Groupe Pompidou il travaillerait "en étroite collaboration avec les Etats Membres et le Bureau des Correspondants Permanents" et qu’il  "s’appuierait sur la base des réalisations concrètes accomplies jusqu’à présent, et sur l’approche innovatrice qui caractérise le Groupe depuis sa création".

M. Malinowski a rejoint le Conseil de l’Europe en 1993, et a tout d’abord travaillé au Secrétariat du Comité pour la Prévention de la Torture (CPT). Avant de rejoindre le Groupe Pompidou, entre 2005 et 2014, il a dirigé des travaux novateurs sur les politiques des médias, la liberté d’expression et la gouvernance de l’Internet, plaçant ainsi le Conseil de l’Europe au premier plan du débat. Récemment, il a aussi été responsable de la protection des données et de la cybercriminalité. Jan Malinowski a étudié le droit, diplômé en Espagne et en Angleterre, il a exercé la profession d’avocat dans ces deux pays pendant huit ans avant de rejoindre le Conseil de l’Europe.


M. Patrick Penninckx: Un nouveau rôle. Une nouvelle capacité.

A partir du 1er décembre, M. Patrick Penninckx, Secrétaire Exécutif du Groupe Pompidou, sera responsable de la coordination du Département de la Société de l’Information du Conseil de l’Europe, qui s’occupe de la liberté de la presse, de la sécurité des journalistes, de la gouvernance d’internet, de la protection des données et de l’action contre la cybercriminalité. Avant le début de son mandat en 2009, il travaillait comme conseiller auprès du représentant du secrétaire général sur les réformes et le développement organisationnel. Ces 25 dernières années il a travaillé au Conseil de l’Europe à diverses postes, et entre autres en tant que conseiller spécial auprès du Secrétaire Général. M. Penninckx a donné des conférences dans plusieurs universités et a participé aux activités de plusieurs organisations de la société civile, à la fois comme bénévole et comme professionnel. Pendant ses années passées au Groupe Pompidou, il a fortement encouragé une approche des politiques de lutte contre les drogues à l’échelle internationale fondée sur les droits de l’homme et il a facilité l’accession au Groupe de plusieurs pays européens, nord africains et du Moyen-Orient. Le Mexique est aussi devenu un État Observateur du Groupe.

La Coopération en région méditerranéenne va de l'avant en 2014 et devrait garder ce rythme en 2015 

A la suite d’une année 2014 fructueuse au cours de laquelle ont été réalisés d’importants progrès dans le développement des observatoires nationaux, la publication de profils de pays, la formation actuelle du personnel médical grâce à des cours d’addictologie et à l’enquête du MedSPAD sur le milieu scolaire au Maroc et en Tunisie, le réseau méditerranéen de coopération sur les drogues et les addictions (MedNET) va mettre en œuvre un programme de travail ambitieux qui a pour objectif d’améliorer la coopération réciproque entre l'ensemble des pays participants et de faire avancer les politiques en matière de drogues en région méditerranéenne. Danielle Jourdain-Menninger, Présidente du Groupe Pompidou, a présidé la réunion du MedNET qui s’est tenue à Strasbourg le 18 novembre 2014. Des représentants d’Algérie, d’Egypte, de France, de Grèce, d’Italie, de Jordanie, du Liban, de Malte, du Maroc, du Portugal et de Tunisie ont approuvé le rapport d’activités 2014 et adopté le programme de travail 2015. Ce programme ambitieux englobera à la fois des activités spécifiques par pays dans le but de maintenir les activités en cours et d'entreprendre de nouvelles et également des activités régionales telles que la toute nouvelle participation du MedNET au Groupe Aéroports du Groupe Pompidou ou la tenue d'une conférence régionale sur les traitements de substitution aux opiacés et la réduction des risques, mais aussi la participation à la première Conférence Européenne sur les conduites addictives et les dépendances.

suite Rapport d’activités
 

Prévention et traitements en ligne 

Les États Membres du Groupe Pompidou ont pu discuter de la façon dont on pourrait utiliser internet pour améliorer la prévention contre les drogues ainsi que les services de traitements lors de l'atelier régional du TAIEX (Technical Assistance Information Exchange - Échange d'informations et assistance technique) à Tirana les 3 et 4 novembre. Le but de cet atelier était de contribuer à définir les besoins en interventions internet dans la région, en proposant des solutions concrètes fondées sur l'expérience de coopération de l'UE et de la région. Cet événement a été organisé en collaboration avec le Ministère de la Santé albanais et un rassemblement d'experts d'Albanie, de Bosnie Herzégovine, de Croatie, de Macédoine, du Kosovo, du Monténégro et de Serbie ainsi que d'Allemagne, des Pays-Bas et de Slovénie. Les représentants du Ministère de la Santé d'Albanie ont ouvert la réunion en soulignant l'importance de mettre en commun les bonnes pratiques et les dernières évolutions internet en matière de prévention contre les drogues et de traitements en Europe. Un échange entre les États Membres et les bénéficiaires de l'IAP (Instrument d'aide de préadhésion) est crucial à l'harmonisation des politiques de lutte contre les drogues et à l'extension d'une expertise concrète aux développements d'outils internet adaptés. L'un des objectifs de la Stratégie Antidrogue de l'UE 2013-2020 est d'étendre la disponibilité, l'accessibilité et la couverture de traitements efficaces et diversifiés à des consommateurs de drogues à problèmes. 


La Norvège élue à la Présidence du Groupe Pompidou


Les Ministres et les chefs de délégations ont élu la Norvège à la Présidence 2015-2018 du Groupe Pompidou, et sa représentante la Secrétaire d'Etat norvégienne, Mme Astrid Nøklebye Heiberg, ainsi que l'Italie et sa représentante Mme Patrizia de Rose, directrice du bureau des affaires générales, techniques et scientifiques du Département des politiques anti-drogues, à la Vice-Présidence, lors de la 16ème Conférence ministérielle qui s'est tenue à Strasbourg du 19 au 20 novembre. Par ailleurs, la secrétaire générale adjointe du Conseil de l'Europe, Gabriella Battaini-Dragoni, a félicité le Ministre Mladen Ćavar pour l’adhésion de la Bosnie-Herzégovine au Groupe Pompidou devenant ainsi le 37ème État Membre. Un des autres événements phares fut l'annonce de l’attribution du Prix Européen de Prévention des Drogues, à trois organisations de jeunesse de France, du Portugal et de Croatie.

En savoir plus

Page d'accueil
Agenda
December

10-11, Rome
Conférence sur les drogues, femmes et la violence

15-16, Paris
18e plénière MedNET



suite Agenda 2015
Thématiques
suite Nos dossiers
suite Jeunesse